Category Archives: 2020

Covid19 et mortalité à Saint-Pétersbourg en novembre 2020

Les données de mortalité de novembre sont disponibles

En Novembre 2020, la ville a connu 6.829 décès contre 4.670 en novembre 2019 soit une hausse de mortalité de 46,23% et 2,159 décès en plus.

La surmortalité sur8 mois d’avril à novembre aura été de 11.010 décès, avec 47.045 décès contre 36.050 sur la même période en 2019 soit une surmortalité de 30,55%.

Sur les 11 premiers mois de l’année, la Venise du nord a connu 64.476 décès contre 54.324 sur les 11 premiers mois de l’année 2019 soit une surmortalité de 18.69%.

Vers la création d’un ministère de la politique démographique et familiale en Russie ?

Le premier vice-premier ministre de la fédération de Russie a le 10 novembre dernier nommé les grands dangers qui menaçaient la Russie.

La pauvreté, ainsi que les problèmes démographiques et sanitaires, sont les principaux défis socio-économiques auxquels la Russie sera confrontée au cours de la prochaine décennie.

Slon lui « Les processus et tendances démographiques sont très inertiels et très coûteux en termes de changements. Et nous dépensons d’énormes ressources pour résoudre ces problèmes », a-t-il déclaré.

En effet, après avoir connu un renouveau démographique qui a vu l’arrêt de la baisse naturelle de population et une hausse des naissance (passées de 1,2 millions en 2000 à 1,9 millions en 2016) retombe dans un cycle de réduction naturelle de population, écho inévitable du creux démographique des années 90.

Pour cette raison sans doute, Oksana Pushkina, vice-présidente du comité de la Douma d’État sur la famille, les femmes et les enfants, a proposé cette semaine de créer un ministère de la politique démographique et familiale en Russie devant permettre une meilleure compréhension des processus qui se déroulent dans la société russe.

L’objectif de ce ministère devra être « d’assurer la sécurité démographique » notamment en collectant et analysant toutes les données démographiques, sans lesquelles, selon elle, l’élaboration complexe d’une politique familiale est impossible comme par exemple la fécondité et la mortalité, l’état du système de santé, les mariages et divorces, le nombre de partenariats et de couples homosexuels, et analyser la capacité de produire une nouvelle génération, mais et lui fournir une éducation décente ».

#DancingwithCovid19

2020 ne pouvait, ou plutôt ne « devait » se finir qu’en beauté et l’automne 2020 aura amené sa cerise sur le gâteau.

Ce 21 octobre 2020 mon épouse participait en tant que volontaire au programme de test de vaccination de #SputnikV, faisant sa première piqure le 21/10/2020, devenant ainsi sans doute la première ou l’une des premières françaises à se faire vacciner contre le Covid19.
Elle n’aura d’effets secondaires que durant quelques jours : fatigue et fièvre …

Le samedi suivant soit le 24 octobre, je travaillais, sur mon ordinateur, lorsqu’un mal de tête survint, accompagné d’une douleur à l’œil gauche et de corps flottants dans mon champ de vision … Bizarre mais j’attribuais cela à un surplus d’écran sur l’année 2020. Le soir, gros coup de fatigue et nuit agitée.

En me levant ce dimanche 25/10 : grosse fatigue, sensation de ne pas être dans mes baskets sans bien comprendre pourquoi et le dimanche soir : de la fièvre. Pas beaucoup : 37, 38 degrés, mais en cycles, des cycles précis, incroyablement réguliers, toutes les 5 / 6 heures pour en moyenne une grosse heure … Des pics de fièvre accompagnés de tremblements hallucinants de tout le corps, surtout des cuisses et bras qui vont durer 21 jours !

Cette premier semaine 44, ne sachant pas ce que c’était (je sentais parfaitement) je continuais à travailler, car j’avais du travail, calant mes entretiens entre mes plages de fièvres et cette semaine le soir j’étais vraiment de plus en plus fatigué chaque jour.

Le vendredi, uppercut du Covid (on ne savait pas que c’était lui) et effondrement physique total avec des poussées de fièvre de plus en plus forte surtout la nuit, me contraignant à me changer 5 à 6 fois en moyenne par nuit avec la plus grande difficulté et s’accompagnant des mains et des pieds absolument gelés, comme si le froid arrivait d’eux ainsi que de fourmis permanente.
Le matin : juste impossible de me lever ; aucune force, ni pour penser, lire, écrire, rien. Il m’était meme difficile de m’extraire du lit, de me changer, de prendre une douche et lorsque péniblement je me levais vers 10h30 prendre un thé, je m’endormais assis dans mon salon en le buvant.
Le soir : mon organisme me disait : « dodo » vers 19 / 20 heures (!) et cette semaine ma tension s’est effondrée, alors que d’habitude je vis avec 14/7 de tension en moyenne, elle s’effondrait à 10/5 me laissant sans aucune énergie, en plus du travail que ce charmant hôte que mon organisme aurait sans doute préféré ne pas héberger. C

hose surprenante : durant cette phase aigüe, mon organisme me réclamait uniquement des pâtes et rejetait le café, que je n’arrive plus depuis à boire.

Finalement, autour du 6,7 novembre, je mettais genoux à terre et décidait d’aller voir un médecin à ma clinique de quartier : rendez-vous fut pris le 12/11.

La période du 07 au 11 novembre fut juste la pire, le cumul de la tension faible et la fièvre donnent l’impression d’être totalement incapable de tout, tant moralement que physiquement.
C’est vraiment super désagréable et donne l’impression d’être dans un trou noir. Pas moyen de lire, de penser, de regarder un film. #Rien.

Le 11 au soir, crise de fièvre, nuit infernale et pareil le 12 au matin. Finalement je partais à la clinique : vraiment je ne pensais pas au Covid mais à de l’épuisement cumulé avec quelque chose d’autre.

En expliquant tout cela au médecin elle me dit : « vous avez le Covid19 » (…) « sortez de mon bureau et allez-vous faire tester immédiatement ». #vieillefolle me dis je en descendant au 1ier étage de la clinique faire mes tests : 2 PCR Covid, 2 tests express, 2 de la grippe (!) … En Russie on ne rigole pas 😉

Les tests PCR s’avérant négatifs je remontais au bureau de ma médecin qui m’assignait à résidence en attendant les résultats des tests non express. « Faites les anticorps sous 15 jours » fut sa dernière phrase.

En sortant de la clinique, presque inquiet de me confirmer dans mon idée que ce n’était pas le Covid mais quelque chose d’autre (de grave ?) pour lequel je n’allais visiblement pas être traité, je décidais de faire une petite marche dans le quartier en marchant lentement (à cause du manque d’énergie) mais pour juste respirer l’air frais et pur de Taganka 😊

Ce vendredi soir, je me couchais vers 20h et ne me changeait que deux fois la nuit. Le samedi (le 13 novembre donc) une sensation étrange : se sentir mieux.

Le samedi soir : se sentier Bien.
Plus rien, le Covid était parti aussi vite qu’il n’est arrivé. J’ai même bu du vin au repas du soir pour accompagner mon plat de pâtes au fromage.
Le Lundi suivant : retour au bureau pour enchainer 3 semaines de 70 / 75 heures et faire passer près de 100 entretiens.

Et puis en discutant avec une amie russe à la maison, je lui racontais mon histoire, et elle m’expliqua que son mari avait traversé exactement la même expérience, avec les mêmes symptômes, que travaillant au MID a haut niveau il était testé (PCR) de facon systématique et que tous ses tests anticorps étaient négatifs, mais que des anticorps étaient apparus. Le 27 novembre nous partions faire le test des anticorps.
Ils sont bien là et idem pour ma femme avec le vaccin SputnikV.

Bilan :
– pour mon cas ça aura été bien plus fort qu’une grippe.
– pas de perte d’odorat
– pas de difficulté pour respirer
– je ne peux plus boire de café (!) heureusement de l’alcool oui 🙂

– traitement : Tamiflu + paracétamol + anticoagulants + cocktail de vitamines + boire beaucoup d’eau.
– la bonne nouvelle est que le Vaccin russe produit bien des anticorps.
– Je n’ai pas contaminé mes enfants ils n’ont pas d’anticorps.
– désolé pour les clients qui ont attendus et pour qui j’ai pris du retard mais la j’ai trouvé plus fort que moi.

#COVID19

Covid19 и смертность в России в 2020

Росстат опубликовал демографическую статистику за 9 месяцев 2020 года.

Пандемия Covid19 значительно повлияла на смертность, как прямо, так и косвенно, спровоцировав поразительно высокие ее показатели.

Напомним, что коронавирус появился в России в марте 2020 года, первые умершие ― в апреле 2020 года.

Январь – апрель 2020

Ранее, то есть в первом квартале 2020 года, демографическая ситуация демонстрировала скорее хорошую динамику, аналогичную динамике последних лет, когда с 2014 года наблюдалось снижение рождаемости, а с 2005 года ― постоянное снижение смертности.

2005: 2,303,935 смертей

2010: 2,028,516 смертей

2015: 1,908,541 смертей

2016: 1,891,015 смертей

2017: 1,826,125 смертей

2018: 1,828,910 смертей

2019: 1,798,307 смертей

В первом квартале 2020 года количество смертей по сравнению с первым кварталом 2019 года резко снизилось, составив 459 994 смертей против 472 860 смертей в первом квартале 2019 года, то есть на 12 866 смертей меньше, что эквивалентно снижению на 2,7% в разгар зимы, когда смертность в целом выше.

Апрель 2020: тревога

В апреле тенденция не изменилась на федеральном уровне: умерли 150 873 человека по сравнению с 153 867 смертельными случаями в апреле 2019 года – сокращение на 2 994 смертей, что эквивалентно снижению на 1,9%.

Всего за первые 4 месяца года в стране умерли 610 867 человек по сравнению с 627 727 смертями за первые 4 месяца 2019 года, то есть на 15 860 смертей меньше, что эквивалентно снижению на 2,5%.

Но в апреле смертность стала совершенно аномально расти на территориях, которые оказались затронуты Covid19.

— Томская область: +20,7%.
— Москва и Московская область: +19,5% и +13,5%
— Ингушетия и Кабардино-Балкария: +12,7% и +9%.
— Алтай: +11%

Май 2020: изменение

Май 2020 года останется трагически исключительным месяцем в истории российской демографии. В то время как май традиционно считается месяцем с низкой смертностью (весна + тепло), в мае 2020 года общая смертность в России выросла на 11,9% (!) С 172 914 смертельными случаями по сравнению с 154 539 в мае 2019 года.

Были достигнуты невиданные в новейшей российской истории пики смертности, в частности:

Москва: +57,2%
Московская область: +44,1%
Санкт-Петербург: +46,1%
Ленинградская область: +29,5%
Кавказ был сильно затронут:
Ингушетия: +69,4%
Дагестан: +59,4%
Чечня: +44,9%
Северная Осетия – Алания: +42,5%

Также можно отметить значительный рост в Мордовии: + 41,3%, в Ямало-Ненецком автономном округе: + 37,6% и в Приморском крае с + 13,1%.

Адское лето

Continue reading

Qui meurt du Covid19 en Russie ?

En Septembre dernier le site OpenMedia a publié une infographie intéressante sur l’âge des victimes du Covid19 en Russie en se basant sur une analyse des données de l’Opershtab pour les régions (Oblast) d’Astrakhan, Belgorod, Volgograd, Vologda, Kostroma, Novossibirsk, Orenbourg, Samara, Tioumen Tcheliabinsk, Bouriatie, Kabardino-Balkarie, Carélie, Oudmourtie, Khakassie et Krasnodar pour 2005 personnes décédées dont le Covid19 serait la principale cause de décès.

Selon ces données l’âge moyen des décès serait de 67 ans pour les hommes et de 68,9 ans pour les femmes.

Le plus jeune décès serait une résidente de Belgorod né en 2001 (19 ans) qui aurait tardé à demander de l’aide médicale et le plus âgé un résident de Novossibirsk âgé de 99 ans.

L’âge médian des daces enregistrés serait de 68 ans c’est à dire que 50% des gens décédés auraient plus de 68 ans et 50% moins de 68 ans.

5% des décès dus au coronavirus sont des gens de moins de 44 ans.
18% des décès dus au coronavirus sont des gens de 45-59 ans.
46% des décès dus au coronavirus sont des gens de 60 – 74 ans.
31% des décès dus au coronavirus sont des gens de > 75 ans.

30% des patients de plus de 80 ans atteints du Covid19 en meurent.

Continue reading

Covid19 et mortalité à Saint-Pétersbourg en 2020

Saint-Pétersbourg est l’un des acteurs clefs de la crise de Coronavirus en Russie.

La ville détient le record du nombre de décès par habitants avec officiellement 108,1 décès pour 100.000 habitants contre 74,1 décès pour 100.000 habitants à Moscou par exemple.

Aujourd’hui la létalité du virus serait, officiellement également la seconde la plus élevée de Russie, avec un taux de 4% juste derrière le Daguestan avec 5% mais loin devant Moscou avec 1,45%.

La capitale du nord a vu son premier cas de Coronavirus le 02/03/2020 lorsqu’un étudiant italien du nom de Ricardo a appelé les urgences de la ville et s’est avéré positif.

Comme les moscovites, les Saint-Pétersbourgeois, circulant énormément entre l’Europe et la Russie, notamment la France et l’Italie, ont vraisemblablement ramené le virus en Russie puisque les études montrent que c’est la souche Italienne qui s’est disséminée à Moscou durant le printemps 2020.

Sur les trois premiers mois de l’année la capitale a connu 15.464 décès contre 15.697 sur les trois premiers mois de 2019 soit une baisse de 1,5%.

En Avril 2020, la ville a connu 5.288 décès contre 5.174 en avril 2019 soit une hausse de mortalité de 2,2%.

En Mai 2020, la ville a connu 4.859 décès contre 2.267 en Mai 2019 soit une hausse de mortalité de 46,7% et 2.267 décès en plus.

En Juin 2020, la ville a connu son pic de la crise de Covid19 avec 6.698 décès contre 4.543 en Juin 2019 soit une hausse de mortalité de 40,8% et 1.855 décès en plus.
Selon le Zags de la ville en Juin ce sont même  7.106 personnes qui sont mortes.

En Juillet 2020, la ville a connu 5.827 décès contre 4.766 en Juillet 2019 soit une hausse de mortalité de 22,3% et 1.061 décès en plus.

En Aout 2020, la ville a connu 5.245 décès contre 4.831 en Aout 2019 soit une hausse de mortalité de 8,6% et 414 décès en plus.

En Septembre 2020, la ville a connu 5.738 décès contre 4.625 en Septembre 2019 soit une hausse de mortalité de 24,1% et 1.113 décès en plus.

En Octobre 2020, la ville a connu 6.561 décès contre 5.159 en octobre 2019 soit une hausse de mortalité de 27,18% et 1.402 décès en plus.

La surmortalité sur 7 mois d’avril à octobre aura été de 8.851 décès, avec 40.216 décès contre 31.365 sur la même période en 2019 soit une surmortalité de 28,22%.

Sur les 10 premiers mois de l’année, la Venise du nord a connu 57.647 décès contre 49.654 sur les 10 premiers mois de l’année 2019 soit 7.993 décès en plus et une surmortalité de 16,1%.

Selon les données officielles de l’Opershtab  5.783 Saint-Pétersbourgeois auraient été emportés par le Covid19 au 05/12/2020.

Comme Moscou, Saint Pétersbourg connait une hausse des hospitalisations par rapport à la première vague en moyenne de 10%.

En mai 2020 le nombre de pneumonies était déjà 5,5 fois supérieure à la moyenne de l’année précédente mais début octobre le nombre de pneumonies sur la période allant d’avril à octobre était 10 fois supérieur à la même période de l’année précédente.

La ville teste beaucoup procédant à quelques 40 000 tests / jour pour une population de 5,5 millions d’habitants, à comparer à Moscou qui fait 85 000 tests / jour pour une population de 12 millions d’habitants.
A noter que durant la première vague, la situation était différente : si Moscou avait déjà réalisé 6,5 millions de tests au 04/08/2020 par exemple, Saint Pétersbourg n’en avait effectué que 1,9 millions.

La ville aurait encore 55.000 personnes porteuses du Covid19 ce 05/12/2020dont près de 10.000 seraient hospitalisées tandis que la ville n’a que 10.901 lits disponibles soit un taux d’occupation de 92% des lits par le Covid19, contre 80% le 03 novembre soit il y a un mois.

Fin Novembre et début décembre, la situation de la ville était jugé critique par les autorités sanitaires russes.

Russie et immunité collective

INVITRO est la plus grande entreprise médicale privée de Russie, fondée en 1995.

La société dispose de 8 laboratoires et le plus grand d’Europe orientale et opère en Russie, au Kirghizistan, au Kazakhstan, en Bélarus et en Arménie.

L’entreprise offre une large gamme de tests médicaux pour les cliniques et à des fins de diagnostic et fait plus de 140 000 tests par jour, pour autour de 30.000 patients / jour.

Depuis le début de la crise du Covid19 INVITRO fait des tests d’anticorps à travers tout le pays et publie ses résultats.

Au 12 novembre voila les chiffres publics

NB : Se font tester les gens qui sont malades, on été malades ou ont une suspicion de l’être donc ce ne sont pas des proportions applicables pour toute la population russe.

Continue reading

Covid19 et mortalité à Moscou en 2020

Moscou a été la première victime du Covid19 et la ville par laquelle l’épidémie s’est propagée à travers le pays.

Les moscovites qui circulait en mars énormément entre l’Europe et la Russie, notamment la France et l’Italie, ont vraisemblablement ramené le virus en Russie puisque les études montrent que c’est la souche Italienne qui s’est disséminée à Moscou durant le printemps 2020.

Les premiers cas de coronavirus sont apparus début mars 2020 et le 01 avril la ville entamait un confinement qui allait durer jusqu’au 12 mai.

Sur les trois premiers mois de l’année la capitale a connu 31.000 décès contre 31.765 sur les trois premiers mois de 2019 soit une baisse de 2,3%. Cette baisse est correspondante a celle que le pays a connu sur la meme période avec 459.994 décès pour le T1 2020 contre 472.860 pour le T1 2019 soit une diminution de 12.866 décès, équivalant à une baisse de 2,7% au cœur de l’hiver ou la mortalité est en général plus forte.

En Avril 2020, la ville a connu 11.834 décès contre 9.900 en avril 2019 soit une hausse de mortalité de 19,5% et 1.934 décès en plus.
A titre comparatif en 2017 il y a eu 9.517 décès et en 2018, 10.825 décès.
Sur les 1.934 décès additionnels, le Covid19 a été noté comme cause principale ou co-cause de décès dans 1.165 décès soit 66% de tous les décès en excès en mai.

En mai 2020, la ville a connu 15.713 décès contre 9.998 décès en mai 2019 soit une hausse de 57,2% et 5.715 décès en plus.
A titre comparatif en 2017 il y a eu 9.935 décès et en 2018, 9.808 décès.
Sur les 5.715 décès additionnels par rapport à 2019, le Covid19 a été noté comme cause principale ou co-cause de décès dans 5.260 cas soit 92% de tous les décès en excès en mai.

Continue reading

Classement des régions russes par surmortalité

Pour faire suite a mon article sur la surmortalité en Russie un lecteur m’a demandé quelles régions avaient ete les plus touchées.

Le classement est dessous pour la période de Janvier à Septembre.

  • Le Caucase du nord a vu la mortalité augmenter de 14,3%
  • Le district fédéral du centre a vu la mortalité augmenter de 9,8%
  • La Volga a vu la mortalité augmenter de 9,7%
  • Le district fédéral du Nord-Ouest a vu la mortalité augmenter de 8,2%
  • Le district fédéral de l’Oural a vu la mortalité augmenter de 6.2%
  • Le district fédéral du sud a vu la mortalité augmenter de 5,1%
  • Le district fédéral de Sibérie a vu la mortalité augmenter de 3,1%
  • Le district fédéral de lE’xtrême-Orient a vu la mortalité augmenter de 0,9%

Si l’on prend la période de Avril à Septembre soit la période de l’épidémie

  • Le Caucase du nord a vu la mortalité augmenter de 25,4%
  • Le district fédéral du centre a vu la mortalité augmenter de 15,46%
  • La Volga a vu la mortalité augmenter de 15,3%
  • Le district fédéral du Nord-Ouest a vu la mortalité augmenter de 13,76%
  • Le district fédéral de l’Oural a vu la mortalité augmenter de 12,31%
  • Le district fédéral du sud a vu la mortalité augmenter de 9,68%
  • Le district fédéral de Sibérie a vu la mortalité augmenter de 7,48%
  • Le district fédéral de lE’xtrême-Orient a vu la mortalité augmenter de 6,23%

Mortalité comparative entre la première et la seconde vague de Coronavirus

Yandex publie désormais une statistique comparative de mortalité pour certains pays entre les premières et secondes vagues de Coronavirus (printemps et automne).

Lien en cliquant sur la carte ci-dessous : en rouge la mortalité de la seconde vague (indiquée en valeur absolue par millions d’habitants) et en bleu la mortalité de la seconde vague.

La mortalité de la seconde vague est plus importante en Russie que lors de la première vague, tout comme en Autriche, Israël ou république tchèque.