Category Archives: Journal d’un Frussien

Plainte de la Russie auprès de la CEDH contre l’Ukraine

La Russie a déposé une plainte interétatique auprès de la CEDH contre l’Ukraine pour la première fois de son histoire.

La Russie accuse l’Ukraine :

  • de la mort de civils lors de l’Euromaïdan en 2014 ;
  • de la suppression de la liberté d’expression ;
  • de priver les habitants du Donbass de la possibilité de participer aux élections aux autorités centrales ;
  • dans le crash de l’avion MH17 en 2014 ;
  • dans une attaque contre les missions diplomatiques de la Russie ;
  • dediscrimination à l’encontre de la population russophone, déplacement de la langue russe de la sphère publique ;
  • dans le blocus de l’eau de Crimée

Réflexions et pronostics sur les élections législatives de septembre 2021

Les élections législatives de septembre 2021 en Russie verront le renouvellement de 450 sièges.
– 225 sièges sont ainsi pourvus au scrutin uninominal majoritaire à un tour dans autant de circonscriptions. Les électeurs votent pour un candidat dans leur circonscription, et le candidat arrivé en tête est déclaré élu.
– Les 225 sièges restants sont pourvus au scrutin proportionnel plurinominal avec listes fermées et seuil électoral de 5 % dans une unique circonscription nationale.

Bien qu’il soit de plus en plus fréquent d’entendre dans un certain segment de la sphère politique francaise qui analyse la Russie, qu’à cause du confinement d’il y 15 mois, des mesures de restrictions dues au Covid19, ou de la vaccination obligatoire, Russie-Unie serait voué à « prendre une tôle » ou même « perdre les élections », la situation réelle semble être bien différente.

1/ Le centre de conjoncture politique est le seul institut à publier régulièrement des sondages qui depuis plusieurs semaines donnent une idée de ce qui devrait sortir des élections de septembre prochain en se basant sur les données du centre FOM concernant 225 premiers mandats sur 450.

Selon ces prévisions :
– Russie Unie obtiendrait 31% d’intention de vote, 114 députés et 50,75% des voix
– Le Parti Communiste obtiendrait 12% d’intention de vote, 44 députés et 19,50% des voix
– Le LDPR obtiendrait 11% d’intention de vote, 41 députés et 18,20% des voix
– Russie Juste obtiendrait 6% d’intention de vote, 26 députés et 11,55% des voix
– Les autres partis obtiendraient 8% des voix.

2/ Selon le centre Wtsiom 28% des gens interrogés voteraient pour Russie Unie, 11% pour le KPRF et le LDPR et 6% pour Russie Juste, les autres partis obtiendraient 12%.
Parmi les gens qui sont certains d’aller voter : 40 % voteraient pour Russie unie, 14 % pour le Parti communiste de la Fédération de Russie, 11 % pour le Parti libéral-démocrate et 10 % pour le parti Russie Juste – Patriotes – Pour la vérité”.   

Comment l’expliquer ?

Les raisons sont nombreuses.

– Certes l’image de Russie-unie est écornée, mais pas les visages de la gouvernance russe ni de Russie Unie.

Si l’on regarde la popularité des figures politiques Vladimir Poutine caracole en tête avec 62,3% d’opinion favorable, devant le premier ministre Michail Michoustine (46,3%), Vladimir Jirinovski du LDPR (30,1%), Guennadi Ziouganov du KRPF (27,2%) et Serguei Mironov de Russie Juste avec 24%.

Dans le sondage demandant aux gens : « en quels politiciens avez-vous confiance » ? Vladimir Poutine est en tête suivi par les deux têtes de listes de Russie Unie Serguei Shoigu et Serguei Lavrov, puis Michail Michoustine et Vladimir Jirinovski.

– L’opposition politique et de gouvernance, peu importe son degré de Kremlin-compatibilité subit elle aussi une usure du temps et son incapacité à prendre le pouvoir et gouverner la neutraliste de facto, tout comme c’est le cas du reste pour l’opposition de non gouvernance.

– Les russes sont toujours globalement plutôt certains que les choses vont dans le bon sens, même si la situation économique surtout en province est bien moins réjouissante qu’attendu et que le Kremlin n’attendait. La volonté de stabilité prime encore sur la tentation d’une modification en profondeur incertaine, surtout en Russie profonde qui reste très majoritaire électoralement.

– Les classes d’âges jouent énormément, 25% de la population russe est retraitée, les gens > 40 ans sont 50% de la population et ce sont eux qui vont le plus massivement voter, sans doute de facon plutôt conservatrice et donc constitueront le socle de Russie Unie.

– On peut même dire clairement, et l’affaire Navalny l’a parfaitement montré (voir ici, ici et là) que l’humeur des russes n’est pas/peu à la contestation et qu’ils sont sans illusions sur la chute du Kremlin, ce qu’ils ne souhaitent du reste majoritairement pas.

– Russie-Unie peut théoriquement gouverner 5 ans avec l’appui du LDPR de Vladimir Jirinovski, en créant un grand front Centro-patriotique majoritaire à la Douma et ainsi totalement neutraliser les deux grands partis de gauche que sont le parti communiste et Russie-juste.

– Enfin la complexité du monde de scrutin, mais surtout polit-technologie et la ressource administrative sont suffisamment au point pour s’assurer que Russie-unie ne gagne ses élections, et la Russie semble donc se diriger vers les scénarios 1 ou 2 tels qu’annoncés ici, à titre personnel je penche pour le scénario 2 avec l’entrée à la Douma de Gens Nouveaux ou du parti des pensionnaires.

Les élections législatives à venir ne devraient pas voir de grandes surprises et la machine politique qui dirige la Russie depuis 2000 continuera à la diriger après septembre 2021 et Russie unie vraisemblablement devrait obtenir entre 275 et 300 sièges sur les 450 de la Douma.

Navalny, le Kremlin et le Poutinisme

Le centre Levada a publié un sondage intéressant qui montre ou en est l’image d’Alexeï Navalny au sein de la société russe.

– Alors qu’en septembre 2020, ce sont 20% des russes sondés qui approuvaient son action et 50% qui la désapprouvaient, près d’un an plus tard, ce sont 14% qui approuvent son action et 62% qui la désapprouvent.

Au sein des 18/24 ans : 24% approuvent et 59% désapprouvent.
Au sein des 25/39 ans : 22% approuvent et 51% désapprouvent.
Au sein des 40/54 ans : 11% approuvent et 69% désapprouvent.
Au sein des > 55 ans : 8% approuvent et 67% désapprouvent.

Chez les partisans de Vladimir Poutine 6% des sondés seulement approuvent son action.

– La qualification de l’organisation d’Alexeï Navalny en organisation extrémiste est soutenue par 32% des russes, 27% sont contre, 38% n’ont pas d’opinion, le reste ne sait pas répondre.

Au sein des 18/24 ans : 20% approuvent et 33% désapprouvent, 44% n’ont pas d’opinion.
Au sein des 25/39 ans : 19% approuvent et 32% désapprouvent, 46% n’ont pas d’opinion.
Au sein des 40/54 ans : 32% approuvent et 24% désapprouvent, 39% n’ont pas d’opinion.
Au sein des > 55 ans : 45% approuvent et 23% désapprouvent, 29% n’ont pas d’opinion.

Que peut-on en déduire ?

Les « jeunes », le corps sociologique actif des révolutions de couleurs soit les gens entre 16 et 25 ans sont en Russie peu nombreux ; au sein de segment 59% des sondés désapprouvent l’action d’Alexeï Navalny, on est loin d’une révolution de couleur qui était, selon certains #zanalystes, inévitable en cas de retour d’Alexeï Navalny en Russie 😊 (pour info relire ceci).

Ce n’est pas une surprise pour qui s’intéresse un minimum à l’opinion publique russe.

Si 26% des russes ont vu son film sur le soi-disant palace de Poutine, 77% affirment que cela n’a pas changé leur attitude envers Poutine, 17% seulement pense que le contenu est vrai.

Début 2021, un sondage toujours de Levada montrait que 22% des sondés avaient une opinion positive des manifestations pro-Navalny à Moscou contre 47% d’opinion favorables pour les manifestations de Khabarovsk.

Ce n’est pas propre à Navalny.

En 2018 seulement 3% des russes croyaient par exemple que ce sont leurs services qui avait empoisonné les Skripal, 5% que la DNR ou la Russie était la cause de la chute du MH17 contre 46% qui pensent que la responsabilité est sur le régime Ukrainien.

Les russes croient peu aux scénarios occidentaux sur la Russie et quelque part Navalny ne les mets pas en confiance.

Pourquoi ?

Les manifestations de 2021 si elles sont une sorte de continuité de celles d’il y a 10 ans (2011-2012) ne sont pas animées des mêmes sentiments / émotions. A l’époque, les manifestations de 2011 et la brève tentative de révolution des neiges (mes photos ici) étaient animées par une honnête et naïve croyance que quelque chose allait changer. Les manifestants étaient les premiers surpris du nombre de gens dans la rue, de l’absence totale de répression et ils ont sans doute eu le sentiment que c’était leur heure et le début de quelque chose de confus se matérialisant en premier lieu par « la Russie sans Poutine » tout comme leurs parents juste 20 ans plus tôt étaient descendus dans la rue pour une « Russie sans communisme ».

10 ans plus tard, cette opposition est toujours plus sans leaders, sans relis politiques, sans accès a la gouvernance, et surtout, le visage et symbole qui a émergé de cette séquence est en prison, sans que cela n’intéresse ni ne choque grand monde.

 L’humeur n’est plus au changement de régime, mais au découragement et aux manifestations désabusées et sans espoirs.

Le kremlin depuis 10 ans s’est avéré bien plus puissant que prévu et apparait de plus en plus comme une citadelle imprenable pour l’opposition intérieure, une opposition toujours aussi désunie qu’il y a 10 ans, sans programme et sans leaders, et donc structurellement peu a même de proposer une alternative crédible visant à rassembler les masses.

Tout comme la sortie du communisme s’est fait par le Kremlin, la sortie de la Russie de Poutine se fera du Kremlin, mais il n’est pas certain que cela se traduise par une sortie du Poutinisme.

Causes de mortalité et comparaison

Pour faire suite a mon dernier article de synthèse sur la démographie russe en 2020 , le site Gogov.ru vient de publier une intéressante statistique comparative de la mortalité sur les 5 dernières années.

Comme on peut le voir : la mortalité en Russie est stable est en lente diminution chaque année malgré la hausse constante de l’espérance de vie (passée de 71,7 ans en 2016 à 73,9 ans en 2019) et donc le vieillissement de la population.
Preuve s’ll en est la mortalité par vieillesse qui « baisse » en Russie, invalidant la théorie des classes d’âges trop âgées ne survivant pas à l’épidémie.
Les décès par vieillesse représentaient 108.744 décès en 2016 et 5,74% du total des décès, contre 103.211 décès en 2020 soit 4,82% du total des décès.

– Comme on peut le voir, la cause principale des décès sont les décès pour maladies cardiovasculaires (par ailleurs la première cause de décès dans le monde) ce qui ne change pas depuis 2016.
Entre 2016 et 2020 cette classe de décès passe de 904.055 décès à 938.536 en 2020 soit une hausse de seulement 3,81%.
Ces décès représentaient 47% des décès en 2016, contre 43,88% en 2020.

– Les décès pour tumeurs sont en baisse également, passant de 299.652 en 2016 (15,84% du total des décès) contre 296.000 personnes en 2020 soit 13,8% du nombre total des décès.

– En 2020 le Covid19 serait selon Rosstat la 3-ieme cause de mortalité en Russie avec 144.691 décès soit 6,76% du total des décès de 2020.
En réalité, ces chiffres sont plausiblement sous-estimés car se sont le total des chiffres remontés par Rosstat par les Zags des sujets de la fédération de Russie, eux-mêmes alimentés par les déclarations des hôpitaux.
Si dans les zones plutôt transparentes statistiquement, 70 – 80% de la surmortalité de la période est justifiée par le Covid19 comme nous cela a été démontré à maintes reprises sur ce blog, dans de nombreuses zones grises ou peu transparentes mais fortement touchées par le Covid19, les décès Covid19 déclarés sont minimes dans la surmortalité.
Il est en effet curieux que sur 12 mois de 2020, la surmortalité de 23% sur l’oblast de Lipetsk, de 44,5% en Tchétchénie, de 21% en Bachkirie ou de 19,5% dans l’Oblast de Leningrad ne soient que peu dus au Covid19 tandis que sur Moscou et Saint Petersbourg par exemple des surmortalités de 23,3% et 22,9% soient à hauteur de 70 / 80% expliqués par le Covid19.

En réalité, tout s’explique dans les chiffres publics de Rosstat qui seront encore mis à jour en 2021 et 2022.

Par exemple en 2020, 96.500 personnes sont décédées de maladies respiratoires, soit 63,1% de plus qu’en 2019 (59.200 cas) et parmi eux, 58.300 personnes sont décédées d’une pneumonie (contre 23.912 en 2019 soit une hausse de 143%).
Un chiffre étonnant sachant que sur les 3 premiers mois de 2020, malgré l’hiver les décès par pneumonie avaient diminué de 15,3% par rapport à 2019 et ce dans 56 sujets sur 85 tandis que les hospitalisations pour pneumonies n’avaient recommencé à augmenter à partir de fin mars 2020, au moment du début de l’épidémie de Covid dans le pays.
Cela co-explique sans doute la surmortalité, nombre de décès par pneumonies Covid peuvent avoir été qualifiés de décès par pneumonies puisque la Russie a fait face (comme ses voisins) a une vague de pneumonies atypiques colossale sur 2020 (Внебольничная пневмония) avec 4 fois plus de pneumonies que les années précédentes notamment l’été dans le sud du pays, sud qui, comme mentionné plus haut, a vraisemblablement sous déclaré les décès Covid mais a connu la plus forte surmortalité sur 2020.

Sans surprises cette hausse de la mortalité des organes respiratoires concerne majoritairement les zones impactées par le Covid19 mais sans mortalité Covid officielle.

– Il faut mentionner aussi la hausse surprenante de décès par diabète qui est passé de 41.153 décès en 2019 à 51.779 en 2020 soit une hausse de 25% ; le diabète étant l’une des deux principales comorbidités Covid.

– Enfin dans certaines régions, l’augmentation de la surmortalité n’est même pas expliquée par les données Rosstat actualisées : il s’agit de la Région de Léningrad et de la Mordovie. Les bureaux d’enregistrement de la région de Léningrad n’ont, par exemple, pas enregistré d’augmentation significative des décès dus aux maladies des systèmes respiratoire et circulatoire, ainsi que directement du coronavirus – il s’avère tout simplement que quelques 4.000 décès supplémentaires n’ont été officiellement expliqués d’aucune manière.

La surmortalité Covid “maquillée” avoisine donc plausiblement plusieurs dizaines de milliers de décès et, vraisemblablement, le nombre de décès du Covid19 devrait plutot se rapprocher des 200 / 240.000 cas sur 2020 soit entre 60 et 70% de la surmortalité totale du pays.

Autre faits intéressants :

  • La hausse des décès dus au maladies du système nerveux,qui passent de 83.925 en 2016 à 122.251 en 2020. Rosstat ne donne pas de détails, les AVC ?
  • La hausse des décès dus a l’alcool, qui remontent “un peu” avec 50.435 décès en 2020 contre 47 427 en 2019.
  • Les décès par suicides sont eux fortement en baisse, passant de 23.119 en 2016 contre 17.192 en 2019 et 16.546 en 2020.
  • Les homicides sont eux aussi fortement en baisse avec 10.659 homicides en 2016 contre 6.859 en 2020. La Russie de Poutine a désormais un taux d’homicide 60% plus faible que l’amérique de #BLM
https://www.unz.com/akarlin/us-homicide-rate-60-higher-than-russias-in-2020/

Les russes boivent de moins en moins d’alcool

Le Centre panrusse de recherche sur l’opinion publique (VTsIOM) a présenté les données d’une enquête menée auprès des Russes sur le thème de la consommation d’alcool.

38% des Russes ne consomment pas d’alcool, contre 28% en 2011.

51% des Russes > 60 ans ne consomment pas d’alcool.

25 % des Russes boivent de l’alcool moins d’une fois par mois, 14% des Russes une fois par mois et 18% deux à trois fois par mois.

Les jeunes de 18 à 24 ans boivent une fois par mois.
Les répondants âgés de 25 à 44 ans boivent le plus souvent de l’alcool deux à trois fois par mois

Le plus souvent, sur une base hebdomadaire et une à deux fois par mois, les Russes boivent de la bière (7 % et 16 %). Les vins et champagnes sont le plus souvent consommés moins d’une fois par mois (24%), ainsi que les spiritueux (18%). Les cocktails alcoolisés ne sont pas populaires parmi les Russes : 91% des personnes interrogées déclarent ne pas en boire

La part de ceux qui pensent que tous les types d’alcool à un degré ou à un autre affectent négativement la santé des personnes a de nouveau augmenté – passant de 55% en 2018 à 81% en 2021.

Les personnes interrogées ont qualifié le vin de boisson la plus « inoffensive » (39%),devant la bière et la vodka (14 % et 12 %, respectivement).

Autres chiffres : la consommation globale d’alcool en Russie aurait diminuée de 43% entre 2003 et 2016.

Quels partis politiques s’affronteront pour les législatives russes de septembre 2021 ?

J’ai déjà sur ce blog présenté la liste de choc de Russie-Unie pour les élections législatives de septembre prochain.

La commission électorale vient de presenter la liste des 15 partis politiques sur les 32 autorisés qui ont décidé de se presenter à ces élections qui auront lieu du 17 au 19 septembre 2021.

Il s’agit de
Russie unie;
Le Parti communiste de la Fédération de Russie;
Le Parti libéral-démocrate (LDPR);
Russie juste – Pour la vérité;
Iabloko;
Patrie;
Communistes de Russie ;
Alternative verte;
Nouveaux Gens;
Le parti russe des retraités pour la justice sociale;
Plate-forme civique;
Le Parti de la croissance;
Le Parti russe de la liberté et de la justice;
Les Verts;
L’Union nationale russe;

14 de ces 15 partis politiques disposent du privilège parlementaire qui le droit de désigner des candidats à la Douma sans recueillir de signatures, mais l’Union nationale russe devra elle obtenir le soutien de 200 000 électeurs pour s’inscrire. Ce parti n’a pas participé aux élections de la Douma de 2016 et en 2018, son leader Sergueï Baburine s’est présenté aux élections présidentielles et a pris la dernière et huitième place avec 0,65% des voix.

A noter que le leader du principal et historique parti d’opposition liberal qu’est Iabloko, Gregory Yavlinski ne participera pas à l’election mais seulement à la campagne et a appellé les électeurs de Navalny à ne pas voter pour Iabloko.

Le nombre de candidats sans étiquettes baisse considérablement, passant de 304 à 173, par rapport à 2016. On se souvient que lors des elections municipales de Moscou notamment, nombre de candidats RUSSIE-UNIE s’étaient présentés sans étiquettes ce qui avait été un échec électoral.

*

Russie Unie prépare les élections législatives de septembre 2021
Scénarios pour les législatives de septembre 2021
Les élections municipales russes de 2019, suite et fin!
Analyse des élections législatives russes du 18 septembre 2016
Elections à la Douma russe : l’analyse d’Alexandre Latsa
Cartes des fraudes supposées aux elections législatives de 2011 et 2016
Regard sur les élections du 15 septembre 2014 en Russie
Quelques réflexions sur les résultats de l’élection municipale anticipée de Moscou
Comparaisons électorales (2013)

Vaccination en RUSSIE (23/07/2021)

La vaccination en Russie a commence sur un rythme extrêmement lent, comme les lecteurs de DISSONANCE – Le journal d’un Frussien peuvent tous les 23 / 24 du mois le constater par ma statistique mensuelle (voir liens ci-dessous) et savoir ce qu’il en est.

Aujourd’hui les choses se sont accélerées surtout au cours du dernier mois.

Au 23/07/2021

  • 56 579 703  piqûres ont été faites contre 36 719 788  il y a 1 mois, 26.487.429 il y a 2 mois, 17.676.247 il y a 3 mois, 9.338.070 il y a 4 mois et 4.162.684 il y a 5 mois.
En vert la courbe pour le premier composant
En orange la courbe pour le second compsant

34 167 937 de russes (23,38% de la population) ont reçu au moins 1 dose
22 411 766 (15,33% de la population) ont reçu 2 doses.

Quelques 17 régions s’approcheraient de l’immunité collective (entre les vaccins et les anticorps post maladie) dont notamment
Moscou
Saint-Pétersbourg
Touva
La Carélie
La Bouriatie
La Kalmoukie,
L’Altaï,
La Yakoutie,
Komi,
Moscou,
Sakhaline,
Magadan,
Arkhangelsk,
la région de Mourmansk,
les districts autonomes de Chukotka et de Yamalo-Nenets.
et Belgorod.

L’Oblast de Belgorod (dont j’ai parlé ici) est en tête en Russie avec 38,79% de sa population vaccinée,devant la Chukotka (37,985), La Tchétchénie (35,76%), l’Oblast de Moscou (34,23%) et Moscou avec 31,61%.

Les zones les moins vaccinées sont le Daguestan ( 6,91%), la Kabardino Balkarie(11,68%), l’Oblast de Vladimir (14,23%), l’Oblast de Ryazan (14,57%) et l’Ossétie du nord avec 14,63%.

Sur la semaine passée, 477.500 personnes par jour ont reçu une dose et 806.054 doses sont distribuées par jour.

A ce rythme il faudra 73 jours pour vacciner 60% de la population adulte et 112 jours pour vacciner 60% de toute la population du pays.

Source

Au 22/07/2021, 910.000 militaires russes auraient reçu les deux composants soit 100% du contingent, et 23.228 militaires auraient reçu un 3ieme composant.

Les étrangers peuvent se faire vacciner désormais, les details sont ici

*

Depuis notre dernier article du 15/07/2021 de nouveaux sujets ont rendu la vaccination obligatoire et notamment :
– Le daguestan
– Maril El
– Le Kamtchatka
– le Krai de Krasnodar
La vaccination pourrait devenir obligatoire sur Saint peterbourg

39 sujets sur 85 ont adpoté ces mesures de vaccination obligatoire

Par contre la vaccination de devrait pas devenir obligatoire pour les enfants mais sans doute pour les étudiants.

*

Le président russe Vladimir Poutine lors d’une réunion avec le gouvernement russe ce lundi 21/07/2021 a reaffirmé que

  • La Russie ne comprenait pas les collègues étrangers qui ralentissent l’enregistrement des vaccins russes contre le coronavirus, et divisent l’épidémie entre la leur et celle des autres (voir sur ce sujet mon article)
  • L’épidémie insidieuse et récurrente de coronavirus cause de nombreux problèmes.
  • La Russie doit accélérer le rythme de la vaccination contre le coronavirus
  • La vaccination ne peut pas etre imposée il faut epliquer aux gens l’importance du vaccin et les exhorter à se faire vacciner.

Situation au 15 juillet 2021
Situation au 23 juin 2021
Situation au 24 mai 2021
Situation au 23 avril 2021
Situation au 23 mars 2021
Situation au 23 février 2021

Ou en est le marché de la restauration en Russie

Les points de restauration, cafés et bars ont été depuis le début de la Pandémie, sans doute le segment le plus impacté avec celui du tourisme.

Pourtant avec grande surprise je découvre que le nombre de points de restauration aurait (?) augmenté de 8,9% en 2020 en RUSSIE et s’élève à 65.000 établissements.

A titre de comparaison : en 2019, la croissance a été de 31,6 % avec 59.000 établissements.

Le plus souvent ces nouveaux points sont des bars à sushis (+35%), les boulangeries (+30%) et des pizzerias (+22,2%) tandis que le nombre de restaurants aurait lui augmenté de moins de 2%, les cantines – de 1,4%, les bars – de 1,2%.

A Moscou, la grande tendance de 2020 est l’ouverture de boulangeries (+60%) et sur les 17.000 établissements de la capitale, 7.000 auraient obtenu le format / statut permettant de travailler en QR Code.

L’augmentation fixe du nombre des établissements de restauration publique peut également être gonflée provisoirement par deux raisons :

-Afin de recevoir le soutien de l’État, de nombreuses entreprises du secteur ont modifié leur code professionnel pour les transformer en activités des restaurants / cafés,.
– Un grand nombre d’établissements qui ont fermé seraient encore référencés comme actifs sur les sites professionnels de leur segment.

Néanmoins en 2020 ce seraient près de 208 restaurants et magasins d’alimentation qui auraient fermé sur la capitale.

Il conviendra de regarder fin 2021 ce qu’il en est.

La littératie financière désormais enseignée à partir de l’école primaire

La littératie financière renvoie au fait d’avoir les compétences et les connaissances nécessaires pour prendre des décisions éclairées en matière de gestion de l’argent. Comprendre des concepts de finance fondamentaux permet aux personnes de s’orienter dans le système financier.

En Russie, la littératie financière sera désormais enseignée des le CP et inscrites dans les nouvelles normes éducatives de l’État fédéral pour l’enseignement primaire et général de base, qui ont été élaborées avec la participation active de la Banque centrale de Russie.

Il s’agira également de développe chez les écoliers des compétences de comportement sûr notamment sur Internet et lors de transactions financières. Ils y apprendront également à analyser les revenus et les dépenses de la famille et à établir des plans financiers personnels.

A partir de la 5éme classe soit le CM2 francais, les élèves passeront à l’apprentissage de l’évaluation des risques liés aux activités commerciales, aux pratiques déloyales des institutions financières et à divers types de fraude financière.

Une partie de l’enseignement sera aussi consacrée au calcul des prix des biens, du coût des achats et des services, des taxes, et des cours seront consacres à la détermination de la qualité de vie d’une personne, d’une famille et du bien-être financier.

En outre, les écoliers devront apprendre à rédiger et à remplir de manière autonome des formulaires et des documents simples – des demandes, des recours, des déclarations et des procurations, y compris sous forme électronique.

Ce nouvel enseignement débutera le 1er septembre 2022, mais en accord avec les parents, les programmes pourront être modifiés dès la rentrée 2021.

Selon Sergueï Chvetsov, premier vice-gouverneur de la Banque centrale de Russie :
” l’introduction de nouvelles normes éducatives permettra à chaque écolier de notre pays de recevoir une réserve garantie de connaissances sur la finance, nécessaire à la vie, afin de comprendre comment disposer de ses revenus, augmenter son épargne et se protéger des fraudeurs financiers. La prochaine génération sera déjà en mesure de résoudre les problèmes financiers de manière plus raisonnable et, par conséquent, d’augmenter le niveau de bien-être de leurs familles et de la population dans son ensemble”.

Source

*

Nouvelle matière dans les écoles russes : “Ma RUSSIE”
L’enseignement des valeurs familiales comme nouvelle matière dans les écoles russes
Russie : révisions des programmes d’histoires
L’enseignement du patriotisme comme nouvelle matière dans les écoles russes
L’Etat russe veut contrôler les “géants d’internet”
Vers la création d’un Internet blanc en Russie ?
Vers la création d’un profil d’identifiant numérique dans l’éducation nationale russe