Category Archives: Moscou

Insécurité et délinquance à Moscou

Прокуратура подсчитала, сколько преступлений совершили в Москве за 2021 год  - KP.Ru

Plus de 143 259 crimes ont été enregistrés à Moscou en 2021 selon le service de presse du bureau du procureur de la ville, soit une diminution officielle de 2,1% par rapport à 2020.

Dans quels quartiers l’insécurité augmente et diminue le plus ? Curieusement, c’est le nord et le nord ouest de la capitale qui voient la délinquance le plus augmenter, et l’Est qui voit la plus forte baisse.

  • Dans le district du Nord-ouest (СЗАО) : 11.781 (+7,1% par rapport à 2020);
  • Dans le district du Nord (САО) : 13.248 (+6,5%par rapport à 2020);
  • Dans le district du Sud-est (ЮВАО) : 15.423 (+5,8%par rapport à 2020);
  • Nouveau Moscou : 6.266 (+2,6% par rapport à 2020).
  • Dans le district du Nord-est (СВАО) : 13.939 (-0,3% par rapport à 2020);
  • Zelenograd : 3.144 (-2% par rapport à 2020).
  • Dans le district central (ЦАО) : 20.184 (-2,4% par rapport à 2020);
  • Dans le district de l’Ouest (ЗАО) : 12.690 (-5,1% par rapport à 2020);
  • Dans le district du sud (ЮАО) : 14.107 (-6,4% par rapport à 2020);
  • Dans le district du sud-ouest (ЮЗАО) : 12.919 (-6,6% par rapport à 2020);
  • Dans le district de l’Est (ВАО) : 17.715 (-14,7% par rapport à 2020);

Sur le nombre total d’infractions, 50 677 (-4,6%) ont été commises dans des lieux publics, dont 29.511 (-3,9%) – dans la rue.

Le budget de la ville de Moscou pour 2022 / 2024 est voté

Le maire de Moscou Sergueï Sobianine a signé la loi “Sur le budget de Moscou pour 2022 et la période de planification de 2023 et 2024“.

En 2022 : le volume total des recettes budgétaires de Moscou s’élèvera à 3 261 milliards de roubles et le volume total des dépenses à 3 633 milliards de roubles.

En 2023 : le volume total des recettes budgétaires de la ville de Moscou pour 2023 s’élèvera à 3 443 milliards de roubles et le volume total des dépenses s’élèvera à 3 731 milliards de roubles.

En 2024 : le volume total des recettes budgétaires s’élèvera à 3 636 milliards de roubles et le volume total des dépenses s’élèvera à 3 862 milliards de roubles.

Le déficit budgétaire de Moscou pour 2020 s’élèvera à 371 milliards de roubles, 287 milliards de roubles pour 2023 et 225 milliards de roubles en 2024.

La croissance du volume des dépenses dans le budget de Moscou en 2022 par rapport à 2021.
– Développement de l’environnement culturel et touristique et la préservation du patrimoine culturel :+ 11,2%.
– Dépenses sociales : +9,1%
– Education : + 8,8%
– Dépenses dans le secteur médical passera : +8,3%
– Soutien social aux résidents de Moscou : + 5,8%

Sur trois ans, la croissance cumulée des dépenses de santé s’élèvera à 65 %, à l’éducation – plus de 40 % et à l’aide sociale – de plus de 30 %.

Ainsi, dès le 1er janvier 2022, la pension minimale pour les retraités inactifs à Moscou passera à 21.193 roubles par mois et les prestations sociales seront elles indexées de 4,8% ;

Sources : 1,2

Moscou : ville la plus innovante dans la lutte contre le Covid19?

Ce n’est pas un secret que la Russie a été impactée par le Covid19 et que la gestion d’une ville de 14 millions d’habitants est, en temps de Pandémie, de toute évidence quelque chose de compliqué.

La gestion hautement technologique de la pandémie par les autorités moscovites ont fait que la ville est dans le top 3 en termes d’innovations dans la lutte contre le COVID-19 compilé par le centre d’analyse international StartupBlink, spécialisé dans la recherche de systèmes innovants de divers pays et villes du monde.

Moscou est derrière San Francisco et New York, mais Moscou a fait mieux que Boston, Toronto, Tel Aviv, Los Angeles, Séoul, Taipei ou San Diego et Moscou est surtout en tête en Europe.

Parmi les principales réalisations innovantes selon Startupblink figurent :
– le vaccin Spoutnik V
le site officiel du maire de Moscou, mos.ru
la création de la carter médicale électronique
l’ouverture de centres de télémédecine
l’utilisation de l’intelligence artificielle pour analyser des images médicales (radios, scanners …)
le projet « École électronique de Moscou » ayant permis aux écoliers et lycéens de continuer leurs cours en ligne 
l’application mobile Social Monitoring (un système de pass numériques pour se déplacer dans la ville)
l’organisation efficace de l’utilisation des QR Codes
le projet spécial « Coronavirus : informations officielles », qui publie des données officielles sur la situation avec COVID-19
les diverses mesures prises par la ville pour lutter contre la propagation de la maladie (déploiement de 28.000 lits, réaménagements et extensions d’hôpitaux existants
la création d’un centre de contact municipal avec une hotline ;

Moscow has been ranked among top 3 cities in terms of innovations in the fight against COVID-19

Fort de cette situation, le maire de la ville Sergey Sobyanine vient d’affirmer lors de la conférence “Ville 2030 et Progrès de l’humanité qui se tient à Dubaï durant l‘exposition universelle que: “les dispositifs digitaux / numériques créés à Moscou sont disponibles pour tout pays souhaitant recevoir des soins médicaux de haute qualité

Интервью мэра Москвы Сергея Собянина РИА Новости - РИА Новости, 1920, 03.12.2021

Apparition de taxi aériens à Moscou

Au cours de la dernière conférence d’affaires dans le domaine de la technologie et de l’innovation “Révolution technologique nationale 20.35” le directeur général de la société qui crée des drones-taxi Hover, Alexander Atamanov, a annoncé que son entreprise envisageait de commencer à survoler Moscou en 2023-2025 et que le coût d’un voyage en taxi aérien pourrait être d’environ 200 roubles par kilomètre, soit 2,5 euros.

L’entreprise développe un modèle de taxi aérien depuis 2019, date à laquelle l’entreprise a levé 3 millions de dollars et en décembre de l’année dernière la startup était estimée à 30 millions de dollars.

Le taxi volant est essentiellement similaire à un gros drone, il peut soulever deux personnes dans les airs en même temps (jusqu’à 300 kg), décolle à la verticale comme un hélicoptère, d’une zone non aménagée, par exemple d’une place de parking et peut être contrôlée à l’aide d’une télécommande radio, tout comme un quadricoptère ordinaire.

Aujourd’hui, l’appareil est capable de décoller à une altitude de 150 m et d’accélérer à une vitesse de 200 km/h. Vous ne pourrez pas voler longtemps – la batterie dure aujourd’hui 20 minutes et en plus des moteurs, le drone est équipé d’un lidar pour déterminer l’altitude, d’un baromètre, d’un accéléromètre et d’autres capteur mais aussi de caméras pour que l’appareil puisse voir et reconnaître des objets.

Avec le soutien du gouvernement russe, des amendements à la législation ont été préparés, qui permettront aux drones de participer à des opérations aériennes, de recevoir des certificats similaires aux compagnies aériennes, de transporter du fret, des bagages, du courrier et , très probablement, à l’avenir, les gens.

La société prévoit de lancer de la production industrielle à Moscou et dans trois autres régions (Kazan, Oufa et Krasnoïarsk) d’ici 2025, et d’ici 2030 d’organiser de l’assemblage à l’étranger, notamment au Moyen-Orient.

La page instagram de Hoover
La page Twitter de Hoover

Moscou vers la tolérance et l’immigration zéro ?

J’ai récemment écrit sur “la politique migratoire” de la Russie.

Il convient de parler de la situation sur Moscou.

Moscou est depuis les années 1990 une ville ouverte, dans laquelle toutes les mafias d’abord, puis le gros des migrants ensuite s’est précipité pour venir y travailler.Moscou et sa couronne contiennent le gros de la main d’œuvre immigrée et notamment pour les chantiers de construction et d’infrastructures.

Ces derniers mois, de nombreux incidents ont fait la une de la presse, concernant des problèmes de violences interethniques dans la capitale et sa grande couronne.

Durant l’été, une dizaine d’incidents ont opposés des ressortissants d’Asie centrale entre eux, certains des incidents prenant part dans le centre de la capitale ou dans des centre commerciaux et voyant la participation de jusqu’à une centaine de personnes parfois armés.

En septembre, deux migrants ont violé et tué une retraitée russe de 67 ans dans le nord de la région de Moscou.

Plus récemment, les habitants de quartiers dortoirs du sud de la ville de Moscou se sont organisés en patrouille pour assurer un peu de securite après un viol et des agressions dans leurs quartiers commis par des mafias de ressortissants d’Asie centrale qui se sont regroupés dans ce quartier.

Une autre affaire a fait beaucoup parler d’elle, il s’agit de l’agression d’une jeune russe, Roman Kovalev par des immigrants intérieurs, c’est à dire des ressortissants du Caucase russe, j’en ai parlé sur ce blog. Il faut noter que la semaine qui a suivi cette affaire, des cas similaires ont eu lie, des ressortissants du Caucase importunant des jeunes femmes russes dans le métro, mais cette fois la population de la rame de métro s’interposant. L’ événement au eu une résonance fédérale ce qui est assez surprenant car dans les années 90 voir 2000 des agressions et notamment des attaques de ressortissants du Caucase du nord sur des russes étaient fréquents.

Ces derniers jours, 4 ressortissants d’Azerbaïdjan récemment naturalisés russes ont attaqué un père de famille devant son jeune fils et des incidents entre adolescents russes et étrangers ont aussi éclatés dans la ville de Domodedovo au sud sur est de Moscou.

Dans tous les cas, les suspects sont retrouvés et seront lourdement condamnés.

Par exemple les 4 racailles qui ont attaqué le père de famille voient leurs actes requalifiés et alourdis en tentative d’homicide notamment sur enfant mineur et ils risquent désormais des peines de prisons pouvant aller jusque 20 ans de prison ferme.

Les autorités et les médias mettent le projecteur sur ces événements mais il est une tendance de fond qui est que Moscou est de plus en plus sure.

Selon les autorités de la ville, 107.199 délits ont été commis dans la capitale soit 2,4% de moins que l’an dernier sur la même période. Le nombre de délits dans la rue a diminué de 2,8%, le nombre de braquages ​ de 26,9% et les vols d’appartements de 34,5%. Enfin le nombre de délits commis dans les lieux publics a diminué de 3,7%, le nombre de vols de rue a diminué de 25,2%, les agressions – de 19,8%.

En 2021, Moscou sous Sobyanine a un taux d’homicides qui est plus bas que le Londonistan de Sadiq Khan.

Source https://akarlin.substack.com/p/moscows-pacification

Comment évolue le nombre de délits par quartiers ?

  • Dans le centre ЦАО – (-2,5%)
  • Dans l’Est ВАО – (-11,5%)
  • Dans le Sud )ЮАО – (-8,9%)
  • Dans le nord-est СВАО (+1,8%)
  • Dans le Sud ouest ЮЗАО – (-7,5%)
  • Dans l’Ouest ЗАО – (-6,4%)
  • Dans le nord САО – (+4,1%)
  • Dans le nord ouest СЗАО – (+12,2%)
  • Dans le nouveau Moscou Новая Москва – (+ 0,3%)
  • Zelenograd Зеленоград – (+1,7%)

Comment on est en arrivé la ?

Dans les années 90, Moscou etait une ville terriblement dangereuse et sous contrôle des mafias, économiques, ethniques et religieuses. Elles contrôlaient en le soumettant au pire des fascismes.

Dans les années 2000, sous la gestion Loujkov, peu change et les agressions et faits de violences sont monnaie courante à Moscou.

Une totale reprise en main est effectuée sous l’ère Sobyanine qui aboutit à la situation actuelle ou chaque année Moscou est de plus en plus sure.

Comment ?

Il y a tout d’abord un déploiement policier massif, partout, dans les rues et les transports en commun. Ce sont souvent aussi des policiers en civils et donc ils ne sont pas visibles.

Il y a aussi un système pénal qui, à l’inverse de la France, fonctionne plutôt comme en Amérique, sanctionne lourdement les premières et petites peines. Pour faire simple, la justice russe a la main lourde et les étrangers ne sont pas épargnés car ils sont étrangers, au contraire. En outre les prisons russes ne sont en outre pas considérées comme les plus confortables du monde.

Enfin la gestion Sobyanine a vu le déploiement dans la capitale d’un colossal réseau de caméras de surveillance dans les rues et le métro et qui ont évidemment un effet direct sur la sécurité. Ce réseau qui est interconnecté, fonctionne à reconnaissance faciale, j’ y reviendrais dans un prochain article.

Dans cette logique, la mairie de Moscou vient d’annoncer entamer une réflexion sur un plan “immigration zéro” pour les chantiers de la capitale.

Les autorités discutent par exemple de remplacer les migrants et de combler au maximum le manque de main d’œuvre par des détenus, des retraités inactifs et même des lycéens à compter de la première et terminale.

L’immigration est un souci prioritaire pour les moscovites et selon toute vraisemblance les élites moscovites l’ont compris.

Roman Kovalev, héros russe ?

Le 04 octobre, sur la ligne bleue du métro , entre les stations Pervomaiskaia et Ismailovskaia, à l’est de la capitale, un incident plutôt rare pour la Russie et Moscou, a eu lieu.

Trois jeunes ressortissants du Daghestan, une république musulmane russe du Caucase du nord, en état d’ ébriété, ont importuné les gens du wagon, et notamment une jeune fille russes, violemment prise à partie et insultée.

Un jeune russe, Roman Kovalev, s’est alors interposé avant d’être violemment passé à tabac sans que personne n’intervienne malgré le fait que le métro soit plein.

La presse russe a hautement médiatisé cet événement et le pauvre Roman s’est retrouvé la star d’un jour, la mairie de Moscou lui offrant une prime de 2 millions de roubles (24.500 euros), une visite nocturne et souterraine du métro de Moscou et la procurature russe (le comite d’enquête) lui attribuant une médaille du “Valeur et du Courage”, médaille qui sera aussi attribué à la passagère qui a alerté le conducteur du train et appelé les secours.

Les trois racailles, comme le porte parole du Kremlin les a appelé, ont été rapidement arrêtés grâce notamment au système de caméras de la ville.

Vidéo de leur arrestation ci-dessous

Lors de leur arrestations l’un d’eux a sorti un objet en forme de couteau et l’autre un spray au poivre ce qui vaut la requalification de leur “tentative de meurtre avec une cruauté particulière” en “tentative de meurtre avec une cruauté particulière avec recours à la violence contre un représentant du gouvernement“, ce qui peut leur valoir une condamnation de 20 ans de prison.

La littératie financière désormais enseignée à partir de l’école primaire

La littératie financière renvoie au fait d’avoir les compétences et les connaissances nécessaires pour prendre des décisions éclairées en matière de gestion de l’argent. Comprendre des concepts de finance fondamentaux permet aux personnes de s’orienter dans le système financier.

En Russie, la littératie financière sera désormais enseignée des le CP et inscrites dans les nouvelles normes éducatives de l’État fédéral pour l’enseignement primaire et général de base, qui ont été élaborées avec la participation active de la Banque centrale de Russie.

Il s’agira également de développe chez les écoliers des compétences de comportement sûr notamment sur Internet et lors de transactions financières. Ils y apprendront également à analyser les revenus et les dépenses de la famille et à établir des plans financiers personnels.

A partir de la 5éme classe soit le CM2 francais, les élèves passeront à l’apprentissage de l’évaluation des risques liés aux activités commerciales, aux pratiques déloyales des institutions financières et à divers types de fraude financière.

Une partie de l’enseignement sera aussi consacrée au calcul des prix des biens, du coût des achats et des services, des taxes, et des cours seront consacres à la détermination de la qualité de vie d’une personne, d’une famille et du bien-être financier.

En outre, les écoliers devront apprendre à rédiger et à remplir de manière autonome des formulaires et des documents simples – des demandes, des recours, des déclarations et des procurations, y compris sous forme électronique.

Ce nouvel enseignement débutera le 1er septembre 2022, mais en accord avec les parents, les programmes pourront être modifiés dès la rentrée 2021.

Selon Sergueï Chvetsov, premier vice-gouverneur de la Banque centrale de Russie :
” l’introduction de nouvelles normes éducatives permettra à chaque écolier de notre pays de recevoir une réserve garantie de connaissances sur la finance, nécessaire à la vie, afin de comprendre comment disposer de ses revenus, augmenter son épargne et se protéger des fraudeurs financiers. La prochaine génération sera déjà en mesure de résoudre les problèmes financiers de manière plus raisonnable et, par conséquent, d’augmenter le niveau de bien-être de leurs familles et de la population dans son ensemble”.

Source

*

Nouvelle matière dans les écoles russes : “Ma RUSSIE”
L’enseignement des valeurs familiales comme nouvelle matière dans les écoles russes
Russie : révisions des programmes d’histoires
L’enseignement du patriotisme comme nouvelle matière dans les écoles russes
L’Etat russe veut contrôler les “géants d’internet”
Vers la création d’un Internet blanc en Russie ?
Vers la création d’un profil d’identifiant numérique dans l’éducation nationale russe

Nouvelles facultés liées à l’étude du cerveau et à l’intelligence artificielle

Deux nouvelles facultés liées à l’étude du cerveau et à l’intelligence artificielle au sein de l’Université d’État de Moscou.

Actuellement, l’Université d’État de Moscou comprend 41 facultés et sept branches.

En 2020, l’université a créé sept écoles scientifiques et éducatives interdisciplinaires dans des domaines de rupture.

Ils sont conçus pour combiner le processus éducatif de l’université et son potentiel scientifique afin de créer de nouveaux programmes éducatifs uniques, de former des spécialistes dotés des connaissances et des compétences les plus modernes, ainsi que de développer des domaines scientifiques interdisciplinaires prometteurs et d’obtenir des résultats scientifiques révolutionnaires.

Source

*

Nouvelle matière dans les écoles russes : “Ma RUSSIE”
L’enseignement des valeurs familiales comme nouvelle matière dans les écoles russes
Russie : révisions des programmes d’histoires
L’enseignement du patriotisme comme nouvelle matière dans les écoles russes
Vers la création d’un Internet blanc en Russie ?
Vers la création d’un profil d’identifiant numérique dans l’éducation nationale russe
Nouvelles facultés liées à l’étude du cerveau et à l’intelligence artificielle

Quel âge ont les habitants de Moscou ?

Selon les données officielles, environ 12,7 millions de personnes vivent à Moscou, ce qui correspond à 8,6% de la population de la Russie.

Selon les données officielles, Moscou est sans aucun doute la première ville de Russie en termes de population, ainsi que la ville la plus peuplée d’Europe (hors Istanbul, dont une partie de la population vit dans la partie asiatique de la ville).

Quel est le nombre d’habitant par catégorie d’âge ?

0 – 9 ans : 10%
10 – 19 ans : 8%
20 – 29 ans : 12%
30 – 39 ans : 18%
40 – 49 ans : 15%
50 – 59 ans : 14%
60 – 39 ans : 12%
> 70% : 11%

Officiellement, 3,2 millions de retraités vivent à Moscou soit 25,2% de la population de la ville, un chiffre équivalent à la moyenne du pays).

Dans la région de Moscou, les retraités sont 2,1 millions pour 7,5 millions d’habitants soit 28% de la population.

En outre 2,9 millions de citoyens sont bénéficiaires de pensions d’assurance à Moscou, et 1,9 million dans la région de Moscou.

*

Lire aussi : Evolution de la population de Moscou

Mortalité sur Moscou (juin 2021)

Pour la première fois cette année le ministère de la santé de la ville de Moscou a publié ses données sur la mortalité « avant » Rosstat (!) pour le mois de Juin 2021.

Sans surprises le mois de Juin 2021 voit une mortalité colossale, la plus importante depuis le début de la pandémie avec 16 271 décès soit 24% de plus qu’en Juin 2020 (13.128 décès) et 75% de plus qu’en Juin 2019 (9.268 décès) avant la pandémie, la tendance sur 3 ans (2017 / 2018 / 2019) étant de 9.441 décès en moyenne.

L’augmentation de la mortalité par rapport à juin 2020 (qui se situait dans le creux entre la première et la seconde vague) s’élève donc à 3145 cas.

Ceci est dû à deux raisons principales.

En juin 2021, Moscou a été frappée par la troisième vague et a connu des nouveaux records du nombre de nouveaux malades mais aussi de décès, à cause visiblement du nouveau variant Delta.
En conséquence, le Covid19 en juin a été noté comme cause principale ou co-cause de décès dans 5.527 cas sur les 6.830 décès (moyenne des 3 ans pré-covid).

Mais il y a un second facteur important qui a joué un rôle essentiel : la Chaleur. Moscou a connu des records de chaleurs en Juin (et Juillet) et comme Denis Protsenko, médecin-chef de l’hôpital clinique de la ville №40 à Moscou Kommunarka l’explique « La chaleur et le COVID sont une très mauvaise combinaison. Même si ce n’est pas un COVID sévère que nous pouvons normalement contrôler, les complications associées à la fièvre peuvent être mortelles et surtout pour les patients âgés ».
Notamment selon le Mozdrav le fait que la chaleur entraine des déshydratations, donc une augmentation de la viscosité du sang, pouvant entraîner une forte augmentation du risque de formation de thrombus, de chute de pression et provoquer des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Pour rappel et info en 2010, l’été a vu Moscou être frappé par une terrible canicule et des feux de tourbières terribles plongeant la capitale dans une brouillard de fumée, créant sur 2 mois (juillet et aout) une surmortalité de 10 à 11.000 personnes soit 5.000 / mois.

La mortalité due au coronavirus à Moscou au 1er juillet 2021 est donc selon le Mozdrav de :

• 2,78%, en ne considérant que les cas où le coronavirus était la cause principale.
• 3,88 %, en considérant tous les cas où le coronavirus était la maladie principale ou concomitante.

Mais il s’agit vraisemblablement du taux de létalité chez les cas identifiés (Case fatality rate) et non chez la totalité des cas (infection fatality rate) qui lui doit être beaucoup plus bas, sans doute autour d’1% pour une population comme celle de Moscou avec 25% de la population âgée de plus de 60 ans.

A titre d’information, pour comparer, la surmortalité à Moscou est désormais égale à New-york en terme de pourcentage de la population décédée.


Source