Category Archives: Navalny

Alexeï Venediktov sur Navalny

Alexeï Venediktov est un des journalistes russes les plus célèbres, soutien et critique du president Poutine.

Voila ce qu’il a récemment publié sur son canal Telegram suite à une discussion avec le président russe.

*

Avec la permission du président Poutine, je publie une partie de sa réponse à ma question sur l’empoisonnement d’Alexei Navalny à Omsk (lors d’une réunion à huis clos avec les rédacteurs en chef) (ce ne sont pas des citations, mais la présentation est proche du texte)

  1. Nos médecins n’ont trouvé aucune trace de substances toxiques dans les analyses.
  2. Lors d’une conversation avec le président Macron, j’ai (Poutine) demandé à nous envoyer des tests effectués dans un laboratoire français, car nos médecins n’ont rien trouvé.
    Refus.
  3. Puis j’ai proposé à nos médecins de venir en France dans ce laboratoire pour se familiariser avec les résultats de l’analyse.
    Refus.
  4. Ensuite, j’ai proposé que les spécialistes français viennent à Moscou avec les résultats, et si nous voyons que vous avez trouvé quelque chose que nous n’avons pas remarqué, même la moindre preuve, nous ouvrirons immédiatement une affaire pénale pour enquête.
    Refus.
  5. Encore une fois, nos laboratoires n’ont trouvé aucune preuve d’intoxication chimique.

Puis Poutine a pensé et a dit: “d’accord, tu peux le rendre public, Alexey”

Source : son canal Telegram

Ou ici ou la

Affaire Navalny : d’Hollywood à la forêt noire …

On en sait un peu plus sur les réseaux Navalny en Europe et en Occident et leurs rôles dans les événements de ces derniers mois.

  • On vient notamment d’apprendre via la presse officielle allemande que la fameuse video sur le soi-disant « palais de Poutine » aurait été monté en Allemagne (voir ici ou ) !

Qu’est-ce qu’on y apprend ?

Que l’équipe de Navalny a tourné et monté le film le « palais de Poutine » dans des studios neufs et récemment inaugurés en novembre 2020, situés à Kirchzarten, en Forêt Noire, les « Black Forest Studios » dirigés par Sébastien Weiland, également fondateur de Kosmofilm.

Navalny et son équipe, une 20aine de personnes venues de Berlin, auraient répondu à une demande formulée à ces studios « neufs » d’une production américaine basee à Los Angeles (pas nommée et que Sébastien Weiland ne connaissait pas malgré son expérience de travail avec des stars d’Hollywood) à propos d’un « documentaire ».

Cela s’est fait dans le plus grand secret, puisque le maire du village lui-même n’aurait lui-même pas été informé.

Voir mes articles sur les Pussy-Riot

Qu’en conclure ?

Le dossier Navalny s’opacifie et clairement une source hors de Russie se dessine, pas en Allemagne uniquement, mais aux Etats-Unis. Peu importe s’il s’agit d’une action citoyenne et civique d’une star d’Hollywood qui voulait rendre justice (?) ou s’il s’agit d’une commande poussée par … Des services étrangers et ce via des prestataires privés et simplement « militants ».

Un peu de mal est fait et tous les regards russes pourraient se tourner vers l’Allemagne …

L’augmentation des tensions entre la Russie et l’Allemagne, dans le contexte de North-Stream 2, tomberait à point nommé pour certains, suivez mon regard.
D’ailleurs la diplomatie américaine continue sa pression diplomatique pour « exiger » (?) la libération d’Alexeï Navalny.

Imagine t’on si une obscure entreprise chinoise de production contactait des activistes américains pro-Trump, via une entreprise de production « indépendante » installée en Russie, pour publier des documentaires visant à dénoncer la corruption du Clan Biden ?
Comment réagirait la diplomatie américaine ?

Une chose est sûre : ces bruits de fonds “de l’étranger” ne jouent certainement pas en faveur d’Alexei Navalny

2021 : la fin de Navalny ?

Inconnu du grand public, Alexeï Navalny commencé sa carrière en politique comme conseiller du gouverneur de l’oblast de Kirov, Nikita Belych qui sera arrêté en 2016 et condamné à 8 ans de prison en 2018 pour un pot de vin de 400 000 euros.

Alexeï Navalny émerge sur la scène publique à la suite des manifestations de 2011 sur la place des maris (Bolotnaïa) qui font suite aux élections législatives de 2011.

Il faut dire que les quelques 60.000 russes qui sont là ce jour-là, sont entourés des vieux dinosaures de l’opposition russe qui n’ont en commun que de ne pas pouvoir rassembler plus de quelques pourcents lors des élections ou péniblement, ils arrivent à se présenter.

Navalny est jeune et au milieu des dinosaures, il émerge comme un visage neuf et se présente comme un lanceur d’alerte anti-corruption, ce qui évidement plait à tout le monde mais fait plutôt sourire les initiés qui savent que Navalny est tout sauf un saint.

En 2013 il connaît son heure de gloire lors de la campagne pour la mairie de Moscou ou en faisant une campagne de terrain efficace il profite du dégoût des moscovites las du Loujkovisme et sa calamiteuse gestion de la ville, et obtient 27% des voix au premier tour.

De facon surprenante, Navalny est alors immédiatement, malgré son passé de militant nationaliste et anti-immigration,  devenu l’idole des journalistes étrangers, qui ont fait de lui le principal opposant à Poutine, un héros anti-corruption, un chevalier blanc face la dictature du Mord … Pardon du Kremlin et surtout l’ennemi numéro 1 du Tsar de Russie qui, du reste, le craindrait tellement qu’il refuserait toujours de citer son nom.

Navalny est de toute évidence l’homme que les occidentaux aimeraient voir à la tête de la Russie car, de toute évidence, il leur plaît car il leur est favorable. Il a le soutien des oligarques en exil, Khodorkovski en tête.  

Navalny est aussi invincible, il ne va jamais en prison plus de 30 jours, il ne sort jamais de prison en mauvais état, il continue ses activités en vivant en Russie sans craintes et en 2020 il devient le premier homme non pas à marcher sur Mars mais que le FSB ne serait pas arrivé à assassiner, sur le territoire russe.

Exfiltré en Allemagne comme un oligarque pour y être soigné (chance que la grande majorité des russes n’ont pas) il se remet à une vitesse grand V d’un empoisonnement au Novichok (!) et, durant sa rapide convalescence, arrive sans l’aide des services secrets étrangers bien entendu à entrer en contact avec les agents du FSB ayant tenté de le tuer (!) dont l’un confessera tranquillement au téléphone en se faisant enregistrer …

Héroïque, il décide de rentrer en Russie pour continuer sa lutte contre le Mordor et Vladimir Poutine. Arrêté à son arrivée il est condamné à 30 jours de prison. Après son arrestation il sort une vidéo sur une prétendue révélation d’un « palais de Poutine » qui serait la confirmation du summum de la corruption du système russe actuel. Pour les francais et les journalistes qui ne font pas leur travail ça ressemblait à une révélation, pourtant il n’en est rien. Ce « palais », bâti par un Italien, date de 2007 et appartient officiellement depuis 2011 à un oligarque russe du sud de la Russie.

Cette vidéo, cumulée à l’arrestation « injuste » et « illégale » d’Alexeï Navalny devait être le catalyseur d’une grande journée de manifestation nationale ce samedi 23 janvier 2021. Certains commentateurs et observateurs pensaient même que cette journée allait être le point de départ d’une situation à la Biélorusse voir d’un Maïdan russe.

Et puis il y a le réel et les faits.

Pourquoi Navalny est-il en prison ?

Continue reading

Une alliance orange-brune?

imagesIl y a près de deux ans, j’écrivais une tribune qui tentait d’expliquer la naissance quasi-inévitable d’un courant politique nouveau en Russie, sorte de syncrétisme entre une version modérée et occidentalisée du libéralisme des années 90 et une version 2.0 moins modérée du nationalisme russe, dans sa version la moins impériale mais la plus nationale, sur le modèle européen.

Ce courant politique nouveau a pris la succession des nationalismes préhistoriques et impériaux classiques de Russie et aussi la succession des courants ultra libéraux sans foi ni morale des années 90, en créant une nouvelle idéologie que l’on qualifie de nationale-démocrate ou nationale-libérale.

Ce courant sociopolitique a en réalité surtout émergé à Moscou et Saint Petersbourg, lors des grandes manifestations de fin 2011 qui ont fait suite aux élections nationales que ces manifestants jugeaient truquées et injustes. Cette idéologie est donc très en vogue aujourd’hui chez les jeunes russes des grandes villes modernes qui souhaitent s’identifier culturellement, moralement et politiquement à l’Europe de l’Ouest et à l’occident en général.  On a majoritairement qualifié, à tort ou à raison, de « classe créative » cette fraction de l’opinion, en quelque  sorte l’équivalent russe du Bobo Français.

Pourtant les tentatives d’entrée en politique de ce mouvement créatif, national et libéral ont jusqu’à maintenant échoué. Les figures marquantes de ce mouvement n’ont pas pu passer le barrage des urnes lors des échéances électorales qu’elles ont affronté. Continue reading

Navalny a obtenu plus que prévu?

Les médias français nous assènent que Navalny aurait obtenu plus que prévu, car celui ci était soi disant donné a entre 12 et 14% dans les sondages et aurait obtenu deux fois plus au final …

Vraiment? 🙂

En fait non!

Les sondages se basent sur des “sondés” en incluant des “contre tous” ou “je ne vote pas”, il est donc sans doute difficile d’obtenir des estimations de scores concrets de candidats en tenant compte des candidats…

Par contre on peut estimer le niveau réel de voix des candidats qui sont “surs” de leurs choix et en enlevant les abstentionnistes ou ceux décidés a voter blanc…

Super-Job a fait ce sondage sur 1.600 moscovites sur d’aller voter et de leur choix en Juillet2013 qui donnait déjà Navalny a … 26% et Sobianine a 62%… Cela confirme que les électeurs de Navalny se sont plus motivés et déplacés que les autres (son score étant reste stable par rapport a cette prévision) pendant que les électeurs de Sobianine eux ne se sont pas assez déplacés, sans doute car ils étaient trop certains de la victoire de leur candidat.

Безымянный

Quelques réflexions sur les résultats de l’élection municipale anticipée de Moscou

637275831625-869503863727.pngMoscou a donc voté et les résultats sont sans doute mi figue mi raisin, tant pour le Kremlin que pour l’équipe de campagne d’Alexeï Navalny. Les résultats définitifs sont désormais connus, le maire actuel a remporté l’élection au premier tour avec 51,37% des voix, l’opposant blogueur Alexeï Navalny a lui récolté 27.24%, le candidat communiste 10,69%, le candidat de l’opposition libérale Iabloko 3,51% des voix, le candidat du parti nationaliste LDPR 2,86% et enfin le candidat du parti Russie Juste 2,79%.

Plusieurs enseignements peuvent être tirés de ce scrutin.

Tout d’abord la très faible participation (32%) qui a fortement avantagé le candidat Navalny dont les électeurs, plus militants et motivés, se sont fortement mobilisés. Malgré l’enjeu et une excellente campagne de terrain, ce dernier n’a pour autant réussi à mobiliser que 630.000 électeurs, bien loin du réservoir de 868.000 voix que le Candidat Prokhorov avait obtenu à Moscou lors de l’élection présidentielle de 2012. Ce Ghetto quantitatif / électoral de l’opposition dite libérale reste stable a Moscou depuis 1999 si l’on pense par exemple aux 510.0000 voix de Serguey Kirienko (ex-Premier ministre) ou les quelques 500.000 voix d’Alexandre Lebedev en 2003.

Le pouvoir central peut lui savourer une nouvelle victoire au premier tour d’un de ses candidats mais cette fois il s’en est fallu de peu qu’un second tour ne soit nécessaire. Le maire élu aura donc peu mobilisé et obtenu dans la capitale 1.193.178 voix, à comparer aux 1.994.300 voix obtenu par Vladimir Poutine à l’élection présidentielle de 2012. Continue reading