Category Archives: Démographie

Causes de mortalité et comparaison

Pour faire suite a mon dernier article de synthèse sur la démographie russe en 2020 , le site Gogov.ru vient de publier une intéressante statistique comparative de la mortalité sur les 5 dernières années.

Comme on peut le voir : la mortalité en Russie est stable est en lente diminution chaque année malgré la hausse constante de l’espérance de vie (passée de 71,7 ans en 2016 à 73,9 ans en 2019) et donc le vieillissement de la population.
Preuve s’ll en est la mortalité par vieillesse qui « baisse » en Russie, invalidant la théorie des classes d’âges trop âgées ne survivant pas à l’épidémie.
Les décès par vieillesse représentaient 108.744 décès en 2016 et 5,74% du total des décès, contre 103.211 décès en 2020 soit 4,82% du total des décès.

– Comme on peut le voir, la cause principale des décès sont les décès pour maladies cardiovasculaires (par ailleurs la première cause de décès dans le monde) ce qui ne change pas depuis 2016.
Entre 2016 et 2020 cette classe de décès passe de 904.055 décès à 938.536 en 2020 soit une hausse de seulement 3,81%.
Ces décès représentaient 47% des décès en 2016, contre 43,88% en 2020.

– Les décès pour tumeurs sont en baisse également, passant de 299.652 en 2016 (15,84% du total des décès) contre 296.000 personnes en 2020 soit 13,8% du nombre total des décès.

– En 2020 le Covid19 serait selon Rosstat la 3-ieme cause de mortalité en Russie avec 144.691 décès soit 6,76% du total des décès de 2020.
En réalité, ces chiffres sont plausiblement sous-estimés car se sont le total des chiffres remontés par Rosstat par les Zags des sujets de la fédération de Russie, eux-mêmes alimentés par les déclarations des hôpitaux.
Si dans les zones plutôt transparentes statistiquement, 70 – 80% de la surmortalité de la période est justifiée par le Covid19 comme nous cela a été démontré à maintes reprises sur ce blog, dans de nombreuses zones grises ou peu transparentes mais fortement touchées par le Covid19, les décès Covid19 déclarés sont minimes dans la surmortalité.
Il est en effet curieux que sur 12 mois de 2020, la surmortalité de 23% sur l’oblast de Lipetsk, de 44,5% en Tchétchénie, de 21% en Bachkirie ou de 19,5% dans l’Oblast de Leningrad ne soient que peu dus au Covid19 tandis que sur Moscou et Saint Petersbourg par exemple des surmortalités de 23,3% et 22,9% soient à hauteur de 70 / 80% expliqués par le Covid19.

En réalité, tout s’explique dans les chiffres publics de Rosstat qui seront encore mis à jour en 2021 et 2022.

Par exemple en 2020, 96.500 personnes sont décédées de maladies respiratoires, soit 63,1% de plus qu’en 2019 (59.200 cas) et parmi eux, 58.300 personnes sont décédées d’une pneumonie (contre 23.912 en 2019 soit une hausse de 143%).
Un chiffre étonnant sachant que sur les 3 premiers mois de 2020, malgré l’hiver les décès par pneumonie avaient diminué de 15,3% par rapport à 2019 et ce dans 56 sujets sur 85 tandis que les hospitalisations pour pneumonies n’avaient recommencé à augmenter à partir de fin mars 2020, au moment du début de l’épidémie de Covid dans le pays.
Cela co-explique sans doute la surmortalité, nombre de décès par pneumonies Covid peuvent avoir été qualifiés de décès par pneumonies puisque la Russie a fait face (comme ses voisins) a une vague de pneumonies atypiques colossale sur 2020 (Внебольничная пневмония) avec 4 fois plus de pneumonies que les années précédentes notamment l’été dans le sud du pays, sud qui, comme mentionné plus haut, a vraisemblablement sous déclaré les décès Covid mais a connu la plus forte surmortalité sur 2020.

Sans surprises cette hausse de la mortalité des organes respiratoires concerne majoritairement les zones impactées par le Covid19 mais sans mortalité Covid officielle.

– Il faut mentionner aussi la hausse surprenante de décès par diabète qui est passé de 41.153 décès en 2019 à 51.779 en 2020 soit une hausse de 25% ; le diabète étant l’une des deux principales comorbidités Covid.

– Enfin dans certaines régions, l’augmentation de la surmortalité n’est même pas expliquée par les données Rosstat actualisées : il s’agit de la Région de Léningrad et de la Mordovie. Les bureaux d’enregistrement de la région de Léningrad n’ont, par exemple, pas enregistré d’augmentation significative des décès dus aux maladies des systèmes respiratoire et circulatoire, ainsi que directement du coronavirus – il s’avère tout simplement que quelques 4.000 décès supplémentaires n’ont été officiellement expliqués d’aucune manière.

La surmortalité Covid “maquillée” avoisine donc plausiblement plusieurs dizaines de milliers de décès et, vraisemblablement, le nombre de décès du Covid19 devrait plutot se rapprocher des 200 / 240.000 cas sur 2020 soit entre 60 et 70% de la surmortalité totale du pays.

Autre faits intéressants :

  • La hausse des décès dus au maladies du système nerveux,qui passent de 83.925 en 2016 à 122.251 en 2020. Rosstat ne donne pas de détails, les AVC ?
  • La hausse des décès dus a l’alcool, qui remontent “un peu” avec 50.435 décès en 2020 contre 47 427 en 2019.
  • Les décès par suicides sont eux fortement en baisse, passant de 23.119 en 2016 contre 17.192 en 2019 et 16.546 en 2020.
  • Les homicides sont eux aussi fortement en baisse avec 10.659 homicides en 2016 contre 6.859 en 2020. La Russie de Poutine a désormais un taux d’homicide 60% plus faible que l’amérique de #BLM
https://www.unz.com/akarlin/us-homicide-rate-60-higher-than-russias-in-2020/

Quel âge ont les habitants de Moscou ?

Selon les données officielles, environ 12,7 millions de personnes vivent à Moscou, ce qui correspond à 8,6% de la population de la Russie.

Selon les données officielles, Moscou est sans aucun doute la première ville de Russie en termes de population, ainsi que la ville la plus peuplée d’Europe (hors Istanbul, dont une partie de la population vit dans la partie asiatique de la ville).

Quel est le nombre d’habitant par catégorie d’âge ?

0 – 9 ans : 10%
10 – 19 ans : 8%
20 – 29 ans : 12%
30 – 39 ans : 18%
40 – 49 ans : 15%
50 – 59 ans : 14%
60 – 39 ans : 12%
> 70% : 11%

Officiellement, 3,2 millions de retraités vivent à Moscou soit 25,2% de la population de la ville, un chiffre équivalent à la moyenne du pays).

Dans la région de Moscou, les retraités sont 2,1 millions pour 7,5 millions d’habitants soit 28% de la population.

En outre 2,9 millions de citoyens sont bénéficiaires de pensions d’assurance à Moscou, et 1,9 million dans la région de Moscou.

*

Lire aussi : Evolution de la population de Moscou

Les retraités russes constituent 25% de la population du pays

Le ministère du travail russe (RossTrud) vient de donner des chiffres intéressants sur les répartitions de populations en Russie par tranche d’âge.

Selon les données préliminaires de Rosstat, en 2020 dans la Fédération de Russie, le nombre de citoyens qui n’est plus en âge de travailler a atteint 36.895.700 personnes au 01/01/2021 contre 36.628.500 au personnes au 01/01/2020.

La population russe étant de 146,2 millions de personnes, le nombre de citoyens qui n’est plus en âge de travailler correspond à 25,2% de la population du pays.

Le nombre de bénéficiaires de pensions en 2020 en Russie s’élevait à 43,5 millions de personnes, incluant les retraitées et les citoyens ayant des régimes speciaux et des retraites avancées.

Source

Mortalité sur Moscou (juin 2021)

Pour la première fois cette année le ministère de la sante de la ville de Moscou a publié ses données sur la mortalité « avant » Rosstat (!) pour le mois de Juin 2021.

Sans surprises le mois de Juin 2021 voit une mortalité colossale, la plus importante depuis le début de la pandémie avec 16 271 décès soit 24% de plus qu’en Juin 2020 (13.128 décès) et 75% de plus qu’en Juin 2019 (9.268 décès) avant la pandémie, la tendance sur 3 ans (2017 / 2018 / 2019) étant de 9.441 décès en moyenne.

L’augmentation de la mortalité par rapport à juin 2020 (qui se situait dans le creux entre la première et la seconde vague) s’élève donc à 3145 cas.

Ceci est dû à deux raisons principales.

En juin 2021, Moscou a été frappée par la troisième vague et a connu des nouveaux records du nombre de nouveaux malades mais aussi de décès, à cause visiblement du nouveau variant Delta.
En conséquence, le Covid19 en juin a été noté comme cause principale ou co-cause de décès dans 5.527 cas sur les 6.830 décès (moyenne des 3 ans pré-covid).

Mais il y a un second facteur important qui a joué un rôle essentiel : la Chaleur. Moscou a connu des records de chaleurs en Juin (et Juillet) et comme Denis Protsenko, médecin-chef de l’hôpital clinique de la ville №40 à Moscou Kommunarka l’explique « La chaleur et le COVID sont une très mauvaise combinaison. Même si ce n’est pas un COVID sévère que nous pouvons normalement contrôler, les complications associées à la fièvre peuvent être mortelles et surtout pour les patients âgés ».
Notamment selon le Mozdrav le fait que la chaleur entraine des déshydratations, donc une augmentation de la viscosité du sang, pouvant entraîner une forte augmentation du risque de formation de thrombus, de chute de pression et provoquer des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Pour rappel et info en 2010, l’été a vu Moscou être frappé par une terrible canicule et des feux de tourbières terribles plongeant la capitale dans une brouillard de fumée, créant sur 2 mois (juillet et aout) une surmortalité de 10 à 11.000 personnes soit 5.000 / mois.

La mortalité due au coronavirus à Moscou au 1er juillet 2021 est donc selon le Mozdrav de :

• 2,78%, en ne considérant que les cas où le coronavirus était la cause principale.
• 3,88 %, en considérant tous les cas où le coronavirus était la maladie principale ou concomitante.

Mais il s’agit vraisemblablement du taux de létalité chez les cas identifiés (Case fatality rate) et non chez la totalité des cas (infection fatality rate) qui lui doit être beaucoup plus bas, sans doute autour d’1% pour une population comme celle de Moscou avec 25% de la population âgée de plus de 60 ans.

A titre d’information, pour comparer, la surmortalité à Moscou est désormais égale à New-york en terme de pourcentage de la population décédée.


Source

Démographie de la Russie pour mai 2021

Rosstat a publié ses chiffres de mortalité pour Mai 2021 en Russie.

Mai 2021 a vu 106.661 naissances contre 109.589 en mai 2020 soit une diminution des naissances de 2,9% et 3.198 naissances en moins.

Mai 2021 a vu 162.283 décès contre 172.914 décès en mai 2020 soit une diminution des décès de 6,1% et 10.631décès en moins.

Rosstat annonce que 12.779 décès sont dus au Covid comme cause principale et 3.176 décès sont dus au Covid comme cause ayant accéléré la mort du patient soit 17.132 décès soit en proportion 12% des décès du mois.
Cela veut dire qu’1 personne sur 8 qui morte en Russie en mai 2021 est morte avec le Covid.
Pour rappel mai 2018 avait connu 147.225 décès et mai 2019 avait lui connu 149.165 décès.

En bleu : la moyenne 2015 / 2019
En Noir : 2020
En vert : 2021

Sur les 5 premiers mois de 2021 il est né 554.286 russes contre 562.477 sur les 5 premiers mois de 2020 soit une baisse de 8.188 naissances et une diminution de 1,5%.
C’est clairement un signe que la natalité a arrêté de diminuer en Russie si l’on prend en compte d’une année à l’autre la baisse du nombre de femmes en age de procréer, et l’effet de la crise économique en cours.

Pour les décès c’est une autre histoire, il est mort 914.389 personnes sur les 5 premiers mois de 2021 contre 783.781 personnes sur les 5 premiers mois de 2020 soit une hausse de 16,7% avec 130.608 personnes décès en plus.

Sur les 5 premiers mois de 2021, la baisse de population est donc de 360.100 personnes contre une baisse de population de 221.304 pour les 5 premiers mois de 2021, la baisse de population a donc augmenté de 60% et c’est une très mauvaise tendance.

*

La mortalité devrait repartir à la hausse sur Juin et Juillet avec la 3-ieme vague.

On sait que Juin 2020 a vu la mortalité augmenter de 14% par rapport a Juin 2020 soit plausiblement 185.544 décès contre 162.758 décès en juin 2020 et 137.237 décès en juin 2019.

En juillet, la situation devrait malheureusement être similaire à Juin au vu des chiffres de mortalité forts que la Russie connait en Juillet.

*

Pour rappel au 30/04 selon ROSSTAT depuis le debut de la pandémie
– 270.000 décès sont dus au Coronavirus (cause principale ou concomitante)
– 182.800 décès sont dus au Coronavirus (cause principale)

Natalité en Russie 2020 : quelques chiffres

J’ai déjà écrit sur la synthèse démographique de Rosstat concernant la mortalité il y a quelques jours, maintenant, regardons la natalité en Russie en 2020.

Il est né en 2020, en Russie, 1.435.514 habitants contre 1.481.074 en 2019 soit une baisse de 44.560 naissances sur 12 mois.


/ A quel âge les femmes russes font des enfants ?

Les tranches d’âges qui font le plus d’enfants :
– les femmes de 30 ans avec 93.811 enfants
– les femmes de 31ans avec 93.582 enfants
– les femmes de 32 ans avec 91.622 enfants
– les femmes de 29 ans avec 90.875 enfants
– les femmes de 28 ans avec 86.097 enfants
– les femmes de 33 ans avec 85.963 enfants
– les femmes de 27 ans avec 79.183 enfants
– les femmes de 26 ans avec 76.096 enfants
– les femmes de 34 ans avec 74.695 enfants   
– les femmes de 25 ans avec 73.845 enfants   

Ces 10 classes d’âge représentent 845.769 naissances soit 57,1% des naissances.

 / A quel âge les femmes russes font leur premier enfant ?

– les femmes de 25 ans avec 39.401 premiers enfants
– les femmes de 24 ans avec 37.455 premiers enfants
– les femmes de 26 ans avec 37.141 premiers enfants
– les femmes de 27 ans avec 34.309 premiers enfants
– les femmes de 23 ans avec 34.163 premiers enfants

En 2020 en Russie sont nés 524.238 premiers enfants.

/ A quel âge les femmes russes font leur second enfant ?

– les femmes de 31 ans avec 40.768 seconds enfants
– les femmes de 30 ans avec 40.693 seconds enfants
– les femmes de 32 ans avec 39.954 seconds enfants
– les femmes de 29 ans avec 38.373 seconds enfants
– les femmes de 33 ans avec 36.369 seconds enfants

En 2020 en Russie sont nés 519.571 seconds enfants

/ A quel âge les femmes russes font leur troisième enfant ?

– les femmes de 33 ans avec 21.654 troisièmes enfants
– les femmes de 32 ans avec 20.889 troisièmes enfants
– les femmes de 34 ans avec 20.159 troisièmes enfants
– les femmes de 31 ans avec 19.554 troisièmes enfants
– les femmes de 35 ans avec 19.153 troisièmes enfants

En 2020 en Russie sont nés 259.793 troisièmes enfants

/ A quel âge les femmes russes font leur quatrième enfant ?

– les femmes de 33 ans avec 6.580 quatrièmes enfants
– les femmes de 34 ans avec 6.380 quatrièmes enfants
– les femmes de 32 ans avec 6.193 quatrièmes enfants
– les femmes de 35 ans avec 6.154 quatrièmes enfants
– les femmes de 36 ans avec 5.923 quatrièmes enfants

En 2020 en Russie sont nés 82.260 quatrièmes enfants

/ A quel âge les femmes russes font leur cinquième enfant et plus ?

– les femmes de 35 ans avec 3.608 cinquièmes enfants
– les femmes de 34 ans avec 3.606 cinquièmes enfants
– les femmes de 33 ans avec 3.602 cinquièmes enfants
– les femmes de 36 ans avec 3.470 cinquièmes enfants
– les femmes de 37 ans avec 3.433 cinquièmes enfants

En 2020 en Russie sont nés 45.972 cinquièmes enfants et plus.

Chose incroyable, 4.680 naissances sont indéterminées.

/ Et les mineures ?

Les jeunes femmes /filles de < 17 ans ont en Russie en 2020 accouchées de 11.190 enfants, soit 0,75% des naissances.
Elles comptent pour 10.449 premiers enfants, 684 seconds enfants, 35 troisièmes naissances et 1 quatrième enfant.

3 jeunes femmes de 12 ans ont accouchées, 34 de 13 ans, 198 de 14 ans, 813 de 15 ans, 2.722de 16 ans et 6.679 de 17 ans.

/ Dimension sociale

Les jeunes femmes avec des diplômes d’éducation du supérieur font le plus leurs enfants entre 30 et 34 ans, les jeunes femmes ayant entamé leur éducation supérieure mais ne l’ayant pas terminé font le plus leurs enfants entre 25et 29 ans tandis que le reste fait le gros des enfants entre 20 et 24 ans.

*

Sur les 1.481.074 naissances en 2020 en Russie quelques 311.174 sont des naissances hors mariages soit 21,7% du total des naissances. Ce chiffre est en légère augmentation par rapport à 2019, avec 309.230 naissances soit 20,9% du total des naissances.

/ A quel âge les femmes accouchent hors mariage ?

Le gros sont les femmes de 30/34 ans avec 81.969 naissances, puis les femmes de 25/29 ans avec 65.810 naissances et les femmes de 20/24 ans avec 61.586 naissances.
En outre 25.413 naissances ont lieu chez les femmes de 15/19 ans et 230 naissances chez les femmes < 14 ans.

/ Ou les femmes accouchent le plus « hors » du mariage ?

Dans l’extrême orient : 29,9% des naissances
En Sibérie : 26,6% des naissances
Dans l’Oural : 22,1% des naissances
Dans le nord-ouest du pays : 21,7% des naissances
Dans le Caucase du nord : 20,9% des naissances
Dans le sud du pays : 20,2% des naissances
Dans le centre du pays : 19,8% des naissances
Dans la Volga : 19,4% des naissances

Les records sont à Tiva (57,7% des naissances), en Nénétsie (43,4%) et en Chukotka (39,6%).

La ou les femmes accouchent le moins hors du mariage sont la Kabardino-Balkarie (10,5% des naissances), l’Oblast de Belgorod (14% des naissances), l’Oblast de Penza (14,3%) et le Tatarstan (15%).

Combien d’étrangers ont obtenu des permis de séjour permanents en Russie en 2020

Les permis de séjour permanents ou вид на жительство en russe sont le dernier statut légal avant de demander la nationalité russe, les titulaires de ces documents constituent donc la reserve démographique la plus certaine du pays dans les prochaines années car nombre d’entre eux devraient devenir des citoyens russes.

Au total en 2020 ce sont 223.221 permis de residence qui ont été attribués.

Quelles sont les nationalités s’étant vu attribués des permis de séjours permanent ?

  • Tadjikistan – 48.691 permis soit 21,8% du total.
  • Ukraine – 36.790 permis soit 16,5% du total.
  • Kazakhstan – 25.278 permis soit 11,3% du total.
  • Ouzbékistan – 24.055 permis soit 10,8% du total.
  • Azerbaïdjan – 19.359 permis soit 8,7% du total.

Quelles sont les régions attribuant des permis de séjours permanent ?

  • Région de Moscou – 25.673 permis (11,5%).
  • Moscou – 24 590 permis (11%).
  • Saint-Pétersbourg et la région de Leningrad – 14.803 permis (6,6%).
  • Territoire de Krasnodar – 10 .623 permis (4,8%).
  • Région de Sverdlovsk – 9 236 permis (4,1%).

Quelle est la répartition par districts ?

  • District fédéral du centre : 82.896 permis.
  • District fédéral du Nord-Ouest 28.861 permis.
  • District fédéral du Sud 26.457 permis.
  • District fédéral du Caucase du Nord 7.451 permis.
  • District fédéral de la Volga 28.243 permis.
  • District fédéral de l’Oural 24.589 permis.
  • District fédéral sibérien 23.276 permis.
  • District fédéral extrême-oriental 6.841 permis.

Source

Combien d’ukrainiens ont obtenu la nationalité russe de 1992 à 2020

Combien d’étrangers ont obtenu la nationalité russe de 1992 à 2020

Combien d’ukrainiens ont obtenu la nationalité russe de 1992 à 2020

1992 – 230 personnes
1993 – 1.287 personnes
1994 – 24.980 personnes
1995 – 73.110 personnes
1996 – 74.082 personnes
1997 – 81.551 personnes
1998 – 81.169 personnes
1999 – 66.849 personnes
2000 – 68.730 personnes
2001 – 72.449 personnes
2002 – 53.396 personnes
2003 – 7.623 personnes
2004 – 50.593 personnes
2005 – 94.133 personnes
2006 – 66.502 personnes
2007 – 55.424 personnes
2008 – 58.500 personnes
2009 – 62.025 personnes
2010 – 5.715 personnes
2011 – 7.783 personnes
2012 – 12.803 personnes
2013 – 15.646 personnes
2014 – 22.200 personnes

2015 – 67.400 personnes
2016 – 100.696 personnes
2017 – 85.119 personnes
2018 – 83.081 personnes
2019 – 299.422 personnes
2020 – 409.549 personnes

TOTAL : 2.102.047 dont 1.045.267 depuis le Maidan soit 49,7% des naturalisations.

NB : en 2014, les résidents de Sébastopol et de la République de Crimée ont reçu la nationalité russe dans le cadre de la loi constitutionnelle fédérale n° 6-FKZ du 21/03/2014. Ces naturalisations n’ont pas été prises en compte dans les statistiques annuelles du FMS mais le nombre total de passeports délivrés est de 2.293.673.

Le nombre de citoyens ukrainiens naturalisés à la citoyenneté de la Fédération de Russie par l’intermédiaire des ambassades et consulats du Ministère des affaires étrangères de la Fédération de Russie est de 19.900 sur la période allant de 1998 à 2020.

TOTAL : 2.121.947 mais avec Sébastopol et de la République de Crimée TOTAL de 4.415.620 sur les 10.377.424 étrangers qui ont pris la nationalité russe entre 1992 et 2020 soit 42% du total des naturalisations.

Concernant encore les ukrainiens et la Russie

– En 2020, 409.549 citoyens ukrainiens ont donc reçu la nationalité russe

– En 2020, 36.790 permis de séjour permanents ont été attribués à des Ukrainiens.
–> 124.528 Ukrainiens vivent en Russie avec un permis de séjour permanent.

– En 2020, 19.615 permis de séjour temporaire ont été attribués à des Ukrainiens.
–> 68,673 Ukrainiens vivent en Russie avec un permis de séjour temporaire.

– En 2020, ce sont 204 269 citoyens ukrainiens qui ont visité la Fédération de Russie lors de visites privées, 148.63 citoyens – pour le travail, 10 115 citoyens – à des fins d’études, 19.086 citoyens – comme touristes et pour d’autres raisons – 23.819 citoyens.

– Enfin il faut noter que dans les deux républiques du Donbass les naturalisations russes sont en forte croissance depuis le décret de Vladimir Poutine du 24/04/2019 facilitant la naturalisation des habitants du Donbass.
On estime qu’aujourd’hui 639.000 citoyens du Donbass ont reçu le passeport russe (sur un total d’environ 3,7 millions d’habitants pour ces deux républiques) soit 18% de la population dont une francaise 🙂

Source

*

Combien d’étrangers ont obtenu la nationalité russe de 1992 à 2020

La Russie simplifie l’acquisition de la citoyenneté pour les étrangers ayant des enfants russes

Les parents nés à l’étranger de citoyens russes de plus de 18 ans peuvent désormais obtenir la nationalité russe grâce à une procédure de naturalisation simplifiée, selon un nouvel amendement.

  • Désormais tous les parents étrangers résidant en Russie au moment de la demande peuvent désormais renoncer à la condition de résidence de cinq ans. Auparavant, seuls les parents d’enfants handicapés étaient admissibles à l’exemption de l’exigence de résidence.
  • L’amendement comprend également une procédure simplifiée de demande de citoyenneté pour les étrangers de langue maternelle russe. Cette mesure fait partie des vastes réformes de l’immigration de la Russie proposées par le président Vladimir Poutine en 2018 visant à organiser l’immigration.

Mortalité en Russie 2020 : chiffres et réflexions

On commence a y voir plus clair dans le rôle du Covid19 sur l’importante surmortalité russe.

/ Rosstat vient de faire son premier dossier de synthese sur 2020 et le Covid.
Selon Rosstat le Covid 19 serait responsable de la mort de 144.691 personnes sur 12 mois de 2020 soit l’équivalent de 45% de la surmortalité de l’année et 6,8% de la mortalité totale de l’année 2020 (2,14 millions de personnes).
Sur ces 144.600 personnes le Covid19 serait la cause unique et principale de décès de 104.800 personnes.

Sur 12 mois, Rosstat affirme donc que le Covid serait responsable de l’équivalent de 54% de la surmortalité et, sur 13 mois, toujours selon Rosstat, soit entre avril 2020 et avril 2021, 182.800 personnes seraient mortes du Covid19 avec le Covid comme cause unique et principale et 270.300 personnes sont mortes avec le Covid19 comme cause unique, principale ou secondaire soit l’équivalent de 58,5% de la surmortalité.

–> Cette estimation est sans doute un peu erronée puisque les chiffres émis et donc remontés à Rosstat par les sujets de la fédération de Russie les moins transparents et qui ont le plus de surmortalité sont de toute evidence erronés.
Comme je l’ai déjà écrit sur ce blog, plus les zones sont transparentes et plus le Covid19 y est attribué comme responsable de la surmortalité CF Moscou, Saint-pétersbourg ou Mourmansk.
Par contre plus les régions sont opaques et moins le Covid19 y est déclaré comme cause de décès CF Le Caucase du nord, la Volga ou des zones corrompues que sont la région de Leningrad, Lipetsk ou certaines républiques.

2/ Autre curiosité statistique de 2020 : les causes de décès.
La mortalité en Russie baisse depuis 10 ans.


source

– Traditionnellement le gros des décès est cardiovasculaire en Russie.
2020 n’echappe pas à la règle (43,9% du nombre total de décès l’année dernière) mais avec des décès pour troubles cardiovasculaires en hausse de 11,6% par rapport à 2019, sachant que le système cardiovasculaire est directement impacté par les infections au Covid19 tout comme le cœur.
Du reste la plus forte hausse dans le groupe des maladies cardiovasculaires de Rosstat concerne les décès par crises cardiaques.
Curieux alors que sur les 3 premiers mois de 2020 le nombre de ces décès avait diminué de 6,7% par rapport à 2019 et ce dans 73 sujets sur 85.

Addendum du 19/06
Cet article a ete publie par mes soins le 13/06 et comme le président Vladimir Poutine l’a rapellé : “Les conséquences de la maladie causée par le coronavirus sont toujours à l’étude. Et ce ne sont pas seulement des lésions pulmonaires, mais aussi des lésions vasculaires. Les experts n’ont pas encore compris où cela mène finalement. Permettez-moi de vous rappeler encore une fois que mieux vaut se faire vacciner que tomber malade !”

– En 2020, les décès par tumeurs sont en seconde place avec 296 000 personnes (13,8% du nombre total de décès) contre 299.000 en 2019.

– En 2020, 96.500 personnes sont décédées de maladies respiratoires, soit 63,1% de plus qu’en 2019 (59.200 cas) et parmi eux, 58.300 personnes sont décédées d’une pneumonie (contre 23.912 en 2019 soit une hausse de 143%).
Un chiffre étonnant sachant que sur les 3 premiers mois de 2020, malgré l’hiver les décès par pneumonie avaient diminué de 15,3% par rapport à 2019 et ce dans 56 sujets sur 85 tandis que les hospitalisations pour pneumonies n’avaient recommencé à augmenter à partir de fin mars 2020, au moment du début de l’épidémie de Covid dans le pays.
Cela co-explique sans doute la surmortalité, nombre de décès par pneumonies Covid peuvent avoir été qualifiés de décès par pneumonies puisque la Russie a fait face (comme ses voisins) a une vague de pneumonies atypiques colossale sur 2020 (Внебольничная пневмония) avec 4 fois plus de pneumonies que les années précédentes notamment l’été dans le sud du pays, sud qui, comme mentionné plus haut, a vraisemblablement sous déclaré les décès Covid mais a connu la plus forte surmortalité sur 2020 (voir ci dessous la liste).

Par exemple, en Tchétchénie, l’augmentation des décès dus aux maladies respiratoires (que je mentionnais plus haut) était de 674% (1.300 en 2020 contre 168 en 2019), en Ossétie – 300% (928 contre 230), dans la région de Samara – 202% (2.151 contre 713).

Addendum du 14/06
Cet article a ete publie par mes soins le 13/06 et le lendemain, ce que j’ecrivais semble se confirmer puisque la vice-premier ministre Tatyana Golikova vient d’affirmer que
Nombre des décès enregistrés sont des décès de personnes qui se sont rétablies du coronavirus, mais sont ensuite décédées d’autres maladies, principalement chroniques, en raison de l’impact négatif de l’infection sur la santé (…) Par exemple, une partie de l’augmentation des décès par pneumonie en 2020 pourrait être attribuée à des cas de COVID-19 qui ont été guéris au moment du décès. Si le COVID-19 est guéri, il ne peut pas être enregistré comme cause formelle de décès

– Il faut mentionner aussi la hausse surprenante de décès par diabète qui est passé de 41.153 décès en 2019 à 51.779 en 2020 soit une hausse de 25%; le diabète étant l’une des deux principales comorbidités Covid.

Enfin dans certaines régions, l’augmentation de la surmortalité n’est même pas expliquée par les données Rosstat actualisées : il s’agit de la Région de Léningrad et de la Mordovie. Les bureaux d’enregistrement de la région de Léningrad n’ont par exemple pas enregistré d’augmentation significative des décès dus aux maladies des systèmes respiratoire et circulatoire, ainsi que directement du coronavirus – il s’avère que notamment 4.000 décès supplémentaires n’ont été officiellement expliqués d’aucune manière.
A ce titre, les décès non classés augmentent fortement, passant de 124.940 en 2019
à 142.370 en 2020 soit 17.430 décès en plus.

– Les causes extérieures de décès sont en très légère hausse 139.583 contre 137.633 en 2019 soit 1.950 décès en plus et notamment les décès liés à l’alcool : 50.435 décès contre 47.427 décès en 2019 soit 3.008 décès en plus, ce qui est surprenant.

– Les décès par maladies et troubles du système digestif sont en hausse avec 107.399 décès contre 98.271 en 2019 soit 9,128 décès en plus.

– Les décès par vieillesse sont en hausse : 103.211 contre 86.006 en 2019 soit 17.216 décès en plus. Les décès par vieillesse sont en hausse permanente à cause du vieillissement de la population et de la hausse de l’espèrance de vie, représentants 2,18% des décès en 2008, 5,25% en 2018 et 4,82% en 2020.

3/ Les classes d’âges.
Le Covid aurait fait 105 décès chez les russes < 19 ans.
Dans la même classe d’âge, 579 russes sont morts de maladies cardiovasculaires, 767 de maladies respiratoires et 1.155 de tumeurs pour un total de 21.096 décès sur 2020.
Le Covid dans cette classe d’âge serait donc responsable de 0,5% des décès.

Le Covid aurait fait 8.436 décès chez les russes de 20 à 49 ans.
Dans la même classe d’âge, 54.448 russes sont morts de maladies cardiovasculaires, 12.591 de tumeurs et 9.165 de maladies respiratoires pour un total de 232.325 décès.
Le Covid dans cette classe d’âge serait donc responsable de 3,6% des décès.

Le Covid aurait fait 54.138 décès chez les russes de 50 à 69 ans.
Dans la même classe d’âge, 301.805 russes sont morts de maladies cardiovasculaires,144.051 de tumeurs et 37.130 de maladies respiratoires pour un total de 685.186 décès.
Le Covid dans cette classe d’âge serait donc responsable de 7,9% des décès.

Le Covid aurait fait 82.112 décès chez les russes de > 70 ans.
Dans la même classe d’âge, 603.805 russes sont morts de maladies cardiovasculaires, 128.165 de tumeurs et 49.627 de maladies respiratoires pour un total de 1.205.456 décès.
Le Covid dans cette classe d’âge serait donc responsable de 6,8% des décès.

Si l’on prend les décès dans la population en âge de travailler (soit etre 16 et 65 ans pour les hommes et entre 16 et 60 ans pour les femmes) alors la Russie en 2020 a connu 450.250 décès dont 21.917 du Covid soit 4,87% du Covid19.

4/ Surmortalité
Sur la période allant d’avril 2020 à avril 2021 la Russie a connu 2.416.591 décès contre 1.954.550 sur la période allant d’avril 2019 à avril 2020 soit une surmortalité de 462.041 personnes.

Sur 13 mois quelles sont les régions les plus impactées par la hausse de la mortalité (en pourcentage):

Tchétchénie : +44.52%
L’Ingoushie : +36.66%
Le Dagestan : + 35,3%
Moscou : +31.77%
Khanty-mansinsk : +30,46%
Saint-pétersbourg : +29,38%
L’oblast de Samara : +28,06%
L’oblast de Lipetsk : +27,5%
La Mordovie : +27,33%
La Nénétsie : +27,28%

La mortalité semblait doucement se rediriger vers son niveau d’avant crise (avant la troisième vague) puisque ROSSTAT semble annoncer qu’en mai 2021 la mortalité aurait diminué de 6,3% par rapport au mois de mai 2020. Nous ne sommes cependant pas revenu au niveau d’avant Covid.
Alors que Mai est traditionnellement un mois avec une faible mortalité (printemps+ chaleur), le mois de Mai 2020 a vu la mortalité globale en Russie augmenter de 11,9% avec 172.914 décès contre 154.539 en mai 2019.
05/2019 : 154.539 décès
05/2020 : 172.914 décès (+11,9% par rapport à mai 2020)
05/2021 : 162.020 décès (+4,84% par rapport à mai 2019)