Архив рубрики: 2010

«МИСТРАЛЬ». Франция и Россия демонтируют стену недоверия между Востоком и Западом

Россия и Франция договорились о совместном строительстве двух универсальных десантных вертолетоносцев класса «Мистраль». Об этом 24 декабря сообщила пресс-служба Николя Саркози. Реализацию проекта возьмут на себя французские компании DCNS и STX, а также российская Объединенная судостроительная корпорация (ОСК). Незадолго до этого Франция устами нового министра обороны Алена Жюппе объявила, что хочет «из эпохи недоверия к России перейти в эпоху доверительных отношений». Это заявление было сделано на фоне завершающегося Года Франции в России и Года России во Франции, под эгидой которых прошло более 400 только крупных значимых мероприятий. Они стали примерами возможности эффективного сотрудничества в различных сферах, включая искусство, науку, образование, спорт или литературу.

Но особого внимания заслушивает экономическая сфера: торговый оборот между Россией и Францией вернулся на докризисный уровень. Пожалуй, настоящим «спусковым крючком» для этого стала договорённость о приобретении «Мистраля». Российский адмирал Владимир Высоцкий еще на международной выставке Euronaval, ещё в 2008 году охарактеризовал возможность приобретения «Мистраля» как желанную с точки зрения военной модернизации, но ещё более важную в отношении развития авиации и авианосного флота к середине этого столетия. Стремление России обладать авианосным флотом явно отражает изменения в геополитических раскладах в начинающемся веке, в частности, на морях.

Две мировые войны привели в 1945 году к биполярному миру, с доминированием континентальной державы СССР и морской – США. Через полвека, после крушения Восточного блока, доминировать осталась одна супердержава – Америка. Над мировыми океанами она доминировала благодаря военным флотам, распределённым по всему земному шару. Всего через два года после падения СССР американский президент Буш в песках Ирака заявил, что наступает Новый мировой порядок, однополярный и американоцентричный. Тогда господство США казалось тотальным – Россия была в коллапсе, а Китая как будто не существовало. Но Новый мировой порядок не продлился долго. 2001 год стал рубежом развала региональных союзов, рубежом развития многополярного мира.

Пробуждение региональных сил сопровождалось стремлением участвовать в международных делах, включая морские. Россия – не единственная страна, которая стремится развить авианосный флот: Бразилия, Китай, Турция, Южная Корея также стремятся получить возможности адекватного ответа «с моря – на море» в глобальном масштабе.

То, что Россия приобретает именно «десантно-командный корабль» (официальное наименование) типа «Мистраль», объясняет причины такого положения дел. Подобные суда предназначены для поддержки сухопутных операций на удалённых от метрополии территориях. В различных модификациях «Мистраль» может перевозить до 1200 солдат, 16 вертолётов, до 120 единиц бронетехники, включая танки. На нём могут быть размещены два больших катера на воздушной подушке или четыре меньших по размеру десантных судна. Также на корабле размещаются орудия, ракетные установки, медицинский и командный центры. Большая степень автономности и техническая оснащённость судна позволяют проводить с его помощью военные операции на большом расстоянии от родных берегов. У самой России кораблей такого размера нет после того, как она отказалась от судов класса «Иван Рогов» в начале 2000-х. Сейчас у России есть суда класса «Ропуша», меньшего размера, эффективные в региональных операциях, как это было продемонстрировано в 2008 году в ходе принуждения Грузии к миру.

Однако теперь Россия, вернувшаяся, похоже, на международную арену, будет способна отстаивать свои интересы и на другом конце света. Когда российское правительство публично заявило о своём желании приобрести «Мистраль», это вызвало негативную реакцию Грузии, а также Эстонии, Латвии и Литвы. «Опасения» этих опор американского влияния касались «дестабилизации в регионе», но в самом Вашингтоне больше опасались того, что получение Россией образца технологий НАТО прорвёт всё ещё присутствующую у многих на Западе плотину недоверия к России. Это подтверждается одной из утечек WikiLeaks – обедая с французским министром обороны глава Пентагона Роберт Гейтс сказал, что продажа «Мистраля» может послать «неверный сигнал России и нашим союзникам в Центральной и Восточной Европе».

О перспективах использования Россией своих военно-морских сил в Чёрном море, в связи с нестабильностью на Кавказе и Украине написано много. Но если читать внимательно комментарии российских официальных лиц, то приоритет в использовании «Мистраля» отдаётся Тихоокеанскому направлению. «Мистраль» нужен России прежде всего для того, чтобы улучшить маневренность Тихоокеанского флота. Корабль такого класса поможет нам усовершенствовать мобильность наших войск, компенсировать их нехватку на некоторых направлениях на Дальнем Востоке, включая Курильское«, сказал, в частности, адмирал Владимир Попов.

Похоже, Год Франции в России заканчивается на хорошей ноте. Соглашение о продаже «Мистраля» становится началом восстановления целостности Европейского континента. Плюсы для Франции – не только финансовые, но и политические. Франция продемонстрировала способность к независимым действиям, несмотря на возврат в старый натовский сюртук. Россия же таким образом наносит удар по «плотине недоверия» на Западе и изжившему себя характеру взаимоотношений между двумя частями европейского континета.

La démographie russe objet de tous les fantasmes

L’article original a été publié sur Ria-Novosti
*

 

En octobre 2010, un grand quotidien français,  réputé pour le sérieux de ses analyses internationales consacrait 6 pages à un dossier sur la démographie Russe. Le titre: «Quand la Russie disparaitra: enquête sur un désastre démographique» était posé en grosses lettres sur la photo d’un enfant à l’air hagard et aux mains sales, dont on ne sait trop s’il était en haillons ou pas. Un correspondant ayant vu la photo  m’a demandé si c’était une photo colorisée datant du siège de Stalingrad. Le dossier analysait la période de déclin démographique que la Russie a connu après l’effondrement de l’Union soviétique et concluait que la population Russe devrait chuter à 80 millions d’habitants en 2050, le peuple Russe ayant plausiblement disparu en 2150.

 

Certes, l’effondrement politique, économique et institutionnel qui a suivi la disparition de l’URSS a contribué au déclenchement d’un désastre sanitaire et démographique sans précédent. En quelques années, l’espérance de vie s’est écroulée, et l’état sanitaire moyen s’est considérablement détérioré. La surconsommation d’alcool souvent frelaté, les empoisonnements liés et les suicides ont provoqué une explosion du taux de mortalité. Les maladies sexuellement transmissibles dont le sida, se sont développées, parallèlement à l’augmentation de la consommation de drogue.  Mais surtout, alors que de plus en plus de Russes mourraient, de moins en moins naissaient. L’augmentation de la mortalité s’est accompagnée d’une baisse de la natalité. Face à la crise économique, l’avortement était souvent la seule solution pour beaucoup de femmes. Par ailleurs pour 1993 on a estimé que sur 1,6 millions de naissances, il y a eu près de 5% d’abandons d’enfants.

 

La démographie russe est un sujet complexe, certes alarmant, mais qui bien souvent est traité de façon excessivement pessimiste dans la presse étrangère. Par exemple il nous est annoncé dans cet article que la Russie perdrait 900.000 habitants chaque année, puis une carte du taux d’accroissement naturel des régions Russes datant de 2009 était agrémentée d’un commentaire expliquant qu’en 2007, le solde migratoire positif de la population russe ne compense pas l’accroissement naturel négatif. Tous ces chiffres mélangés semblent extrêmement inquiétants, mais la disparition annoncée de la population de la Russie ne tient pas compte de tous les paramètres de la situation. Reprenons: la population Russe est passée de 147,7 millions en 1990 à 141,9 millions en 2009, une diminution de 5,8 millions d’habitants en 19 ans, soit une baisse annuelle moyenne de 305.000 personnes. La population a donc diminué de 5,8 millions d’habitants malgré plus de 6 millions de naturalisations réalisées  en 17 ans, de 1992 à 2009, soit une moyenne annuelle de 350.000. Les personnes naturalisées  étaient principalement des Russes des ex-républiques de l’Union Soviétique, dont plus de 30 millions se sont retrouvés en 1991 hors des frontières de la Russie. Ainsi si l’on devait établir une moyenne de la diminution de la population Russe, elle s’établirait pour la période de 1990 à 2009 à environ 650.000 personnes chaque année.

La situation s’est considérablement aggravée après 2000. De 2001 à 2006, la population chute de 146,3 à 142,8 millions d’habitants, soit une perte de 3,5 millions d’habitants en 5 ans. Pour la seule année de 2005, la population a diminué de 780.000 habitants. Cette année catastrophique est également l’année ou l’Etat a lancé un programme national « santé » confié à Dimitri Medvedev, alors vice-Premier ministre en charge des projets nationaux et prioritaires. Destiné à relancer la natalité et faire baisser la mortalité, ce new-deal démographique a déjà eu des résultats assez consistants. Les chiffres sont parlants. En 1990, il y eut 2 millions de naissances et 1,7 millions de décès contre 1,2 millions de naissances et 2,1 millions de décès en 1999. Mais dès 2005, un mouvement de hausse de la natalité et de baisse de la mortalité s’est amorcé, mouvement qui se confirme aujourd’hui. En 2009, avec 1,76 millions naissances, 1,95 millions de décès, 100.000 émigrants et 330.000 naturalisations, la population russe a augmenté pour la première fois depuis 15 ans, de quelques 50.000 habitants. Le taux de fécondité de 1,9 enfant/femme en 1990, tombé à 1,1 enfant/femme en 2000 est remonté à 1,56 enfants/femme en 2009, soit un taux similaire à celui de l’Union européenne qui était de 1,57 enfants/femme en 2008. 

Un autre volet du plan démographique a  notamment pour objectif la diminution du nombre d’avortements. Bien que le nombre d’avortements ait diminué de 25 % entre 2003 et 2008, on en a tout de même recensé en 2008 1,234 million, pour 1,714 million de naissances la même année. La seconde partie du plan vise aussi la diminution du taux de mortalité. Il est axé sur  le développement des hôpitaux et de l’accès aux soins, tout particulièrement dans le domaine des maladies cardio-vasculaires qui ont été la cause de plus de la moitié des décès en 2008. Désormais, il est prévu que la natalité dépasse la mortalité dès 2012 et qu’ainsi la population recommence à augmenter naturellement, sans besoin d’apport extérieur. L’espérance de vie est également encore trop basse, 66 ans contre 78 ans dans l’Union européenne, même si depuis 2005 elle a augmenté de 4 ans. Bien sûr, tout n’est pas réglé, loin de là. Egalement, la natalité actuelle est le fait des enfants qui sont nés dans les années 80, soit avant le déclin démographique. Lorsque la génération du déclin, moins nombreuse, sera en elle âge de procréer, la population devrait baisser mais également vieillir. 
 
Quelle  pourrait alors être la situation démographique Russe en 2030 ? Des prévisions démographiques sans aucun doute plus sérieuses que celles de certains journalistes  ont été faites par le principal centre russe de statistiques, elles envisagent une population comprise entre 128 et 144 millions d’habitants en 2030, selon le taux de fécondité et l’immigration que connaitra le pays. La démographie est une science incertaine, et l’étude de la démographie russe d’après-guerre nous montre que la hausse du niveau de vie et la confiance dans l’avenir sont des facteurs essentiels dans ce domaine. La croissance économique actuelle de la Russie est donc certainement un point très positif, pour le «new deal démographique» en cours. En tout état de cause, nous sommes très loin de certaines prévisions catastrophistes, et en 2010, la Russie n’est pas dans une situation démographique pire que certains pays Européens. Une chose est sûre: contrairement à ce que pensent certains, non, la Russie ne disparaitra pas!

MISTRAL. Vers le rapprochement Franco-Russe ?

La France l’avait annoncé, par la voix de son nouveau ministre de la Défense Alain Juppé, elle souhaite désormais sortir «de l’ère de la méfiance pour entrer dans celui de la confiance» avec la Russie. Cela tombait à point, cette année 2010 s’est déroulé l’année croisée franco-russe, qui a vu l’organisation de plus de 400 évènements dans les deux pays. Une coopération fructueuse qui a touché à divers domaines, l’art, le sport, la littérature ou encore l’éducation. Mais c’est surtout l’économie qui était visée, le niveau des échanges entre la Russie et la France étant presque revenus à leur niveau d’avant crise. Evidemment, le «gros morceau» était ce projet d’acquisition de navires militaires de classe MISTRAL. Une acquisition souhaitée dans le cadre de la modernisation de l’armée, mais également comme prélude au futur développement d’une flotte de portes avions pour le milieu du siècle, comme l’a affirmé l’amiral Vladimir Vysotsky lors du salon Euronaval en 2008. Cette volonté de la Russie de se doter d’une flotte de porte avions est à mettre en lien avec l’évolution des rapports de force entre grandes puissances dans le siècle qui commence et notamment sur les mers.

Les deux conflits mondiaux ont abouti au monde bipolaire de 1945, dominé par une puissance continentale, l’Union soviétique et une puissance maritime, les Etats-Unis d’Amérique. Moins d’un demi-siècle plus tard, l’effondrement du bloc de l’est a laissé l’humanité sous domination d’une seule super puissance: l’Amérique. Celle-ci il est vrai dominait les océans de la planète, sa flotte militaire étant présente aux quatre coins du globe. Moins de deux ans après la chute de l’Union soviétique, le président Américain Bush père, déclarait dans les sables d’Irak l’avènement du Nouvel Ordre Mondial, unilatéral et Américano-centré. La domination Américaine était totale et d’autant plus forte que la Russie s’effondrait et que la Chine ne s’affirmait pas encore. Pourtant ce nouvel ordre mondial ne dura pas. 2001 marqua le début de l’effondrement de l’empire et le réveil des pôles régionaux, prélude au monde multilatéral en devenir. Ce réveil des puissances régionales se traduisit par une volonté de ces pays à vouloir également participer à la gestion des affaires du monde, y compris sur les mers. La Russie n’est d’ailleurs pas le seul pays à vouloir développer sa flotte de porte avions: Chine, Brésil, Turquie, Japon, Corée du sud font partie des états qui souhaitent se doter d’une capacité d’intervention maritime, militaire ou logistique, à l’autre bout du monde.

Le souhait Russe d’acquisition de BPC Mistral est donc à interpréter dans ce sens. Ces navires sont avant tout des outils de projection, destinés à réaliser des opérations terrestres, à distance, via la mer. Le Mistral existe sous différentes variantes, et peut transporter jusqu’à 1.200 hommes, 16 hélicoptères, 120 véhicules (dont des blindés), deux aéroglisseurs et des navettes de débarquement. Le navire comprend en outre des canons, des batteries de missiles, des installations médicales, ainsi qu’un centre de commandement. La forte autonomie et capacité d’action de ce navire permet en outre à son détenteur d’intervenir sur des théâtres d’opérations très éloignés. Or la Russie ne dispose plus de bâtiments de cette envergure, depuis le retrait des navires de type Rogov, dans les années 2000. Aujourd’hui elle dispose de vaisseaux de type Ropucha, de plus petites dimensions, qui permirent une intervention régionale efficace en 2008 lors du conflit dans le Caucase, mais qui n’authorisent pas la Russie à intervenir à trop grande distance. Or la Russie, qui fait son retour sur la scène internationale souhaite être capable d’intervenir à l’autre bout du monde. Il faut préciser que le Mistral n’est pas destiné qu’à des interventions militaires, mais peut également être utilisé à titre défensif (lutte contre la piraterie) ou logistique (intervention humanitaire).

Lorsque le gouvernement Russe a donc publiqueemnt manifesté son souhait d’achat de MISTRAL en 2009, des réticences ont été rendues publiques par certains états voisins de la Russie, comme les états baltes ou encore la Géorgie, qui sortait d’un conflit avec la Russie un an auparavant. L’argument de ces états, sous marins de la politique Américaine en Europe via l’Otan, était justifié par les risques de déstabilisation régionale, mais Washington craignait surtout que cette acquisition par la Russie de matériel de l’Otan ne rompe un fragile verrou encore présent dans nombre de chancelleries occidentales: la méfiance envers la Russie. Cela est confirmé par l’un des câbles diplomatiques révélé par Wikileaks puisque lors d’un déjeuner avec le ministre français de l’époque Hervé Morin, le chef du Pentagone Robert Gates avait déclaré que: «Cet accord enverra un mauvais message à la Russie et à nos alliés en Europe centrale et orientale». Pour autant, malgré des annonces contradictoires, et la décision au dernier moment de la partie Russe de réintroduire des concurrents à la France dans un dernier appel d’offre, l’accord semble être scellé en cette fin 2010. Les détails techniques semblent en outre résolus puisque au final 4 bâtiments devraient être négociés, deux fabriqués en France et deux en Russie, la France s’engageant en outre à livrer les technologies liées, notamment les systèmes de guidages.

Beaucoup de choses ont été écrits sur l’utilisation de ces navires militaires par la Russie, notamment dans la mer noire, en cas de nouveaux troubles dans le Caucase ou alors en Ukraine, à la fin du bail de Sébastopol. Pourtant, si l’on lit attentivement les commentaires d’officiels Russes, notamment ceux de l’amiral Viatcheslav Popov, président de la commission navale du sénat Russe, en juin 2010 ces navires seraient en priorité destinés à la façade Pacifique: «la Russie aurait besoin de navires de type Mistral en premier lieu pour améliorer la manœuvrabilité de sa Flotte du Pacifique (…) Un navire de cette classe nous aidera à élever la manœuvrabilité de nos troupes dans le Pacifique, compte tenu de l’importance géographique de cette région et de l’absence de troupes suffisantes pour couvrir, notamment, les Kouriles».

On peut donc imaginer que l’année franco-russe se termine de la meilleure des façons pour les deux pays et qu’un accord commercial militaire sur la vente des Mistrals symbolise le début de la réconciliation euro-continentale. Pour la France l’enjeu serait financier bien sur mais également politique, afin de prouver sa relative liberté d’action, malgré le retour dans le giron de l’Otan. Pour la Russie, il s’agirait de faire sauter le verrou de la méfiance qui en Occident, parasite totalement les relations entre l’ouest et l’est du continent.

Qui a obtenu la nationalité Russe de 1992 à 2006

De 1992 à 2006 : la nationalité Russe a été donnée à 6 millions de personnes. Le détail de ces naturalisations est en grande partie disponible (depuis l’année dernière uniquement) sur le site du FMS. Je reproduis ici quelques données issues de cet article de DEMOSCOPE.
La première information essentielle est que les attributions de nationalités concernent en majorité des citoyens venus en Russie dans la dernière décennie et non des nouveaux arrivants. Il s’agit plutôt de gens qui ont vécu en Russie souvent assez longtemps avec un passeport Soviétique, et qui ont dès 2002 ont souhaiter régulariser leur situation, puisqu’une loi a facilité cette conversion de passeport.

Le schéma ci dessous montre bien cela : la courbe bleue est la courbe des entrants en Russie (de l’étranger), et la courbe orange/jaune celle de l’obtention de la nationalité. On voit bien que dès 2002, les obtentions de nationalité augmentent fortement, alors que les entrées sont toujours en diminution, ce qui signifie bien que les nationalités sont obtenues par des gens déjà résidents.
De 1992 à 2006 sur 4.205.372 personnes qui ont obtenu la nationalité Russe :
— 1.325.800 venaient du Kazakhstan 
— 816.477 venaient d’Ukraine 
— 430.050 venaient d’Ouzbékistan

— 254.631 venaient d’Azerbaïdjan
— 253.762 venaient de Géorgie 
— 249.984 venaient du Kirghizistan
— 228.329 d’Arménie

— 190.134 venaient du Tadjikistan
— 96.812 venaient de Moldavie
— 92.642 venaient de Biélorussie
— 68.343 venaient du Turkménistan

— 158.020 venaient d’autres pays.

Évidemment, nombre de ressortissants des états d’Asie centrale sont des Russes ‘ethniques’ qui après 1992 et l’effondrement de l’URSS ont émigré de retour en Russie et ont récupé la nationalité Russe.


La tendance pour les 5 dernières années est la hausse des obtentions de passeport pour les Arméniens, les Kirghizes, les Moldaves et les Biélorusses. 
L’article nous informe que en outre, 10.000 personnes sont déchues de leur nationalité chaque année.

La glisse en Eurasie, de Magadan à Soukhoumi

Au printemps de cette année, une surf parade a été organisée à Moscou. J’en avais rendu compte sur mon blog en mai dernier ici.
Cet été, en août, je postais sur Dissonance cette vidéo d’un des plus légendaires surfers du monde, Tom Curren, en suftrip en Russie (!), Surftrip qui l’amena vraisemblablement sur les côtes de l’extrême orient et la mer d’Okhotsk. J’avoue avoir été bluffé, ex-surfer, je ne savais pas qu’il y avait des vagues de cette qualité en Russie, et je pense désormais à me remettre à surfer, pourquoi pas sur la côte pacifique Russe ?
Désormais c’est l’hiver, et Rip-Curl semble s’être pris de passion pour l’Eurasie !
Saviez vous que l’Abkhazie est un spot de première qualité pour le ski et le snowboard ?
Vous avez des doutes : en image ci dessous …

Source : le blog de Bruce TALLEY

En mémoire, et pour comparer : une vidéo de présentation de l’Abkhazie :

Демографическая и миграционная ситуация в октябре 2010

Рождаемость
Демографическая статистика за период с январь по октябрь 2010 доступна, и она скорее обнадёживающая, несмотря на повышенную смертность этого лета, о чем я уже писал.
За десять первых месяцев 2010 года : 1.487.426 родившихся.
За десять первых месяцев 2009 года: 1.475.081 родившихся.
Итак, на 12.345 родившихся больше, чем в 2009, когда был установлен предыдущий рекорд.
Для напоминания, за тот же период 2006 года родилось 1.105.500.

Смертность
Смертность увеличилась, поскольку за 10 месяцев умерло 1.703.628 человек против 1.673.500 в 2009, то есть на 30.128 человек больше.
Без повышенной смертности лета 2010 (оцениваемой в 41.000 умерших), смертность бы сократилась ― 175.202 человек против 198.419 в 2009.
После этого лета убыль населения за 9 месяцев 2010 составила 216.202 человек.

Браки и разводы
За 10 месяцев 2010 было заключено 1.046.961 браков против 1.031.794 в 2009, то есть на 15.167 больше. Кроме того, и это очень хороший знак, за этот период состоялось 527.292 разводов против 580.539 в 2009, то есть на 53.247 меньше!

Иммиграция и миграционное сальдо
Как обстоят дела с иммиграцией, в то время как у всех на устах закон о квалифицированных специалистах? В период с января по сентябрь 2010 года миграционное сальдо населения России сократилось на 35,7%, включая снижение числа мигрантов из стран СНГ на 67.600 человек, то есть 33,4%.
― За 10 месяцев 2009: 216.071 въездов и 24.653 выездов, то есть сальдо +191.508.
― За 10 месяцев 2010: 148.548 въездов и 25.424 выездов, то есть сальдо +123.124.
Иммиграция, которая была стабильной с 2006 года, начала снижаться.

Нелегальная иммиграция
В России работают 7 миллионов иностранцев, из которых от 3 до 4 миллионов находятся в стране нелегально.
Около 2 миллионов из этих нелегальных иммигрантов работают в Москве, а 500.000 в Московской области.

Перевод : Уголин (Ursa-Tm)

Pour le modèle multiculturel russe

L’article original a été publié chez ria novosti
*

Moscou a connu en ce mois de décembre 2010 des tensions entre ressortissants du Caucase et jeunes nationalistes. S’il ne s’agit pas d’un fait nouveau, certains commentateurs ont comparé ces incidents aux émeutes urbaines de plus en plus fréquentes qui se produisent dans les villes d’Europe de l’ouest. Pourtant, malgré les similitudes que les événements semblent présenter, les situations de fond sont fondamentalement différentes.
Jusqu’à la moitié du siècle dernier les nations d’Europe de l’ouest étaient très homogènes sur le plan ethnique et religieux, et les migrations en leur sein étaient principalement intra-Européenes. Ce n’est qu’après le second conflit mondial que ces Etats ont fait appel à une immigration non européenne, issue de leurs ex-colonies.
La première vague de ces migrants économiques n’a rencontré que «peu» de difficultés d’intégration, grâce à la forte croissance d’après-guerre. Mais peu à peu, l’embellie économique a disparu et l’immigration économique se transforme en une immigration de fuite de la misère qui a, en quelques décennies, profondément modifié le visage de l’Europe. L’actualité regorge de manifestations de l’échec de l’intégration de ces migrants dans leurs nouveaux pays de résidence.
L’absence de contrôle des flux migratoires et les calamiteuses politiques d’intégration des Etats européens ont favorisé le repli communautaire, culturel et parfois religieux de certaines communautés, et entraîné la création de ghettos au sein de la plupart des grandes villes occidentales. Ni le modèle communautariste anglo-saxon, ni le modèle d’intégration français n’ont donné de résultats satisfaisants en Europe occidentale, quant à la cohabitation de populations différentes. La situation est telle que récemment, la chancelière allemande a dénoncé l’échec du système multiculturel en Allemagne. Un constat que l’on pourrait appliquer à toute l’Europe qui pour beaucoup d’analystes serait en cours de balkanisation.
La Russie a quant à elle une expérience de cohabitation plutôt harmonieuse sur son territoire entre populations possédant des religions différentes. Sous le règne d’Ivan IV, la victoire sur les Tatars et l’intégration de divers peuples de la plaine qui a suivi a transformé la Russie en un état multiethnique et multiconfessionnel, il y a de cela 500 ans. Comme l’explique l’historienne Natalia Narotchnitskaya: «La Russie a une différence avec tous les pays européens dans la façon dont elle a absorbé ses différents peuples conquis. Lorsque les Tatars et les Caucasiens l’ont été, leurs chefs ont été plus qu’intégrés, même anoblis. Ils ne furent jamais traités en colonisés ou comme les égaux des aristocrates russes. Ils avaient même des serfs russes. Peut-on imaginer des Lords indiens avec des domestiques anglais»?
L’expansion territoriale de la Russie a fait que tous les peuples conquis ont ensuite été incorporés au sein de l’Union soviétique, qui excluait toute forme de racisme. Cette dissémination géographique de peuples très différents sur l’immense territoire russe a contribué à façonner l’aspect multiculturel de la Russie, qui a fait ses preuves. La Russie, qui est un empire, s’est efforcée de maintenir jusqu’à ce jour la cohabitation sur son territoire de plus d’une centaine d’ethnies, de nombreuses religions, et ces peuples ont pu préserver leurs traditions culturelles. Elle a su éviter les tensions qui auraient pu survenir après les guerres dans le Caucase ou après les attentats qui ont frappés sa capitale ces dernières années. La Russie s’est aussi préservée de la création de ghettos communautaires dans ses villes, malgré une situation économique bien plus difficile qu’en Europe. Enfin, l’intégration des minorités et leur représentation aussi bien au sein du peuple qu’au sommet de l’Etat est réelle, ce qui est encore une différence majeure avec l’Europe.
Les incidents de ces derniers jours ne sont donc pas comparables aux émeutes d’Europe occidentale lorsque des jeunes d’origine immigrés affrontent l’Etat, via sa police par exemple. Ni les nationalistes, ni les Caucasiens qui étaient dans les rues de Moscou n’ont exprimé un rejet réel de l’Etat russe. De plus, aucune casse massive n’a été constatée. En revanche, une frange de la population a exprimé un mécontentement que les autorités devraient sans doute écouter. Suite à la mort d’un jeune lors d’une rixe, cinq des six suspects ont été relâchés le jour même. Le sentiment d’injustice compréhensible que cela a créé est sans doute la raison principale du déclenchement de ces tensions. Cette anomalie a, par ailleurs, soulevé de nombreuses autres questions majeures, dont le disfonctionnement évident de certains services publics. C’est plus cela, que le rejet du «vivre-ensemble» à la russe qui est fondamentalement remis en cause par les divers manifestants.
Comme le rappelait Natalia Narotchnitskaya: «La Russie vit en même temps au XIXe, au XXe et au XXIe siècle. Elle combine l’opulence et la misère; la technologie de pointe y côtoie les conditions de vie les plus primitives; on trouve, sur son territoire, tous les climats possibles; de nombreuses religions et civilisations y cohabitent. La coexistence relativement harmonieuse de toute cette diversité confère à la Russie une expérience unique. En tout cas, nous n’avons jamais eu de guerres de religions comparables à celles qui ont sévi en Europe».
La taille de la Russie fait donc qu’un Caucasien, par exemple, peut avoir un style de vie et un système de valeurs très différents d’un jeune cadre moscovite urbanisé. La confrontation des mondes modernes et traditionnels est toujours difficile et conflictuelle, et exacerbée en Russie par la dimension et la diversité du pays. La question n’est donc pas tant le problème de la nationalité ou de la religion mais bel et bien le maintien d’une identité suffisamment forte et ouverte pour que chacun garde la capacité et surtout la volonté d’appartenir à cette maison commune qu’est la Fédération de Russie. Un proverbe russe dit que dans la steppe immense, chaque population a pu trouver sa place sans gêner l’autre. Pour cette raison, il faut défendre le «modèle russe» et continuer à être fier d’habiter dans ce pays multiculturel qu’est la Russie d’aujourd’hui.

Mosca, capitale dell’Europa?

L’articolo originale è stato pubblicato il RIA Novosti

Quasi tutti i francesi sono profondamente eurofili, è ironico perché gli stranieri che si recano in Francia sono spesso colpiti dalla loro relativa chiusura mentale, dalla loro ignoranza delle lingue straniere e dal loro sciovinismo spesso eccessivo.Ma i francesi sono dietro il primo tentativo d’integrazione europea dal IX secolo, Carlo Magno, imperatore d’Occidente, fu alla fine del suo regno, a capo di un impero continentale che comprendeva la Francia attuale, parte della Spagna e dell’Italia, e anche parte del mondo germanico e dei Balcani. Per molti intellettuali e storici, Carlo Magno è il padre dell’Europa. Purtroppo o per fortuna dell’Europa, dopo la sua morte, il suo impero venne smembrato. Il secondo tentativo francese di costruire l’Europa è quello di Napoleone, quest’ultimo immaginava di controllare un vasto territorio, continentale, dalla Corsica a Mosca. E’ ben noto, soprattutto in Russia, come il tentativo del corso di costruire l’Europa con le armi fallì nel 1812, di fronte alla resistenza del popolo russo e a un inverno terribile.

Dopo la seconda guerra mondiale, l’Europa si è trovata divisa in due blocchi, un blocco transatlantico degli Stati Uniti e un polo sovietico, continentale. In Occidente, l’Europa fu costruita con i soldi statunitensi del piano Marshall, in cambio dell’integrazione nella NATO, un’alleanza militare di obbedienza statunitense, fondata nel 1949 e volta a prevenire qualsiasi tentativo imperialista dell’Unione Sovietica. Nel 1955, i paesi dell’Europa orientale sotto la dominazione sovietica, furono incorporati nel Patto di Varsavia, un’alleanza militare creata in risposta alla NATO. L’eurofilia francese si manifesta di nuovo quando nel 1967, il generale de Gaulle fece uscire il suo paese dalla NATO e gli diede l’accesso alla potenza nucleare. Voltando le spalle al mondo anglo-sassone, questi affermò il suo progetto visionario di un’Europa continentale, cancellando la provvisoria cortina di ferro e predicando l’avvicinamento storico con la Germania e la Russia, come parte del continente europeo dall’Atlantico agli Urali. Nel 1960, Parigi si posizionò come capitale politica, e la Francia ha iniziato un nuovo tentativo per la creazione dell’Europa. Questa idea di un asse gollista Parigi-Berlino-Mosca, e l’affermazione secondo cui la Russia, l’Unione Sovietica, all’epoca, è europea, si rivela nel tempo sempre più giusta.
v
Ci sono sempre discussioni in Francia, sull’appartenenza della Russia all’Europa. Molte persone, sapendo poco o male della Russia, mi chiedono di questa frontiera gollista che sarebbero gli Urali. Gli Urali, confine geografico tra Europa e Asia, sono davvero un confine, nel cuore della Russia o dell’Europa? I popoli che possiamo incontrare al di là degli Urali sono diversi dai popoli della parte occidentale della Russia? Queste domande possono forse far sorridere chiunque nel paese, ma non sono inventate e, a mio avviso, sono comprensibili sia l’errore semantico del generale de Gaulle che la relativa ignoranza della Russia di oggi.

Poiché vivo in Russia, posso solo confermare quello che ho pensato prima di venire, e cioè che la Russia è un paese molto europeo. Molto europea, come la natura della maggioranza del suo popolo, gli slavi ortodossi, o come il suo patrimonio culturale dominante, l’eredità di Roma e Atene. Questo aspetto della Russia europea è presente in tutto il territorio, sia a Mosca che nel cuore della Siberia fino a Vladivostok, sulla costa del Pacifico, nel Caucaso o nella Carelia settentrionale. Anche l’orientale Kazan non è meno europea di Sarajevo. Tuttavia si deve ammettere, la Russia non è un paese come gli altri paesi dell’Europa. Per le sue dimensioni, le molte nazionalità, la sua estensione geografica fino all’Asia e al Pacifico, la Russia è un impero, un colosso la cui spina dorsale è certamente europea, ma alcune vertebre a volte sono asiatiche o tartare, a volte musulmane o buddiste. Infatti, ho spesso detto ai miei amici francesi che ci sono molte lezioni da prendere dalla Russia nella gestione del “modello multiculturale“, che l’Europa stenta a creare.

Oggi, anche se la Russia e la NATO discutono della creazione di un’architettura di sicurezza nell’emisfero settentrionale, da Vancouver a Vladivostok, le differenze persistono. Gli Stati Uniti, attraverso la NATO estesa sull’Europa occidentale e orientale, stanno entrando nel continente eurasiatico, teatro ritenuto essenziale per la gestione degli affari del mondo. La Russia è un membro dell’Organizzazione della Cooperazione di Shanghai, spesso descritta come la NATO asiatica, che vorrebbe coinvolgere l’Europa in una nuova architettura di sicurezza continentale complementare. In questo senso, le proposte russe per creare un’architettura di sicurezza continentale e un comune mercato economico unico da Lisbona a Vladivostok sono sia visionarie che totalmente golliste.

L’unica differenza è che lo slancio politico viene ora da Mosca, non da Parigi come 40 anni fa. C’è probabilmente una ragione, da Mosca, l’Europa s’estende per oltre 4000 km a ovest, verso l’Atlantico, e si trova a circa 6500 km, attraverso la Siberia, dal Pacifico. Il centro di gravità politico dell’Europa si è appena trasferito a est. L’alleanza Parigi-Berlino-Mosca consentirà agli Europei, che non sono stati in grado di costruire dal 1945 una vera autonomia politica e militare, di non rimanere bloccati in camicia di forza unilaterale della NATO e di offrire uno sbocco su regioni così importanti quali saranno, nel mondo multipolare di domani, il Caucaso, l’Asia centrale e l’Asia-Pacifico. E se dopo Parigi ieri e Bruxelles oggi, Mosca domani divenisse la capitale dell’Europa?

Москва, столица Европы?

Оригинальная статья была опубликована в РИА Новости
*
Почти все французы являются убежденными еврофилами, что достаточно парадоксально, поскольку иностранцы, приезжающие во Францию, зачастую бывают поражены их относительно ограниченными взглядами, их незнанием иностранных языков и их шовинизмом, часто чрезмерным.Тем не менее, именно французы стоят за первой попыткой европейской интеграции, потому что с IX века Карл Великий, император Запада, находился в конце своего царствования во главе континентальной империи, которая включала современную Францию, часть Испании и Италии, а также часть германского мира и Балканы. Для многих представителей интеллигенции и историков, Карл Великий ― отец Европы. К сожалению или к счастью для Европы, после его смерти империя будет расчленена. Второй французской попыткой создать Европу была попытка Наполеона, он надеялся контролировать огромную территорию, континентальную, простирающуюся от Корсики до Москвы. Хорошо известно, особенно в России, как эта попытка построения Европы при помощи оружия провалилась в 1812 году, столкнувшись с сопротивлением русского народа и ужасающей зимой.

После Второй мировой войны Европа оказалась разделенной на два блока, блок американский, трансатлантический, и полюс советский, континентальный. На Западе Европа строится на американские деньги по плану Маршалла, в обмен на интеграцию в НАТО, военный альянс, находящийся под контролем США, основанный в 1949 году и предназначенный для предотвращения любых империалистических устремлений Советского Союза. В 1955 году страны Восточной Европы, находящиеся под советским господством, были включены в Варшавский договор, военный союз, созданный в ответ на НАТО. Французская еврофилия проявляется снова, когда в 1967 году генерал де Голль выводит свою страну из НАТО и дает ей доступ к ядерной энергии.

Поворачиваясь спиной к англо-саксонскому миру, де Голль утверждает свой дальновидный проект континентальной Европы, стирает временный железный занавес и выступает за историческое сближение с Германией и Россией, в рамках континентальной Европы от Атлантики до Урала. В 1960 Париж утверждает себя как политический капитал, а Франция приступает к новой попытке создать Европу. Эта голлистская идея оси Париж-Берлин-Москва и утверждение, что Россия, тогда Советский Союз, является европейской, оказываются с течением времени все более и более справедливыми.

Во Франции всегда были дискуссии относительно принадлежности России к Европе. Многие люди, зная мало или плохо Россию, спрашивают меня об этой голлистской границе, которой мог бы быть Урал. Урал, граница Европы и Азии, является ли действительно границей в сердце России или Европы? Люди, которых можно встретить за Уралом, отличаются ли они от людей западной части России? Эти вопросы могут, без сомнения, заставить улыбнуться кого-то знающего страну, но они не придуманы и, на мой взгляд, понятны, как из-за семантической ошибки генерала де Голля, так из-за относительного незнания современной России.

С тех пор, как я живу в России, я могу только подтвердить то, что думал до приезда, что Россия является очень европейской страной. Очень европейской, будь то природа большинства ее населения, православных славян, или доминирующего культурного наследия, наследия Рима и Афин. Этот европейский аспект России присутствует на всей ее территории, будь то в Москве, в самом сердце Сибири, во Владивостоке на тихоокеанском побережье, на Кавказе или в Северной Карелии. Даже восточная Казань не в меньшей степени европейская, чем Сараево.

Однако надо признать, Россия не является такой же, как другие страны Европы. По своим размерам, множеству проживающих в ней народов, территории, простирающейся до Азии и Тихого океана, Россия является империей, колоссом, позвоночник которого, безусловно, европейский, но некоторые позвонки ― азиатские, татарские, иногда мусульманские или буддистские. Я часто говорю моим французским друзьям, что нам есть чему поучиться у России в том, что касается «мультикультурной модели», которую Европа с таким трудом пытается установить.

Сегодня, если Россия и НАТО обсуждают создание архитектуры безопасности в северном полушарии, простирающейся от Ванкувера до Владивостока, разногласия сохраняются. Соединенные Штаты, через НАТО, распространившийся до Западной и Восточной Европы, проникают на Евразийского континент, театр военных действий, который считается важнейшим для управления мировыми делами. Россия, которая является членом организации ШОС, часто называемой азиатской НАТО, хочет привлечь Европу в новую дополнительную континентальную архитектуру безопасности. В этом смысле, российские предложения по созданию континентальной архитектуры безопасности и общего единого экономического пространства от Лиссабона до Владивостока, являются настолько дальновидными, насколько совершенно голлистскими.

Разница лишь в том, что политический импульс теперь приходит из Москвы, а не из Парижа, как 40 лет назад. Существует, без сомнения, причина: от Москвы Европа простирается на запад на 4.000 км до Атлантики, а на восток на 6.500 км, через Сибирь до берегов Тихого океана. Политический центр тяжести Европы просто переместился на восток. Союз Париж-Берлин-Москва позволил бы европейцам, которые не смогли добиться после 1945 года реальной политической и военной автономии, не остаться запертыми в односторонних узах НАТО, и получить выход в важнейшие области, которыми станут в многополярном мире завтрашнего дня Кавказ, Центральная Азия и Азиатско-Тихоокеанской регион. А что если, после Парижа вчера и Брюсселя сегодня, Москва завтра станет столицей Европы?



Перевод : Уголин (Ursa-Tm)

Moscou capitale de l’Europe

Cet article à été publié initialement sur Ria Novosti
*
Presque tous les Français sont profondément europhiles, c’est assez paradoxal car les étrangers qui vont en France sont souvent frappés par leur relative fermeture d’esprit, leur méconnaissance des langues étrangères et leur chauvinisme souvent excessif.

Pourtant les Français sont à l’origine de la première tentative de construction européenne, puisque au 9e siècle, Charlemagne, empereur de l’Occident, est à la fin de son règne à la tête d’un empire continental qui comprend la France actuelle, une partie de l’Espagne et de l’Italie, ainsi qu’une partie du monde germanique et des Balkans. Pour de nombreux intellectuels et historiens, Charlemagne est le père de l’Europe. Malheureusement ou heureusement pour l’Europe, après sa mort, son empire sera démembré. La seconde tentative française pour faire l’Europe est celle de Napoléon, ce dernier s’imaginant contrôler un immense territoire, continental, allant de la Corse à Moscou. On sait bien, surtout en Russie, comment cette tentative corse de construire l’Europe par les armes échoua en 1812 face à la résistance du peuple russe et un hiver effroyable.Après la Seconde guerre mondiale, l’Europe se retrouve divisée en deux blocs, un bloc américain, transatlantique, et un pôle soviétique, continental. A l’Ouest, l’Europe se construisit avec l’argent américain du plan Marshall, en contrepartie d’une intégration à l’Otan, une alliance militaire d’obédience américaine, créée en 1949 et destinée à prévenir toute volonté impérialiste de l’Union soviétique.
En 1955, les pays d’Europe de l’Est, sous domination soviétique, sont eux incorporés au pacte de Varsovie, une alliance militaire créée en réaction à l’Otan. L’europhilie française se manifeste de nouveau lorsqu’en 1967 le général de Gaulle fait sortir son pays de l’Otan et lui donne accès à la puissance nucléaire. Tournant le dos au monde anglo-saxon, ce dernier affirme son projet visionnaire d’Europe continentale, gomme le provisoire rideau de fer et prône le rapprochement  historique avec l’Allemagne, puis la Russie, dans le cadre d’une Europe continentale de l’Atlantique à l’Oural. En 1960, Paris se positionne donc comme capitale politique et la France amorce une nouvelle tentative de créer l’Europe. Cette idée gaullienne d’un axe Paris-Berlin-Moscou, et cette affirmation que la Russie, Union soviétique à l’époque, est européenne, se révèle avec le temps de plus en plus juste.Il y a toujours des discussions en France sur l’appartenance de la Russie à l’Europe. Nombreux sont ceux qui, connaissant peu ou mal la Russie, me questionnent sur cette frontière gaullienne que serait l’Oural. L’Oural, frontière géographique entre l’Europe et l’Asie, est-il vraiment une frontière au cœur de la Russie ou de l’Europe? Les peuples que l’on peut rencontrer au-delà de l’Oural seraient- ils différents des peuples de la partie ouest de la Russie? Ces questions peuvent sans doute faire sourire quiconque connaît le pays, mais elles ne sont pourtant pas inventées et à mon sens compréhensibles tant par l’erreur sémantique du général de Gaulle que par la relative méconnaissance de la Russie d’aujourd’hui.

Depuis que j’habite en Russie, je ne peux que confirmer ce que je pensais avant de venir, à savoir que la Russie est un pays très européen. Très européen que ce soit par la nature même de son peuple majoritaire, les slaves orthodoxes, ou encore par son héritage culturel dominant, l’héritage de Rome et d’Athènes. Cet aspect européen de la Russie est présent sur tout le territoire, que ce soit à Moscou, au cœur de la Sibérie, à Vladivostok sur la côte pacifique, dans le Caucase ou encore dans le Nord de la Carélie. Même Kazan l’orientale ne fait pas moins européenne que Sarajevo. Cependant il faut bien le reconnaître, la Russie n’est pas un pays comme les autres pays d’Europe. Par sa taille, la multitude de peuples qu’il comprend, sa géographie étalée vers l’Asie et le Pacifique, la Russie est un empire, un colosse dont la colonne vertébrale est certes européenne mais dont certaines vertèbres sont tantôt asiatiques ou tatares, tantôt musulmanes ou bouddhistes. J’ai d’ailleurs souvent dit à mes amis français que l’on avait beaucoup de leçons à prendre de la Russie quant à la gestion du «modèle multiculturel» que l’Europe peine tant à établir.

Aujourd’hui, si la Russie et l’Otan discutent la création d’une architecture de sécurité de l’hémisphère nord, allant de Vancouver à Vladivostok, des divergences persistent. Les Etats-Unis, via un Otan étendu à l’Europe de l’Ouest et de l’Est, pénètrent le continent eurasien, théâtre d’opération jugé essentiel pour la gestion des affaires du monde. La Russie qui est membre de l’Organisation de la coopération de Shanghai, souvent qualifiée d’Otan asiatique, souhaite, elle, associer l’Europe à une nouvelle architecture continentale de sécurité, complémentaire. En ce sens, les propositions russes de création d’une architecture continentale de sécurité et d’un marché commun économique unique de Lisbonne à Vladivostok sont tout autant visionnaires que totalement gaulliennes.

La seule différence est que l’impulsion politique désormais vient de Moscou, et non plus de Paris comme il y a 40 ans. Il y a sans doute une raison à cela, de Moscou, l’Europe s’étend à l’ouest sur 4.000 kilomètres, jusqu’à l’Atlantique, et à l’est sur 6.500 kilomètres, à travers la Sibérie et jusqu’au bord du Pacifique. Le centre de gravité politique de l’Europe s’est simplement déplacé vers l’est. L’alliance Paris-Berlin-Moscou permettrait aux Européens, qui n’ont pas pu se doter après 1945 d’une réelle autonomie politique et militaire, de ne pas rester enfermés dans le carcan unilatéral de l’Otan et de s’offrir un débouché sur des régions aussi importantes que seront, dans le monde multipolaire de demain, le Caucase, l’Asie centrale et l’Asie-Pacifique. Et si, après Paris hier et Bruxelles aujourd’hui, Moscou devenait demain la capitale de l’Europe ?