Category Archives: Immigration

Nouvelle réglementations pour les étrangers en Russie au 29/12/2021

La loi du 01/07/2021 n° 274-FZ a introduit de nouvelles obligations pour les travailleurs étrangers qui se rendent en Russie,et ce à compter du 29 décembre 2021.  

Cette loi s’applique :
– Aux citoyens étrangers arrivant en Russie pour le travail
– Aux étrangers qui sont arrivés en Russie sans but de trouver un emploi, mais pour une période de plus de 90 jours 
– Aux étrangers qui, présents en Russie, y font une demande de Patent ou de permis de travail.  

Désormais les étrangers devront passer par
– Une prise d’empreintes digitales
– Une identification biométrique (photographie)
– Un examen médical pour confirmer l’absence d’infections dangereuses qui représentent un danger pour les autres (y compris le VIH et Covid) ou encore l’usage de stupéfiants ou de substances psychotropes sans prescription médicale.

Les citoyens étrangers arrivant en Russie pour le travail doivent s’exécuter dans les 30 jours suivant leur arrivée, tandis que les étrangers qui sont arrivés en Russie sans but de trouver un emploi, mais pour une période de plus de 90 jours doivent eux s’exécuter dans les 90 jours suivant leur arrivée.

L’enregistrement des empreintes digitales et la photographie devront être effectués une seule fois, tandis que l’examen médical – à chaque nouvelle entrée en Russie.

Les citoyens biélorusses et les étrangers de moins de 6 ans sont exemptés de ces procédures qui sont des : “innovations visant à améliorer la sécurité sanitaire et épidémiologique‘.   Suite à cela, les étrangers concernés se feront donner un certificat sous forme d’une carte plastique avec un numéro unique, le nom, prénom, patronyme, date de naissance et sexe du ressortissant étranger ainsi que sa nationalité.

La carte contiendra également une puce contenant elle des informations sur le citoyen étranger accessibles en mode “sans-contact” (s’agira t’il d’un QR Code ?) et notamment les données des empreintes digitales ainsi qu’une photographie 30×40 du citoyen étranger.

Moscou vers la tolérance et l’immigration zéro ?

J’ai récemment écrit sur “la politique migratoire” de la Russie.

Il convient de parler de la situation sur Moscou.

Moscou est depuis les années 1990 une ville ouverte, dans laquelle toutes les mafias d’abord, puis le gros des migrants ensuite s’est précipité pour venir y travailler.Moscou et sa couronne contiennent le gros de la main d’œuvre immigrée et notamment pour les chantiers de construction et d’infrastructures.

Ces derniers mois, de nombreux incidents ont fait la une de la presse, concernant des problèmes de violences interethniques dans la capitale et sa grande couronne.

Durant l’été, une dizaine d’incidents ont opposés des ressortissants d’Asie centrale entre eux, certains des incidents prenant part dans le centre de la capitale ou dans des centre commerciaux et voyant la participation de jusqu’à une centaine de personnes parfois armés.

En septembre, deux migrants ont violé et tué une retraitée russe de 67 ans dans le nord de la région de Moscou.

Plus récemment, les habitants de quartiers dortoirs du sud de la ville de Moscou se sont organisés en patrouille pour assurer un peu de securite après un viol et des agressions dans leurs quartiers commis par des mafias de ressortissants d’Asie centrale qui se sont regroupés dans ce quartier.

Une autre affaire a fait beaucoup parler d’elle, il s’agit de l’agression d’une jeune russe, Roman Kovalev par des immigrants intérieurs, c’est à dire des ressortissants du Caucase russe, j’en ai parlé sur ce blog. Il faut noter que la semaine qui a suivi cette affaire, des cas similaires ont eu lie, des ressortissants du Caucase importunant des jeunes femmes russes dans le métro, mais cette fois la population de la rame de métro s’interposant. L’ événement au eu une résonance fédérale ce qui est assez surprenant car dans les années 90 voir 2000 des agressions et notamment des attaques de ressortissants du Caucase du nord sur des russes étaient fréquents.

Ces derniers jours, 4 ressortissants d’Azerbaïdjan récemment naturalisés russes ont attaqué un père de famille devant son jeune fils et des incidents entre adolescents russes et étrangers ont aussi éclatés dans la ville de Domodedovo au sud sur est de Moscou.

Dans tous les cas, les suspects sont retrouvés et seront lourdement condamnés.

Par exemple les 4 racailles qui ont attaqué le père de famille voient leurs actes requalifiés et alourdis en tentative d’homicide notamment sur enfant mineur et ils risquent désormais des peines de prisons pouvant aller jusque 20 ans de prison ferme.

Les autorités et les médias mettent le projecteur sur ces événements mais il est une tendance de fond qui est que Moscou est de plus en plus sure.

Selon les autorités de la ville, 107.199 délits ont été commis dans la capitale soit 2,4% de moins que l’an dernier sur la même période. Le nombre de délits dans la rue a diminué de 2,8%, le nombre de braquages ​ de 26,9% et les vols d’appartements de 34,5%. Enfin le nombre de délits commis dans les lieux publics a diminué de 3,7%, le nombre de vols de rue a diminué de 25,2%, les agressions – de 19,8%.

En 2021, Moscou sous Sobyanine a un taux d’homicides qui est plus bas que le Londonistan de Sadiq Khan.

Source https://akarlin.substack.com/p/moscows-pacification

Comment évolue le nombre de délits par quartiers ?

  • Dans le centre ЦАО – (-2,5%)
  • Dans l’Est ВАО – (-11,5%)
  • Dans le Sud )ЮАО – (-8,9%)
  • Dans le nord-est СВАО (+1,8%)
  • Dans le Sud ouest ЮЗАО – (-7,5%)
  • Dans l’Ouest ЗАО – (-6,4%)
  • Dans le nord САО – (+4,1%)
  • Dans le nord ouest СЗАО – (+12,2%)
  • Dans le nouveau Moscou Новая Москва – (+ 0,3%)
  • Zelenograd Зеленоград – (+1,7%)

Comment on est en arrivé la ?

Dans les années 90, Moscou etait une ville terriblement dangereuse et sous contrôle des mafias, économiques, ethniques et religieuses. Elles contrôlaient en le soumettant au pire des fascismes.

Dans les années 2000, sous la gestion Loujkov, peu change et les agressions et faits de violences sont monnaie courante à Moscou.

Une totale reprise en main est effectuée sous l’ère Sobyanine qui aboutit à la situation actuelle ou chaque année Moscou est de plus en plus sure.

Comment ?

Il y a tout d’abord un déploiement policier massif, partout, dans les rues et les transports en commun. Ce sont souvent aussi des policiers en civils et donc ils ne sont pas visibles.

Il y a aussi un système pénal qui, à l’inverse de la France, fonctionne plutôt comme en Amérique, sanctionne lourdement les premières et petites peines. Pour faire simple, la justice russe a la main lourde et les étrangers ne sont pas épargnés car ils sont étrangers, au contraire. En outre les prisons russes ne sont en outre pas considérées comme les plus confortables du monde.

Enfin la gestion Sobyanine a vu le déploiement dans la capitale d’un colossal réseau de caméras de surveillance dans les rues et le métro et qui ont évidemment un effet direct sur la sécurité. Ce réseau qui est interconnecté, fonctionne à reconnaissance faciale, j’ y reviendrais dans un prochain article.

Dans cette logique, la mairie de Moscou vient d’annoncer entamer une réflexion sur un plan “immigration zéro” pour les chantiers de la capitale.

Les autorités discutent par exemple de remplacer les migrants et de combler au maximum le manque de main d’œuvre par des détenus, des retraités inactifs et même des lycéens à compter de la première et terminale.

L’immigration est un souci prioritaire pour les moscovites et selon toute vraisemblance les élites moscovites l’ont compris.

Quelle politique migratoire en Russie ?

D’ici 2025, la base juridique, organisationnelle et technique de la réglementation de l’État dans le domaine des migrations sera complètement mise à jour, afin de fournir les conditions nécessaires pour créer une situation migratoire qui réponde aux intérêts de la Fédération de Russie tout en “maintenant la sécurité de la société et de l’État, en protégeant le matériel et valeurs culturelles” ( ..)

L’objectif sera d’unifier les règles migratoires et d’introduire des technologies de l’information pour le contrôle des migrations professionnelles et notamment la main d’œuvre étrangère.

En moyenne 17 millions de personnes transitent par la Russie chaque année et la Russie comprendrait aujourd’hui 7 millions d’étrangers dont 1 million de clandestins. La plupart des migrants illégaux viennent d’Ouzbékistan (plus de 332 000 personnes). du Tadjikistan (247 000), d’Ukraine (152 000), d’Azerbaïdjan (120 000), du Kirghizistan (115 000), d’Arménie (61 000), de Moldavie (56 000) et du Kazakhstan (49 000).

En 2018, le ministère de l’Intérieur estimait qu’il y avait environ 2 millions de migrants illégaux vivant en Russie pour un total de 10 millions d’étrangers dans le pays et en 2019 le parquet général avait calculé que 31.010 crimes avaient été commis par la faute des migrants durant l’année.

Sur l’année 2021 selon le MVD russe (la police) les citoyens étrangers et apatrides ont commis 24.700 crimes sur le territoire de la Fédération de Russie sur les huit premiers mois de 2021, soit 5,9% de plus que sur la même période en 2020 dont 19.200 par les citoyens de la CEI, tandis que dans le même temps le nombre de délits contre les migrants a lui diminué de 1,1% et s’élève à 10.300. Au sein de la structure de criminalité des migrants, il y a en outre des tendances à une augmentation des actes illégaux comme l’extrémisme (+33%), le terrorisme (+26%), les meurtres (+8 %) et les viols (+5%).

Durant l’été, une dizaine d’incidents ont opposés des ressortissants d’Asie centrale entre eux, certains des incidents prenant part dans le centre de la capitale ou dans des centre commerciaux et voyant la participation de jusqu’à une centaine de personnes parfois armés.

Les autorités russes ont réagi très forts, déportant plusieurs dizaines de migrants avec des interdictions de séjour en Russie de 40 ans. Sur les 6 premiers mois de l’année 2021, ce sont quelque 100.000 étrangers qui se sont vus interdire d’entrer en Russie.

Ces incidents s’inscrivent dans une année compliquée par le Covid qui a entraîné que nombre d’étrangers ne puissent rentrer chez eux voire se retrouvent en situation irrégulière.

Tout comme l’éducation des taxis, les autorités vont mettre en place un dispositif pour mieux gérer cette immigration et contrôler les flux humain en s’appuyant sur le Digital et la Technologie. Deux registres électroniques vont voir le jour, le premier pour les citoyens étrangers et le second pour leurs employeurs. L’inscription au registre sera obligatoire pour le recrutement des migrants. Les migrants économiques vont désormais devoir maîtriser la langue russe, s’enregistrer en amont via l’application “voyager sans Covid19“, se faire vacciner, obtenir leur patente-digitale via un QR-Code, laisser leurs empreintes digitales, obtenir une carte électronique individuelle et surtout se faire prélever de l’ADN.

*

En outre pour les étrangers qui souhaitent rester sur la longue durée en Russie, priorité sera donnée pour obtenir un droit de résidence permanente dans la Fédération de Russie aux personnes connaissant la langue russe, ainsi qu’à celles qui ont une mentalité et une culture proches.il a été discute au printemps l’apparition d’un nouveau document unifié valide 10 ans, va t-il remplacer les permis de séjour et résidence existants ?

Combien d’étrangers ont été déchus de la nationalité russe en 2020 ?

En Juin 2021 j’ai publié un article sur la statistique du nombre d’étrangers ayant pris la nationalité russe en 2020.

Mais combien d’étrangers ont été déchus de la nationalité russe ?

En 2020, ce sont 280 personnes qui ont été déchues de la nationalité russe sur la base d’une loi du 31 mai 2002 et qui permet l’annulation de l’attribution de la citoyenneté russe si : “cette décision a été prise sur la base de faux documents soumis par le demandeur ou d’informations sciemment fausses, et également si le demandeur n’avait pas l’intention de supporter les obligations établies par le législation de la Fédération de Russie pour les citoyens de la Fédération de Russie, et le but d’acquérir la citoyenneté russe était la mise en œuvre d’activités menaçant les fondements du système constitutionnel de la Fédération de Russie“.

Le réalisateur et présentateur de télévision Nikita Mikhalkov avait au début de l’année rebondi sur une idée exprimée par l’entrepreneur Oleg Deripaska qui permettrait de priver les passeports russes de ceux qui appellent à des sanctions contre la Russie.

Le Kremlin a alors admis que ce sujet “sera discuté” et pourrait concerner une partie des opposants en exil qui appellent aux sanctions contre la Russie.

Roman Kovalev, héros russe ?

Le 04 octobre, sur la ligne bleue du métro , entre les stations Pervomaiskaia et Ismailovskaia, à l’est de la capitale, un incident plutôt rare pour la Russie et Moscou, a eu lieu.

Trois jeunes ressortissants du Daghestan, une république musulmane russe du Caucase du nord, en état d’ ébriété, ont importuné les gens du wagon, et notamment une jeune fille russes, violemment prise à partie et insultée.

Un jeune russe, Roman Kovalev, s’est alors interposé avant d’être violemment passé à tabac sans que personne n’intervienne malgré le fait que le métro soit plein.

La presse russe a hautement médiatisé cet événement et le pauvre Roman s’est retrouvé la star d’un jour, la mairie de Moscou lui offrant une prime de 2 millions de roubles (24.500 euros), une visite nocturne et souterraine du métro de Moscou et la procurature russe (le comite d’enquête) lui attribuant une médaille du “Valeur et du Courage”, médaille qui sera aussi attribué à la passagère qui a alerté le conducteur du train et appelé les secours.

Les trois racailles, comme le porte parole du Kremlin les a appelé, ont été rapidement arrêtés grâce notamment au système de caméras de la ville.

Vidéo de leur arrestation ci-dessous

Lors de leur arrestations l’un d’eux a sorti un objet en forme de couteau et l’autre un spray au poivre ce qui vaut la requalification de leur “tentative de meurtre avec une cruauté particulière” en “tentative de meurtre avec une cruauté particulière avec recours à la violence contre un représentant du gouvernement“, ce qui peut leur valoir une condamnation de 20 ans de prison.

La présence afghane en Russie

La diaspora afghane en Russie s’est formée à partir de plusieurs vagues migratoires.

Une partie des Afghans vivant aujourd’hui sur le territoire de la Fédération de Russie sont d’anciens étudiants de l’URSS, qui, après l’effondrement de l’Union soviétique, sont restés dans la nouvelle Russie ou ont quitté les anciennes républiques ou ils étudiaient pour émigrer en Russie. La chute du dernier régime afghan pro-Moscou du président Najibullah a également entraîné une vague d’immigration vers la Russie.

Longtemps particulièrement fragmentée, la diaspora afghane s’est restructurée et réunifiée à partir de 2009 via notamment la création de diverses structures de coordination des afghans de Russie, dans la capitale mais aussi dans les régions russes et un portail informatique des afghans de Russie.

Aujourd’hui, les militants de la communauté afghane en Russie estiment le nombre total d’Afghans dans la Fédération de Russie autour de 150 000 personnes dont 40.000 dans la capitale mais ces chiffres me semblent surestimés.

Les Afghans vivant en Russie sont divisés en deux catégories : les émigrés politiques qui comprend des représentants de la diaspora afghane et notamment des personnes des première et deuxième vagues de migration, et les travailleurs migrants soit les Afghans qui viennent temporairement en Russie pour travailler.

Répartition de la communauté afghane en Russie

Suite a la prise du pouvoir par les Talibans, les autorités russes vont organiser dans les semaines qui viennent le rapatriement en Russie d’environ 1.500 personnes de Kaboul, qui sont des citoyens russes d’origine afghane, des étudiants qui étudient en Russie (1.447 Afghans étudient déjà dans les universités russes) mais sont bloqués en Afghanistan, des Afghans ayant un visa de travail pour la Russie et des Afghans titulaires d’un permis de séjour en Russie.

Le 26 août dernier, les autorités russes ont déjà organisé le rapatriement de 500 ressortissants de la CEI d’Afghanistan en Russie, dont de nombreux ressortissants d’origine Afghane.

Le président de la diaspora Afghane de Russie estime qu’environ 100.000 Afghans chercheraient aujourd’hui à quitter le pays et émigrer en Eurasie, notamment en Russie mais les autorités russes semblent “très” prudentes sur l’accueil de migrants Afghans, par peur que ne s’y dissimulent de potentiels terroristes.

Nouveaux visas en Russie pour les étrangers

De nouveaux types de visas ont été introduits :

Le 01/07/2021 une nouvelle loi fédérale a été publiée, permettant aux étrangers – parents proches de citoyens russes de demander des visas privés en utilisant une procédure simplifiée :

La loi s’étend aux proches parents suivants :
• les conjoints ;
• parents et parents adoptifs) ;
• enfants (enfants adoptés) ;
• enfants conjoints ;
• pleins et demi-frères et sœurs ;
• grands-parents ;
• petits-enfants ;

Pour demander un visa privé standard, une simple demande écrite d’un citoyen russe suffira désormais et le visa sera délivré pour une durée maximale de 1 an avec une période de séjour autorisée sur le territoire de la fédération de Russie pouvant aller jusqu’à 1 an.

La loi introduit aussi la possibilité d’obtenir des visas d’étudiants ordinaires pour les membres de la famille (conjoints, enfants mineurs, enfants adultes handicapés) de citoyens étrangers entrants en Fédération de Russie pour suivre une formation dans des établissements d’enseignement publics dans le cadre de divers programmes agréés.
Il est possible de prolonger ces visas sans avoir besoin de quitter le pays un nombre illimité de fois pour une période n’excédant pas 1 an pour chaque prolongation.

La loi introduit enfin la possibilité d’obtenir des visas de travail ordinaires pour les membres de la famille (conjoints, enfants mineurs, enfants majeurs handicapés) de citoyens étrangers entrants en Fédération de Russie pour exercer l’une des professions figurant sur la liste des spécialistes qualifiés ayant le droit d’acquérir la citoyenneté russe de manière simplifiée.
Il est possible de prolonger ces visas sans avoir besoin de quitter le pays un nombre illimité de fois pour une période n’excédant pas 1 an pour chaque prolongation.

La liste de ces professions a été approuvée par l’arrêté du ministère du Travail de la Fédération de Russie n°. 734n du 25.11.2019 et contient 135 postes.

La loi entre en vigueur à compter du 01/09/2021.

L’ambassadeur du Kirghizistan a évalué le nombre de citoyens de la république en Russie

L’ambassadeur du Kirghizistan en Russie Gulnara-Klara Samat a évoqué le nombre de citoyens de la république en fédération de Russie.

Il existe un concept – le nombre total de citoyens séjournant en Russie, ceux qui sont inscrits sur le registre des migrations et ceux qui sont en Russie illégalement.

Fin 2019, il y avait 1 million 55 000 citoyens du Kirghizistan dans toute la Russie, et fin 2020 – seulement 720 000 “, a déclaré Samat dans une interview à RIA Novosti le 7 juin.

Lle nombre de citoyens kirghizes séjournant en Russie a considérablement diminué en raison de la fermeture des frontières terrestres, et aussi parce que pendant la pandémie de coronavirus, le trafic aérien entre les pays est devenu rare et le coût des billets d’avion a considérablement augmenté“.

Pour information il y a 6,457 millions d’habitants au Kirghizistan.

Source

Les étrangers travaillant en Russie devront désormais se faire vacciner

La vaccination contre le coronavirus sera disponible sous 3-4 semaines pour les étrangers travaillant en Russie, a déclaré le ministre russe de la Santé Mikhail Murashko dans une interview avec TASS au Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF).

Les étrangers travaillant en Russie se verraient proposer un vaccin à composant unique “Sputnik Light”.

Fin mai, lors d’une réunion du Conseil économique suprême eurasien, le dirigeant russe Vladimir Poutine a commenté la situation des travailleurs migrants en Russie : “La Russie s’efforce et s’efforcera d’améliorer au maximum les conditions des citoyens de pays étrangers qui viennent travailler pour nous, et, bien sûr, principalement des États membres de la Communauté économique eurasiatique“.

3,3 millions d’étrangers ont établi leur statut juridique en Russie depuis avril 2020, lorsque par décret du président de la Russie, les migrants séjournant en Russie ont vu leurs droits de séjour se prolonger suite a la fermeture des frontières de la Russie avec leurs pays d’origines.

Pour les deux premiers mois de 2021, selon le ministère de l’Intérieur, 1 084 000 citoyens se sont enregistrés en surplus.

La vaccination pour ces migrants de travail sera vraisemblablement obligatoire tout comme pour les citoyens russes.

Le rapport final sur ce sujet sera remis au président russe le 30 juin 2021.

Addendum du 28/06/2021 ; la vaccination des travailleurs étrangers commence sur Moscou ; L’employeur paye les services de vaccination et reçoit également les certificats de vaccination des employés. Le coût est de 1 300 roubles par employé.

Qui sont les étrangers qui ont pris la nationalité russe en 2020 ?

En 2020, quelques 650.000 personnes ont reçu la nationalité russe soit 30% de plus qu’en 2019.

Combien de personnes de quels pays ont pris le passeport russe ?

Ukraine – 409.549 personnes
Tadjikistan – 63.389 personnes
Kazakhstan – 43.404 personnes
Arménie – 30.538 personnes,
Ouzbékistan – 23.131 personnes
Azerbaijan – 21.853 personnes
Moldavie – 20.606 personnes
Kirghizistan – 11.865 personnes
Biélorussie – 10 359 personnes
Apatrides – 8 086 personnes,
Géorgie – 3 722 personnes
Turkménistan – 2.451 personnes
Afghanistan – 982 personnes
Turquie – 856 personnes
Vietnam – 819 personnes
Syrie – 810 personnes
Égypte – 294 personnes
Allemagne – 203 personnes
Abkhazie – 187 personnes
Israël – 251 personnes
Serbie – 197 personnes
Lettonie – 195 personnes
Lituanie – 191 personnes
USA – 148 personnes
Bulgarie – 142 personnes
Irak – 129 personnes
Grèce – 90 personnes
Yémen – 88 personnes
Jordanie – 80 personnes
France – 78 personnes
Iran – 77 personnes
Ossétie du Sud – 76 personnes
Tunisie – 74 personnes
Estonie – 71 personnes
Chine – 70 personnes
Bosnie-Herzégovine – 68 personnes
Inde – 68 personnes
Pakistan – 66 personnes
Cuba – 59 personnes
Maroc – 57 personnes
Liban – 57 personnes
Palestine – 55 personnes
Algérie – 53 personnes
Nigéria – 49 personnes
Pologne – 46 personnes
Cameroun – 33 personnes
Grande-Bretagne – 32 personnes
Mongolie – 22 personnes
Macédoine du Nord – 21 personnes
Canada – 19 personnes
Congo – 18 personnes
Soudan – 18 personnes
Monténégro – 17 personnes
Côte d’Ivoire – 17 personnes
Roumanie – 17 personnes
Brésil – 16 personnes
Finlande – 16 personnes
Bangladesh – 16 personnes
Colombie – 16 personnes
Espagne – 14 personnes
Australie – 12 personnes
Ghana – 12 personnes
Pays-Bas – 12 personnes
Hongrie – 11 personnes
Argentine – 11 personnes
non-ressortissants de Lettonie – 11 personnes
République de Corée – 10 personnes
Autriche – 8 personnes
Croatie – 8 personnes
Albanie – 8 personnes
Venezuela – 8 personnes
Sri Lanka – 8 personnes
Slovaquie – 8 personnes
Equateur – 8 personnes
République tchèque – 8 personnes
Bénin – 7 personnes
Cambodge – 7 personnes
Mexique – 7 personnes
Thaïlande – 7 personnes
Suisse – 7 personnes
Suède – 6 personnes
Slovénie – 6 personnes
République Dominicaine – 5 personnes
Belgique – 5 personnes
Guinée – 5 personnes
RPDC – 5 personnes
Malte – 5 personnes
Guinée-Bissau – 5 personnes
Pérou – 5 personnes
Libye – 5 personnes
Philippines – 5 personnes
Angola – 4 personnes
Afrique du Sud – 4 personnes
Arabie saoudite – 4 personnes
Danemark – 4 personnes
Irlande – 4 personnes
Sénégal – 4 personnes
Zambie – 4 personnes
Chili – 4 personnes
République démocratique du Congo – 4 personne
Indonésie – 3 personnes
Madagascar – 3 personnes
Nicaragua – 3 personnes
Nouvelle-Zélande – 3 personnes
Norvège – 3 personnes
Ouganda – 3 personnes
Tchad – 3 personnes
Belize – 2 personnes
Chypre – 2 personnes
Éthiopie – 2 personnes
Portugal – 2 personnes
Bolivie – 2 personnes
Haïti – 2 personne
Panama – 2 personnes
Maurice – 2 personness
Burkina Faso – 1 personne
Guatemala – 1 personne
Hong Kong – 1 personne
Kenya – 1 personne
Koweït – 1 personne
Laos – 1 personne
Mali – 1 personne
Maldives – 1 personne
Mozambique – 1 personne
Népal – 1 personne
Niger – 1 personne
Émirats Arabes Unis – 1 personne,
Paraguay – 1 personne
Somalie – 1 personne
Sierra Leone – 1 personne
Taïwan – 1 personne,
Tanzanie – 1 personne,
Uruguay – 1 personne,
Érythrée – 1 personne
Japon – 1 personne,
non-ressortissants d’Estonie – 1 personne

Source

*

Combien d’étrangers ont obtenu des permis de séjour permanents en Russie en 2020

Combien d’ukrainiens ont obtenu la nationalité russe de 1992 à 2020

Combien d’étrangers ont obtenu la nationalité russe de 1992 à 2020