Category Archives: Journal d’un Frussien

Mortalité : octobre / novembre / décembre

La mortalité de Novembre n’est pas encore entièrement connue mais on peut imaginer ce qui attend Moscou pour les deux derniers mois de l’annee en observant les chiffres fournis par l’opershtab et en prenant comme modèle le mois d’octobre.

Octobre 2020 (Moscou)

– 132.267 cas
– 70.044 personnes soignées
– 32.908 hospitalisations
– 1.564 décès selon l’opershatb mais en octobre la surmortalité a été de 3.518 décès et Le Covid19 a été noté comme cause principale ou co-cause de décès dans 3.573 cas soit 100% de tous les décès en excès en septembre + 311 décès en plus.

Novembre 2020

– 182.257 cas (+37.79% par rapport à octobre)
– 140.734 personnes soignées (+100.92% par rapport à octobre)
– 41.523 hospitalisations (+26% par rapport à octobre)
– 2.185 décès (+38,43%)

Décembre 2020 

Si nous comparons 20 jours d’octobre / novembre / décembre la tendance Novembre/Décembre devrait voir la mortalité considérablement augmenter à Moscou.

20 premiers jours d’octobre
– 80.747 cas
– 36.792 personnes soignées
– 19.633 hospitalisations
– 867 décès

20 premiers jours de novembre
– 116.503 cas (+44% par rapport à octobre)
– 82.802 personnes soignées (+123% par rapport à octobre)
– 27.032 hospitalisations (+37% par rapport à octobre)
– 1.413 décès (+62,98% par rapport à octobre)

20 premiers jours de décembre
– 130.176 cas (+61% par rapport à octobre et +11,74% par rapport à novembre).
– 111.058 personnes soignées (+201% par rapport à octobre et +35,1% par rapport à novembre).
– 30.498 hospitalisations (+55% par rapport à octobre et +12,82% par rapport à novembre).
– 1.491 décès (+71% par rapport à octobre et +5,52% par rapport à novembre

Synthèse démographique sur les 10 premiers mois de 2020

Sur les 10 premiers mois de 2020

La Russie a eu 1.193.445 naissances contre 1.250.608 sur les 10 premiers mois de 2019 soit 57.163 naissances en moins, une diminution de 4,6%.

La Russie a connu 1.661.372 décès contre 1.510.181 décès sur les 10 premiers mois de 2019 soit 151.191 décès en plus, une hausse de 10%.

La baisse naturelle de population est de 457.409 personnes sur 10 mois contre 259.273 pour les 10 premiers mois de 2019.

Sur les 10 premiers mois le pays a connu
662.264 mariages contre 801.184 sur la même période en 2020 soit une baisse de 7,3%.
457.409 divorces contre 513.542 sur la même période en 2020 soit une baisse de 10,9%.

Mortalité en Russie en novembre 2020 / Données préliminaires

MAJ du 21/12/2020 avec les premieres données des ZAGS concernant la hausse de mortalité dans la region

La république de Mordovie + 27%
Krai de Stavropol +32,7%
Kaliningrad +42,%
Oblast d’Ivanobo +43,6%
Saint-Pétersbourg +46,23%.
Oblast de Kostroma +51,5%
Oblast de Vladimir +52,4%
Bouriatie +54,8%
Oblast d’Astrakhan +56,7%
Oblast d’Irkoutsk +65,8%
Altaïski Krai +85,3%
Oblast de Novossibirsk +90,5%
Blagoveshensk :+146%

Sources : Alexey Rachka sur Facebook.

Covid19 et mortalité à Saint-Pétersbourg en novembre 2020

Les données de mortalité de novembre sont disponibles

En Novembre 2020, la ville a connu 6.829 décès contre 4.670 en novembre 2019 soit une hausse de mortalité de 46,23% et 2,159 décès en plus.

La surmortalité sur8 mois d’avril à novembre aura été de 11.010 décès, avec 47.045 décès contre 36.050 sur la même période en 2019 soit une surmortalité de 30,55%.

Sur les 11 premiers mois de l’année, la Venise du nord a connu 64.476 décès contre 54.324 sur les 11 premiers mois de l’année 2019 soit une surmortalité de 18.69%.

Vers la création d’un ministère de la politique démographique et familiale en Russie ?

Le premier vice-premier ministre de la fédération de Russie a le 10 novembre dernier nommé les grands dangers qui menaçaient la Russie.

La pauvreté, ainsi que les problèmes démographiques et sanitaires, sont les principaux défis socio-économiques auxquels la Russie sera confrontée au cours de la prochaine décennie.

Slon lui « Les processus et tendances démographiques sont très inertiels et très coûteux en termes de changements. Et nous dépensons d’énormes ressources pour résoudre ces problèmes », a-t-il déclaré.

En effet, après avoir connu un renouveau démographique qui a vu l’arrêt de la baisse naturelle de population et une hausse des naissance (passées de 1,2 millions en 2000 à 1,9 millions en 2016) retombe dans un cycle de réduction naturelle de population, écho inévitable du creux démographique des années 90.

Pour cette raison sans doute, Oksana Pushkina, vice-présidente du comité de la Douma d’État sur la famille, les femmes et les enfants, a proposé cette semaine de créer un ministère de la politique démographique et familiale en Russie devant permettre une meilleure compréhension des processus qui se déroulent dans la société russe.

L’objectif de ce ministère devra être « d’assurer la sécurité démographique » notamment en collectant et analysant toutes les données démographiques, sans lesquelles, selon elle, l’élaboration complexe d’une politique familiale est impossible comme par exemple la fécondité et la mortalité, l’état du système de santé, les mariages et divorces, le nombre de partenariats et de couples homosexuels, et analyser la capacité de produire une nouvelle génération, mais et lui fournir une éducation décente ».

Qui meurt du Covid19 en Russie ?

En Septembre dernier le site OpenMedia a publié une infographie intéressante sur l’âge des victimes du Covid19 en Russie en se basant sur une analyse des données de l’Opershtab pour les régions (Oblast) d’Astrakhan, Belgorod, Volgograd, Vologda, Kostroma, Novossibirsk, Orenbourg, Samara, Tioumen Tcheliabinsk, Bouriatie, Kabardino-Balkarie, Carélie, Oudmourtie, Khakassie et Krasnodar pour 2005 personnes décédées dont le Covid19 serait la principale cause de décès.

Selon ces données l’âge moyen des décès serait de 67 ans pour les hommes et de 68,9 ans pour les femmes.

Le plus jeune décès serait une résidente de Belgorod né en 2001 (19 ans) qui aurait tardé à demander de l’aide médicale et le plus âgé un résident de Novossibirsk âgé de 99 ans.

L’âge médian des daces enregistrés serait de 68 ans c’est à dire que 50% des gens décédés auraient plus de 68 ans et 50% moins de 68 ans.

5% des décès dus au coronavirus sont des gens de moins de 44 ans.
18% des décès dus au coronavirus sont des gens de 45-59 ans.
46% des décès dus au coronavirus sont des gens de 60 – 74 ans.
31% des décès dus au coronavirus sont des gens de > 75 ans.

30% des patients de plus de 80 ans atteints du Covid19 en meurent.

Continue reading

Covid19 et mortalité à Saint-Pétersbourg en 2020

Saint-Pétersbourg est l’un des acteurs clefs de la crise de Coronavirus en Russie.

La ville détient le record du nombre de décès par habitants avec officiellement 108,1 décès pour 100.000 habitants contre 74,1 décès pour 100.000 habitants à Moscou par exemple.

Aujourd’hui la létalité du virus serait, officiellement également la seconde la plus élevée de Russie, avec un taux de 4% juste derrière le Daguestan avec 5% mais loin devant Moscou avec 1,45%.

La capitale du nord a vu son premier cas de Coronavirus le 02/03/2020 lorsqu’un étudiant italien du nom de Ricardo a appelé les urgences de la ville et s’est avéré positif.

Comme les moscovites, les Saint-Pétersbourgeois, circulant énormément entre l’Europe et la Russie, notamment la France et l’Italie, ont vraisemblablement ramené le virus en Russie puisque les études montrent que c’est la souche Italienne qui s’est disséminée à Moscou durant le printemps 2020.

Sur les trois premiers mois de l’année la capitale a connu 15.464 décès contre 15.697 sur les trois premiers mois de 2019 soit une baisse de 1,5%.

En Avril 2020, la ville a connu 5.288 décès contre 5.174 en avril 2019 soit une hausse de mortalité de 2,2%.

En Mai 2020, la ville a connu 4.859 décès contre 2.267 en Mai 2019 soit une hausse de mortalité de 46,7% et 2.267 décès en plus.

En Juin 2020, la ville a connu son pic de la crise de Covid19 avec 6.698 décès contre 4.543 en Juin 2019 soit une hausse de mortalité de 40,8% et 1.855 décès en plus.
Selon le Zags de la ville en Juin ce sont même  7.106 personnes qui sont mortes.

En Juillet 2020, la ville a connu 5.827 décès contre 4.766 en Juillet 2019 soit une hausse de mortalité de 22,3% et 1.061 décès en plus.

En Aout 2020, la ville a connu 5.245 décès contre 4.831 en Aout 2019 soit une hausse de mortalité de 8,6% et 414 décès en plus.

En Septembre 2020, la ville a connu 5.738 décès contre 4.625 en Septembre 2019 soit une hausse de mortalité de 24,1% et 1.113 décès en plus.

En Octobre 2020, la ville a connu 6.561 décès contre 5.159 en octobre 2019 soit une hausse de mortalité de 27,18% et 1.402 décès en plus.

La surmortalité sur 7 mois d’avril à octobre aura été de 8.851 décès, avec 40.216 décès contre 31.365 sur la même période en 2019 soit une surmortalité de 28,22%.

Sur les 10 premiers mois de l’année, la Venise du nord a connu 57.647 décès contre 49.654 sur les 10 premiers mois de l’année 2019 soit 7.993 décès en plus et une surmortalité de 16,1%.

Selon les données officielles de l’Opershtab  5.783 Saint-Pétersbourgeois auraient été emportés par le Covid19 au 05/12/2020.

Comme Moscou, Saint Pétersbourg connait une hausse des hospitalisations par rapport à la première vague en moyenne de 10%.

En mai 2020 le nombre de pneumonies était déjà 5,5 fois supérieure à la moyenne de l’année précédente mais début octobre le nombre de pneumonies sur la période allant d’avril à octobre était 10 fois supérieur à la même période de l’année précédente.

La ville teste beaucoup procédant à quelques 40 000 tests / jour pour une population de 5,5 millions d’habitants, à comparer à Moscou qui fait 85 000 tests / jour pour une population de 12 millions d’habitants.
A noter que durant la première vague, la situation était différente : si Moscou avait déjà réalisé 6,5 millions de tests au 04/08/2020 par exemple, Saint Pétersbourg n’en avait effectué que 1,9 millions.

La ville aurait encore 55.000 personnes porteuses du Covid19 ce 05/12/2020dont près de 10.000 seraient hospitalisées tandis que la ville n’a que 10.901 lits disponibles soit un taux d’occupation de 92% des lits par le Covid19, contre 80% le 03 novembre soit il y a un mois.

Fin Novembre et début décembre, la situation de la ville était jugé critique par les autorités sanitaires russes.

Classement des régions russes par surmortalité

Pour faire suite a mon article sur la surmortalité en Russie un lecteur m’a demandé quelles régions avaient ete les plus touchées.

Le classement est dessous pour la période de Janvier à Septembre.

  • Le Caucase du nord a vu la mortalité augmenter de 14,3%
  • Le district fédéral du centre a vu la mortalité augmenter de 9,8%
  • La Volga a vu la mortalité augmenter de 9,7%
  • Le district fédéral du Nord-Ouest a vu la mortalité augmenter de 8,2%
  • Le district fédéral de l’Oural a vu la mortalité augmenter de 6.2%
  • Le district fédéral du sud a vu la mortalité augmenter de 5,1%
  • Le district fédéral de Sibérie a vu la mortalité augmenter de 3,1%
  • Le district fédéral de lE’xtrême-Orient a vu la mortalité augmenter de 0,9%

Si l’on prend la période de Avril à Septembre soit la période de l’épidémie

  • Le Caucase du nord a vu la mortalité augmenter de 25,4%
  • Le district fédéral du centre a vu la mortalité augmenter de 15,46%
  • La Volga a vu la mortalité augmenter de 15,3%
  • Le district fédéral du Nord-Ouest a vu la mortalité augmenter de 13,76%
  • Le district fédéral de l’Oural a vu la mortalité augmenter de 12,31%
  • Le district fédéral du sud a vu la mortalité augmenter de 9,68%
  • Le district fédéral de Sibérie a vu la mortalité augmenter de 7,48%
  • Le district fédéral de lE’xtrême-Orient a vu la mortalité augmenter de 6,23%

Mortalité comparative entre la première et la seconde vague de Coronavirus

Yandex publie désormais une statistique comparative de mortalité pour certains pays entre les premières et secondes vagues de Coronavirus (printemps et automne).

Lien en cliquant sur la carte ci-dessous : en rouge la mortalité de la seconde vague (indiquée en valeur absolue par millions d’habitants) et en bleu la mortalité de la seconde vague.

La mortalité de la seconde vague est plus importante en Russie que lors de la première vague, tout comme en Autriche, Israël ou république tchèque.