Le SputnikV premier vaccin contre le Coronavirus

« Perçu avec scepticisme par le reste du monde, ce vaccin russe contre le coronavirus devrait être produit de façon industrielle en septembre ». 
Le Parisien avec AFP (15/08/2020)

S’il y a bien un sujet sur lequel les journalistes francais sont discret et peu objectifs, c’est entre-autre celui du vaccin russe contre le Coronavirus.

Gam-COVID-Vac

Le centre Gamaleïa est un institut de recherche médicale russe dont le siège est à Moscou. Fondé en 1891 et qui relève du ministère de la Santé de la Fédération de Russie. Le centre rend hommage par son nom à l’éminent scientifique russe et soviétique Nikolay Fyodorovich Gamaleya (1859-1949), réputé pionnier de la microbiologie et de la recherche sur les vaccins (wikipedia).

Au début de l’été 2020 le centre Gamaleïa en Russie annonçait avoir produit les premiers Vaccins mondiaux contre le Coronavirus.

Les phases 1 et 2 du centre ont été complétées en Juillet 2020 et Le 11/08/2020, le président Poutine déclarait que le premier vaccin au monde contre le Covid19 était enregistré en Russie sous le nom de Gam-COVID-Vac avec comme nom de marque « SputnikV ».

Les lecteurs curieux peuvent aller consulter le site du vaccin SputnikV disponible en plusieurs langues et notamment en francais mais aussi découvrir les principaux avantages du vaccin ici et suivre SputnikV sur twitter :  ici

A partir de septembre 2020 des essais cliniques post-enregistrement ont impliqué 40.000 volontaires dont une franco-russe qui sera interviewée sur DISSONANCE dans quelques jours.

Des tests ont notamment été faits sur des population non russes, en Bielorussie et aux émirats arabes unis.

Les volontaires, en plus d’être suivis de près pouvaient sur deux groupes sur la messagerie russe Telegram discuter (entre eux et avec des médecins), comparer leurs résultats et leurs effets secondaires.

Le 02/12/2020, alors que près de 100.000 personnes s’étaient faites vacciner, le président Vladimir Poutine annonçait le 02/12/2020 commencement de la vaccination de masse à partir du 07/12/2020. La presse francaise, dans un élan de bienveillance, accueillait la nouvelle objectivement.

« Le président Vladimir Poutine en personne s’est fait dès août le VRP du «Spoutnik V», premier vaccin anti-Covid enregistré dans le monde, témoignant des efforts russes d’en faire aussi un atout géopolitique.
08/12/2020 | AFP

#NePasRire ?

Le vaccin Spoutnik V est administré en deux injections, la deuxième dose étant prévue 21 jours après la première. Les anticorps sont censés atteindre leur niveau maximum et de croisière au 42ieme jour et le vaccin est censé protéger 2 ans. Le taux d’efficacité du Vaccin serait de 91,4%.

Pour comprendre comment le vaccin fonctionne, c’est ici et .

Contrairement aux bruits colportes par certains journalistes francais non russophones, il est juste conseillé de ne pas boire de l’alcool 3 jours après les piqures, tout comme pour le vaccin de la grippe.

Le prix du vaccin sera de 1.942 roubles soit 21 euros mais en Russie la vaccination sera gratuite pour les citoyens russes.

Si Moscou (6.000 personnes vaccinées au 10/20 et 20.000 en attente) et l’Oblast de Moscou (6.500 personnes vaccinées au 10 décembre) sont les pilotes en matière de vaccination, toutes les régions de Russie reçoivent cette semaine 51 leurs premières doses et ce sont 2 millions de doses qui devraient être produites et distribuées d’ici la fin 2020.

Un registre des personnes vaccinées devrait apparaitre et près de 150.000 personnes sont déjà vaccinées au 16 décembre 2020 dont 80.000 militaires.

Le vaccin sera en outre disponible pour les étrangers résidents en Russie travaillant dans l’éducation, le médical d’autres professions à risques.  

Aujourd’hui 3 centres sont autorisés à produire le SputnikV, le centre Gamaleya bien sûr, Binnopharm et Generium qui projette de pouvoir produire a elle seule 60 à 100 millions de doses par an. La liste des producteurs devrait s’agrandir durant le premier trimestre 2020.
A Moscou, un cluster regroupant la ville de Moscou et l’entreprise R-Pharm verra la construction de deux sites de production, le premier ouvrira en janvier 2021, le second en 2023. Les sites seront les plus grands de Russie et produiront 10 millions de doses par mois durant l’année 2021.

*

A l’international, l’intérêt pour SputnikV semble fort, ce qui a fait réagir la presse francaise qui qualifie le vaccin de « d’arme de Poutine ».

Au total ce sont 50 pays qui ont fait des demandes sur le SputnikV et 1,2 milliard de doses du vaccin ont été précommandées à la Russie.

Contrairement à ce que l’on a pu lire sur les blogs de certains « spécialistes « de la Russie mais visiblement pas d’économie la production du SputnikV sera donc bien faite « en » Russie, indépendamment des processus de techno-digitalisation importants que le pays connait, l’un n’empêchant pas l’autre et même bien au contraire.

En outre de nombreux pays vont importer la technologie de production russe pour produire « en local ». C’est le cas de l’Inde qui produira plus de 100 millions de doses par an, de l’Ukraine qui produira le vaccin russe chez elle, de la Serbie, de la Corée du sud, du Kazakhstan ou de la Bielorussie accélérant l’indépendance de ces états du complexe pharmaceutique occidental, et notamment américain ; indépendance que Nathalie Ernoult, co-directrice de l’Observatoire de la santé mondiale de l’IRIS qualifie d’ : « appétit d’un certain nombre de pays d’aller vers l’autonomie ».

Le 27 novembre 2020 une délégation d’experts francais s’est rendu à Moscou pour rencontrer les acteurs russes.

La cheffe de la mission affirmant à son retour de Russie que « Les données du vaccin russe semblent convaincantes » et que le pays n’allait pas trop vite de commencer la vaccination car : « Les données qu’a collectées la Russie ont persuadé ses autorités qu’il était temps de commencer à vacciner ».

Enfin, la compagnie Atra-Zeneca, 10 entreprises pharmaceutiques mondiales vient d’annoncer le début d’une étude et de tests d’utilisation de composants du Sputnik dans son propre vaccin, envisageant peut être une solution combinée.

*

EpiVacCorona

En outre, un second vaccin a été homologue par les autorites russes en octobre dernier et est actuellement en test sur 770 premières personnes dont 96 âgées de plus de 60 ans. Il est prévu de le tester sur la fin de 2020 et le début de 2021 sur 30.000 personnes dont 5.000 en Sibérie.

Le vaccin a été créé par Vektor qui est un centre de recherche biologique de très haut rang situé à Koltsovo en Russie et fondé en 1974. Il est placé au même niveau que les CDC et le US Army Chemical and Biological Defense Command. Les recherches s’organisent autour de tous les niveaux de danger biologique classés de faible à très élevé (1 à 4). Ce lieu est l’un des deux seuls endroits au monde à posséder le virus de la variole et est aussi désigné comme pièce importante du réseau de recherche en armes biologiques russe Biopreparat (wikipedia).

Il sera aussi composé de deux piqures espacées de 21 jours et sera disponible en 2021

*

A ce jour en Russie, 17 centres de recherche travaillent sur 26 vaccins différents contre le Covid19.

Добавить комментарий

Ваш адрес email не будет опубликован. Обязательные поля помечены *