Moscou vers la tolérance et l’immigration zéro ?

J’ai récemment écrit sur “la politique migratoire” de la Russie.

Il convient de parler de la situation sur Moscou.

Moscou est depuis les années 1990 une ville ouverte, dans laquelle toutes les mafias d’abord, puis le gros des migrants ensuite s’est précipité pour venir y travailler.Moscou et sa couronne contiennent le gros de la main d’œuvre immigrée et notamment pour les chantiers de construction et d’infrastructures.

Ces derniers mois, de nombreux incidents ont fait la une de la presse, concernant des problèmes de violences interethniques dans la capitale et sa grande couronne.

Durant l’été, une dizaine d’incidents ont opposés des ressortissants d’Asie centrale entre eux, certains des incidents prenant part dans le centre de la capitale ou dans des centre commerciaux et voyant la participation de jusqu’à une centaine de personnes parfois armés.

En septembre, deux migrants ont violé et tué une retraitée russe de 67 ans dans le nord de la région de Moscou.

Plus récemment, les habitants de quartiers dortoirs du sud de la ville de Moscou se sont organisés en patrouille pour assurer un peu de securite après un viol et des agressions dans leurs quartiers commis par des mafias de ressortissants d’Asie centrale qui se sont regroupés dans ce quartier.

Une autre affaire a fait beaucoup parler d’elle, il s’agit de l’agression d’une jeune russe, Roman Kovalev par des immigrants intérieurs, c’est à dire des ressortissants du Caucase russe, j’en ai parlé sur ce blog. Il faut noter que la semaine qui a suivi cette affaire, des cas similaires ont eu lie, des ressortissants du Caucase importunant des jeunes femmes russes dans le métro, mais cette fois la population de la rame de métro s’interposant. L’ événement au eu une résonance fédérale ce qui est assez surprenant car dans les années 90 voir 2000 des agressions et notamment des attaques de ressortissants du Caucase du nord sur des russes étaient fréquents.

Ces derniers jours, 4 ressortissants d’Azerbaïdjan récemment naturalisés russes ont attaqué un père de famille devant son jeune fils et des incidents entre adolescents russes et étrangers ont aussi éclatés dans la ville de Domodedovo au sud sur est de Moscou.

Dans tous les cas, les suspects sont retrouvés et seront lourdement condamnés.

Par exemple les 4 racailles qui ont attaqué le père de famille voient leurs actes requalifiés et alourdis en tentative d’homicide notamment sur enfant mineur et ils risquent désormais des peines de prisons pouvant aller jusque 20 ans de prison ferme.

Les autorités et les médias mettent le projecteur sur ces événements mais il est une tendance de fond qui est que Moscou est de plus en plus sure.

Selon les autorités de la ville, 107.199 délits ont été commis dans la capitale soit 2,4% de moins que l’an dernier sur la même période. Le nombre de délits dans la rue a diminué de 2,8%, le nombre de braquages ​ de 26,9% et les vols d’appartements de 34,5%. Enfin le nombre de délits commis dans les lieux publics a diminué de 3,7%, le nombre de vols de rue a diminué de 25,2%, les agressions – de 19,8%.

En 2021, Moscou sous Sobyanine a un taux d’homicides qui est plus bas que le Londonistan de Sadiq Khan.

Source https://akarlin.substack.com/p/moscows-pacification

Comment évolue le nombre de délits par quartiers ?

  • Dans le centre ЦАО – (-2,5%)
  • Dans l’Est ВАО – (-11,5%)
  • Dans le Sud )ЮАО – (-8,9%)
  • Dans le nord-est СВАО (+1,8%)
  • Dans le Sud ouest ЮЗАО – (-7,5%)
  • Dans l’Ouest ЗАО – (-6,4%)
  • Dans le nord САО – (+4,1%)
  • Dans le nord ouest СЗАО – (+12,2%)
  • Dans le nouveau Moscou Новая Москва – (+ 0,3%)
  • Zelenograd Зеленоград – (+1,7%)

Comment on est en arrivé la ?

Dans les années 90, Moscou etait une ville terriblement dangereuse et sous contrôle des mafias, économiques, ethniques et religieuses. Elles contrôlaient en le soumettant au pire des fascismes.

Dans les années 2000, sous la gestion Loujkov, peu change et les agressions et faits de violences sont monnaie courante à Moscou.

Une totale reprise en main est effectuée sous l’ère Sobyanine qui aboutit à la situation actuelle ou chaque année Moscou est de plus en plus sure.

Comment ?

Il y a tout d’abord un déploiement policier massif, partout, dans les rues et les transports en commun. Ce sont souvent aussi des policiers en civils et donc ils ne sont pas visibles.

Il y a aussi un système pénal qui, à l’inverse de la France, fonctionne plutôt comme en Amérique, sanctionne lourdement les premières et petites peines. Pour faire simple, la justice russe a la main lourde et les étrangers ne sont pas épargnés car ils sont étrangers, au contraire. En outre les prisons russes ne sont en outre pas considérées comme les plus confortables du monde.

Enfin la gestion Sobyanine a vu le déploiement dans la capitale d’un colossal réseau de caméras de surveillance dans les rues et le métro et qui ont évidemment un effet direct sur la sécurité. Ce réseau qui est interconnecté, fonctionne à reconnaissance faciale, j’ y reviendrais dans un prochain article.

Dans cette logique, la mairie de Moscou vient d’annoncer entamer une réflexion sur un plan “immigration zéro” pour les chantiers de la capitale.

Les autorités discutent par exemple de remplacer les migrants et de combler au maximum le manque de main d’œuvre par des détenus, des retraités inactifs et même des lycéens à compter de la première et terminale.

L’immigration est un souci prioritaire pour les moscovites et selon toute vraisemblance les élites moscovites l’ont compris.

Leave a Reply

Your email address will not be published.