Peuples et ethnies à Moscou ..

Pour appuyer mon précédent article, veuillez trouver ci dessous la très surprenante étude sur la population de Moscou. Pour info Moscou est la ville la plus peuplée d’Europe avec 10,22 millions d’habitants intra muros en 2008 et 14,74 millions d’habitants dans l’agglomération. Elle est le centre économique, politique et universitaire de la Russie, regroupant 8,9 % de la population du pays.

Les premières études statistiques sur la population de la ville datent du 17ième siècle, en 1638 la ville avait a peu près 200.000 habitants. La population diminuera tout au long du siècle suivant pour ne retrouver ce chiffre de 162.000 qu’en 1776.
A la veille de la guerre de 1812 la population de la ville est de 270.000 et de seulement 212.000 à la fin de la guerre. La population est alors composée de 92 orthodoxes pour 100 habitants et de 8 infidéles.

La population augmentera au cours du 19ième siècle pour atteindre en 1882 753.649 habitants. La population est orthodoxe à 91%, il y a 2,28% de vieux croyants, 2,05% de protestants, 2% de juifs, 1,24% de catholiques et autant de musulmans … 96% de la population s’exprimait en langue Russe.  73% de ses habitants n’étaient pas «nés» à Moscou et étaient principalements originaires de : Tula, Kaluga, Riazan ou encore Smolensk.

En 1926, la population atteignait près de 2 millions d’habitants et la moitié n’étaient pas nés à Moscou. Les «Russes ethniques» représentaient 87,5% de la population, les tatares 8%, les Ukrainiens et les juifs à peu près 6,5%.

Le recensement de 1959 voit une augmentation de la population «Russe» (de 87,4 à 89,5%), une diminution de la proportion de Juifs (6,0 à 4 , 1%) mais une hausse de la proportion de Tatars, d’Ukrainiens et de Biélorusses.

En 1989 Moscou comprend 8.972.300 habitants dont près de 89% de Russes, moins de 3,% d’Ukrainiens, moins de 2% de Tatars et quelques autres minorités (juifs, citoyens d’asie centrale …). Pour infos cette année la ont été recencés dans la capitale :
- 7.963.246 Russes
- 252.670 Ukrainiens
- 174.738 Juifs
- 157.376 Tatars
- 73.000 Biélorusses
- 43.989 Arméniens
- 39.916 Mordves
- 20.727 Azéris
- 19.608 Georgiens
- 18.358 Chouvaches
- 9.183 Ouzbeks
- 8.825 Kazaques
- 7.270 Ossètes
- 6.997 Polonais
- 5.417 Bashkirs
- 4.670 Allemands
- 3.986 Lettons
- 3.693 Grecs
….
- 1.275 Arabes
- 1.261 Karèles
- 597 Adygues
- 372 Chinois
- 270 Afghans
- 145 Turcs
- 117 Francais

Après l’effondrement de l’URSS, des bouleversements démogaphiques sans précédents ont frappés la Russie, notamment la capitale Moscou. En 15 ans seulement, la situation s’est totalement inversée. De nombreux migrants se sont installés à Moscou, certains clandestins pour le travail (nombre d’asiatiques Gaustarbeiters), d’autres pour des raisons politiques, d’autres par «mariage» ou tout simplement recherche d’une activité économique quelle qu’elle soit. Les chiffres qui suivent tentent d’intégrer des variables type tel que l’immigration clandestine ou les étrangers non recencés.

Le recencement de 2002 a été effectué par la gazette réputée «arguments et faits», étayé par les chiffres fournis par le «ministère de l’intérieur» (ГУВД). Il faut noter que selon les estimations officielles de la ville de Moscou, le nombre de clandestins varie de 900.000 à 3 millions de personnes. Il est également à noter que 50 religions sont recencés dans la ville.
Les principaux groupes recencés et estimés en quantité sont les suivants :

Azéris : 1.500.000 personnes
Tatares : 900.000 personnes
Arméniens : 600.000 pesonnes
Juifs : 200.000 personnes
Georgiens : 350.000 personnes
Tsiganes : 300.000 personnes
Moldaves : 300.000 personnes
Tchéchènes : 250.000 personnes
Vietnamiens : 240.000 personnes
Tadjiks : 200.000 personnes
Ouzbeks : 150.000 personnes
Chinois : 350.000 personnes
Afghans : 100.000 personnes
Bachkirs : 100.000 personnes
Daguestanais : 100.000 personnes
Chouvaches : 60.000 personnes
Ingouches :  50.000 personnes
Africains : 50.000 personnes
Yougoslaves : 50.000 personnes
Turcs : 20.000 personnes
Kurdes : 15.000 personnes
Grecs : 20.000 pesonnes
Koréens : 15.000 personnes
Assyriens : 15.000 personnes
Kazaques : 10.000 personnes
Les nombreux ressortissants d’autres groupes, représentent eux près de 200.000 personnes.

Le total de ces «minorités» non Slaves est donc d’approximativement 6,3 millions de personnes sur 10,5 millions d’habitants à Moscou intramuros. Les Russes / Ukrainiens / Biélorusses ne représentent donc à Moscou que 4 millions de personnes soit 40% de la population.
Il est également à noter que les Ukrainiens sont entre 600 et 800.000 et les Biélorusses plus de 100.000.

Source

Опубликовать в Google Plus
Опубликовать в LiveJournal

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Démographie 3 Comments

3 Responses to Peuples et ethnies à Moscou ..

  1. Anonyme

    C’est effectivement bien. Comme tu le dis, vive la diversité en Russie. Cependant, il manque une diversité non historique : un peu plus d’africains, de non russes, plus de musulman…

     
  2. alexandre.latsa@gmail.com

    Bonjour

    je suis surpris de votre commentaire, la Russie est un grand pays, multi-ethnique et multi-confessionel. 176 peuples y cohabitent et l’état reconnaît 4 religions officielles : l’orthodoxie, l’Islam, le Judaisme et le Bouddhisme.

    Il y a de nombreux Africains en Russie (les liens de l’URSS avec l’Afrique) et les étudiants Arabes y sont nombreux, notamment dans des villes à proximité de Moscou.

    Les «musulmans» comme vous les appellez sont entre 15 et 20% de la population et appartiennent à près de 40 ethnies différentes, la principale étant les Tatars.

    La Russie n’a pas de problème avec l’Islam, car ils sont avant tout des «citoyens Russes», des membres à part entière de la fédération. Ce sont des autochtones et non des «immigrés» de fraiche date comme en Europe.

     
  3. Anonymous

    J’avais une question, Alexandre:

    est-ce que vous pensez qu’à la chute de l’URSS il y a aussi eu un bouleversement identitaire?

    Des personnes qui autrefois se déclaraient russes par adhésion au projet collectif russe, ou en fonction de leur environnement de travail, ou simplement des personnes aux origines diverses qui à choisir préféraient mentionner celle qui unit tous les soviétiques; et l’Empire ayant éclaté, un retour à des identités plus fragmentés, refuges car l’identité russe n’assurant plus comme avant son rôle de parapluie?

    je me demande aussi si avec le retour d’une connotation positive de la nationalité russe, les prochains recensements ne vont pas en voir augmenter le nombre en décalage avec les explications démographiques.

    sur l’île d’Hispaniola, il est frappant de voir comme deux sociétés vivant côte à côte (Haiti et R. Dominicaine) se pensent différemment. Les haitiens se déclarent noirs, même quand ils sont métis. les dominicains se déclarent métis ou blancs dès que leur peau laisse la place au doute.

    je me demande si ce genre de flous identitaires affecte la Russie.

    Bonne journée!

    L-A

     

Add a Comment