Le Covid19 et l’Afrique : l’exemple de l’Afrique du sud

On entend souvent que l’Afrique ne serait pas ou peu touchée par le Covid19. Officiellement le continent n’aurait connu que 8,8 millions de cas et quelques 224.208 décès.

De nombreux facteurs sembleraient pouvoir “logiquement” expliquer le faible impact du Covid19 en Afrique : l’age moyen de la population, le climat, la déjà très forte mortalité et donc sélection naturelle ou encore des raisons génétiques.

En réalité, les pays d’Afrique “noire” n’ont surtout pas ou très peu de capacités statistiques et pas de registres statistiques dignes de ce nom qui compilent les décès, comme le font l’INSEE en France ou ROSSTAT en Russie ; tout du moins hormis l’Égypte, la Tunisie, l’Algérie, le Cape Vert, São Tomé et Príncipe, les Seychelles, l’île Maurice et l’Afrique du sud.

L’absence de recensement des décès dans la majorité des pays africains seraient pour certains la preuve que des populations plutôt sous chloroquine seraient moins sensibles au Covid19 🙂

Map of Africa showing death registration systems
https://www.bbc.com/news/world-africa-55674139

Seul pays d’Afrique noire avec une vraie dimension statistique, l’Afrique du sud, est un cas intéressant.

Le pays a connu 3 grandes vagues et alors qu’il y aurait officiellement 89.000 morts du Covid19, la surmortalité sur la période de la pandémie est de 277.842 décès.

Image

Comme on peut le voir ci-dessous,la surmortalité est beaucoup plus importante que la mortalité déclarée Covid mais suis parfaitement les vagues Covid.

La ville la plus touchée est le Cap.
En 2020 il était estimé que le Covid a tué un habitant sur 300 et sur 2020 / 2021 il y serait mort 675 habitants sur 100.000 soit un habitant sur 148.
Le Cap a la plus grande proportion de personnes (11,4% de la population) de plus de 60 ans en Afrique du Sud et est la ville d’origine plausible du variant 501YV2.

On peut voir sur ce tableau ci-dessous (je suis surpris de la qualité des statistiques sud-africaines) la matérialisation des différentes vagues sur les différentes tranches d’age et que bien qu’il s’agisse d’un pays d’Afrique noire, la surmortalité a frappé à tous les ages mais 75% des décès concernent des sud-africains de plus de 60 ans.

Ci-dessous, on peut voir la proportion de tests positifs.

Avec 230.000 décès sur 59,3 millions d’habitants, c’est donc 0,39% de la population qui est décédée des conséquences du Covid19.

Un ratio largement supérieur a nombre de pays européens, et par exemple le double de la France.

Sources : 1 et 2

Leave a Reply

Your email address will not be published.