Extraits du discours du chef de l’État russe lors de la conférence “Artificial Intelligence Journey 2021” sur l’intelligence artificielle

J’ai deja écrit sur ce blog sur le thème du Conservatisme Dynamique russe, qui opère une fusion assez unique entre les valeurs traditionnelles et les nouvelles technologies.

Le président russe en 2020 avait rappelé que “L’avenir de l’humanité – c’est la génétique, la biologie au sens large du terme, les technologies de l’information, l’intelligence artificielle et tout ce qui concerne les activités à l’intersection de ces disciplines“.

Son discours lors des journées de l’AI à Moscou, n’a pas déçu les conservateurs dynamiques du monde entier.

Vladimir Poutine a clairement confirme la route que la Russie allait suivre dans les années qui viennent et notamment le TOUT AI et le TOUT Digital dont je parle souvent sur ce blog. Vladimir Poutine a même affirmé son intérêt pour les MetaVers comme écosystèmes d’avenir. Le président russe a aussi rappelé l’importance des valeurs morales et familiales qui devaient imprégner les humains en charge de la création de ces nouvelles solutions.

*

Les technologies de l’intelligence artificielle sont véritablement devenues une partie de notre vie. Aujourd’hui, c’est un point d’attraction pour les créatifs talentueux prêts à rêver et à atteindre leurs objectifs et à la pointe de la pensée scientifique et technique.

Et il est important que de telles solutions de rupture, qui ouvrent des opportunités vraiment infinies, ne soient en aucun cas nuisibles, mais pour le bien de l’homme, contribuent à sauver notre planète et à assurer son développement durable.

J’espère vivement que nous discuterons définitivement de toutes ces questions dans le cadre de la conférence internationale “Sberbank”, qui est déjà devenue l’une des principales plates-formes mondiales de discussion sur le thème de l’intelligence artificielle.

(…)

Littéralement sous nos yeux, un paradigme fondamentalement différent des activités des entreprises, des entreprises et des industries entières est en train d’émerger.

(…)

Cette transformation affecte non seulement l’économie, mais aussi la sphère sociale et le système d’administration publique. Et, bien sûr, les mégadonnées (BIG-DATA) et l’intelligence artificielle jouent ici un rôle clé. Celui qui utilise le mieux le puissant potentiel technologique dans l’intérêt des gens et de leur bien-être est celui qui gagne dans le monde moderne, celui qui gagne dans la compétition mondiale, et nous devons être parmi les leaders ici – par nous je veux dire notre pays, la Russie.

(…)

Nous devons accélérer partout le rythme de la transformation numérique et à partir d’expérimentations individuelles, d’initiatives « pilotes », dès que possible, aller au lancement de projets de bout en bout pour la mise en œuvre de l’intelligence artificielle, principalement dans les domaines qui déterminent le qualité de vie humaine.

Nous devons nous assurer que les technologies du futur deviennent disponibles aujourd’hui, servent tous les citoyens du pays et nous permettent d’atteindre nos objectifs de développement national. C’est précisément la mission de l’État, des scientifiques, des ingénieurs et des entreprises innovantes.

(..)

Nous devons lancer de toute urgence un programme de formation de spécialistes de l’industrie avec des compétences pratiques dans le domaine de l’intelligence artificielle. Nous devons le faire maintenant.

(…)

Nous ne pouvons pas résoudre les tâches de développement technologique accéléré à un rythme aussi tranquille qu’avant sachant que les technologies qui se développent le font de façon exponentielle, à une vitesse colossale et explosive – et que tout cela se passe sous nos yeux. Récemment, cela semblait être un pur fantasme.

(…)

Mais même aujourd’hui, les entreprises automobiles nationales, notre industrie automobile, continuent d’avancer. Et déjà maintenant, des voitures sont créées qui peuvent rouler dans des conditions de mauvaise visibilité, dans un blizzard, dans la neige, et ce dans des conditions réelles. A Moscou – bien qu’il soit encore en mode test – Yandex envisage de lancer le premier service de taxi sans pilote. J’ai personnellement observé comment cela se passe – je dois dire que c’est impressionnant.

Il est nécessaire de lever au plus vite toutes les barrières manifestement redondantes à la création et à la mise en œuvre de telles solutions avancées, y compris dans le domaine de l’intelligence artificielle, pour former un environnement réglementaire et juridique à la hauteur de tels progrès technologiques.

(…)

Le gouvernement, en collaboration avec la communauté professionnelle, doit garantir la protection de la propriété intellectuelle des résultats des algorithmes d’intelligence artificielle. Ce problème ne vient plus du futur, il se pose avec acuité maintenant.

Permettez-moi maintenant de dire quelques mots sur l’accès aux données, sans lequel il est impossible – nous le savons bien et nous en avons déjà parlé plus d’une fois – le développement de nombreuses technologies numériques. Je pense qu’au moins deux principes fondamentaux devraient fonctionner dans ce domaine.
– Premièrement, des mécanismes efficaces de dépersonnalisation et de stockage des données sont nécessaires, ainsi que des règles extrêmement claires et compréhensibles pour maintenir ces informations anonymes et permettre une protection inconditionnelle des droits et des intérêts des citoyens, y compris leur vie privée.
– Deuxièmement, dans l’environnement actuel, toute tentative d’établir un monopole sur les données limite la libre concurrence et le développement économique. (..) Comme prochaine étape, je propose au gouvernement de réfléchir à la possibilité de fournir un accès similaire à l’essentiel des données anonymisées des plus grandes entreprises nationales, tout en accordant une attention particulière, bien sûr, à la sécurité des informations des citoyens.

Il y a aussi ici de nombreuses questions juridiques et éthiques. Pourquoi les données personnelles n’appartiendraient-elles pas à la personne elle-même, mais à des structures commerciales, financières dont elle reçoit certains services ? C’est une question, car en fait c’est ce qui arrive maintenant, malheureusement, souvent. Si un citoyen a le plein droit de disposer d’un ensemble de données le concernant, il pourra les transférer, par exemple, à une autre entreprise ou banque. Grâce à ces informations, ils seront en mesure de fournir à ce nouveau client des produits, des biens plus rentables ou, par exemple, un taux de prêt réduit.

(…)

Une place particulière devrait être prise en ce qui concerne les informations essentielles à la sécurité des citoyens.
Tout d’abord, nous parlons des données biométriques, qui sont de plus en plus utilisées pour effectuer des transactions financières et autres, y compris le paiement des billets, disons, dans le métro, comme cela se fait déjà à Moscou.
Je pense que ces informations extrêmement personnelles devraient être stockées dans un système d’État unifié d’identification biométrique, c’est-à-dire que l’État devrait assumer la responsabilité de leur stockage et en même temps en garantir le libre accès aux banques et autres organisations, mais de manière totalement cryptée et exclure toute ingérence extérieure, ou un quelconque accès aux données personnelles d’une personne russe.
Les enjeux de protection des données personnelles et des paiements numériques, contrer la manipulation cachée des préférences (voir mon article sur ce sujet) et il ne s’agit pas seulement d’assurer la cybersécurité de la personne elle-même, mais aussi de son homologue virtuel – l’avatar au sein des métaunivers émergents.
Leurs développeurs promettent qu’une personne avec l’aide de tels mondes virtuels sera capable de traverser des espaces sans quitter sa maison., permettant par exemple de permettre aux gens d’être proches d’autres personnes qui vivent même, par exemple, sur d’autres continents. Permettez-moi de vous rappeler que le terme “métaverse” lui-même a été proposé par un célèbre écrivain de science-fiction il y a trois décennies et que, selon son scénario, les gens y ont fui, pour s’échapper de l’imperfection du monde réel (..)
Il est nécessaire d’utiliser les capacités du métavers pour que les gens puissent communiquer, travailler ensemble, étudier, mettre en œuvre des projets créatifs et commerciaux communs, quelles que soient les distances – même très grandes.

(…)

En général, la création et l’application de technologies d’intelligence artificielle est dans l’intérêt de la société, des humains, pour sauver notre planète, pour étudier les océans et l’espace lointain; l’intelligence artificielle permettra la réalisation de véritables tâches civilisationnelles.

(…)

Je demande au gouvernement russe de créer des opportunités pour nos compatriotes et étrangers ingénieurs, programmeurs, scientifiques, enseignants, afin qu’ils puissent participer dans un format pratique, y compris à distance, à des projets communs mis en œuvre en Russie, principalement dans le domaine de la science et de l’éducation (NDLA voir ici et ici) … Nous lançons des programmes d’enseignement sur les technologies de pointe dans nos universités (NDLA voir ici) et créons des centres de compétence dans le domaine de l’intelligence artificielle sur la base d’universités et d’organisations scientifiques de premier plan.
Leurs travaux seront une étape importante vers la formation en Russie d’un système de recherche interdisciplinaire à l’intersection des sciences naturelles et des sciences humaines, ce qui est nécessaire pour créer ce que l’on appelle l’intelligence artificielle forte.

En même temps, vous et moi sommes bien conscients que des solutions révolutionnaires sont créées et appliquées par des personnes, et pour être des leaders dans le domaine de l’intelligence artificielle, aussi paradoxal que cela puisse paraître, vous avez besoin d’un environnement humain, d’une atmosphère dans la famille, où les parents transmettent toujours les valeurs morales les plus importantes à leurs enfants. et, bien sûr, à l’école. C’est ici que les enfants doivent acquérir les compétences très “douces” que leurs parents, grands-mères et grands-pères ont acquises dans la communication avec leurs pairs, appris à se faire des amis, s’entraider, surmonter les échecs, former des équipes soudées, imaginer différents jeux, des entreprises ou, comme on dit aujourd’hui, des projets communs.

J’espère que nous discuterons de toutes ces questions complexes – à la fois technologiques, morales et éthiques – liées à la création et à la mise en œuvre de l’intelligence artificielle.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.