Kirghizie bleue ?

09 04 2010
Un lecteur me demandait ce que je pensais des évènements, ma réponse est qu’Il est difficile d’en tirer les grandes conclusions .. Mais enfin on peut se réjouir :

- fin d’un autre régime Orange .. C’est un symbole ..

- Retour des bonnes grâces de la Russie, la télévision Russe montrait des manifestants hier qui criaient des slogans pro Russes ..

- Il y a en gros 5 à 7 ans l’Eurasie était frappé par cette vague de révolutions colorées .. Désormais il semble que le reflux soit en cours ..
Ukraine, Kirghizie, demain Géorgie ?
http://en.rian.ru/world/20100408/158488958.html



-  Wikipédia donne des informations intéressantes sur la nouvelle leader de l’opposition : Roza Issakovna Otounbaïeva . 
******

Celle ci est co-secrétaire générale du parti Ata-Jurt (qui signifie patrie en kirghize). Otoubaïeva sort diplômée de la faculté de philosophie de l’Université d’État de Moscou (МГУ) en 1972 avant de revenir en RSS de Kirghizie en tant que professeure de philosophie puis cheffe du département de philosophie de l’Université d’État de Kirghizie.
À partir de 1981, Otoubaïeva commence une carrière politique en tant que seconde secrétaire du comité de quartier (Raion-komitet ouRaikom) Lénine de Frounzé (ancien nom de Bichkek). En 1992 elle est nommée par le président Askar Akaïev au poste de ministre des Affaires étrangères et vice-premier ministre. La même année elle est nommée ambassadrice aux États-Unis puis au Canada jusqu’en1994. Elle rentre au Kirghizstan en 1994 pour retrouver le poste de ministre des Affaires étrangères. Elle est ensuite affectée au poste d’ambassadrice auprès du Royaume-Uni.
Otounbaïeva est empêchée de se présenter aux élections législatives de février-mars 2005 à cause d’une loi entrée en vigueur récemment qui oblige les candidats à avoir résidé au Kirghizstan les cinq années précédant l’élection.
Otounbaïeva est l’une des figures de proue de la Révolution des Tulipes. Lors des émeutes dans le sud du pays, elle refuse toute négociation avec le gouvernement et demande la démission du président Akaev. Elle apporte un visage féminin et un discours de diplomate occidentalisée, très rassurants pour les Occidentaux, à une Révolution soutenue par les clans nationalistes islamistes du sud du pays et les barons de la drogue.
Elle a été ministre des Affaires étrangères du Kirghizstan entre 2005 et 2007.

******
- Quelqu’un a t’il plus d’infos sur cette participation de «nationalistes Islamistes et autres barons de la drogue» ?


- Je rappelle que : La Russie par la définition de sa géographie n’a pas de frontières naturelles. Pour compenser cela, la Russie a historiquement toujours opéré de la même façon : installer un pouvoir fort et purger toutes influences extérieures déstabilisatrices et créé des zones tampons autour de ses frontières. La Russie a quelque fois poussé cette influence trop loin mais elle n’a jamais été aussi forte (localement comme internationalement) que lorsque cette zone tampon a existé. Le meilleur exemple est l’union soviétique qui a permis à Moscou d’étendre son influence dans un grand nombre de pays, en Europe ou en Asie centrale. L’effondrement de l’Union Soviétique en 1991 a fait retourner la Russie à ses frontières du 17ème siècle, celle ci redevenant faible et vulnérable. A ce moment la, les Etats Unis ont tenté de saisir l’opportunité d’empêcher la Russie de redevenir «forte» en tentant de la neutraliser à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières.
De façon interne, les EU ont tenté de soutenir des forces politiques progressistes afin de changer la «nature» même du pouvoir politique en Russie, la nature du Kremlin.
De façon externe, les EU ont tenté d’empêcher la résurgence de l’influence Russe en Eurasie, notamment par le biais de l’extension de l’OTAN et l’implantation de bases en europe de l’est et en asie centrale, mais également des révolutions de couleurs dans les états frontaliers avec la Russie. Sous le règne de Vladimir Poutine, la Russie s’est reconsolidée intérieurement et re centralisée politiquement. Cette étape étant terminée (facilitée par la hausse des matières premières), la Russie renforcée cherche désormais à reconstituer sa zone tampon.


10 04 2010
J’implémente ce message avec un diaporama fourni par RIA NOVOSTI  sur l’évolution économique du Kirghizstan :



- 11 04 2010
A écouter l’analyse de REALPOLITIK TV

Geoffroy Saint-Grégoire sur la situation au Kirghiztan
Загружено realpolitiktv. — Свежее видео

Опубликовать в Google Plus
Опубликовать в LiveJournal

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Kirghizstan 2 Comments

2 Responses to Kirghizie bleue ?

  1. Anonymous

    Les révolutions de couleur ont vidé les caisses de l’Etat aussi apparement…
    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20100409.OBS2134/kirghizstan-le-president-dechu-a-vide-les-coffres-de-l-etat.html

    Bakiev, belle enflure jusqu’au bout.

     
  2. Anonymous

    M.Alexendre Latsa il est bon que vous rappeliez que la Russie n’a pas de frontières naturelles,beaucoup de Français n’ont aucune idée de la dimension géographique de ce pays,et qu’un grand nombre de Russes vivent dans les anciens pays de l’URSS.
    Le résultat de l’élection en Ukraine a sonné la fin des révolutions colorés,et le retour de la Russie sur la scène internationale et a besoin d’une zone de sécurité comme tout pays.
    Cordialement
    yves

     

Add a Comment