Le temps de penser

Extraits :Il y a un épuisement général du modèle américain, un petit peu comme la fin du 19ième et le début du 20ième siècle avec la fin de l’hégémonie de la Grande Bretagne. Quand a l’Europe, elle a une crise d’identité qui va bien au dela de la question de l’élargissement car elle est fondamentalement une création de la guerre froide. Il s’agissait en effet de créer un «pendant économique» de l’OTAN. Mais à la fin de la logique historique des blocs, l’Europe est devenue une sorte de traductrice de la politique Américaine sur le continent, promouvant ainsi au coeur du continent.
Aujourd’hui l’hégémonie Américaine est en crise et le mondialisme aussi, quelle est l’identité de l’Europe ?

L’intervention en Afghanistan si elle est légitime dans sa «volonté» de réduire l’influence globale des Talibans impliquerait logiquement de travailler avec les pays «limitrophes» et concernés, comme la Chine, la Russie, les pays d’asie centrale et l’inde qui n’a pas interet a un pakistan déstabilisé. Qu’est ce que cela veut dire ? Cela veut dire se rapprocher de l’Organisation de la coopération de shanghai.


Il ne peut pas y avoir de démocratie si vous ne définisez pas un cadre… La démocatie implique la définion de ce qui est dedans et de ce qui est dehors. Et c’est ça fondamentalement la question de la souveraineté.


Il y a une tentative en Russie depuis l’intervention Américaine en Irak pour essayer de penser un cadre cohérent pour les relations internationales entre d’un côté la volonté de l’hyperpuissance Américaine et de l’autre l’idéologie de Bruxelles qui réduit les relations internationales à un simple respect de règles légales. Nous devrions regarder avec attention les textes Russes comme le discours de Munich de Vladimir Poutine qui traduit une pensée profondément Européenne mêlant démocratie, droit et souveraineté.


Mr Royal, Mr Bayrou et Mme Royal n’ont absolument pas repensé la politque étrangère de la France, nous sommes très loin du saut qualitatif nécessaire pour un réajustement de la position de la France dans le monde.Nous avons tous pensé le futur en regardant le passé, c’est le syndrome francais des années 30, il a mené à la défaite de 40.

Je suis par conséquent pessimiste sur l’avenir de mon pays.

On peut parler de cet espèce de parti de l’étranger pro-américain que nous avons dans notre pays. Ils ont détruits profondement le concept d’universalisme qu’il y avait dans les droits de l’Homme.

Опубликовать в Google Plus
Опубликовать в LiveJournal

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, OCS Leave a comment

Add a Comment