L’intégration économique et politique de l'Eurasie : objectifs réalistes ?

  Veuillez-trouver ci dessous mon interview de ce début 2017 pour la lettre de l'Association Nationale des Auditeurs Jeunes de l'Institut des Hautes Etude de Défenses Nationales /// WWW.ANAJ-IHEDN.ORG Comment définir l’axe eurasiatique ? Je crois qu’il faut tout d’abord envisager cet Read more

Conférence au MGIMO sur la politique étrangère de François Fillon (27/02/2017)

La politique étrangère de François Fillon : vers un nouveau gaullisme francais ? Photos sur le site du MGIMO Photos sur Facebook Bonjour à tous et merci beaucoup à cette institution qu’est MGIMO de nous recevoir aujourd’hui. Mon propos sera court, je souhaiterais vous parler Read more

Interview chez Sputnik avec Rachel Marsden

Interview avec Rachel Marsden dans les locaux de Sputnik Paris (source originale) Read more

Slider

Basile Pasquiet, le curé des steppes

Sans titre

Posted on by Alexandre Latsa in Slider, Без рубрики Leave a comment

Les bonnes nouvelles du front démographique russe

7Russia-facesEn novembre dernier j’écrivais un article soulevant la question de savoir si la population russe allait finalement augmenter en 2013 pour la première fois depuis 1991, une augmentation naturelle (solde des naissances moins les décès) et sans prendre en compte l’immigration.

Les derniers chiffres de la situation démographique pour les 11 premiers mois de 2013 sont enfin sortis et confirment que 2013, brisant tous les pronostics démographiques, devrait en effet voir une hausse naturelle de la population.

Novembre 2013 a vu 151.662 naissances contre 157.272 en novembre 2012, soit 5.610 naissances en moins, pendant que le nombre de décès a lui considérablement diminué, passant de 153.462 en novembre 2012 a 145.823 en novembre 2013 soit 7.639 décès en moins.

Les 11 premiers mois de 2013 ont vu 1.743.278 naissances contre 1.744.197 naissances pour les 11 premiers mois de 2012 (919 naissances de moins) et 1.720.628 décès contre 1.739.597 décès pour les 11 premiers mois de 2012 soit 18.969 décès de moins. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Slider, Voix de la Russie Leave a comment

La population russe va-t-elle augmenter en 2013 ?

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERALes lecteurs assidus de La Voix de la Russie savent que la démographie russe a été un thème essentiel des prévisionnistes pessimistes sur la Russie, qui prévoyaient avec l’effondrement démographique de la Russie l’effondrement corolaire inévitable du pays.

Bien sûr, lors de l’effondrement de l’URSS, la démographie s’est écroulée avec l’effondrement moral, politique, sanitaire et politique du pays. Dès 1993, la perte naturelle de population (naissances – décès) s’est monté à plus de 700.000 habitants et à plus de 900.000 habitants a partir de 1999. Dans le même temps, la mortalité a considérablement augmenté mais dans les années 90, le pays a connu une forte immigration liée principalement au retour de Russes ethniques des ex-pays de l’Union Soviétique en Russie.

Depuis 2008, le nombre de femmes en âge de procréer, c’est-à-dire les femmes de la tranche d’âge de 18 à 29 ans (d’où sont issues actuellement 75% des naissances) est en baisse. Pour autant, depuis 2008 et contrairement à nombre de prévisions, le nombre de naissances a lui continué à augmenter, passant de 1.717.500 en 2008, 1.764.000 en 2009, 1.789.600 en 2010, 1.793.828 en 2011 et 1.896.263 en 2012. Dans le même temps, la mortalité a elle enfin commencé à diminuer, le nombre de décès annuel passant de 2.081.000 en 2008, 2.010.500 en 2009, 2.031.000 en 2010, 1.925.036 en 2011 et 1.898.836 en 2012.

La baisse naturelle de population est donc passée de -363.500 habitants en 2008 à -2.573 en 2012, la population globale en Russie augmentant depuis 2009 grâce à une immigration stabilisée aux alentours de 250.000 à 300.000 personnes par an. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Démographie, Slider, Voix de la Russie Leave a comment

Российский ислам, между демографией и политизацией

imagesБеспорядки в Бирюлёво сопровождались ужасным терактом на юге страны, осуществленным террористкой-смертницей, уроженкой Дагестана.
Не удивительно, что два эти события возродили давнюю напряженность в отношениях между Москвой и Северным Кавказом, то есть между политической столицей России и ее регионом с наиболее неспокойным исламом, и, вероятно, наиболее политизированным.

По мнению некоторых американских аналитиков с неоконсервативными взглядами, Россия должна трансформироваться в квази-халифат (мусульманская Россия?), поскольку мусульманские меньшинства Кавказа очень плодовиты (у татарских женщин в среднем по шесть детей, а у чеченских женщин ― по десять, убеждает автор) в отличие от коренного русских населения. Для других, вроде либеральной оппозиционерки Юлии Латыниной, следующие двадцать лет Москва должна стать Москвабадом.

Как всегда, в реальности нюансов гораздо больше.

Столичные власти признали, что в городе насчитывается около 3,5 миллиона иностранцев (60% из Средней Азии) из 14 миллионов человек, то есть 25% населения, не считая нелегальных иммигрантов, число которых оценивается между 1 и 3 миллионами, что приводит к в общей сложности к 30 — 40%. Этот массовый приток иностранного населения в значительной степени способствует происходящим в столице в последние годы изменениям, но только 18% родов в столице обязаны мигрантам. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Slider, РИА Новости, Статьи на русском 1 Comment

L’islam russe, entre démographie et politisation

imagesLes émeutes de Birioulevo ont été suivies d’un terrible attentat dans le sud du pays, perpétré par une femme kamikaze visiblement originaire du Daguestan.

Sans trop de surprises, ces deux événements ont fait resurgir les tensions ancestrales entre Moscou et le Caucase du nord, c’est-à-dire entre la capitale politique de Russie et sa région possédant l’islam le plus turbulent, et sans doute le plus politisé. Pour certains analystes américains à tendance néoconservatrice, la Russie devrait se transformer en quasi-califat (A muslim Russia?), puisque selon eux les minorités musulmanes du Caucase seraient très prolifiques (les femmes tatares auraient en moyenne six enfants et les femmes tchétchènes dix enfants, assure l’auteur) au contraire des populations russes de souche. Pour d’autres, comme l’analyste d’opposition libérale Ioulia Latynina, pas de doute: Moscou devrait se transformer en Mosкvabad d’ici une vingtaine d’années.

Comme toujours, la réalité est bien plus nuancée.

Les autorités de la capitale viennent de reconnaître que la ville comprendrait quelque 3,5 millions d’étrangers (dont 60% d’Asie centrale) sur 14 millions d’habitants, soit 25% de la population, sans compter les clandestins qui seraient entre 1 et 3 millions, ce qui amènerait à un total compris entre 30 et 40%. Cette arrivée massive de populations étrangères contribue dans une large mesure aux bouleversements que connaît la capitale ces dernières années et pourtant, seules 18% des naissances de la capitale seraient dues aux migrants. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Ria Novosti, Slider Leave a comment

Russie: le syndrome Birioulevo?

0FC96AE4-0658-4975-A701-9F31F04D715E_mw1024_n_sEn juillet dernier, je mettais le doigt sur un dossier potentiellement explosif: les relations intercommunautaires à Moscou, victime d’une (trop?) forte pression migratoire en raison de sa bonne santé économique.

Il me semblait que le bon fonctionnement du modèle polyculturel russe traditionnel (un Etat-civilisation permettant la cohabitation en son sein d’une multitude de peuples et de religions possédant des territoires d’origine dans le pays) pouvait être ébranlé par les trop fortes concentrations de migrants, affluant de l’intérieur comme de l’extérieur de la Russie vers certaines zones et villes.

Conscientes de ces problèmes, les autorités ont entamé lors des dernières élections municipales de Moscou une lutte contre certains grands fléaux hérités des périodes Eltsine et Loujkov. De quoi s’agit-il? Dans les années 1990, dans le contexte d’anarchie libérale qui a suivi l’effondrement de l’URSS, des groupes mafieux souvent structurés sur une base ethnico-religieuse ont profité de l’absence d’autorité et de la faiblesse de l’Etat pour implanter et développer dans la capitale des activités plus ou moins légales. De nombreux cercles administratifs de la capitale se sont parfaitement accommodés, phénomène qui se poursuit actuellement, de la puissance financière et politique de ces groupes. Ces derniers ont survécu jusqu’à aujourd’hui, se convertissant en gigantesques employeurs en quête de main d’œuvre corvéable à merci.

Leurs principaux pôles d’activité sont les marchés ou les entrepôts de stockage dans lesquels une organisation pyramidale et mafieuse a vu le jour, et où travaillent des dizaines de milliers de migrants de l’intérieur (Caucase russe) ou de l’extérieur (Caucase non russe, Asie centrale, Chine…). L’afflux de ces populations souvent issues de zones du monde relativement archaïques et traditionnelles provoque des tensions croissantes dans un Moscou en pleine mutation, la mégapole connaissant une modernisation culturelle à l’Occidentale de plus en plus marquée. Certains quartiers à forte concentration immigrée se sont convertis en zones de commerce plus ou moins licites, où les troubles à l’ordre public et l’insécurité y sont monnaie courante. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Ria Novosti, Slider 3 Comments

Sommet de l’APEC 2013: toujours plus d’Asie

imagesCette semaine à lieu le sommet de la Coopération économique pour l’Asie-Pacifique (APEC). Prés de 1.000 membres des 21 pays membres vont durant trois jours se rencontrer et discuter sur l’île de Bali en Indonésie. L’APEC regroupe en effet 21 pays de la zone Asie-pacifique, qui cumulent 42% de la population mondiale, 53% du PIB planétaire et 44% du commerce mondial.

Ce sommet crucial intervient dans une période bouleversée par la crise en Syrie et la crise financière dont l’Amérique subit ces jours ci de plein fouet les conséquences.

Ces deux événements sont à observer comme des marqueurs des tendances lourdes en cours et que l’on peut définir comme suit: le basculement du monde vers l’Asie, sa désoccidentalisation accélérée qui va entrainer la fin du monde unipolaire et enfin la tentative russe de s’ingérer dans cette nouvelle architecture en cours de constitution et définition.

En effet, la crise budgétaire et politique que connaît la première puissance du monde actuellement et qui se traduit par ce que l’on nomme Shutdown tombe vraiment mal pour les Etats-Unis. Cette crise intervient en effet juste après l’incroyable épisode Syrien ou l’administration américaine a opéré un retournement stratégique majeur en annulant une opération militaire qui semblait inéluctable contre la Syrie, et ce grâce au subtil jeu diplomatique russe. Ces événements successifs semblent avoir démontré une certaine rupture dans la dynamique de domination conquérante américaine et ont sans doute considérablement affaibli la position américaine aux yeux du monde entier. Symbole de cet affaiblissement structurel le président Américain a du annuler sa visite au sommet. Le président Américain avait déjà l’année dernière du annuler sa visite au précédent  sommet de l’APEC. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Ria Novosti, Slider 1 Comment

Китай завоевывает Восточную Европу

China 60th anniversaryЧасто говорят о росте влияния Китая в Африке, но о китайском прорыве в Восточной Европе и, особенно, на Балканах обычно забывают. Невнятное китайско-албанское сотрудничества существовало уже в 70-х годах, но в 80-х в Китае была разработана настоящая доктрина в отношении юго-восточной Европы.

Сначала двойным фронтом для Китая стали Балканы, прежде всего в направлении Европы, но также бывшей советской сферы. После падения Берлинской стены Пекин укрепил свое влияние на Балканах, сосредоточив внимание на их коммерческом потенциале. Цель Пекина очевидно состояла в использовании потребителей Балкан для сбыта дешевых китайских товаров. Торговые отношения между Китаем и Балканами первоначально развивались с Болгарией, Румынией, а также с Хорватией.

В 2010 году объем двусторонней торговли с Бухарестом составил 2,6 миллиарда евро, в то время как торговля с Загребом и Софией составила, соответственно, 1,1 миллиарда евро и 630,5 миллиона евро. Что касается Сербии, торговля с Китаем составила 325 миллиона в 2010 году, несмотря на историю очень хорошие отношения между Китаем и Сербией Милошевича. Символом китайского прорыва на Балканах стало появление в 2010 и 2011 годах огромных «китайских кварталов» в пригородах Белграда, Бухареста и Загреба. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Slider, Голос России, Статьи на русском, урса тм 1 Comment

Валдай и вопрос идентичности России

Eurasia_and_eurasianismНа прошлой неделе я был рад принять участие в теледебатах, это был круглый стол по проблеме образа России за рубежом. Обсуждался вопрос о том, заслужили россияне свой плохой имидж или же они стали жертвами негативного образа, сфабрикованного и распространяемого зарубежными средствами массовой информации.

Дискуссия быстро сместилась к обсуждению того, действительно ли нужно тревожиться об образе России и россиян за рубежом и особенно того, что представляют собой Россия и россияне. Вопрос о национальной идентичности в России 2013 года остается одним из ключевых вопросов, и многочисленные дискуссии Валдайского клуба это только что подтвердили.

Россия является страной, где соприкасаются множество народов, а также совершенно различных религий и культур. Россия является европейской, славянской и православной, но еще и азиатской, туранской и мусульманской. Это страна, одновременно северная и южная, принадлежит как Западу, так и Востоку Евразии.

К этому огромному культурному и географическому разнообразию следует добавить, что в России соседствуют как XIX, так XX и XXI века. Поэтому очень трудно определить, что сегодня представляет собой средний русский и как можно быть русским и россиянином. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Slider, Геополитика, РИА Новости, Статьи на русском 8 Comments

Valdaï et la question de l’identité de la Russie

Eurasia_and_eurasianism

La semaine dernière j’ai eu le plaisir de participer à un débat télévisé, c’était une table ronde sur la question de l’image de la Russie à l’étranger. La question était de savoir si les russes méritaient leur mauvaise image à l’étranger ou s’ils étaient victimes d’une image négative fabriquée et véhiculée par les médias notamment.

Le débat à très rapidement dévié sur le fait de savoir s’il fallait ou non se préoccuper de l’image de la Russie et des russes à l’étranger et surtout sur ce que sont les russes et la Russie. La question de l’identité nationale reste, dans la Russie de 2013, une question essentielle et les nombreuses discussions du club Valdaï à ce sujet viennent de le prouver.

La Russie est un pays dans lequel se côtoient énormément de peuples et de religions et des cultures totalement différentes. La Russie est européenne, slave et orthodoxe mais également asiatique, touranienne et musulmane. Elle est un pays tout à la fois nordique et méridional, et de l’Ouest comme de l’Est de l’Eurasie.

A cette immense variété culturelle et géographique, il faut ajouter qu’en Russie se côtoient tant le 19ième, que le 20ième ou le 21ième siècle. Il est donc bien difficile de définir ce qu’est aujourd’hui un russe moyen et le regard que l’étranger porte sur un russe ou un russien, ou peut être sur les russes et les russiens.

La Russie sort de trois épreuves historiques fort différentes n’ayant en commun que leur violence et la destruction de la morale et de l’identité qu’elles ont généré: la période monarchiste autoritaire (le tsarisme qui toléra l’esclavage jusqu’au début du siècle dernier), la période soviétique qui contribua a la création d’un homme nouveau (l’homo soviéticus) au prix de la destruction de l’identité religieuse et nationale et enfin la période postsoviétique et libérale, qui en une grosse décennie seulement, est arrivée à  détruire la Russie sur le plan moral, sanitaire et démographique.

Le réveil russe auquel nous assistons depuis 2000 sur le plan économique et politique pose deux questions essentielles : qu’est ce qu’être russe aujourd’hui, et comment fonder une identité russe saine pour le siècle. La Russie Tsariste ne différenciait les citoyens que selon leurs rangs, pendant que l’Union Soviétique jouait la carte transnationale et citoyenne. Dans les années 90, la Russie faisait face à une situation complexe: assurer une pacifique transition du modèle politique (de l’URSS à la fédération de Russie) tout en évitant que l’éclatement territorial ne crée des conflits sur des bases territoriales, ethniques, religieuses ou simplement identitaires. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Ria Novosti, Slider 3 Comments