« Sans la Russie, l’Europe serait mutilée »

images

Au cours du mois de mai, une action citoyenne assez inattendue a eu lieu. Plusieurs Français attachés à la relation franco-russe ont décidé de lancer un appel demandant non seulement la levée des sanctions, mais également que l’Etat français livre les porte-hélicoptères de type Mistral à la Russie.

L’appel a déjà récolté près de 700 signatures de nombreux citoyens français de toutes les régions de France, de Russie ou d’ailleurs mais aussi d’hommes politiques ou d’intellectuels francais.Rencontre avec l’un des signataires qui est un jeune Français de Russie, Rémy Berthonneau.

1622141_10203213849366799_227331310_n

Sputnik: Rémy bonjour, pourriez-vous brièvement vous présenter?Remy Berthonneau: Un Français patriote de 25 ans. J’ai choisi de venir en Russie pour la première fois à l’âge de 18 ans, je devais passer une année de mobilité académique et parmi tous les pays du monde, j’ai choisi de venir à Moscou, pour apprendre le russe et mieux connaître ce pays que je ne connaissais que par mes cours d’histoire et sa littérature. Je travaille aujourd’hui à Moscou pour un grand groupe français, j’ai travaillé auparavant en Azerbaïdjan.

Sputnik: En tant que francais de Russie, travaillant pour l’un des acteurs clefs de la coopération économique franco-russe, quel est votre regard sur la relation franco-russe?

Remy Berthonneau: La France et la Russie s’inspirent l’une l’autre depuis au moins trois siècles. Malgré les guerres napoléoniennes et les batailles du XIXème siècle, les épreuves du XXème siècle et la fin l’URSS nous ont rapprochés de manière définitive, à l’image du régiment Normandie-Niemen. La France aurait-elle emporté Verdun sans l’offensive Broussilov? Contre l’Allemagne nazie, le rôle du peuple russe fut déterminant aux cotés de la France libre et des Alliés.

Aujourd’hui et malgré le contexte, la France et la Russie partagent une coopération dans de nombreux domaines: l’économie, l’éducation, la culture, la société civile. Les intérêts de la France sont très nombreux en Russie et trop mal connus des Français. L’affection est grande entre les Russes et les Français, je la constate tous les jours.Sputnik: Comment jugez-vous l’évolution de cette relation dans le contexte particulier qui est celui-que nous connaissons actuellement?

Remy Berthonneau: Sans la Russie, l’Europe serait mutilée, c’est une erreur historique et stratégique majeure de tourner le dos à la Russie. La crise ukrainienne risque d’affaiblir durablement les relations entre la France et la Russie, nous devons l’éviter.

Sputnik: Vous avez au début de l’année lancé un site « Français Libres » destiné à faire entendre la voix des francais de Russie. Pourriez-vous nous en dire plus sur ce site?

Remy Berthonneau: Avant d’être un site, il s’agit d’un bulletin d’information (retrouvez les bulletins N°1 et N°2) sur la Russie et la relation franco-russe pour les citoyens et les élus.Lors de la visite de Nicolas Dupont-Aignan à Moscou, en mars dernier, j’ai rencontré de nombreux Français attachés à la relation franco-russe et inquiets de voir les liens se distendre entre nos deux pays, nous nous sommes rencontrés à plusieurs reprises et avons décidé de lancer le bulletin Français Libres — Les Français de Moscou parlent aux Français.

Nous voulons présenter aux Français et à tous les élus ce qu’est la réalité de la Russie et de la relation franco-russe, ce que sont les intérêts français en Russie et ce que vivent les Français en Russie.

Nous ne sommes pas la voix de la Russie, nous ne sommes pas Sputnik, nous sommes des Français libres, soucieux des intérêts de leur pays et favorables à une « Europe européenne » gaullienne de Brest à Vladivostok.

Sputnik: Le site promeut activement un appel qui vient d’être initié et appelle à la levée des sanctions et la livraison des Mistrals. Vous êtes l’un des initiateurs de cet appel. Quelles sont les motivations profondes qui vous ont poussé à vous associer activement à ce projet?

Remy Berthonneau: Notre démarche est positive. Pour mettre un terme aux tensions actuelles et à ce jeu inutile de sanctions et de contre-sanctions, choisissons une sortie de crise ambitieuse sans attendre. L’unique solution est de relancer la coopération entre l’Ukraine, la Russie et les autres pays européens. L’erreur du partenariat européen établi avec la Géorgie et la Moldavie, l’Union européenne l’a répétée avec l’Ukraine. Plutôt que de prévoir un partenariat européen unique et inconditionnel à ces pays, il fallait prévoir un partenariat européen et russe. Le continent européen ne doit pas être un champ de bataille ou chacun des pays dispose de son pré carré. Nous devons construire une grande Europe: la France et la Russie doivent être les initiateurs et les porteurs de ce projet positif pour l’Europe.Sputnik: Le texte mentionne le rôle déstabilisant des Etats-Unis en Ukraine et du rôle clef d’une potentielle coopération franco-russe au cœur d’un monde musulman en pleine émulsion. Pourriez-vous développer ces deux points?

Remy Berthonneau: Nous estimons que seule une discussion franche au « format Normandie » rassemblant la Russie, l’Ukraine, la France et l’Allemagne, concrétisée par les accords de Minsk, peut permettre de sortir de la crise ukrainienne. Deux exigences doivent être respectées: la fédéralisation de l’Ukraine et sa neutralité. La présence de troupes l’OTAN en Ukraine et l’idée que l’Ukraine pourrait rejoindre l’OTAN ne sont que des provocations à l’égard de la Russie qui ajoutent la crise à la crise et ne règlent aucun problème de l’Ukraine. Enfin sur le plan économique seule une action conjuguée des Etats de l’Union européenne et de la Russie peut permettre de redresser l’économie ukrainienne, aujourd’hui dans une situation catastrophique.
Au-delà de la situation en Ukraine, la France et la Russie pourraient coopérer davantage en Syrie, en Libye, en Iran, en Palestine, au Yémen, nos deux diplomaties ont un héritage unique et complémentaire dans cette région du monde, notamment la protection des Chrétiens d’Orient.

Sputnik: Pouvez-vous nous parler des signataires? Qui sont-ils, combien sont-ils…?

Remy Berthonneau: Les signataires sont presque 700, sans soutien médiatique nous avons relayé cet appel à nos amis, nos familles, nos élus, une dizaine de parlementaires ont choisi de co-signer notre appel, notamment Nicolas Dupont-Aignan et Thierry Mariani, des élus locaux UMP et MRC, la conseillère consulaire des Français de Russie et Biélorussie, Pauline Betton. Des intellectuels et économistes français soutiennent notre démarche à l’image de Jacques Sapir et Jean-Paul Brighelli. Nous souhaitons que le plus grand nombre de Français attachés à la relation franco-russe signent notre appel.

Sputnik: Qu’est ce qui d’après vous justifie en premier lieu de signer cette pétition?

Remy Berthonneau: La France doit être libre et ambitieuse. L’avenir de l’Europe est-il d’être en crise économique permanente entourée par des conflits. La France peut proposer à l’Europe de sortir de la situation actuelle par le haut, la levée des sanctions est un préalable pour relancer notre coopération avec la Russie, dans tous les domaines. L’Ukraine pourrait profiter de cette dynamique, et l’Europe dans son ensemble s’en trouverait transformée.

Sputnik: Qu’attendez-vous du gouvernement francais qui a choisi souverainement (du moins soi-disant) de ne pas livrer les portes hélicoptères Mistrals a la Russie?

Remy Berthonneau: Ne pas livrer les Mistrals serait une aberration commerciale. Des centaines d’ouvriers, d’ingénieurs, de commerciaux, nos diplomates, le Ministère de la Défense ont travaillé pendant plusieurs années pour que ce contrat soit réalisé. Ce contrat doit être honoré, si la France ne livrait pas les Mistral elle devrait rembourser la Russie, sommes-nous prêts à perdre 1,5 milliard? Les navires sont équipés de telle façon que seule la Marine russe peut utiliser les systèmes de navigation et d’armes, vendre à un autre pays serait insoutenable. DCNS et STX sont des sociétés vitales pour la France, les affaiblir ainsi est criminel. Ce serait un coup violent donné à notre industrie de défense qui est une des meilleures du monde.

Sputnik: Avez-vous quelque chose à rajouter?

Remy Berthonneau: Il est nécessaire que le plus grand nombre de citoyens et d’élus signent, soutiennent et relaient cet appel, il en va de l’avenir de la France mais aussi de la paix en Europe.

 

Опубликовать в Google Plus
Опубликовать в LiveJournal

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Sputnik Leave a comment

Add a Comment