Visite de Belgorod et de la ligne de front

Et vous, vous faites quoi le WE ?

Quelques réflexions sur mon WE dans la zone de Belgorod ces 18,19 et 20 novembre 2022.

1) Tout d’abord Belgorod est une ville surprenante.
La ville est riche, quelques 400.000 habitants dont 1/3 sont en maison individuelle, la construction y est de bonne qualité, c’est propre et surtout ce n’est pas une ville triste ou dépressive comme certaines des autres villes russes qui longent la frontière ukrainienne.
Clairement l’ambiance y est fortement Z orientée, et la population locale plutôt assez impliquée dans le soutien civil et logistique aux soldats et volontaires.

2) La région est riche, c’est le Coeur alimentaire de la Russie, 70% de la viande produite en Russie vient de la bas.
Les fermes de production (exemple miratorg) y sont justes colossales, les routes sont en excellent état quasiment partout, pour la Russie c’est clairement rare.
C’est clairement une des zones les mieux tenues que j’ai visité en Russie.
Un embryon de modéle de ce vers quoi pourrait tendre le capitalisme d’état russe ?

3) Maintenant la situation avec l’opération Z.
J’ai fait 450 kilomètres le long de la frontière, jusqu’aux derniers checks points de l’armée, derrière lesquels on ne peut plus passer car c’est la ligne de front. Beaucoup d’équipement sur les routes, quelques ambulances, l’armée russe assez invisible sauf sur les checks points et une milice populaire (la DND) qui sécurise toutes les infrastructures de types ponts ou autres …
L’armée russe se comporte de facon polie et parfaitement adéquate lors des contrôles de civils, même ceux avec des noms francais 🙂

Ambiance assez surréaliste de voir que l’activité économique et la vie continue comme avant en quelque sorte, à seulement 2,3,4 kilomètres du front tandis que ce territoire immense n’a pas de frontière naturelle mais des forêts à perte de vue.

Et puis il y a aussi le bruit avec lequel vivent les gens et qui fait sursauter 24/7. Le bruit de la DCA qui le matin, la journée, la nuit, sans interruptions, contre les tirs ukrainiens qui ont déjà coûté la vie à une 20-aine de civils en 10 mois.

Dimanche matin, on a petit dejeuner dans le jardin de mon hôte, sous les tirs ukrainiens et la DCA russe. Dur, dur pour les gens.

Pourquoi je suis allé sur place ?

  • Pour voir Belgorod enfin 🙂 La ville qui statistiquement en Russie a le plus faible taux de divorce et le plus faible taux d’homicide en Russie hors Caucase.
  • Pour “Ressentir” et voir ce monstre de plus près et avoir le bruit et l’odeur, en plus des images aseptisées de la télévision ou de Telegram.
  • Pour discuter avec des gens sur place, et tenter de mieux comprendre la dimension de ce qui est en train de se passer.

La boite de Pandore est ouverte, à quoi ressemblera la victoire russe et quel sera son coût ?

Quelques images ci-dessous.

Mon passage le plus proche de la frontière, derriere on ne peut plus passer ..
Alesha sur les routes, les lecteurs de mon blog s’en souviennent
Dans la region, c’est cette ambiance : Za Putina !
Toute la route, des camions Z transportant troupes et équipements …
Encore des camions Z sur la route ….
Transport de tank … Que nous doublons dessous …
Sur le bord de la route, des tanks en sommeil et en attente
Parc de la bataille de Kursk – Prokhorovka
Panneau de direction indiquant Kharkov et Sumi, l’Ukraine est si proche …
Sol en drapeau de St Georges en face de la mairie de Belgorod
Monument en forme de ligne Z dans le centre ville
L’Institut de médecine de la ville
La Babouchka célébré est sur les immeubles ..
La ville a ses portraits des citoyens exemplaires …

Toute la ville est Z ..
Entrée dans le district de Shebinski ..
Conséquences des frappes sur la ville de Shebekino le samedi 19 novembre

3 thoughts on “Visite de Belgorod et de la ligne de front

  1. fred

    Un grand Bravo pour ce “reportage” …
    c’est une chose de le voir à la TV …c’est une autre planète que d’aller voir au plus prés …

    pour avoir déjà senti l’odeur de la chair brulée en d’autres lieux , je ne peux m’empêcher de te saluer bien bien bas d’avoir les “Cojones” d’aller au plus près !

    mille mercis !

    Reply
  2. Morgan

    Bonjour Alexandre,

    merci pour ce reportage, je me demandais en effet comment les russes frontaliers prenaient la chose. Il n’y a pas de réfugiés russes?
    T’as pris un coup de vieux mon pauvre… comme nous tous en même temps!

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *