Discours de Vladimir Poutine au SPIEF 2022 (extraits)

A propos de la reconfiguration géopolitique globale

« Il y a un an et demi, m’exprimant au forum de Davos, J’avais souligné que l’ère de l’ordre mondial unipolaire est terminée (…) et en effet cette époque est révolue, malgré toutes les tentatives de la préserver, et ceux par tous les moyens. C’est le cours naturel, le changement est le cours naturel de l’histoire, parce que la diversité civilisationnelle de la planète, la richesse des cultures est difficile à combiner avec les modèles politiques, économiques et autres ».

« Aujourd’hui des modèles qui ne fonctionnent plus et sont sans alternative imposés par un centre unique qui s’accroche obstinément à l’ombre du passé et qui nie la réalité changeante du monde ».

« Nous savons que parmi les dirigeants européens, au niveau des conversations informelles, discrètes, des perspectives très inquiétantes sont discutées que des sanctions pourraient être appliquées non seulement contre la Russie, mais aussi contre tout État indésirable, tôt ou tard pourraient affecter tout le monde, y compris les membres de l’Union européenne eux-mêmes et les entreprises européennes ».

« Jusqu’à présent, nous n’en sommes pas encore là, mais les politiciens européens ont déjà porté un sérieux préjudice à leur propre économie. Ils l’ont fait eux-mêmes, de leurs propres mains ».

« L’Union européenne avait complètement perdu sa souveraineté politique, alors que ses élites bureaucratiques marchaient sous la houlette des autres en acceptant tout ce que leur ordonnent leurs supérieurs et portant atteinte à leur population, économie et entreprises.»

« En Europe, des partis politiques semblables comme deux gouttes d’eau se remplacent au pouvoir, alors que les véritables intérêts des citoyens et des entreprises nationales sont « repoussés toujours plus loin en périphérie ».

« Un tel détachement de la réalité, des besoins de la société conduira inévitablement à de graves changements socio-économiques, à la dégradation et à un changement des élites dans un avenir proche ».

« Maintenant, la tâche la plus importante pour l’ensemble de la communauté mondiale est d’augmenter l’offre de produits alimentaires sur le marché mondial, notamment en répondant aux besoins des pays qui ont particulièrement besoin de nourriture ».

« La Russie, en assurant sa sécurité alimentaire intérieure et son marché intérieur, est en mesure d’accroître considérablement les exportations de denrées alimentaires et d’engrais ».

Sur les sanctions occidentales

La “blitzkrieg économique” contre Moscou de l’Occident “a clairement échoué”.Pour qualifier la situation: “Comme l’a dit Mark Twain, “les rumeurs sur ma mort sont très exagérées”.

« Étape par étape, nous normalisons la situation économique. D’abord, nous avons stabilisé les marchés financiers, le système bancaire et le réseau commercial, puis nous avons commencé à saturer l’économie en liquidités et en fonds de roulement pour maintenir la stabilité des entreprises et des emplois. Les prévisions sinistres concernant les perspectives de l’économie russe, annoncées au printemps, ne se sont pas réalisées. Par ailleurs, on comprend aisément pourquoi cette campagne de propagande a été orchestrée et d’où provenaient tous ces sortilèges concernant « le dollar pour 200 roubles » et l’effondrement de notre économie dans son ensemble. Tout cela était et reste une arme de la guerre de l’information ».

« Nous avons maîtrisé la flambée de l’inflation seulement trois mois après l’adoption d’un volet massif de sanctions. Suite au pic de 17,8%, l’inflation, comme vous le savez, se chiffre actuellement à 16,7% et ne cesse de se réduire ».

Actuellement, la Russie développe des couloirs de transport pour résoudre les problèmes logistiques et aider les entreprises. « Nous considérons le développement d’une structure de paiement pratique et indépendante en monnaies nationales comme une base solide et prévisible pour approfondir la coopération internationale »

A propos de la relation entre Moscou et l’Occident

« Récemment, j’entends de plus en plus parler de « l’inflation de Poutine » en Occident. Quand je vois, je me demande toujours à qui cette bêtise est destinée. Ceux qui ne savent pas lire et écrire? Les gens qui savent lire comprennent vraiment ce qui se passe: la Russie et nos actions visant à libérer le Donbass n’ont rien à voir ici. La hausse des prix, l’inflation, le problème des denrées alimentaires, les prix des combustibles, de l’essence, des hydrocarbures en général sont le résultat d’erreurs systématiques de la politique économique du gouvernement actuel des États-Unis et de la bureaucratie européenne ».

« La forte augmentation de l’inflation sur les marchés des matières premières est devenue un fait bien avant les événements de cette année ».

« Le début de notre opération dans le Donbass est une bouée de sauvetage qui leur permet de jeter leurs propres erreurs sur d’autres, dans ce cas, sur la Russie. Mais tous ceux qui ont une éducation primaire comprennent les vraies origines de la situation actuelle «.

« Nous voyons les problèmes sociaux et économiques en Europe et aux États-Unis. […] Selon les experts, seules les pertes directes et dénombrables de l’Union européenne dues à la fièvre des sanctions pour l’année à venir pourraient dépasser 400 milliards de dollars. Tel est le prix des décisions déconnectées de la réalité, à l’encontre du bon sens. Ces coûts se reflètent directement sur la population et les entreprises de l’UE. La croissance de l’inflation dans certains pays de la zone euro a dépassé 20% mais les pays de la zone euro ne mènent pas d’opérations spéciales, or l’inflation a augmenté chez certains jusqu’à 20% ».

En ce qui concerne les relations bilatérales entre la partie russe et les Occidentaux, les concepts clés pour les entreprises tels que la réputation des entreprises, l’inviolabilité de la propriété, la confiance dans les devises internationales ont été complètement sapés par les partenaires étrangers. Et cela a été fait de manière intentionnelle, par souci d’ambition, au nom de la préservation des illusions géopolitiques surannées ».

« La Russie, malgré le fait que nos amis occidentaux, pour ainsi dire, en rêvent, ne prendra jamais la voie de l’auto-isolement et de l’autarcie. Nous élargissons et continuerons d’élargir la coopération avec tous ceux qui sont intéressés, qui veulent travailler avec nous. Il y en a beaucoup, c’est la grande majorité des gens sur Terre »

À propos de l’Ukraine

La Russie ne s’oppose pas à l’éventuelle entrée de l’Ukraine dans l’Union européenne : “L’UE n’est pas une organisation militaire, un bloc militaro-politique, contrairement à l’OTAN, donc nous n’avons rien contre”.
Cependant, dans ce cas, l’Ukraine court le risque de devenir enfin une semi-colonie de l’Occident – là “à l’exception de la forêt des Carpates – bientôt il ne restera plus que des montagnes chauves des Carpates – et aussi du blé, du maïs, rien de plus que d’ukrainien n’est nécessaire et pour personne.

«  Dans le même temps, les élites ukrainiennes n’ont fait aucun “choix civilisationnel” en faveur de l’Occident : “Désolé pour les mauvaises manières, mais c’est quoi le choix civilisationnel ? Ils ont volé l’argent du peuple ukrainien, l’ont caché dans banques occidentales et veulent le protéger.”

À propos de l’opération militaire

«  Pour ce qui est de l’opération militaire spéciale visant à protéger le Donbass : tous ses objectifs seraient accomplis (…) et la clé en est le courage et l’héroïsme de nos soldats et la consolidation de la société russe, dont le soutien donne force et confiance à l’armée et à la flotte russes ».

« Les combats sont toujours une tragédie, mais l’opération russe en Ukraine est devenue “inévitablement forcée”: “Nous avons simplement été entraînés sur cette ligne”. C’est une décision d’un pays souverain qui a le droit inconditionnel basé sur la Charte de l’ONU de défendre sa sécurité ».

« Prendre d’assaut les positions ukrainiennes près de Donetsk n’est pas pratique en raison du risque de lourdes pertes pour les assaillants. L’armée russe s’emploie donc à atteindre l’arrière de ces zones fortifiées, ce qui, “bien sûr, demande du temps”, mais évitera de transformer les villes du Donbass “en un semblant de Stalingrad».

« Vladimir Poutine a rappelé que Moscou n’entravait pas les livraisons des produits alimentaires ukrainiens sur les marchés mondiaux. « Ce c’est pas nous qui ont miné les ports ukrainiens dans la mer Noire. Il faut que les autorités ukrainiennes les déminent pour exporter, nous assurerons la sécurité du passage de ces navires civils ».

« Le franchissement des lignes rouges dans la situation en Ukraine entraînera “des actions dures” sur les “centres de décision”, mais il n’est pas utile de préciser où passent ces lignes : “Laissez-moi garder ça pour moi ».

Sur le passé et l’avenir des relations avec Kiev

« La Russie n’acceptera pas d’oublier le coup d’État sanglant en Ukraine en 2014 – c’est précisément lui la cause des problèmes actuels ».
« Dans le même temps nous partons du fait que tôt ou tard la situation se normalisera, et nous nous intéressons à la prospérité de tous nos voisins. La restauration de notre relation est inévitable ».

Sur la reconnaissance et l’avenir du Donbass

« La Russie avait parfaitement le droit de reconnaître l’indépendance des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk après le précédent avec le Kosovo non reconnu et la Russie continuera de protéger les intérêts de la population du Donbass.
L’avenir de la région ne dépend que de ses habitants : « Nous respecterons tout choix qu’ils feront ».

Sur les relations avec le Kazakhstan

« Nous avons des relations alliées avec le Kazakhstan, nous pouvons dire fraternelles, nous sommes membres du même bloc de défense – l’OTSC, nous sommes membres de la même organisation économique. Eh bien, qui en Russie penserait à gâcher les relations avec le Kazakhstan sur n’importe quelle question ?».

Sur la menace nucléaire et les garanties de sécurité

« La rhétorique sur la menace de guerre nucléaire est d’origine purement occidentale et le fait de politiciens irresponsables».
« La Russie elle-même ne menace personne avec des armes nucléaires mais chacun devrait savoir ce que nous avons et ce que nous utiliserons pour protéger notre souveraineté».
«Moscou est prête à construire des relations avec tout le monde mais elle assurera sa propre sécurité qui ne peut être garantie que par l’armée et la marine».

À propos de ceux qui ont honte d’être russes

« Certaines personnes disent qu’elles ont honte d’être de Russie. Vous savez, c’est une honte pour ceux qui ne lient pas leur destin et leur vie, la vie et le sort de leurs enfants avec notre pays. Ils n’ont pas seulement honte, ils ne veulent aussi tout simplement pas avoir de problèmes dans les régions où ils vivent ou veulent que leurs enfants y soient élevés ».

De l’optimisme dans la politique mondiale

« Nous espérons que le bon sens prévaudra toujours, que la situation dans les affaires mondiales se calmera, que chacun commencera à traiter les intérêts de l’autre avec respect et que nous fonctionnerons normalement.»

« Je suis toujours plus optimiste que pessimiste.»

À propos de la souveraineté

« Toujours, lorsque vous prenez des décisions, vous devez isoler l’essentiel. Quelle est l’essentiel pour nous ? Être indépendant, indépendant, souverain et assurer le développement pour l’avenir, maintenant et pour les générations futures».

Sources :1,2

Leave a Reply

Your email address will not be published.