Mortalité en Russie 2020 : chiffres et réflexions

On commence a y voir plus clair dans le rôle du Covid19 sur l’importante surmortalité russe.

/ Rosstat vient de faire son premier dossier de synthese sur 2020 et le Covid.
Selon Rosstat le Covid 19 serait responsable de la mort de 144.691 personnes sur 12 mois de 2020 soit l’équivalent de 45% de la surmortalité de l’année et 6,8% de la mortalité totale de l’année 2020 (2,14 millions de personnes).
Sur ces 144.600 personnes le Covid19 serait la cause unique et principale de décès de 104.800 personnes.

Sur 12 mois, Rosstat affirme donc que le Covid serait responsable de l’équivalent de 54% de la surmortalité et, sur 13 mois, toujours selon Rosstat, soit entre avril 2020 et avril 2021, 182.800 personnes seraient mortes du Covid19 avec le Covid comme cause unique et principale et 270.300 personnes sont mortes avec le Covid19 comme cause unique, principale ou secondaire soit l’équivalent de 58,5% de la surmortalité.

–> Cette estimation est sans doute un peu erronée puisque les chiffres émis et donc remontés à Rosstat par les sujets de la fédération de Russie les moins transparents et qui ont le plus de surmortalité sont de toute evidence erronés.
Comme je l’ai déjà écrit sur ce blog, plus les zones sont transparentes et plus le Covid19 y est attribué comme responsable de la surmortalité CF Moscou, Saint-pétersbourg ou Mourmansk.
Par contre plus les régions sont opaques et moins le Covid19 y est déclaré comme cause de décès CF Le Caucase du nord, la Volga ou des zones corrompues que sont la région de Leningrad, Lipetsk ou certaines républiques.

2/ Autre curiosité statistique de 2020 : les causes de décès.
La mortalité en Russie baisse depuis 10 ans.


source

– Traditionnellement le gros des décès est cardiovasculaire en Russie.
2020 n’echappe pas à la règle (43,9% du nombre total de décès l’année dernière) mais avec des décès pour troubles cardiovasculaires en hausse de 11,6% par rapport à 2019, sachant que le système cardiovasculaire est directement impacté par les infections au Covid19 tout comme le cœur.
Du reste la plus forte hausse dans le groupe des maladies cardiovasculaires de Rosstat concerne les décès par crises cardiaques.
Curieux alors que sur les 3 premiers mois de 2020 le nombre de ces décès avait diminué de 6,7% par rapport à 2019 et ce dans 73 sujets sur 85.

Addendum du 19/06
Cet article a ete publie par mes soins le 13/06 et comme le président Vladimir Poutine l’a rapellé : “Les conséquences de la maladie causée par le coronavirus sont toujours à l’étude. Et ce ne sont pas seulement des lésions pulmonaires, mais aussi des lésions vasculaires. Les experts n’ont pas encore compris où cela mène finalement. Permettez-moi de vous rappeler encore une fois que mieux vaut se faire vacciner que tomber malade !”

– En 2020, les décès par tumeurs sont en seconde place avec 296 000 personnes (13,8% du nombre total de décès) contre 299.000 en 2019.

– En 2020, 96.500 personnes sont décédées de maladies respiratoires, soit 63,1% de plus qu’en 2019 (59.200 cas) et parmi eux, 58.300 personnes sont décédées d’une pneumonie (contre 23.912 en 2019 soit une hausse de 143%).
Un chiffre étonnant sachant que sur les 3 premiers mois de 2020, malgré l’hiver les décès par pneumonie avaient diminué de 15,3% par rapport à 2019 et ce dans 56 sujets sur 85 tandis que les hospitalisations pour pneumonies n’avaient recommencé à augmenter à partir de fin mars 2020, au moment du début de l’épidémie de Covid dans le pays.
Cela co-explique sans doute la surmortalité, nombre de décès par pneumonies Covid peuvent avoir été qualifiés de décès par pneumonies puisque la Russie a fait face (comme ses voisins) a une vague de pneumonies atypiques colossale sur 2020 (Внебольничная пневмония) avec 4 fois plus de pneumonies que les années précédentes notamment l’été dans le sud du pays, sud qui, comme mentionné plus haut, a vraisemblablement sous déclaré les décès Covid mais a connu la plus forte surmortalité sur 2020 (voir ci dessous la liste).

Par exemple, en Tchétchénie, l’augmentation des décès dus aux maladies respiratoires (que je mentionnais plus haut) était de 674% (1.300 en 2020 contre 168 en 2019), en Ossétie – 300% (928 contre 230), dans la région de Samara – 202% (2.151 contre 713).

Addendum du 14/06
Cet article a ete publie par mes soins le 13/06 et le lendemain, ce que j’ecrivais semble se confirmer puisque la vice-premier ministre Tatyana Golikova vient d’affirmer que
Nombre des décès enregistrés sont des décès de personnes qui se sont rétablies du coronavirus, mais sont ensuite décédées d’autres maladies, principalement chroniques, en raison de l’impact négatif de l’infection sur la santé (…) Par exemple, une partie de l’augmentation des décès par pneumonie en 2020 pourrait être attribuée à des cas de COVID-19 qui ont été guéris au moment du décès. Si le COVID-19 est guéri, il ne peut pas être enregistré comme cause formelle de décès

– Il faut mentionner aussi la hausse surprenante de décès par diabète qui est passé de 41.153 décès en 2019 à 51.779 en 2020 soit une hausse de 25%; le diabète étant l’une des deux principales comorbidités Covid.

Enfin dans certaines régions, l’augmentation de la surmortalité n’est même pas expliquée par les données Rosstat actualisées : il s’agit de la Région de Léningrad et de la Mordovie. Les bureaux d’enregistrement de la région de Léningrad n’ont par exemple pas enregistré d’augmentation significative des décès dus aux maladies des systèmes respiratoire et circulatoire, ainsi que directement du coronavirus – il s’avère que notamment 4.000 décès supplémentaires n’ont été officiellement expliqués d’aucune manière.
A ce titre, les décès non classés augmentent fortement, passant de 124.940 en 2019
à 142.370 en 2020 soit 17.430 décès en plus.

– Les causes extérieures de décès sont en très légère hausse 139.583 contre 137.633 en 2019 soit 1.950 décès en plus et notamment les décès liés à l’alcool : 50.435 décès contre 47.427 décès en 2019 soit 3.008 décès en plus, ce qui est surprenant.

– Les décès par maladies et troubles du système digestif sont en hausse avec 107.399 décès contre 98.271 en 2019 soit 9,128 décès en plus.

– Les décès par vieillesse sont en hausse : 103.211 contre 86.006 en 2019 soit 17.216 décès en plus. Les décès par vieillesse sont en hausse permanente à cause du vieillissement de la population et de la hausse de l’espèrance de vie, représentants 2,18% des décès en 2008, 5,25% en 2018 et 4,82% en 2020.

3/ Les classes d’âges.
Le Covid aurait fait 105 décès chez les russes < 19 ans.
Dans la même classe d’âge, 579 russes sont morts de maladies cardiovasculaires, 767 de maladies respiratoires et 1.155 de tumeurs pour un total de 21.096 décès sur 2020.
Le Covid dans cette classe d’âge serait donc responsable de 0,5% des décès.

Le Covid aurait fait 8.436 décès chez les russes de 20 à 49 ans.
Dans la même classe d’âge, 54.448 russes sont morts de maladies cardiovasculaires, 12.591 de tumeurs et 9.165 de maladies respiratoires pour un total de 232.325 décès.
Le Covid dans cette classe d’âge serait donc responsable de 3,6% des décès.

Le Covid aurait fait 54.138 décès chez les russes de 50 à 69 ans.
Dans la même classe d’âge, 301.805 russes sont morts de maladies cardiovasculaires,144.051 de tumeurs et 37.130 de maladies respiratoires pour un total de 685.186 décès.
Le Covid dans cette classe d’âge serait donc responsable de 7,9% des décès.

Le Covid aurait fait 82.112 décès chez les russes de > 70 ans.
Dans la même classe d’âge, 603.805 russes sont morts de maladies cardiovasculaires, 128.165 de tumeurs et 49.627 de maladies respiratoires pour un total de 1.205.456 décès.
Le Covid dans cette classe d’âge serait donc responsable de 6,8% des décès.

Si l’on prend les décès dans la population en âge de travailler (soit etre 16 et 65 ans pour les hommes et entre 16 et 60 ans pour les femmes) alors la Russie en 2020 a connu 450.250 décès dont 21.917 du Covid soit 4,87% du Covid19.

4/ Surmortalité
Sur la période allant d’avril 2020 à avril 2021 la Russie a connu 2.416.591 décès contre 1.954.550 sur la période allant d’avril 2019 à avril 2020 soit une surmortalité de 462.041 personnes.

Sur 13 mois quelles sont les régions les plus impactées par la hausse de la mortalité (en pourcentage):

Tchétchénie : +44.52%
L’Ingoushie : +36.66%
Le Dagestan : + 35,3%
Moscou : +31.77%
Khanty-mansinsk : +30,46%
Saint-pétersbourg : +29,38%
L’oblast de Samara : +28,06%
L’oblast de Lipetsk : +27,5%
La Mordovie : +27,33%
La Nénétsie : +27,28%

La mortalité semblait doucement se rediriger vers son niveau d’avant crise (avant la troisième vague) puisque ROSSTAT semble annoncer qu’en mai 2021 la mortalité aurait diminué de 6,3% par rapport au mois de mai 2020. Nous ne sommes cependant pas revenu au niveau d’avant Covid.
Alors que Mai est traditionnellement un mois avec une faible mortalité (printemps+ chaleur), le mois de Mai 2020 a vu la mortalité globale en Russie augmenter de 11,9% avec 172.914 décès contre 154.539 en mai 2019.
05/2019 : 154.539 décès
05/2020 : 172.914 décès (+11,9% par rapport à mai 2020)
05/2021 : 162.020 décès (+4,84% par rapport à mai 2019)

Leave a Reply

Your email address will not be published.