Petite histoire de la démographie Russe, de 1897 à 2030


Il est encore fréquent de lire que la Russie perd 800.000 habitants / an. Selon un rapport des Nations Unies, la population de la Russie “pourrait” s’élever à 137 millions en 2035 et même 100 millions en 2050.

Pourtant, nous n’en sommes pas la, loin s’en faut. 
J’ai déjà démontré que la population avait en 2009 cessé de baisser pour augmenter, et que cette tendance semble se poursuivre en 2010. Indépendamment des statistiques semestrielles / annuelles, j’ai choisi de traiter le sujet sur la durée, afin de montrer l’évolution de la population Russe sur les 150 dernières années mais également d’étudier les projections “sérieuses” faites par l’état Russe lui même sur la période 2010-2030. Comme vous allez le constater, nous sommes assez loin des prédications hystériques que l’on peut lire, ici et la.

La Russie de 1987 à 1997

Regardons en détail l’évolution de la population de la Russie, de 1897 à 2009. Évidemment, l’analyse est basée sur la population “dans” les frontières de la Russie actuelle au sein de l’empire de 1897 mais également au sein de l’URSS. Les chiffres sont donnés au 01 janvier de l’année citée.

* En 1897, la population était de 67,5 millions et en 1914, de 89,9 millions.

Augmentation sur 17 ans :  22.235.000 habitants

Hausse moyenne de 1.315.000 habitants / an.

* En 1939, la population est de 108,4 millions et en 1959 de 117,2 millions.

Augmentation sur 20 ans : 8.800.000 habitants .

Hausse moyenne de 440.000 habitants / an.

* En 1959 la population est de 117,2 millions et en 1971 de 130,6 millions.

Augmentation sur 12 ans : 13.400.000 habitants.

Hausse moyenne : 1.115.000 habitants / an.

En 1971, la population est de 130,6 millions et en 1991 de 148,3 millions

Augmentation sur 10 ans : 17.700.000 habitants.

Hausse moyenne : 1.770.000 habitants / an.


Néanmoins, dès 1989 la hausse de la population se tasse.

– De 1983 à 1989 la population augmente de 7 millions d’habitants en 7 ans, soit 1.000.000 / an.

– De 1989 à 1996, la population augmente de 1,6 millions d’habitants en 7 ans (!) soit de 228.000 habitants / an.

Conclusion : en 100 an (de 1897 à 1997), la population Russe est passé de 67,5 millions à 147 millions d’habitants soit une augmentation de 79.5 millions d’habitants, c’est à dire une moyenne de 795.000 habitants / an. 

La hausse a même été plus forte (1.000.0000 de nouveaux citoyens / an) dans la période 1983 à 1989, soit pendant l’apogée de l’URSS.

Dès 1989 par contre les premiers signaux rouges commencent à clignoter, alors que le pays est en pleine pérestroïka. 


En 1991, année de la chute de l’URSS, la population cesse d’augmenter, elle stagne à un peu plus de 148 millions d’habitants, et cela pendant 5 ans, sa population au 1ier janvier 1996 étant de 148,3 millions d’habitants.

La Russie de 1997 à 2008

La baisse de la population à commencé dès 1997

– 1996 –> 148,3 millions d’habitants.

– 2001 –> 146,3 millions d’habitants.

Sur la période 1996 à 2001, la population à diminué de 2.000.000 d’habitants en 6 ans, soit une baisse de 350.000 habitants / an sur 6 ans.

– 2003 –> 145 millions

– 2004 –> 144,2 millions

– 2005 –> 143,5 millions

– 2006 –> 142,8 millions

Sur la période de 2001 à 2006 la population à diminué de 3.500.000 habitants, soit une baisse de 585.000 habitants / an en moyenne.

Pour la seule année 2005, la population à diminué de 800.000 habitants (780.000), 2005 est également la date à laquelle le plan démographique à été mise en place par l’état Russe.

Les résultats vont se faire sentir très rapidement, :

– 2007 –> 142,2 millions

– 2008 –> 142 millions

– 2009 –> 141,9 millions

– 2010 –> 141,9 millions

En 2006, la population à donc baissé de 600.000 habitants

En 2007, la population à donc baissé de 300.000 habitants

En 2008, la population à donc baissé de 100.000 habitants

En 2009, la population n’a pas baissé, elle a même légèrement augmenté (de 25 à 30.000 personnes).

Sur la période de 2006 / 2007 / 2008 / 2009 / la population à donc diminué de 100.000 / an en moyenne mais cette baisse s’est arrêté en 2009, puisque pour la première fois depuis 15 ans, la population à augmenté de 30.000 personnes.

Conclusion : En 13 ans (de 1997 à 2010) la population Russe est passé de 148,3 millions d’habitants à 141,9 millions soit une diminution de 6,4 millions d’habitants, c’est à dire une baisse “moyenne” de 490.000 habitants / an. 

Synthèse de 1983 à 2010

De 1986 à 1996 la population a augmenté 4.700.000 habitants, soit une hausse de  470.000 habitants / an.

De 1996 à 2006 la population a baissé de 5.500.000 habitants, soit une baisse de 550.000 habitants / an.

La décennie 2006 – 2016 vient de commencer, seules 4 années se sont écoulées, on sait que sur ces 4 ans, la population à baissé de 900.000 habitants en 4 an, soit une baisse de 225.000 habitants / an.

Sur 2008-2009 : la population n’a baissé que de 100.000 habitants soit 50.000 habitants / an (!) , en comprenant une augmentation de 30.000 en 2009.

Une petite prévision de la démographie Russe

Prévision basse

Selon une prévision estimée mauvaise du ministère de la santé Russe, la population devrait continuer à baisser pour atteindre 139.630.000 en 2016, le “taux” de baisse devrait atteindre 500.000 habitants / an dès 2015, puis 700.000 / an dès 2020 et enfin 900.000 ou un million / an vers 2030, la population se “stabilisant” à 128.000.000 d’habitants en 2030.

Le taux d’immigration resterait “faible” autour de 200.000 / an pour les 20 prochaines années.

Prévision moyenne

Selon une prévision estimée moyenne du ministère de la santé Russe. La population Russe devrait légèrement augmenter jusqu’à 2016 (pour atteindre 142.160.000 d’habitants), puis recommencer à légèrement baisser, de 200.000 ou 300.000 habitants dès 2020, pour atteindre 139.372.000 d’habitants en 2030.

Le taux d’immigration serait contenu à une moyenne de 350.000 nouveaux entrants / an, ce qui est “à peu près” la moyenne de 2009, année durant laquelle 334.500 étrangers et apatrides ont reçu la nationalité Russe.

Prévision Haute

Selon une prévision haute du ministère de la santé, la population devrait augmenter a près de 144.000.000 d’habitants en 2016 et continuer à augmenter jusqu’à 148.000.000 en 2030.

Le taux d’immigration serait plus élevé dans cette variante, soutenant la hausse de la population et avoisinerait les 475.000 nouveaux entrants / an. Cela est néanmoins relativement faible, représentant 0,4% de la population du pays. Sur 20 ans, on arriverait à une « immigration » équivalente à 8% de la population du pays. Celle-ci sera en outre principalement du caucase et de la CEI, donc de populations post Soviétique, Russophones et dont des communautés sont déjà présentes en Russie.

Il est à noter que dès l’automne 2010, un grand recensement fédéral aura lieu en Russie.

3 thoughts on “Petite histoire de la démographie Russe, de 1897 à 2030

  1. Anonymous

    tout d’abord merci pour cet excellent article.

    200 millions en 2050? C’est exactement le chiffre prévu pour le Japon!

    http://www.redorbit.com/news/science/79955/japan_population_falling_to_100_million_by_2050_us_institute/index.html

    Japan Population Falling to 100 Million By 2050: U.S. Institute

    Posted on: Wednesday, 18 August 2004, 06:00 CDT

    Washington, Aug. 17 (Jiji Press)–Japan’s population is expected to decline to just above 100 million in 2050 from 127 million in 2004, the Population Reference Bureau said Tuesday in the 2004 World Population Data Sheet.

    Reply
  2. Alexandre LATSA

    Oui.

    Il y a également plusieurs scénarios pour la population du JAPON
    http://www9.ocn.ne.jp/~aslan/pfe/jpeak1.gif
    100 million semble être le scénario optimiste.

    A noter que la population du Japon à commencé à baisser en 2005 soit 8 ans après la baisse enregistrée en Russie.

    Les deux pays font le choix d’une immigration “faible”, surtout au Japon ou les étrangers (asiatiques : Chinois et Coréens en majorité) ne représentent que 2,5% de la population en 2009 et c’est déjà le double de 1999.

    On va donc voir comment ces pays évolueront, mais la Russie peut bénéficier d’une réserve immigration très facilement assimilable importante, de l’Ukraine à la Moldavie et via 12 millions de Russes encore éparpillés dans l’ex URSS.

    Reply
  3. Anonymous

    La Russie dispose d’un grand réservoir d’immigration russophone, en effet, c’est une sorte de “coussin démographique” mais il serait plus utile d’un point de vue géopolitique que ces Russes restent à l’étranger. Ils ont plus d’influence, ils participent au rayonnement politique russe.
    C’est du soft power.

    J’espère que Vlad va revitaliser l’espace russophone. J’ai lu un article qui allait dans ce sens sur Ria Novosti.

    Anton EGreat.

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published.