Vers la guerre dans le grand nord ?

Cela fait longtemps que je regarde attentivement les développements d’une région du globe à laquelle peu de gens pensent, car elle est inhabitée, il s’agit du grand nord, de l’arctique.  J’ai écrit en juillet 2008 un texte intitulé «bataille pour l’arctique» dans lequel je prédisais que cette zone serait le théâtre d’un conflit militaire entre la Russie et «l’ouest».
Depuis quelques «mois» la température ne cesse de monter en arctique .. Les soldats de l’OTAN intensifient la préparation de leurs différentes composantes aux conditions de combat dans l’arctique et les exercices d’acclimatation et d’aguerrissement aux conditions arctiques se multiplient.  
En novembre 2009, le gouvernement Conservateur Canadien reprend une réthorique belliciste contre la Russie sur le dossier arctique affirmant que :» le Canada est prêt à défendre ses régions arctiques contre les nations qui » dépasseraient les bornes  .. C’est pour cela que nous allons continuer à réagir de manière si forte quand d’autres nations comme la Russie s’engagent dans des exercices qui apparaissent mettre en jeu notre sécurité dans le Nord » .. » Nous allons , aussi , continuer à travailler avec nos alliès comme les Etats-Unis avec qui nous partageons des intêrets communs et nous allons répondre de manière appropriée lorsque d’autres nations * dépassent les bornes * quand il devient question de l’arctique Canadien «. 
Ce regain de réthorique belliciste survient aprés la tenue à Halifax , du 20 au 22 novembre, d’un raout sécuritaire Atlantiste organisé par l’ultraconservateur German Marshall Fund of The United States  et le gouvernement Canadien. Lors de cette conférence, les participants ont discuté  des dossiers chauds de l’actualité internationale, qu’il s’agisse de la situation politique en Afghanistan, au Pakistan, en Iran et au Proche-Orient, ou de piraterie maritime, de prolifération nucléaire, de la sécurité en Arctique et de l’avenir de l’OTAN. Parmi les participants  on a noté la présence du secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, le ministre canadien de la Défense, Peter MacKay, et ses homologues allemand, belge, brésilien, colombien, hollandais et néo-zélandais, le directeur exécutif du Fonds monétaire international Arvind Virmani, le commandant en chef des forces de l’OTAN en Europe, l’amiral James Stavridis, le sénateur américain John McCain et le conseiller pour la défense à la présidence française, l’amiral Édouard Guillaud, lui qui s’oppose actuellement vivement à la vente des frégates MISTRAL par la France à la Russie. MISTRAL qui (comme le rappelle Ariel Cohen) pourraient très bien être déployés non sur la mer noire mais également ailleurs ou le gouvernement Russe le souhaiterait, à savoir sur la mer du nord.
A noter que sans doute pour cette raison, l’OTAN cherche à rassurer les pays Baltes inquiets (mais on se demande sincèrement de quoi) et va procéder à des exercices aériens avec les 3 républiques.
*
COLD RESPONSE est un exercice OTAN sous le commandement de l’Armée Norvégienne et avec la participation de certains états de l’auto-proclammé » Partenariat pour la paix » et qui se focalise sur des opérations amphibies par condition de grand froid, l’interopérabilité des différentes forces expéditionnaires , les opérations terrestres spéciales et conventionnelles. Des manoeuvres avaient eu lien en 2009, il s’agissait de COLD RESPONSE 2009.  Durant le mois de décembre 2009 , des Marines du 2eme bataillon du 25 éme régiment de Marines ( réserve ) ont été déployés en Norvège pour les exercices COLD RESPONSE 2010 qui ont eu lien en ce début mars 2010. Cet exercice COLD RESPONSE 2010 sont annoncés comme étant d’une «ampleur inégalée». Plus de 9000 soldats de 14 pays y ont participés, provoquant la colères des éleveurs de rênes de la région.Juste après ces manoeuvre, des exercices Dano-Canadiens ont eu lieu, sous le nom d‘exercices Syrius

Ces derniers exercices  ont provoqué l’irritation de la diplomatie Russe, le représentant de la Russie au sein du COR, Dmitry Rogozin a d’ailleurs à ce sujet posé la question de savoir » qui l’OTAN se préparait à affronter dans le nord arctique : l’Iran, les Talibans ou Ben Laden ?». Cette irritation est bien compréhensible, on peut se demander pour quelles raisons les troupes Américaines font leurs exercices militaires en Norvège et non en Alaska par exemple. Est ce du à ce rapport du CFR qui affirme l’impérieuse nécessité d’une présence militaire de l’OTAN en arctique ?  Ou plutôt de l’interet porté par l’OTAN aux routes maritimes nouvelles ? 

Ces manoeuvres militaires «devant» les frontières Russes de la péninsule de Kola (nord) sont à rajouter au déploiement du bouclier antimissile Américain en Pologne, Roumanie et peut être Bulgarie et enfin à la pression qui a été faite par l’OTAN pour intégrer l’Ukraine et la Georgie, ce dernier pays ayant été entraîné dans un conflit militaire contre la Russie. 


Du nord au sud, la Russie fait face à un arc de cercle dressé par l’OTAN, qui multiplie les provocations et augmente la militarisation à outrance des états frontaliers de la Russie. Comment après cela, après la guerre dans le Caucase de aout 2008 due à la militarisation de la Georgie par l’OTAN, s’étonner du contenu de la doctrine militaire Russe qui affirme que l’expansion militaire de l’OTAN à ses frontières représente une menace principale ?
*
Pour les spécialistes en géopolitique de l’arctique Rick Rozoff et Daniel Besson, cette zone du monde est la zone clef des décennies à venir, et sera le théâtre d’opposition des puissances mondiales, Amérique, Canada, Norvège et Russie mais aussi  la Chine qui souhaite bénéficier des voies de navigation qui vont apparaitre en arctique. Une vision intéressante alors que l’UE a été débouté de sa demande d’avoir un statut d’observateur de l’arctique

Добавить комментарий

Ваш адрес email не будет опубликован. Обязательные поля помечены *