Les âneries de Gluksman

r Glucksman, s’est récemment fendu d’un article sur la situation en Georgie et cela suite à sa participation à une manifestation qui à eu lieu devant l’ambassade de Russie à Paris, le jour de l’anniversaire de la chute du mur. Je me suis déjà il y a plus d’un an permis de répondre à ce malotru sur ce blog. Les Glucksman et autres BHL sont régulièrement auteurs d’articles, de carnets de route (on se souviendra de l’immense mensonge de BHL concernant la Georgie ou il y a avait vu des charniers et des massacres, commis bien entendu par l’armée Russe) et ont accès aux colonnes de nos journaux.   Quels sont les points communs ce ces sinistres cornichons ? – Je rappelle qu’ils sont respectivement les conseillers pour la Russie des “finalistes” de la présidentielle Francaise, Nicolas Sarkosy et Ségolène Royal. – Les deux ont un autre point commun en ce que leurs articles contiennent les germes de l’odieuse propagande russophobe (il n’y est d’ailleurs pas question d’URSS) qui infeste notre presse nationale.   Regardons la biographie de Mr Glucksman ensemble :   – 1937 : naissance en france dans une famille bourgeoise – 1968 : maoïste en et défenseur de la révolution Chinoise – 1972 : qualifie la france de pompidou de dictature fasciste et appelle à l’embrasement de l’Europe – 1975 : il affirme les points communs entre la nazisme et le communisme et soutient les dissidents qui luttent contre l’URSS – 1977 : signataire de la pétition pour la libération des adultes ayant commis des actes pédophiles (avec daniel cohen bandit)   Ensuite c’est le début du retournement de veste (les anciens maoïstes et mai 68ards rentrent dans le système pour le pourrir de l’intérieur et en prendre le contrôle) :   – 1981: il soutient avec Kouchner marie france garaud (ministre de Pompidou à ce moment) – 1985 :il soutient publiquement ronald reagan avec BHL contres les Contras en Amérique du sud – Jusqu’à 1990 : se fait le chantre de l’atlantisme, sur le fondement de la menace soviétique – 1995 : il soutient Chirac et la reprise des essais nucléaires – 1999 : il soutient, avec Kouchner et BHL l’agression de l’OTAN sur la république souveraine de Yougoslavie – 2003 : participation au cercle de l’oratoire (think tank néo-conservateur fondé en 2001 et destiné à la lutte contre l’américanisme) – 2004 : séjour illégal en Tchétchénie et prise de position anti poutine (pourtant NDLR l’URSS n’est plus) – 2004 : lettre de soutien au think tank né conservateur PNAC – 2007 : soutien du candidat Sarkosy à la présidentielle – 2009 : soutien inconditionnel de l’opération Israélienne en Palestine …………………………   Ce parcours qui semble chaotique ne l’est pas du tout, bien au contraire, il est tout a fait symptomatique du parcours de ces nouveaux cadres politiques, anciens cols maos et révolutionnaires étudiants, de BHL à Glucksman, et de Kouchner à Cohen bendit … Ceux la sont tous issus de l’extrême gauche, ce sont tous devenus des atlantistes forcenés et ils ont investis les partis au pouvoir (droite / gauche) avant d’opérer un ralliement instinctif vers Nicolas Sarkosy et l’OTAN. Enfin et surtout, ils sont devenus les adeptes les plus redoutables de la critique de la Russie depuis 1999, date à laquelle ils ont tous soutenus l’agression militaire contre la Serbie. Hasard ?   Je réponds à cette ITV dans le corps du message (texte en rouge), afin de bien montrer les points qu’un lecteur innocent pourrait ne pas discerner, et surtout afin de démontrer la manipulation et la clarté de la désinformation, pour qui sait plus ou moins lire entre les lignes … ***

Le philosophe, soutien actif des dissidents du bloc de l’Est, était le 10 novembre 1989 à Berlin. Dimanche, il manifestait contre la construction par la Russie d’un autre mur, dans le Caucase. Dans une interview à Nouvelobs.com, il dénonce “la politique de répression et d’expansion du Kremlin” dans la région. Vous étiez début novembre 1989 à Berlin. Dans quel cadre? Comme j’étais partisan des dissidents de façon remarquée depuis des dizaines d’années, je connaissais Havel, je l’avais vu à Prague semi-clandestinement pendant le communisme, j’avais soutenu la charte 77, j’avais participé à ces séminaire, j’avais aussi été en Pologne soutenir Solidarnosc. Et j’avais, le 15 octobre, fait la laudacio, c’est-à-dire l’éloge de Vaclav Havel qui recevait le prix de la paix à la foire de Francfort. Il y avait là Kohl, le président de la République Fédérale, Daniel Cohn-Bendit et mon discours a été diffusé à la télévision. Et plus tard, j’ai rencontré le Pasteur qui organisait les manifestations à Leipzig contre le régime de Honecker. Et il m’a dit que de m’entendre cela l’avait encouragé. Donc, par sympathie, par joie, par exubérance, je me suis précipité à Berlin dès le Mur tombé, c’est-à-dire le 10, le temps de prendre un avion. Et après, j’ai participé aux manifestations à Prague contre le régime communiste, ensuite je suis allé à Bucarest avant même que Ceausescu soit prisonnier et puis pendu. Donc j’ai vécu ça de très près.   Vous avez participé dimanche 8 novembre au rassemblement contre la construction d’un mur en Géorgie qui isole les Républiques du Nord. Pourquoi? Cela fait depuis les années 1970 que je suis contre l’oppression des peuples par le système issu du Kremlin. Ici le message est clair, presque trop transparent : l’ennemi c’est le Kremlin et non l’URSS. L’URSS n’est plus mais le Kremlin lui est toujours.  L’ennemi n’est donc plus l’URSS mais bel et bien la Russie, dont le Kremlin est le coeur.    Alors je sais, pour l’avoir fêté, que le Mur de Berlin est tombé, que le communisme en tant que doctrine a disparu officiellement de la Russie. Cela dit, il y a un choix, qui était marqué dès 1989 entre deux voies, la voie incarnée par Havel qui était la voie de la liberté, de la démocratie, et qui a permis la séparation, en douceur, de la Tchéquie et de la Slovaquie quand il est apparu que la Tchécoslovaquie n’unifiait plus les deux peuples. Et il y a l’autre voie, la voie de Milosevic, qui a réuni tous les appareils de force, l’armée, la police, la nomenklatura, qui a abandonné aussi officiellement le marxisme mais n’en a pas abandonné les méthodes. Et cela a déclenché les purifications ethniques et les guerres. Pour André Glucksman il y a deux voies, la voie havel et la voie Milosevic. Dans l’esprit d’un lecteur lamda, la première a amener à la prospérité et la paix, la seconde au génocide et à la guerre. Je souhaiterais donner une autre vue de ces deux voies : – La voie havel à amener à l’éclatement et au morcellement du pays en deux entités, et ce afin de faciliter l’aspiration de ces entités (plus petites, plus dépendantes ..) et leur intégration au sein de l’union de bruxelles. – La voie Milosevic a amené au même résultat, à ce détail prêt que le président Milosevic (démocratiquement élu je le rappelle) ne souhaitait pas intégrer l’Union de Bruxelles sous commandement Européen, ni même l’OTAN.  Une guerre plus tard, celui ci est destitué, une révolution de couleur installe un nouveau pouvoir et le président déchu est assassiné en prison dans un tribunal spécialement construite pour les yougoslaves, et instauré par ceux la mêmes qui ont bombardé la Yougoslavie.   La voie que suit Poutine est la même. Assimilation et appel subliminal à montrer que le destin du Kremlin doit être celui de Milosevic : être annihilé, détruit. Bombardé ou renversé.   A l’intérieur il réprime. Les assassinats de journalistes continuent. Mais pas seulement: les avocats, les combattants des droits de l’homme, les gens de Mémorial, et puis les simples citoyens quand ils interviennent d’une façon qui ne convient pas au pouvoir. Un magnifique plaidoyer mais penchons nous sur ces accusations : Le Kremlin réprimerait à l’intérieur de ses frontières, on est heureux de le savoir ca tout à l’heure se sera à l’extérieur. En suit une liste de gens assassinés dont finalement JAMAIS personne n’a pu prouver que le Kremlin en est le responsable et dont personne ne peut prouver que ce se sont pas des mafias que le Kremlin justement entend mettre au pas. Je rappelle que des procès ont eu lieu et que dans il est plus ou moins prouvé que les enquêtes des journalistes sur la mafia Tchétchène sont à haut risques (politkovskaia et estemirovna ??) et que pour le cas Markelov, un suspect membres des mouvances néo nazies à été arrêté .. Preuve que les enquêtes avancent.   Et puis, il y a cette agression continuelle que pratique le Kremlin à l’égard des peuples qu’il ne supporte pas. Alors, les Tchétchènes ont perdu un civil sur cinq depuis dix ans, et ensuite la Géorgie a été attaquée l’an dernier par les tanks russes. On est dans le coeur du sujet:   – Tchétchénie : Mr Glucksman sait de quoi il parle puisqu’il y a séjourné illégalement pendant un mois et que malgré cela les autorités Russes ne lui en ont pas tenu gré et l’ont remis en liberté.  Il est curieux que celui ci n’aborde pas le “premier” problème de la guerre en Tchétchénie qui est justement le contrôle des mafias et des islamistes étrangers, wahabites qui ont très grandement contribué à la déstabilisation du pays, avec l’aide de la CIA. Il est également curieux que celui ci n’avoue pas que le pays est aujourd’hui largement reconstruit et ce avec l’argent de Moscou. Ce qui est normal , la Tchétchénie c’est la Russie, comme le Kosovo est la Serbie.   – Georgie : Monsieur Glucksman “ment”, du pire des mensonges, tout le monde sait parfaitement que c’est l’armée géorgienne, épaulée par des militaires étrangers (américains, israéliens et ukrainiens) qui a attaqué l’ossétie du sud en ouvrant le feu et tuant des soldats Russes du maintien de la paix, sous mandant de l’ONU.  On retrouve dans cette opération les mêmes méthodes que contre la république de yougoslavie ou contre l’Irak, ou l’OTAN s’est permis d’attaquer sans mandat de l’ONU, en violant le droit international. Je rappelle que pas plus qu’un génocide de kosovars albanais n’a eu lien au Kosovo, pas plus que les armes de destructions massives n’ont été trouvées en Irak, pas plus les troupes Russes n’ont violé l’intégrité territoriale de la Georgie. C’est d’ailleurs l’avis de l’UE dans son dernier rapport.  Aujourd’hui la Georgie est le seul pays au monde a prétendre avoir été agressé par les troupes Russes.   Ce n’est d’ailleurs pas un commencement août de l’année dernière, c’est la continuation d’une politique d’intervention russe en Géorgie qui dure depuis 1991-1992. Elle a abouti aujourd’hui à l’annexion de fait de l’Abkhazie et de l’Ossétie du sud. Officiellement au nom des droits des peuples, mais le droit du peuple tchétchène, vue la manière dont il a été respecté par le Kremlin, indique assez bien que le Kremlin ne respecte pas du tout le droit des peuples. Mr Gluksman tente de mélanger les choses : Il n’y a aucune comparaison entre les tchétchènes, les “ossètes” ou les “georgiens”, puisque les premiers sont des Russes (doit on rappeller que la tchétchénie est en Russie ?), les seconds (ossètes) eux souhaitent être Russe et cela depuis le 17ième siècle. Rappelons qu’ils n’ont “jamais” souhaité être Géorgiens et depuis l’indépendance de la Georgie sont en lutte armés pour rejoindre la fédération de Russie, pourquoi Mr Glucksman obère t’il ce point crucial ?   Et d’ailleurs l’Abkhazie a perdu un cinquième de sa population en dix ans, non pas par la mort, mais par l’expulsion. Ils se retrouvent en Géorgie non Abkhazie, alors qu’ils habitaient, soient Abkhazes soient Géorgiens en Abkhazie depuis toujours. Il s’agit d’une annexion, d’un partage, et cela rappelle le mur de Berlin et la politique d’expansion, de clôture, d’enfermement qu’a connu l’Europe depuis 1945. Mr Glucksman affirme que l’abkazie expulserait des Géorgiens ?? Ou sont ces sources ??  Pourquoi ne dit il pas que 650.000 Géorgiens habitent Moscou sans problèmes ?  Que 250.000 Albanais habitent Belgrade en toute tranquillité ?   Le mur qui séparait l’est et l’ouest de l’europe n’est plus. Il est tombé en 1989 grâce notamment aux réformes de l’URSS en décomposition et la volonté de Gorbatchev de ne pas déclencher un conflit mondial, et ce alors que la grande majorité de la population en URSS n’était pas du tout préparé à ce changement.    Aujourd’hui un nouveau mur existe, c’est celui que l’Amérique créé via l’OTAN, avec la menace d’installer des roquettes qui menacent la Russie et coupe l’europe en deux. Le mur c’est celui que des pressions extérieures créent et qui divisent l’europe en traitant la Russie comme un paria alors que ce pays est l’avenir de l’Europe.   On alors l’impression à vous entendre que, quel que soit le pouvoir en place à Moscou, il y a une politique expansionniste russe… Oui, vous savez cela n’a pas commencé avec le communisme, cela a commencé avec les tsars. La conquête du sud par les troupes du tsar fut toujours d’une sauvagerie extrême et relève d’un colonialisme sans vergogne. Et cela continue. Mais il n’y a pas de fatalité à cela. Au début, la guerre en Tchétchénie a soulevé l’opposition de beaucoup de Russes. Simplement les deux vont ensemble. C’est un travail d’éducation de la population russe, il faut que le Kremlin démontre à tous ses sujets qu’il est le plus fort, qu’il n’hésite point. Donc, il n’hésite pas en Tchétchénie, il n’hésite pas en Géorgie. Et la preuve, c’est la qualification de Sahakachvili comme Hitler, ce qui quand même pour n’importe quel individu qui a mis un nez dans un livre d’Histoire relève de la fantasmagorie. Par contre vous le verrez plus bas : assimiler Poutine à un tyran exterminateur, comme ce fut le cas pour Milosevic est tout a fait normal ! Lecteurs, allez voir sur le site de l’ONU le nombre réel de victime au Kosovo et vous serez surpris, c’est moins que le nombre de tués par les bombes de l’OTAN en Serbie ..   Nicolas Sarkozy rencontre Vladimir Poutine à la fin du mois. Doit-il lui faire mention de tout cela? Oui. Je pense tout à fait qu’on peut rencontrer des puissants de ce monde car si on ne rencontrait que les gens bien lunés et les partisans des droits de l’homme cela ne ferait pas beaucoup de rencontres. Et à l’Onu les partisans sérieux, sincères des droits de l’Homme sont quand même en extrême minorité. Extraordinaire mensonge qui tendrait à discréditer une ONU malsaine et totalitaire, alors que l’OTAN dont on ne parle pas serait une référence ? Peut on sérieusement “croire” que les partisans sérieux des droits de l’homme à l’OTAN sont nombreux ?   D’autre part, bien sûr, non seulement il doit mais il faut qu’il objecte à la politique de répression et d’expansion du Kremlin. La Russie n’ayant annexé AUCUN état depuis 1989 on se demande de quelle “expansion” monsieur Glucksman parle …   Ceci à la fois par intérêt français -nous n’avons pas intérêt à ce que se reconstitue une puissance à la fois xénophobe prétentieuse à l’est de l’Europe- mais aussi dans l’intérêt des Russes eux-mêmes. Le lecteur se rend il compte de ce qu’il lit ?? Glucksman parle de l’intérêt francais .. Mais de quel intérêt parle t’on ? De l’intérêt francais des agents de la CIA (comme jean luc mélenchon a su si justement le faire) ?  L’interet francais ne serait il pas plutôt de quitter l’OTAN et de contribuer à pacifier et réunifier le continent, Russie avant tout ?   Manifester contre la construction par la Russie de ce mur en Géorgie, cela s’inscrit dans une continuation avec votre engagement précédent contre le communisme? J’ai manifesté pour la Tchétchénie pendant une bonne dizaine d’années. Que veut dire : manifester POUR la Tchétchénie ? Pour son indépendance ?  Quel est le but réel de ces “soutiens” émotionnels déguisés sous les droits de l’homme bafoués ? Ne serait ce pas plutôt de faire sortir la Russie du Caucase et de couper l’accès à la mer noire à la Russie ? L’accès à la baltique étant déjà coupé par les pays baltes, au mépris des populations Russes de ces pays qui ont un statut largement inférieur aux Géorgiens de Russie ?   Couper l’accès aux mers noirs et baltiques : vieux rêves géopolitiques des anglo-saxons visant à “repousser” au maximum la Russie vers l’est et l’asie, et avoir le contrôle des voies d’accès vers l’Eurasie, par les balkans (route du Kosovo) et ce en se servant de l’Europe comme “tête de pont” afin de pouvoir pénétrer l’Eurasie (occupation en Afghanistan, révolution de couleur au Kirghizstan pour y installer une base militaire US ..) etc etc   Evidemment, nos petites manifestations parisiennes n’ont pas changé la face du monde. Cela dit, je pense, qu’en définitive, cela a incliné Poutine à ne pas poursuivre une guerre d’extermination jusqu’au bout. De nouveau réduction ad hitlerum. Poutine serait en train d’exterminer .. qui d’ailleurs ? – La tchétchènie est grandement pacifiée et reconstruite et dirigée d’une main de fer (mais qui imagine cette république Russe dirigée par un mou comme Raffarin ??) – L’opération militaire en Tchétchénie visait des extrémistes Religieux Wahabites qui sont en train de déstabiliser d’autres parties du Caucase .. – Les civils ossètes bombardés à Tsinvali eux étaient des civils innocents, comme les civiles Serbes et Kosovars tués par les bombardements de l’OTAN.   Il s’est dit “ça la fout mal” en quelque sorte, “mes interlocuteurs me parlent toujours un tout petit peu de la Tchétchénie, je les rabroue, je leur dit qu’ils n’y connaissent rien etc… mais autant éviter ça”. Du coup, il y a une politique actuelle de tchétchénisation qui substitue à l’extermination massive, la chasse à l’homme individuelle. Pour les victimes, ce n’est pas mieux, pour la liberté, c’est discutable. Il y a des amis de Mémorial et d’autres ONG qui ont été exécutés ou qui sont en danger. Mais cela a mis un tout petit frein aux bombardements massifs de l’armée russe. L’interview date de 2009, les “bombardements” Russes ont cessés depuis 2006 et cela est “facile” à vérifier, il n’y a désormais que des opérations anti terroristes isolées, la vie a repris son cours plus ou moins paisible ..  Mais cela bien sur est oublié par ce cher Glucksman …   Donc, nos manifestations servent, y compris si elles ne sont pas aussi décisives que quelques fois elles le furent en Europe de l’Est. Mais il faut se souvenir, quand on fête la chute du Mur, que c’est un mouvement qui a commencé en juin 1953, le mouvement antitotalitaire européen, et il est allé d’échec en échec jusqu’à la victoire. Cette phrase est une belle tranche de propagande a elle même : on tente de faire croire au lecteur que deux mondes s’opposent, le monte totalitaire, et le monde non totalitaire.   Hors l’URSS n’est plus depuis 1989. Mais le mouvement dont Mr Glucksman parle (qu’il appelle mouvement anti-totalitaire Européen) continue sans interruption : il s’agit du mouvement d’extension de l’OTAN à l’est (et au sud est) et de prise de contrôle de l’eurasie, avec notamment son flanc sud, qui est le flanc énergétique (caucase, moyen orient, asie centrale ..).    Ce mouvement est la prise de contrôle de l’Europe par l’Amérique, qui passe par un asservissement total de l’Europe et qui a comme seul objectif à moyen terme : la soumission de la Russie, son morcellement en 3 ou 4 entités sur le modèle de la Yougoslavie (comme c’est parfaitement écrit dans “le grand échiquier”, comme c’était prévu par les tenants du “prométhéisme”) et enfin le pillage de ses matières premières, afin d’assurer sa soumission politique totale et d’ainsi réaliser le “vieux” rêve anglo saxon : prendre le contrôle de l’Eurasie, coeur du monde, car qui contrôle le Heartland, contrôle le monde.   La seule solution pour l’Europe est comme le demande le président Medvedev de développer son “propre” système de sécurité, système autonome et indépendant de l’OTAN.

Leave a Reply

Your email address will not be published.