L’intégration économique et politique de l'Eurasie : objectifs réalistes ?

  Veuillez-trouver ci dessous mon interview de ce début 2017 pour la lettre de l'Association Nationale des Auditeurs Jeunes de l'Institut des Hautes Etude de Défenses Nationales /// WWW.ANAJ-IHEDN.ORG Comment définir l’axe eurasiatique ? Je crois qu’il faut tout d’abord envisager cet Read more

Conférence au MGIMO sur la politique étrangère de François Fillon (27/02/2017)

La politique étrangère de François Fillon : vers un nouveau gaullisme francais ? Photos sur le site du MGIMO Photos sur Facebook Bonjour à tous et merci beaucoup à cette institution qu’est MGIMO de nous recevoir aujourd’hui. Mon propos sera court, je souhaiterais vous parler Read more

Interview chez Sputnik avec Rachel Marsden

Interview avec Rachel Marsden dans les locaux de Sputnik Paris (source originale) Read more

ITV Alexandre Latsa

Interview chez realitatea (video)

Mes lecteurs se rappellent que j’ai donné une brève ITV a Realitatea TV le samedi 03 mars, soit le jour avant les élections. La vidéo de l’intervention en langue française est ci dessous. Je posterai la version en langue roumaine des que j’obtiendrai le fichier.

Posted on by Alexandre Latsa in ITV Alexandre Latsa, Vidéos 1 Comment

On the air, Russia-Today

Russia-Today m’a accordé quelques minutes de direct dimanche soir pour commenter les résultats des élections présidentielles en Russie.Russia-Today allowed me to comment «live» the results of the russia’s presidentials elections on sunday night.

Примерный перевод:
-С нами блоггер Александр Латса. Александр, спасибо, что пришли сюда, в эту прохладную ночь на сцену над Красной Площадью. В своем блоге вы предсказывали, что результат Путина будет ниже, чем в 2004 году, когда он получил 71 процент, примерно столько же получил Медведев 4 года назад. В чем разница по вашим оценкам?

-Когда я делал прогноз, то полагал, что он получит 53-56 процентов. Меньше, чем на предыдущих выборах, так как за последние 4 года страна столкнулась с финансовым кризисом и ситуация стала более сложной для многих людей, для многих россиян, многих рабочих.

-Но в то же время …

-Я думаю, что довольно просто прогнозировать, что ты в такой ситуации получишь меньше голосов. Конечно он не получил ни 55 ни 71 процентов, а примерно 62 или 63…

-Он получил 63.1, это может служить доказательством вашей теории …

-Это на 10 процентов меньше, чем 71, но я думаю, что это очень хороший результат, потому что он провёл очень хорошую кампанию.

-Как вы думаете, результаты пойдут вверх или вниз по мере продолжения подсчета голосов?

-Думаю, что они будут крутиться около значений 62, 63, может 64.

-Вы сказали, интересную вещь, что он провёл очень хорошую кампанию, несмотря на то что его активно критиковали за отклонения в неправильную сторону, особенно сильно критиковали из-за рубежа. По-этому, почему вы думаете, что кампания была настолько успешной?

-Я думаю, что кампания прошла успешно, так как во время парламентских выборов Единая Россия потеряла голоса, улица была захвачена оппозицией, все думали где эта Единая Россия, что там Путиным делает? А в конце концов 2 крупных митинга выразили Путину поддержку. Так что в конце концов … Это символично… можно сказать, что они вернули улицы назад. Думаю, что это хорошая кампания, потому что еще осенью в своих статьях, их, кажется, было семь, он интересно и трезво показал, что вы гораздо меньше понимаете в том, что происходило в стране на самом деле.

-Многие люди не голосовали за Путина, это можно расценить, как протестные голоса. Ка думаете, что будет, когда Путин начнет исполнять все то, что он пообещал. Как далеко могут зайти протесты?

-Думаю, что в следующем месяце у нас будет гораздо больше уличных демонстраций. Возможно, завтра будет одна из самых больших, но я думаю, что в конце концев они прекратятся, потому что люди не могут протестовать много месяцев, если большинство людей в России поддерживаютПутина, они не хотят революции, так что больше они ни за кем пойдут.

-Однако ясно, что он растерял определённую часть поддержки, мы видели это на парламентских выборах, потом большая потеря голосов на президентских выборах. Кто-нибудь задавал этим россиянам вопрос, что если не Путин, то кто? Какая-нибудь оппозиция предлагает альтернативу, что бы люди поверили, что Путин — это не выбор?

-Это очень хороший вопрос. Для начала я бы отделил Единую Россию и Путина. Думаю, что многим избирателям больше не нравится Единая Россия по разным причинам, но они продолжают поддерживать Путина. Так что здесь  большая разница. А насчёт оппозиция я должен сказать, что по моему мнению, но они это скрывают, что среди них нет человека, способного проявить себя, действовать или вести как политический лидер. Многие люди говорят — хорошо, но Путин выиграл, так как никто не мог ему оппонировать. Но это не верно. Во времена Ельцина оппозиция имела те же проблемы, ей тоже не хватало лидеров.

-Но почему? Мы же видели людей, выходящих на улицы, по крайней мере прямо сейчас, в Москве, в Санкт-Петербурге выходили тысячи, десятки тысяч, могли выйти миллионы. Они подали голос, они хотели быть услышаны. Почему не нашлось сильной политической фигуры, который мог бы собрать их всех … Что нужно сделать, чтобы изменить ситуацию? Почему некому их возглавить? Это проблема политической конкуренции.

-Я думаю, что нужно сделать различия …в связи этими демонстрациями … потому что многие люди, очень многие, из крупных городов типа Москвы или Санкт-Петербурга, которые зарабатывают 3-4-5 тысяч долларов, в месяц, чувствуют будто выборы не были честными, они, что у них не было кандидата и они вышли на демонстрации, чтобы показать, что что-то пошло не так, и они не согласны с политической ситуацией. Есть разные политические группы примкнувшие к демонстрациям, есть националистические
группы, есть крайние левые группы, есть либералы и еще люди, вы их знаете, такие как Немцов, Каспаров. Я не думаю, что большинство людей, которые будут выходить на демонстрации захотели бы быть рядом с этими лидерами. Они их не признают, они их не хотят, они явно требуют нового лидера. Это причина, почему Прохоров, показал такой, достаточно хороший результат. Думаю, что многие из этих людей голосовали за него.

-Никто не ожидал, что Прохоров получит лучший результат, чем Владимир Жириновский, который многие годы находится в политике. А я хочу снова сосредоточиться вот на чем: Путин проявил сильное желание остаться у власти, и Михаил Горбачев публично фактически заявил, что Путин не захотел связывался с проблемами общества, типа образования, налогов, медицины и так далее. Каковы личные мотивы Путина остаться во власти. Мы немного уже касались этой темы ранее.

-Я думаю, что когда Путин пришел к власти в России в 1999, государства не существовало. Он потратил около 8 лет для восстановления страны. Теперь многое сделано и 2 года на конгрессе Единой России в Санкт-петербурге была чётко определена новая идеология. Ей стал консерватизм, потому что она направлена на сохранения только что восстановленного государства. Фактически все пройдет очень быстро. Думаю, что в следующие шесть лет, должно быть сделано очень многое. Очевидно, мы ещё увидим, буквально в ближайшие дни, что Путин прекрасно понял ситуацию, особенно, что касается демонстраций, и начнутся открытые дискуссии.

-Российская политика, очевидно, становится все более интересной. Александр Латса, блоггер и писатель, был с нами информационном центре по освещению выборов.

Posted on by Alexandre Latsa in Elections 2012, ITV Alexandre Latsa, Vidéos 15 Comments

Présidentielles 2012 : un autre pas vers la démocratie

Présidentielles 2012 : un autre pas vers la démocratie

Igor Yazon
5.03.2012, 20:18
La victoire écrasante de Vladimir Poutine, actuel premier ministre russe, aux élections présidentielle du 4 mars permettra à la Russie de faire un autre pas en avant pour devenir une vraie démocratie, est convaincu le bloggeur et journaliste français Alexandre Latsa. Propos recueillis par Igor Yazon.
Источник: Голос России.
Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Elections 2012, ITV Alexandre Latsa Leave a comment

Interview pour realitatea

Ce samedi j’ai eu la chance de pouvoir donner une courte interview a la chaine Roumaine REALITATEA.
Des que l’interview sera disponible je la posterai sur Dissonance.
Pendant notre discussion, le patriarche Kirill inaugurait un monument prés du Kremlin… Juste derrière nous…


Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Elections 2012, ITV Alexandre Latsa 4 Comments

Un Français prend fait et cause pour Poutine :)

Le FIGARO en la personne de Pierre Avril a publié un article le 27 février dernier intitule: «Un Français prend fait et cause pour Poutine».
Je remercie Pierre Avril de m’avoir consacré un article :) et incite mes lecteurs a posters des commentaires intelligents sous l’article. Je souhaiterais a ce titre également rétablir quelques vérités suite aux nombreux mails que j’ai reçu,
J’ai bien rencontré Pierre Avril courant février, et nous avons échangé, celui-ci m’a donc prévenu qu’il ferait un article sur les français de Russie qui soutiennent Poutine, ce qui est mon cas.
Il est écrit dans l’article «Vingt ans plus tôt, en 1995, c’est pour la Serbie qu’il avait pris fait et cause».
Mes lecteurs le savent, j’ai 34 ans (non 35) et par conséquent il y a 20 ans je ne pouvais etre en Serbie car:
- Il y a 20 ans ce n’était pas en 1995 mais en 1992
- En 1995 la Serbie n’existait pas.
- En 1992 j’avais donc 14 ans et en 1995 18 ans. Il y a 20 ans j’avais 14 ans ce qui rend difficilement plausible mon engagement pour les serbes.
Bien sur mon engagement en Serbie date d’après la guerre contre la Serbie de 1999, lors de ma 22ieme année.
Je conseille aux lecteurs de lire cet article que le Figaro a consacré aux Français de Russie ici
Ils peuvent également écouter ma dernière interview a la voix de la Russie pour avoir mon opinion sur le mainstream médiatique français :)
Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Elections 2012, ITV Alexandre Latsa 4 Comments

French war on Libya: a dissonant point of view.

Posted on by Alexandre Latsa in Désinformation, ITV Alexandre Latsa, Syrie Syria Сирия, Vidéos 23 Comments

Face à Poutine : les communistes et «Russie Juste», ce parti patriote de gauche qui gagne du terrain

Législatives russes : le parti Russie Unie perd des sièges à la Douma mais conserve la majorité absolue. Son leader Vladimir Poutine fait face à une opposition relativement faible, mais qui progresse malgré tout…

Comme prévu les élections législatives qui ont eu lien en Russie dimanche n’ont pas vu un grand changement dans la composition politique de l’assemblée. La participation a atteint 60% et après dépouillement de 95% des bulletins le parti Russie Unie a vu son score baisser, avec 49,67% des voix, contre 64% lors des précédentes élections législatives de 2007. Le parti peut néanmoins se vanter d’un soutien électoral relativement stable et solide puisqu’il reste et de très loin majoritaire, et ce depuis 2003.

La baisse de Russie Unie profite indirectement au parti communiste qui conforte sa position de parti principal d’opposition, avec 19,16% des voix, contre 11,5% en 2007. Mais la surprise vient plutôt de Russie Juste, un parti patriote de gauche, étatiste, dont les thématiques sociales ont séduit un électorat grandissant. Russie Juste a obtenu 13,18% des voix contre 7,8% en 2007 et ce malgré que sa disparition était évoquée il y a quelques mois encore. Enfin le parti ultranationaliste Libéral démocrate a lui obtenu 11.67% des voix, un score stable par rapport a 2007.

Ces quatre partis devraient donc seuls être représentés à la Douma. Le parti d’opposition Iabloko a lui obtenu prés de 3,2% des voix, arrivant cependant en tête dans au sein des communautés russes d’Amérique, d’Angleterre et de France. Deux autres partis ont obtenu respectivement 0,9% et 0,6%, il s’agit du parti Patriotes de Russie et du parti de droite Juste Cause.

Les communistes gagnent des sièges

Selon ces estimations, sur 450 sièges de la chambre basse du parlement, le parti au pouvoir remporterait entre 235 et 240 sièges, contre 315 précédemment. Les Communistes auront 90 sièges, contre 57 en 2007. Russie Juste aura presque doublé le nombre de représentants par rapport à la législature précédente avec 60 sièges, contre 38. Enfin le parti Libéral-démocrate devrait occuper 56 sièges au sein du nouveau parlement, contre 40 sièges précédemment.

La nouvelle répartition électorale permet de définir des tendances significatives.

Tout d’abord l’effritement de Russie-Unie a été finalement relativement faible si l’on prend en compte qu’étant au pouvoir depuis 2003, le parti est victime d’un effet d’usure du pouvoir inévitable et a dû également assumer en tant que parti de gouvernement les responsabilités de la crise financière de 2008. Mais le parti n’a plus la majorité qualifiée des 2/3 lui permettant une totale indépendance de gouvernance. Il lui faudra désormais composer avec les autres forces politiques et sans doute rentrer dans une logique de constitution d’alliance politique.

Ensuite la forte hausse des partis communistes et du parti Russie Juste traduit un réel soutien électoral a des partis étatistes dont les programmes sont à fortes dominantes sociales.

Le courant libéral (Iabloko) et de droite (Juste Cause) continue sa dégringolade, ne séduisant que les russes de l’étranger, ou une frange très urbaine de la population, le parti Iabloko obtenant par exemple prés de 13% à Saint Petersbourg.

On peut imaginer que ces résultats ne devraient pas entraîner de gros changements lors de la présidentielle de mars 2012. Celle-ci devrait sans doute voir l’élection de Vladimir Poutine, même si celui-ci pourrait se retrouver à affronter, lors d’un second tour, le candidat du parti communiste.

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Atlantico, Désinformation, Elections 2011, ITV Alexandre Latsa Leave a comment

Poutine, Medvedev : prophètes en leur pays

En 2012, les Russes devront élire un président. Dans un article précédent publié dans Atlantico, Cécile Vaissié contestait le caractère démocratique de cette élection. Blogueur spécialisé dans la région, Alexandre Latsa lui répond. Selon lui, «Les électeurs russes sont libres et les résultats électoraux conformes a la volonté populaire».

Alors que la Russie se prépare aux prochaines échéances électorales, qu’en est-il de la situation politique ? Tout d’abord il faut revenir en arrière pour bien comprendre la situation. Un an après l’élection de Vladimir Poutine en mars 2000, alors que le pays sort d’une décennie de chaos et d’une crise économique terrible qui a détruit l’économie et ruiné le peuple, un parti de gouvernement est créé, Russie-Unie. Ce parti est destiné à structurer l’action politique du nouveau pouvoir russe, avec un objectif simple : reconstruire la Russie pour en faire un état souverain. Le préambule du manifeste de Russie Unie l’explique en ces mots : « Russie Unie est le parti du succès de la Russie, le parti du redressement de tout le pays ».

Tout au long de la dernière décennie, le parti va globalement susciter l’adhésion de la majorité des électeurs russes. Pourquoi ? Le système politique instauré s’est accompagnée d’un réel décollage économique qui se traduit par la baisse de la pauvreté, par l’apparition d’une classe moyenne russe ou encore par des hausses régulières et indexées des pensions et retraites. Pour les Russes qui n’ont jamais été aussi riches qu’aujourd’hui, la corrélation est facile à faire. Les chiffres ne mentent pas, Russie Unie à obtenu 40 % aux législatives de 2003 et 64 % aux élections de 2007. Le candidat de Russie Unie a la présidentielle a lui obtenu 52 % en 2000 et 70 % en 2004 et 2008.

Une maturation politique difficile et tardive

Pour la majorité des Russes, la stabilité et l’ordre priment sur l’idéologie, surtout après le terrible désordre des années 1990. Ce n’est d’ailleurs qu’en 2009 que Russie Unie, parti centriste, a défini sa ligne politique. Un programme a été défini par les trois clubs de pensée du parti : social-conservateur, libéral-conservateur et étatique-patriotique. L’idéologie officielle du parti (le conservatisme russe) a été pour la première fois indiquée. Pourquoi seulement maintenant ? Car jusqu’à récemment, il fallait lutter pour conserver l’État.

C’est aussi pour cette raison que les partis dit libéraux ou d’opposition sont très ouvertement décriés car ouvertement assimilés au chaos des années 1990 et à l’immixtion étrangère, n’étant pas considérés comme ayant participé à la reconstruction nationale. Leur poids électoral n’a cessé de baisser: 12 % aux élections législatives de 1993, 7 % aux élections législatives de 1995 et 1999, 4 % en 2003 et 2 % en 2006 (à comparer au 1,5 % du candidat libéral à l’élection présidentielle du 2 mars 2008).

En outre, le permanent soutien affiché de pays étrangers à cette soi disant opposition libérale (dont le peuple russe ne veut clairement pas) a considérablement parasité et ralenti la maturation de la scène politique russe. Au sein des partis de gouvernements, le spectre politique est aujourd’hui très large mais le débat n’est pas public et surtout il est loin des influences extérieures. La naissance des partis Juste Cause (libéral de droite et qui englobe un des partis d’opposition libérale) et Russie juste (parti de gauche tendance socialiste) sont sans doute des indicateurs d’un embryon d’élargissement de la vie politique russe, et de sa transformation vers un bipartisme ou un tripartisme.

Les résultats électoraux conforme à la volonté du peuple russe

Comparer les intentions de vote avant les élections et le résultat de ces élections est intéressant. En 2008, deux mois avant les élections prés de 80% des électeurs déclaraient souhaiter voter pour Dimitri Medvedev, celui-ci obtenant au final 72%. Même scénario lors de la précédente présidentielle de 2004 ou Vladimir Poutine était crédité de69,3% des voix avant les élections, il a finalement obtenu 71%.

Bien-sûr on assiste à des polissages électoraux dans certaines régions, (principalement dans certaines parties du Caucase) mais cela ne représente qu’un pourcentage infime du corps électoral russe. Les électeurs sont donc libres et les résultats électoraux conformes a la volonté populaire. Contrairement à ce que l’on peut souvent lire ça et la, les faits sont têtus, l’adhésion au tandem dirigeant reste très élevée en Russie, récemment interrogé (juillet dernier) 69% des électeurs indiquaient souhaiter voter aux prochaines élections de l’automne 2011 pour Russie Unie.

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Atlantico, Elections 2011, Elections 2012, ITV Alexandre Latsa Leave a comment

Les Russes votent, Poutine doit-il s’en faire ?

medvedev_poutineDimanche 4 décembre, les Russes votent pour élire les députés à la Douma d’Etat, la chambre basse du Parlement. Ce sera la troisième élection législative de «l’ère Poutine». Depuis la Constitution de 1993, l’Assemblée russe est composée de 450 députés élus pour un mandat de quatre ans. 225 députés sont élus au suffrage universel direct et 225 sont élus au suffrage proportionnel. La Douma actuelle est présidée par Boris Gryzlov, membre de Russie Unie, le parti de Vladimir Poutine, alors que la précédente Douma était présidée par un éminent membre du parti communiste russe, la plus importante force d’opposition du pays. Le scrutin se tiendra dans 95 000 bureaux de vote à travers tout le pays, mais également dans 145 pays pour les millions de ressortissants russes vivant à l’étranger. Quelque 650 observateurs internationaux sont accrédités pour surveiller l’élection. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Elections 2011, ITV Alexandre Latsa Leave a comment

Interview voix de la Russie 11/08/2011

La Voix de la Russie m’a interroge sur les émeutes en Angleterre et le risque qu’elles se répercutent en Russie. L’interview est écoutable ici.
Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, ITV Alexandre Latsa, Itv radio Leave a comment