Mobilisation partielle en Russie

Le president Vladimir Poutine vient d’annoncer une mobilisation partielle annoncée en Russie, à compter de ce jour, qu’est ce que cela veut dire ?

– Cette mobilisation ne concerne que les citoyens qui sont actuellement dans la réserve et ont servi dans les forces armées, ont certaines spécialités militaires et une expérience pertinente, seront soumis à cette conscription pour le service militaire.

– Les personnes appelées au service militaire avant d’être envoyées dans les unités suivront obligatoirement un entraînement militaire complémentaire tenant compte de l’expérience de l’opération militaire spéciale.

– Les activités de mobilisation commenceront aujourd’hui, 21 septembre ;

– Les Russes mobilisés recevront des garanties, comme celles des salariés sous contrat ;

– Cette mobilisation devrait selon le ministère des armées concerneraient quelques 300.000 hommes, soit 1% de toutes les ressources mobilisables en Russie qui se montent à quelques 25 millions de personnes.

La libération de tout le territoire du Donbass reste l’objectif inchangé du NWO ;

*

Information complémentaire

En Russie la mobilisation générale n’est possible que lorsque la guerre est déclarée.

Dans ce scénario tous les citoyens en âge de conscription recevraient une citation à comparaître au bureau d’enrôlement militaire et s’inscrire à la première étape de mobilisation.

Tous ceux qui sont enregistrés auprès de l’armée (et donc sur le registre militaire) recevront une convocation de se présenter au bureau d’enrôlement militaire, où ils seront affectés à une unité militaire spécifique.

Sur ce registre militaire ne figurent que les personnes qui ont servi dans l’armée, ainsi que celles qui sont diplômées des universités avec un département militaire ainsi que les membres de certaines forces de sécurité : ministère de l’Intérieur, comité d’enquête, ministère des Situations d’urgence.

Ceux qui ont 27 ans et n’ont pas fait leur service militaire (pas servi) seraient, en cas de mobilisation générale, considérés comme réservistes.

Aujourd’hui l’état de guerre n’est pas déclaré en Russie, l’opération en Ukraine a le statut d’opération militaire spéciale.

80% des russes ne sont pas sortis de Russie depuis 5 ans

Près de 80% des Russes ne sont pas allés à l’étranger au cours des cinq dernières années tandis que 29% des Russes déclarent avoir un passeport extérieur permettant de sortir de Russie.

9% des russes qui sortent ont visité des pays de l’espace Schengen.
A titre de comparaison, 8% sont allés en Turquie.

Le tiers de russes qui ont un passeport extérieur sont majoritairement (52%) des résidents de Moscou ou de Saint-Pétersbourg, âgés de 35 à 44 ans, diplômés de l’enseignement supérieur et financièrement à l’aise.

Un résident sur dix de Moscou ou de Saint-Pétersbourg a un visa Schengen.

Si l’on regarde le tourisme russe à l’étranger cette année et après le 25 fierier et notamment au deuxième trimestre 2022, l’Abkhazie, la Turquie et le Kazakhstan sont les destinations les plus populaires parmi les Russes.

Si l’on regarde ci-dessous, le graphique montre le volume de russes qui sortent de Russie depuis 2018.
On voit le record de l’été 2019, puis la chute début 2020 avec le Covid, un leger mieux en 2021 et la situation en 2022 ou finalement “seulement” 4 millions de russes sont sortis de Russie, en tourisme, exil, business ou autre …

Source et source

Vers des Golden Passports en Russie ?

Le ministère de l’Économie revient sur un projet de 2020, ressorti en 2021 et donc cette année en 2022 qui estime qu’un permis de résidence (Vid na Jitelstvo) peut être délivré de manière simplifiée si un étranger a investi un certain montant dans des projets socialement significatifs, fondé une entreprise en Russie ou investi dans une entité juridique déjà en activité et aussi acheté un bien immobilier.

Les critères que les étrangers doivent remplir s’ils souhaitent recevoir un permis de séjour russe en échange d’investissements (les soi-disant « passeports dorés ») proposés par le Ministère de l’Economie sont en effet les suivants

  • Investissements dans des projets socialement significatifs dans les régions de Russie ou des objets du patrimoine culturel des peuples du pays d’un montant d’au moins 15 millions de roubles. ou un don à une fondation caritative d’un montant d’au moins 5 millions de roubles.
  • L’enregistrement en Russie d’une personne morale, à condition qu’elle ait exercé des activités économiques et commerciale un an avant de demander le permis de séjour et ai payé en taxes au minimum 4 millions de roubles (soit 65 000 euros) sur cette année d’activité, à l’état russe.
  • Un Investissement dans une personne morale russe qui exerce ses activités depuis au moins trois ans, avec un montant d’au moins 30 millions de roubles (soit 500 000 euros) sur ces 3 ans. Dans le même temps, l’entreprise doit, au cours de l’année précédant la demande de permis de séjour de l’investisseur, payer en taxes un montant d’au moins 6 millions de roubles (100.000 euros) ou embaucher au moins 25 citoyens Russes ;
  • Enfin l’acquisition d’objets immobiliers un an avant la demande de permis de séjour dont la valeur cadastrale totale doit être d’au moins 50 millions de roubles. à Moscou (830.0000 euros), au moins 20 millions de roubles en Crimée, à Sébastopol ou en Extrême-Orient (335.000 euros) ou au moins 25 millions de roubles (415 000 euros). dans d’autres régions.

Sources : 1,2

La consommation d’alcool a baissé de 43% en Russie entre 2008 et 2022

La consommation d’alcool en Russie a diminué de près de 43 % depuis 2008, pour atteindre neuf litres par habitant et par an en 2021 contre 15,7 litres par habitant et par an en 2008.

Comme on peut le voir ci dessous, les régions en rouge sont les régions ou la consommation d’alcool est la plus forte et en vert ou elle est la plus faible.

Si l’on enléve les régions musulmanes ou la consommation d’alcool est par principe plus faible Tioumen et Volgograd sont en tête.

Du côté des régions ou on boit le plus sont en tête Komi, la Chukotka et l’Oudmourtie.

Opération spéciale en image : jour 206

Le conflit des Drones

39 régions russes reconstruisent les territoires libérés d’Ukraine

Quelques 39 régions russes ont accepté d’aider à restaurer les zones déjà contrôlées par les troupes russes et la milice populaire principalement en LDN (voir image ci dessous).

J’ai déjà parlé du rôle dominant de Moscou dans la reconstruction du Donbass et notamment de la LNR et de Lougansk. Saint Petersbourg s’occupera de Marioupol avec Toula.

Le Tatarstan prendra par exmple en charge la ville de Lisishansk et Khabarovsk s’occupera de Debaltsevo.

Mais l’aide déborde du Donbass et s’étend aux autres territoires sous contrôle russe.

Les régions de Novgorod et de Penza se sont par exemple regroupées pour coopérer avec les zones sous le contrôle de l’armée russe de la région de Zaporozhye.

Krasnodar a organisé la livraison de fret humanitaire vers la région à Kupyansk, dans la région de Kharkov dont 20% est sous contrôle russe, ainsi que la création d’un groupe de travail avec des représentants de l’administration militaro-civile.

Certaines régions utilisent des fonds budgétaires pour aider le Donbass, tandis que d’autres impliquent des entreprises. Les fonds devraient être dirigés principalement vers la restauration des infrastructures et des équipements sociaux.

Démographie de la Russie sur le S1 2022

Juin 2022 a vu :

– 96 722 mariages
– 58 673 divorces
– 111 986 naissances (-9,6% par rapport à juin 2021)
– 140 730 décès (-24,2%. par rapport à juin 2021)
La décroissance naturelle s’est donc élevée à – 28.744 personnes.

Si l’on regarde le rôle du Covid, 3.630 décès ont le Covid comme cause unique et principale (3% de la mortalité) soit une diminution de 85% par rapport à juin 2021 et dans 247 cas le COVID-19 était une maladie concomitante, qui a influencé le développement d’autres maladies et a contribué à l’apparition de complications qui ont accéléré le décès du patient soit 72,5% de moins qu’en juin 2021 ;

Au total le Covid est donc responsable de seulement 3% de la mortalité, ce qui confirme qu’on ne meurt plus du Covid en Russie, et la mortalité est revenu à son niveau d’avant pandémie, il y a eu 137.237 décès en juin 2019 par exemple.

Sur le premier semestre 2022

635.218 naissances contre 678.112 naissance sur le S1 2021 soit 42.894 naissances en moins et une baisse de 6,3%, ce qui est conséquent malheureusement.

1.019.040 décès contre 1.100.044 décès sur le S1 2021 soit 81.004 décès en moins et une baisse de 7,3%.

La réduction naturelle de population se tasse donc, passant de -412.932 pour le S1 2021 à -383 822 durant le S1 2022.

Le nombre de mariages augmente un tout petit peu, il est de 369.356 contre 368.440 pour le S 2021 soit une hausse de 916 mariages et une augmentation de 0,2%.

Le nombre de divorces lui augmente : passant de 307.567 durant le S1-2021 à 317.830 durant le S1 2022 soit 10.263 divorces en plus et une hausse de 3,3%.

La grande nouvelle est la baisse de la mortalité, surtout du Covid. Les deux dernières années de Pandémie (de avril 2020 à avril 2022) ont vu une surmortalité de 1,1 millions de personnes dont 823 600 que Rosstat attribue au Covid.


chiffres en milliers
Chiffres en milliers

Mais visiblement, la moindre dangerosité des variants qui circulent actuellement ainsi qu’un plausible début d’effet de moisson en Russie qui découlerait de la forte surmortalité précitée pourrait confirmer le retour à une mortalité de norme, voir un peu inférieure à la tendance naturelle attendue.

Meme si la Russie traverse une sixième vague de Covid comme on peut le voir ci-dessous …

Il y a peu d’hospitalisations sur Moscou, comparé aux précédentes vagues comme on peut le voir ci-dessous

Situation identique sur Saint-Pétersbourg avec également très peu d’hospitalisations comparé aux précédentes vagues

Et enfin a l’échelle russe avec les Data de 48 sujets de la fédération

A noter que seulement 11 régions de Russie ont réintroduit le port obligatoire du masque.
– Région de Belgorod ;
– région de Smolensk;
– Région de Nijni Novgorod;
– Région d’Arkhangelsk;
– Région d’Oulianovsk;
– République de l’Altaï ;
– République de Touva ;
– République de Bouriatie ;
– Territoire Trans-Baïkalie;
– Territoire de Khabarovsk;
– Sakhaline.

Du coup, nous revenons a un ratio Natalité / Mortalité comme avant 2020

Sources : 1,2,3

Нам все равно сколько украинцев умрет 

Экс. сенатор-республиканец США Ричард Блэк разоткровенничался про украинскую войну.

Нам все равно сколько украинцев умрет. Сколько умрет женщин, детей, гражданских, военных. Нам все равно. Это как великий футбольный матч, и мы хотим победить. 

Россия не планировала вторжение заранее. Это видно по количеству войск, участвующих в нападении. Украина имела 250 тыс., а Россия напала всего со 160 тыс.

Путин был вынужден напасть, чтобы предотвратить нападение Украины на Донбасс.

Россия старается не наносить урон гражданским украинцам, т.к. считает их братьями-славянами. 

В отличии от американских танков во Вьетнаме, российские останавливались перед мирной толпой в первые дни вторжения. Мы бы их просто раздавили в такой ситуации.

Украина не может принять решение про мир.

Решение про мир может быть принято только в Вашингтоне, но пока мы хотим продолжать эту войну, мы будем воевать пока не умрет последний украинец.

Maria Zakharova sur la Dictature Libérale du genre

Essayez de répondre à la question “Combien de genres, par exemple, en France ou aux USA?” Maintenant, il n’y en a plus deux. Nous, nous en avons deux, et eux au moins 80. Déjà à un autre niveau du problème, le monde, sous l’influence des militants des dictatures libérales, en est venu à estomper et, à bien des égards, à simplement détruire la notion de base pour nous. Regardez à quel point, avec quelle agitation fantastique et avec quelles ressources matérielles ils nous disent qu’il y a au moins 80 genres.Des symposiums et un grand nombre d’ouvrages y sont consacrés. Mais le plus important est que ceux qui en doutent ou défendent un point de vue différent, arguant qu’après tout il n’y a que deux sexes, subissent eux une persécution colossale.

5.000 premiers détenus envoyés pour travailler sur les chantiers de construction

J’en avais déjà parlé dans un précédent article : quelques 5 000 prisonniers ont été envoyés travailler sur des chantiers de construction en Russie, a déclaré Sergey Bystrov, président du conseil d’administration de l’Association nationale des professionnels du recrutement dans la construction et l’industrie (NAPKO-SP), lors d’une réunion du conseil public du ministère de la Construction

Le directeur du Service pénitentiaire fédéral de Russie, Alexander Kalachnikov, avait cette année suggéré d’utiliser des prisonniers là où il y a une pénurie de main-d’œuvre en Russie et afin de remplacer les travailleurs migrants.

Le vice-Premier ministre russe Marat Khusnullin a déclaré que que quelques 180 000 prisonniers pourraient au total être attirés vers les chantiers de construction dans tous le pays.

Source