Category Archives: Без рубрики

Vaccination en Russie au 23/09/2021

Point mensuel sur la Vaccination en Russie, ou en est-on ?

  • 47.285.157 personnes (32,3% de la population) ont reçu au moins 1 composant.
  • 41 282 768 personnes (28,2% de la population) ont reçu 2 composants.
  • 640.869 personnes ont subi une revaccination.
  • Vitesse de vaccination sur les 7 derniers jours :
    116.400 personnes / jour
    269.796 piqûres / jour
  • Les régions qui ont le plus vaccinés en pourcentage de la population
    – l’Oblast de Belgorod (48,2% de la population)
    – L’Oblast de Moscou (45,4% de la population)
    – La Chukotka (45% de la population)
    – La Tchétchénie (43,1% de la population)
    – La Mordovie (41% de la population)
    – L’Oblast de Toulskaya (39,7% de la population)
    – Moscou (39% de la population)
    – l’Oblast de Tioumen (38,5% de la population)
    – L’Oblast de Rostov (36,8%)
    – L’Oblast de tambov (36,5%)
  • Les régions qui ont le moins vaccinés en pourcentage de la population
    – La Daghestan (13,9% de la population)
    – La Kabardino-balkarie (19,2% de la population)
    – l’Ossétie du nord (19,5% de la population)
    – Le Primorié (21,9% de la population)
    – L’Adyguee (23,5% de la population)
    – l’Oblast de Vladimir (29,3% de la population)

Au 21/09/2021 dans l’armée russe : 910.000 personnes ont été doublement vaccinés et 160 932 ont été revaccinés.

A Moscou, 68.000 étrangers ont été vaccinés.

Toujours sur Moscou, un nouveau mode de traitement est désormais utilisé sur la base d’anticorps monoclonaux notamment pour les femmes enceintes.

Le variant Delta serait devenu le variant “unique” dans la capitale et quasi-unique en Russie avec plusieurs de ses branches et notamment les branches AY.12 et AY.4.

Selon les statistiques officielles fédérales, 2% des malades en Russie seulement seraient des gens vaccinés tandis qu’une “picture” similaire semble se dessiner sur Moscou, les vaccines développant la maladie ne faisant que des formes légères.
Les autorités sanitaires russes affirment n’avoir reçu que 7.000 plaintes pour effets secondaires après vaccination.
A titre personnel je connais une personne ayant été vraiment malade durant 48 heures après une injection de SpoutnikV.

L’Argentine et la Corée du sud vont produire du SpoutnikV, la Corée également pour l’export.

Les tour opérateurs de Russie proposent désormais des voyages vaccinaux aux citoyens russes pour aller se faire vacciner dans un pays de l’UE avec un vaccin reconnu par l’OMS et principalement la Serbie et l’Allemagne.
La Serbie est la destination la plus prisée aujourd’hui en Russie car le pays vaccine gratuitement les citoyens étrangers avec Pfizer, BioNTech, AstraZeneca et Sinopharm (facultatif) et les russes n’ont besoin que d’un test PCR pour entrer dans le pays.

L’entreprise russe R-Pharm va produire en Russie des vaccins AstraZeneca suite sans doute au memorandum signé en 2020 entre AstraZeneca et l’institut Gamelea (qui produit le Spoutnikv) pour des tests de combinaison des deux vaccins. La production en Russie d’AstraZeneca devrait atteindre plusieurs centaines de milliers de doses par mois vers 30 / 50 pays et faire de la Russie pour ce vaccin un Hub régional entre l’Europe, la CEI, l’Asie et l’extrême orient.

Et l’avenir ?

Certains analystes (médecins, démographes ..) envisagent que la 4ieme vague aurait déjà commencé dans les grandes villes de Russie notamment Moscou, Saint Petersboug ou Nijni-Novgorod.
C’est curieux sachant que les amplitudes entre les trois premières vagues ont été beaucoup plus longues

Le ministère de la santé russe envisage par contre lui un scénario Covid “long” via un programme de garantie d’État pour la fourniture de soins médicaux gratuits aux citoyens pour 2022-2024 inclus.

Le document contient entre autres les volumes estimés de soins médicaux dont les patients atteints de coronavirus auront besoin au cours des trois prochaines années.
Selon le ministère de la Santé, le besoin de lutte contre le COVID-19 se poursuivra jusqu’en 2024 inclus, contrairement ce que les lecteurs de ce blog pouvaient lire ici.
Selon ce plan les cliniques publiques devront effectuer 18,6 millions de tests pour COVID-19 en 2022, 13 millions en 2023 et 10,4 millions en 2024.

Le nombre estimé d’hospitalisations pouvant être financées sur les fonds de la sécurité sociale russe serait de 705.000 personnes en 2022, 231.000 personnes en 2023 et 75.000 personnes en 2024. Le projet de programme indique cependant que le gouvernement allouera en plus des fonds du Fonds de réserve pour potentiellement absorber 916.000 hospitalisations en 2022, 905.000 en 2023 et 832.000 en 2024.

Rien que pour 2022 le document prévoit un examen clinique approfondi de 8,6 millions de personnes ayant eu le COVID-19 et une rééducation spécialisée pour 100.000 d’entre eux, 80.000 en hôpitaux et 20.000 à domicile.

*

Vaccination en Eurasie (01/09/2021)
Situation au 26/08/2021
Situation des vaccins étrangers en Russie
Situation au 23 juillet 2021
Situation au 15 juillet 2021
Situation au 23 juin 2021
Situation au 24 mai 2021
Situation au 23 avril 2021
Situation au 23 mars 2021
Situation au 23 février 2021

La Russie et les JO de 2021 – #WeWillROCYou

Les JO de Tokyo se sont terminés, ils resteront dans l’histoire russe car la Russie est sous sanctions suite a une longue affaire débutée en 2014 et qui a vu la Russie exclue de Tokyo (2021, Jeux d’été) et de Pékin (2022, Jeux d’hiver).

Les russes n’ont pas eu droit à défiler sous leur drapeau mais sous bannière olympique portant le nom de “Russian olympic committee” ou ROC) puisque la décision du CIO impose qu’on ne devait jamais prononcer le mot “Russie”, et dire ROC sans expliciter.
Ils se sont rattrapés en utilisant le slogan et le Hashtag #WeWillROCYou

Les athlètes russes n’ont pas eu non plus le droit à leur hymne en cas de médaille mais à un concerto de Tchaïkovski.

La Russie a en outre été victime d’harcèlement politique puisque la médaille d’or en gymnastique lui a été volé, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova commentant fort justement de la façon suivante : «Je n’ajouterai qu’une chose: les salauds qui ont déclenché une guerre russophobe contre le sport ne pouvaient pas permettre cette victoire. Crachant contre le vent, ils se sont donc livrés à une fraude devant le monde entier».

Malgré cette campagne hautement politique contre la Russie, quels ont été les résultats de la Russie ? Les résultats ont été excellents.

La Russie est
– 5-ieme au classement des médailles d’or (4-ieme place en 2016)
– 3-ieme au classement des médailles d’argent (4-ieme place en 2016)
– 2-de au classement des médailles de bronze (4-ieme place en 2016)
– 3-ieme au classement du nombre total de médailles (4-ieme place en 2016)

Les sportifs russes recevront en primes
– 4 millions de roubles pour chaque médaille d’or (46.000 euros)
– 2,5 millions de roubles pour chaque médaille d’argent (28.900 euros)
– 1,7 millions de roubles pour chaque médaille de bronze (19.600 euros)

Source

*

Lancement de la production d’ascenseurs à commande sans contact, via smartphone, à Moscou

Des ascenseurs intelligents avec un système de contrôle sans contact et via smartphone vont commencé à être produits à Moscou.

Le passager pourra appeler l’ascenseur grâce à une application spéciale (SmartAirkey) via son smartphone en indiquant l’étage souhaité et sa distance; un contrôleur spécial recevra un signal du téléphone portable, calculera la distance entre l’utilisateur et l’ascenseur, appellera l’ascenseur à l’avance en reconnaissant le passager potentiel grâce au réseau Bluetooth; le passager n’aura lui plus besoin de toucher les boutons.

Il y a quatre fabricants d’ascenseurs à Moscou. En 2020 ils ont produit 15 400 ascenseurs, soit 10,6 % de plus qu’en 2019. Parmi eux se trouve l’usine d’ascenseurs Shcherbinsky, qui existe depuis 1943 et est l’un des plus grands fabricants d’ascenseurs de fret et de passagers en Russie ; l’entreprise se concentre notamment sur la mise en œuvre de nouvelles technologies et notamment les systèmes de contrôle sans contact.

L’usine d’ascenseurs Shcherbinsky utilise déjà une solution intelligente de surveillance permettant d’analyser les données sur le fonctionnement des machines et autres équipements en temps réel et ainsi de contrôler avec précision et efficacité le processus de production.

Ce protocole permet de mieux maîtriser et réduire considérablement la perte de temps entre la réception d’une commande et la sortie des produits finis en raison de la collecte constante de données.

En outre l’application SmartAirkey peut être synchronisé avec l’ensemble des systèmes d’accès d’un complexe résidentiel – de la porte d’entrée à la cabine d’ascenseur permettant aux développeurs de créer un environnement d’accès unifié tout en assurant la sécurité des résidents, le smartphone remplaçant tous les laisser-passer, badges ou clés.

Ce dispositif est en utilisation dans l’un des gratte-ciel de la capitale.

Source

Vaccination et partis politiques en Russie

L’institut LEVADA a publié un sondage sur la vaccination en Russie, montrant l’humeur des russes sur ce sujet.

– 41% des russes semblent craindre le coronavirus contre 57% qui semblent ne pas le craindre, ces chiffres sont stables depuis le début 2021.

– 54% des russes seraient toujours contre le fait de se faire vacciner, 19% l’auraient déjà fait et 25% seraient sur le point de le faire.

– Les classes d’âges qui souhaitent se faire vacciner sont :
Les 18 / 24 ans (27%)
Les 40 / 54 ans (27%)
Les > 55 ans (25%) tandis que 47% des > 55 ans refusent la vaccination, expliquant en partie la forte surmortalité russe (voir ici, iciici, ici, ici ou).
 Les 25 / 39 ans sont eux les plus hostiles à se faire vacciner.

– Les raisons pour lesquelles les gens ne souhaitent pas se faire vacciner en Russie sont majoritairement :
/ La peur d’effets secondaires (33%)
/ La volonté d’attendre la fin des essais cliniques (20%)
/ L’idée que le coronavirus ne mérite pas un vaccin (16%)
/ Car la personne a été malade (9% (!) , ce qui à l’échelle fédérale donnerait 13 millions de gens qui savent qu’ils ont été malades (sans compter les asymptomatiques) et non les 6 millions officiels 🙂 –> Relire mon calcul sur ce sujet qui permet de calculer logiquement que ce sont autour de 30 millions de russes qui ont eu le Covid19.
/ Existence de contres indications m édicales (8%).

– En outre, 52% des gens sondés opposés à la vaccination estiment que l’individu doit pouvoir choisi et 41% des gens sondés semblent prêts à ne se faire vacciner à aucun prix.

– Les classes d’âges les plus hostiles à se faire vacciner sont :
Les 25 / 39 ans (65%)
Les 18 / 24 ans (60%)
Les 40 / 54 ans (50%)
Les > 55 ans (47%)

Contrairement à ce que l’on peut lire dans la presse francaise, l’électorat Poutine est le plus favorable au vaccin puisque chez les supporters du président Vladimir Poutine, 50% des sondés soutiennent la vaccination et 47% ne la soutiennent pas.
Chez les opposants au président Poutine par contre, 79% ne soutiennent pas la vaccination et 18% la soutiennent.

Ce que l’on peut en pré-conclure :

– Du coronavirus meurent donc plus d’opposants au système Poutine, par manque de confiance dans le vaccin des autorités russes etdonc du “vaccin de Poutine”, que des soutiens du président Poutine qui sont plus favorables au SputnikV.

– Les jeunes russes sont scindés entre une opposition aux autorités et au « vaccin de Poutine » et une tendance qui pousse à la vaccination que ce soit chez certains libéraux ou majoritairement au sein du Bloc conservateur Russie Unie / LDPR.

– Les partis politiques qui s’opposent le plus a la vaccination au SputnikV sont les communistes et les libéraux qui ont demandé l’introduction en Russie de vaccins étrangers.

NB : si les communistes sont les plus en pointe de la lutte contre la vaccination obligatoire en Russie , ce sont les libéraux qui, par manque de confiance dans le “SputnikV du Kremlinsouhaitent l’importation de vaccins étrangers en Russie et en ont fait la demande aux autorités russes.

Navalny, le Kremlin et le Poutinisme

Le centre Levada a publié un sondage intéressant qui montre ou en est l’image d’Alexeï Navalny au sein de la société russe.

– Alors qu’en septembre 2020, ce sont 20% des russes sondés qui approuvaient son action et 50% qui la désapprouvaient, près d’un an plus tard, ce sont 14% qui approuvent son action et 62% qui la désapprouvent.

Au sein des 18/24 ans : 24% approuvent et 59% désapprouvent.
Au sein des 25/39 ans : 22% approuvent et 51% désapprouvent.
Au sein des 40/54 ans : 11% approuvent et 69% désapprouvent.
Au sein des > 55 ans : 8% approuvent et 67% désapprouvent.

Chez les partisans de Vladimir Poutine 6% des sondés seulement approuvent son action.

– La qualification de l’organisation d’Alexeï Navalny en organisation extrémiste est soutenue par 32% des russes, 27% sont contre, 38% n’ont pas d’opinion, le reste ne sait pas répondre.

Au sein des 18/24 ans : 20% approuvent et 33% désapprouvent, 44% n’ont pas d’opinion.
Au sein des 25/39 ans : 19% approuvent et 32% désapprouvent, 46% n’ont pas d’opinion.
Au sein des 40/54 ans : 32% approuvent et 24% désapprouvent, 39% n’ont pas d’opinion.
Au sein des > 55 ans : 45% approuvent et 23% désapprouvent, 29% n’ont pas d’opinion.

Que peut-on en déduire ?

Les « jeunes », le corps sociologique actif des révolutions de couleurs soit les gens entre 16 et 25 ans sont en Russie peu nombreux ; au sein de segment 59% des sondés désapprouvent l’action d’Alexeï Navalny, on est loin d’une révolution de couleur qui était, selon certains #zanalystes, inévitable en cas de retour d’Alexeï Navalny en Russie 😊 (pour info relire ceci).

Ce n’est pas une surprise pour qui s’intéresse un minimum à l’opinion publique russe.

Si 26% des russes ont vu son film sur le soi-disant palace de Poutine, 77% affirment que cela n’a pas changé leur attitude envers Poutine, 17% seulement pense que le contenu est vrai.

Début 2021, un sondage toujours de Levada montrait que 22% des sondés avaient une opinion positive des manifestations pro-Navalny à Moscou contre 47% d’opinion favorables pour les manifestations de Khabarovsk.

Ce n’est pas propre à Navalny.

En 2018 seulement 3% des russes croyaient par exemple que ce sont leurs services qui avait empoisonné les Skripal, 5% que la DNR ou la Russie était la cause de la chute du MH17 contre 46% qui pensent que la responsabilité est sur le régime Ukrainien.

Les russes croient peu aux scénarios occidentaux sur la Russie et quelque part Navalny ne les mets pas en confiance.

Pourquoi ?

Les manifestations de 2021 si elles sont une sorte de continuité de celles d’il y a 10 ans (2011-2012) ne sont pas animées des mêmes sentiments / émotions. A l’époque, les manifestations de 2011 et la brève tentative de révolution des neiges (mes photos ici) étaient animées par une honnête et naïve croyance que quelque chose allait changer. Les manifestants étaient les premiers surpris du nombre de gens dans la rue, de l’absence totale de répression et ils ont sans doute eu le sentiment que c’était leur heure et le début de quelque chose de confus se matérialisant en premier lieu par « la Russie sans Poutine » tout comme leurs parents juste 20 ans plus tôt étaient descendus dans la rue pour une « Russie sans communisme ».

10 ans plus tard, cette opposition est toujours plus sans leaders, sans relis politiques, sans accès a la gouvernance, et surtout, le visage et symbole qui a émergé de cette séquence est en prison, sans que cela n’intéresse ni ne choque grand monde.

 L’humeur n’est plus au changement de régime, mais au découragement et aux manifestations désabusées et sans espoirs.

Le kremlin depuis 10 ans s’est avéré bien plus puissant que prévu et apparait de plus en plus comme une citadelle imprenable pour l’opposition intérieure, une opposition toujours aussi désunie qu’il y a 10 ans, sans programme et sans leaders, et donc structurellement peu a même de proposer une alternative crédible visant à rassembler les masses.

Tout comme la sortie du communisme s’est fait par le Kremlin, la sortie de la Russie de Poutine se fera du Kremlin, mais il n’est pas certain que cela se traduise par une sortie du Poutinisme.

Causes de mortalité et comparaison

Pour faire suite a mon dernier article de synthèse sur la démographie russe en 2020 , le site Gogov.ru vient de publier une intéressante statistique comparative de la mortalité sur les 5 dernières années.

Comme on peut le voir : la mortalité en Russie est stable est en lente diminution chaque année malgré la hausse constante de l’espérance de vie (passée de 71,7 ans en 2016 à 73,9 ans en 2019) et donc le vieillissement de la population.
Preuve s’ll en est la mortalité par vieillesse qui « baisse » en Russie, invalidant la théorie des classes d’âges trop âgées ne survivant pas à l’épidémie.
Les décès par vieillesse représentaient 108.744 décès en 2016 et 5,74% du total des décès, contre 103.211 décès en 2020 soit 4,82% du total des décès.

– Comme on peut le voir, la cause principale des décès sont les décès pour maladies cardiovasculaires (par ailleurs la première cause de décès dans le monde) ce qui ne change pas depuis 2016.
Entre 2016 et 2020 cette classe de décès passe de 904.055 décès à 938.536 en 2020 soit une hausse de seulement 3,81%.
Ces décès représentaient 47% des décès en 2016, contre 43,88% en 2020.

– Les décès pour tumeurs sont en baisse également, passant de 299.652 en 2016 (15,84% du total des décès) contre 296.000 personnes en 2020 soit 13,8% du nombre total des décès.

– En 2020 le Covid19 serait selon Rosstat la 3-ieme cause de mortalité en Russie avec 144.691 décès soit 6,76% du total des décès de 2020.
En réalité, ces chiffres sont plausiblement sous-estimés car se sont le total des chiffres remontés par Rosstat par les Zags des sujets de la fédération de Russie, eux-mêmes alimentés par les déclarations des hôpitaux.
Si dans les zones plutôt transparentes statistiquement, 70 – 80% de la surmortalité de la période est justifiée par le Covid19 comme nous cela a été démontré à maintes reprises sur ce blog, dans de nombreuses zones grises ou peu transparentes mais fortement touchées par le Covid19, les décès Covid19 déclarés sont minimes dans la surmortalité.
Il est en effet curieux que sur 12 mois de 2020, la surmortalité de 23% sur l’oblast de Lipetsk, de 44,5% en Tchétchénie, de 21% en Bachkirie ou de 19,5% dans l’Oblast de Leningrad ne soient que peu dus au Covid19 tandis que sur Moscou et Saint Petersbourg par exemple des surmortalités de 23,3% et 22,9% soient à hauteur de 70 / 80% expliqués par le Covid19.

En réalité, tout s’explique dans les chiffres publics de Rosstat qui seront encore mis à jour en 2021 et 2022.

Par exemple en 2020, 96.500 personnes sont décédées de maladies respiratoires, soit 63,1% de plus qu’en 2019 (59.200 cas) et parmi eux, 58.300 personnes sont décédées d’une pneumonie (contre 23.912 en 2019 soit une hausse de 143%).
Un chiffre étonnant sachant que sur les 3 premiers mois de 2020, malgré l’hiver les décès par pneumonie avaient diminué de 15,3% par rapport à 2019 et ce dans 56 sujets sur 85 tandis que les hospitalisations pour pneumonies n’avaient recommencé à augmenter à partir de fin mars 2020, au moment du début de l’épidémie de Covid dans le pays.
Cela co-explique sans doute la surmortalité, nombre de décès par pneumonies Covid peuvent avoir été qualifiés de décès par pneumonies puisque la Russie a fait face (comme ses voisins) a une vague de pneumonies atypiques colossale sur 2020 (Внебольничная пневмония) avec 4 fois plus de pneumonies que les années précédentes notamment l’été dans le sud du pays, sud qui, comme mentionné plus haut, a vraisemblablement sous déclaré les décès Covid mais a connu la plus forte surmortalité sur 2020.

Sans surprises cette hausse de la mortalité des organes respiratoires concerne majoritairement les zones impactées par le Covid19 mais sans mortalité Covid officielle.

– Il faut mentionner aussi la hausse surprenante de décès par diabète qui est passé de 41.153 décès en 2019 à 51.779 en 2020 soit une hausse de 25% ; le diabète étant l’une des deux principales comorbidités Covid.

– Enfin dans certaines régions, l’augmentation de la surmortalité n’est même pas expliquée par les données Rosstat actualisées : il s’agit de la Région de Léningrad et de la Mordovie. Les bureaux d’enregistrement de la région de Léningrad n’ont, par exemple, pas enregistré d’augmentation significative des décès dus aux maladies des systèmes respiratoire et circulatoire, ainsi que directement du coronavirus – il s’avère tout simplement que quelques 4.000 décès supplémentaires n’ont été officiellement expliqués d’aucune manière.

La surmortalité Covid “maquillée” avoisine donc plausiblement plusieurs dizaines de milliers de décès et, vraisemblablement, le nombre de décès du Covid19 devrait plutot se rapprocher des 200 / 240.000 cas sur 2020 soit entre 60 et 70% de la surmortalité totale du pays.

Autre faits intéressants :

  • La hausse des décès dus au maladies du système nerveux,qui passent de 83.925 en 2016 à 122.251 en 2020. Rosstat ne donne pas de détails, les AVC ?
  • La hausse des décès dus a l’alcool, qui remontent “un peu” avec 50.435 décès en 2020 contre 47 427 en 2019.
  • Les décès par suicides sont eux fortement en baisse, passant de 23.119 en 2016 contre 17.192 en 2019 et 16.546 en 2020.
  • Les homicides sont eux aussi fortement en baisse avec 10.659 homicides en 2016 contre 6.859 en 2020. La Russie de Poutine a désormais un taux d’homicide 60% plus faible que l’amérique de #BLM
https://www.unz.com/akarlin/us-homicide-rate-60-higher-than-russias-in-2020/

Nouvelles facultés liées à l’étude du cerveau et à l’intelligence artificielle

Deux nouvelles facultés liées à l’étude du cerveau et à l’intelligence artificielle au sein de l’Université d’État de Moscou.

Actuellement, l’Université d’État de Moscou comprend 41 facultés et sept branches.

En 2020, l’université a créé sept écoles scientifiques et éducatives interdisciplinaires dans des domaines de rupture.

Ils sont conçus pour combiner le processus éducatif de l’université et son potentiel scientifique afin de créer de nouveaux programmes éducatifs uniques, de former des spécialistes dotés des connaissances et des compétences les plus modernes, ainsi que de développer des domaines scientifiques interdisciplinaires prometteurs et d’obtenir des résultats scientifiques révolutionnaires.

Source

*

Nouvelle matière dans les écoles russes : “Ma RUSSIE”
L’enseignement des valeurs familiales comme nouvelle matière dans les écoles russes
Russie : révisions des programmes d’histoires
L’enseignement du patriotisme comme nouvelle matière dans les écoles russes
Vers la création d’un Internet blanc en Russie ?
Vers la création d’un profil d’identifiant numérique dans l’éducation nationale russe
Nouvelles facultés liées à l’étude du cerveau et à l’intelligence artificielle

1.294 plages sont ouvertes en Russie cet été 2021

Au 13 juillet 2021, 1.294 plages fonctionnaient sur le territoire de la Fédération de Russie dont 397 en République de Crimée et 322 dans le territoire de Krasnodar.

Ce sont tant des plage d’eau de mers que d’eau douce tel que par exemple des plages publiques, sanatoriums , établissements de santé d’été, camps de santé pour enfants, centres de loisirs, dispensaires, sites touristiques etc.

Pour qualifier ces 1.294 plages, ce sont au total, plus de 28 900 échantillons d’eau qui ont été examinés via 3.000 points de contrôle.

En République de Crimée, dans les territoires touchés par les récentes graves inondations, l’exploitation de 49 plages a été suspendue.

Vers la création d’un profil d’identifiant numérique dans l’éducation nationale russe

J’ai avant hier mentionné l’Internet Blanc en cours de création en Russie pour soutenir le système éducatif.

A la rentrée prochaine pour les élèves de première année et des jardins d’enfants, il sera possible de créer un “profil d’apprenant numérique” pour l’enfant où toutes les réalisations de ce dernier y seront enregistrées et ce jusqu’à la fin de ses études.

Le profil numérique de l’élève sera testé dans le cadre d’une expérimentation de mise en place d’un environnement pédagogique numérique, qui se déroule jusqu’au 31 décembre 2022.

Le concept du projet a été préparé par le ministère de l’Éducation de la Fédération de Russie et est actuellement coordonné avec le ministère des Sciences numériques pour achever sa réalisation.

Le profil d’apprenant numérique (цифровый профиль обучающегося ou ЦФО en russe) sera un élément unique d’identification » de l’élève, à tous les niveaux d’enseignement que ce soir l’enseignement préscolaire, primaire général, fondamental général, secondaire général, secondaire professionnel, complémentaire, complémentaire professionnel et supérieur.

Le profil comprendra « les informations à jour et vérifiées sur un citoyen, permettant de l’identifier par le minimum de données disponibles et nécessaires au sein du processus éducatif » et un “portfolio numérique”, sorte de base de données avec toutes les réalisations de l’élève durant son parcours éducatif.

*

Nouvelle matière dans les écoles russes : “Ma RUSSIE”
L’enseignement des valeurs familiales comme nouvelle matière dans les écoles russes
Russie : révisions des programmes d’histoires
L’enseignement du patriotisme comme nouvelle matière dans les écoles russes
L’Etat russe veut contrôler les “géants d’internet”
Vers la création d’un Internet blanc en Russie ?

Nouvelles aides sociales en Russie

Suite aux propositions du président russe Vladimir Poutine, exprimées dans son message à l’Assemblée fédérale d’avril dernier, ci dessous le détail des mesures pour soutenir les familles avec enfants et les femmes enceintes.

  • à partir du 1er septembre, les arrêts maladie pour s’occuper d’un enfant de moins de 8 ans sont remboursés à hauteur de 100% du salaire moyen.
  • à partir du 1er juillet, les familles monoparentales avec des enfants de 8 à 17 ans se verront attribuer des paiements mensuels de 50% équivalant à la moitié du minimum de subsistance de l’enfant dans la région (en moyenne en Russie, il est de 5,6 mille roubles).
  • à partir du 1er juillet, les femmes enregistrées avec une grossesse jusqu’à 12 semaines se verront attribuer une allocation de 50% du niveau de subsistance.
  • à partir du 01 août et avant le 31 août, un paiement unique de 10.000 roubles pour chaque élève qui va à l’école, de 8 à 16 ans.
  • Une allocation mensuelle pour les femmes enceintes qui se trouvent dans une situation de vie difficile soit au sein d’une famille avec un revenu familial moyen par habitant inférieur au niveau de subsistance;
    Le montant de l’allocation sera égal à la moitié du niveau de subsistance dans la région de résidence d’une femme enceinte qui est en moyenne en Fédération de Russie de 6 350 roubles et sera payé jusqu’au jour de la naissance.