L’intégration économique et politique de l'Eurasie : objectifs réalistes ?

  Veuillez-trouver ci dessous mon interview de ce début 2017 pour la lettre de l'Association Nationale des Auditeurs Jeunes de l'Institut des Hautes Etude de Défenses Nationales /// WWW.ANAJ-IHEDN.ORG Comment définir l’axe eurasiatique ? Je crois qu’il faut tout d’abord envisager cet Read more

Conférence au MGIMO sur la politique étrangère de François Fillon (27/02/2017)

La politique étrangère de François Fillon : vers un nouveau gaullisme francais ? Photos sur le site du MGIMO Photos sur Facebook Bonjour à tous et merci beaucoup à cette institution qu’est MGIMO de nous recevoir aujourd’hui. Mon propos sera court, je souhaiterais vous parler Read more

Interview chez Sputnik avec Rachel Marsden

Interview avec Rachel Marsden dans les locaux de Sputnik Paris (source originale) Read more

Articles en francais

La voix de Poutine au coeur de Palmyre libérée

 

 5

p

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Poutine, Syrie Syria Сирия Leave a comment

Le début de la fin pour l’Etat islamique ?

images

Au milieu de l’année 2013, alors que l’armée syrienne connaissait une forte dynamique victorieuse, une nébuleuse terroriste s’ancre dans le nord de la Syrie en y chassant les rebelles dits modérés.

Au milieu de l’année 2014, cette nébuleuse surpasse ses alliés locaux (principalement le Front al-Nosra) et proclame le Califat qui s’étend sur une grande partie des territoires irakiens et syriens sous son contrôle.

Disposant de quelques milliers d’hommes à ses débuts, l’Etat islamique va rapidement s’étendre. Par une communication habile, il va créer un incroyable appel d’air en attirant sur les territoires irakiens mais surtout syriens des milliers de combattants, notamment étrangers. Très rapidement l’armée syrienne se retrouve débordée par le nombre de combattants ennemis et incapables de faire face aux méthodes de combat de Daech qui multiplie les attentats-suicides tandis que ses combattants sont suspectés de combattre sous l’emprise de drogue.

Cette poussée de l’Etat islamique se fera malgré l’entrée en action d’une coalition internationale qui dès août et septembre 2014 verra les grandes puissances procéder à des bombardements pour tenter de freiner l’avancée de la nébuleuse. Cette campagne de bombardements s’avèrera vaine puisqu’entre aout 2014 et septembre 2015, l’Etat islamique passera du contrôle de 10% à près de 50% du territoire syrien comme on peut le constater sur cette carte. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Sputnik, Syrie Syria Сирия 2 Comments

Неэффективные российские удары?

Несколько дней назад в Сети появилось крайне агрессивное видео на русском языке, размещенное от имени Исламского государства.

Несколько дней назад в Сети появилось крайне агрессивное видео на русском языке, размещенное от имени Исламского государства.

Видео было выложено в чувствительный и очень сложный момент в отношениях между Россией и террористической организацией, после авиакатастрофы на Синае, унесшей жизни 224 российских граждан, теракта, ответственность за который взяло на себя Исламское государство, но также в то время, когда российская военная операция начинает приносить свои плоды.

Вопреки тому, что говорит в своем большинстве французская пресса, после шести с половиной недель вмешательства и примерно 2.000 ударов, ситуация в Сирии полностью изменилась, благодаря координации российских авиаударов и наземных военных действий.

Форма координации, которая до сих пор существовала лишь между коалицией и курдскими силами, что отчасти объясняет некоторые из их многочисленных военных успехов. На сегодняшний день нет ни одного фронта, на котором сирийская армия отступала бы, напротив, правительственные силы победно наступают практически по всей территории страны.

На юге, линия фронта теперь установлена и ВКС России наносят свои первые удары.

Вокруг Дамаска правительственные войска продолжают вытеснять боевиков из Восточной Гуты.

В центре и на востоке страны правительственные силы сжимают петлю вокруг Пальмиры, вероятно, готовясь открыть дорогу, связывающую Дамаск и Дейр-эз-Зор.

На севере, в районе Алеппо, сирийские войска прорвали осаду героической базы Кувейрис, которая длилась 35 месяцев (!); базу защищали несколько сотен человек, изолированных среди занятой ИГ территории, и, наконец, освобожденных полковником Сухейлем Аль-Хасаном, одним из известных офицеров сирийского конфликта.

Правительственные войска за месяц восстановили контроль над десятками городов к югу от столицы и почти 500 км² территории, взяв под свой контроль стратегическую трассу M5, соединяющую Хаму и Алеппо. Если эта динамика продолжится на юг, сирийские войска смогут войти в провинцию Идлиб с севера, чтобы освободить окруженные проправительственные анклавы. Как мы помним, эта провинция была утрачена сирийской властью в июне 2015.

К северу от центра страны, в провинции Идлиб, фронт застыл на юге провинции, но сирийские войска впервые за 18 месяцев не отступают, они делают успехи в провинции Латакия, приближаясь к турецкой границе. Целью власти, как кажется, является попытка окружения повстанцев, число которых в провинции, по российским оценкам, составляет до 15.000 бойцов.

Ближе к иракской границе примерно 2.500 проправительственных бойцов защищают часть города и особенно военный аэродром в Дейр-эль-Зоре (один из оплотов французского джихадизма в Сирии), будучи полностью окруженными несколькими тысячами бойцов ИГ. Слабо освещаемая в западных СМИ, битва за Дейр-эль-Зор ― одна из самых жестоких в сирийском конфликте. Правительственными войсками там руководит легендарный генерал Иссам Захреддин, представитель друзской общины.

Далее на восток, но с иракской стороны на сей раз, освобождение Синджара курдскими силами перерезало ось Хасеке / Мосул, используемую боевиками ИГ для сообщения между двумя странами. Физическая невозможность ИГ осуществлять снабжение, пусть всего лишь несколько сотен человек, позволяет предположить, что организация сталкивается с первыми трудностями в поддержании уровня своего военного участия на нескольких фронтах, особенно с количеством имеющихся в ее распоряжении боевиков.

Но правда, что с началом российской интервенции в Сирии возникло новое уравнение: российские удары не только поддерживают наземные операции правительственных войск или постепенно разрушают логистический цикл мятежников, препятствуя массовому перемещению людской силы и вооружений, как было в случае с захватом Пальмиры, когда ИГ переправило через сирийскую пустыню более тысячи бойцов, при попустительстве западной коалиции.

Поэтому проправительственные силы отвоевывают сирийскую территорию, начиная с установления контроля сирийской армии и ее союзников над основными дорогами, чтобы помешать мятежникам получать подкрепление фронтов.

Пробуксовывая в Ираке и Сирии, ИГ стремится дестабилизировать другие территории, такие как Ливан, Франции и, несомненно, завтра ― Россия. Вероятно, что в последнем случае Исламское государство будет стремиться дестабилизировать Российскую Федерацию через ее ахиллесову пяту, неспокойный Кавказ, пытаясь разжечь там антироссийский джихад, как было в 1995 и 1999 годах.

Между тем, президент российской республики Чечня Рамзан Кадыров пришел к Владимиру Путину, чтобы обсудить возможность отправки своих элитных войск для наземной борьбы с ИГ и призвать к единству мусульман против варварства Исламского государства.

В то время как Россия активизирует свою военную кампанию в Сирии, нет сомнений, что мы присутствуем лишь при прологе войны между Москвой и Исламским государством, войны, в которой в ближайшие месяцы возможны новые обострения.

Posted on by Alexandre Latsa in Syrie Syria Сирия, Геополитика, Статьи на русском 2 Comments

Inefficaces les frappes russes ?

imagesIl y a quelques jours, une vidéo en langue russe extrêmement agressive et signée par l’Etat islamique est apparue sur la toile.

La vidéo intervient à un moment assez sensible et complexe des relations entre la Russie et l’organisation terroriste, après l’accident d’avion dans le Sinaï qui a couté la vie à 224 ressortissants russes, un accident qui pourrait être un attentat comme l’a revendiqué l’Etat Islamique, mais aussi alors que sur le terrain, l’opération militaire russe semble commencer à porter ses fruits.

Pourtant contrairement à ce qu’annonce en effet la presse française dans son immense majorité, après un mois et demi d’intervention et quelques 2.000 frappes, les dynamiques sur le terrain ont été totalement inversées et ce grâce à la coordination entre les frappes aériennes russes et l’action militaire au sol.Une forme de coordination qui jusque-là n’existait qu’entre la coalition et les forces kurdes, expliquant sans doute en partie leurs nombreux succès militaires.

Il n’y a en réalité à ce jour plus aucun front sur lequel l’Armée syrienne recule, au contraire les forces loyalistes avancent sont sur un dynamique victorieuse sur presque la totalité du territoire du pays.

Au sud du pays, le front est désormais figé et l’armée de l’air russe y a procédé à ses premières frappes. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Sputnik, Syrie Syria Сирия 6 Comments

Extension militaire de l’EI entre juin 2014 et Novembre 2015

syrie

Cliquer sur l’image pour agrandir — Sources ici et la (@deSyracuse)

Posted on by Alexandre Latsa in Syrie Syria Сирия Leave a comment

Attentats à Paris: «c’est pour la Syrie»

imagesBeaucoup de commentateurs politiques se demandaient comment depuis toutes ces années, la France avait réussi à échapper à un attentat sur son territoire.

Certes nos services, parmi les meilleurs du monde, ont sans doute contribué à éviter grand nombre d’attentats. Mais notre pays la France est soumis à des dynamiques qui ne pouvaient que, statistiquement, provoquer fatalement la situation de ce vendredi 13 novembre 2015

Au milieu des années 2000, la politique étrangère de la France a pris une nouvelle direction, s’alignant sur des intérêts étrangers et jugés par le monde musulman comme lui étant hostiles. La politique étrangère de la France, magnifiée par le discours de Villepin en 2003 à l’assemblée de l’ONU a été transformée en une politique de participation active au projet néo-conservateur de reconfiguration du moyen orient, initié outre-Atlantique.La destruction organisée des derniers bastions de stabilité et de laïcité de la région, accompagnée par un printemps Arabe qui s’est avéré un total échec malgré le soutien que ne lui portait notre classe médiatique et intellectuelle, n’aura finalement abouti qu’à répandre un Chaos dont les nébuleuses terroristes les plus radicales se nourrissent avec avidité.

Ces forces destructrices ont su trouver, sur le plan intérieur, nombre de partisans et de recrues. La France, qui se targuait d’être et de rester un pays d’immigration, a subi au cours des dernières décennies, une immigration quasi-incontrôlée qui a modifié nombre d’équilibres démographiques, sociologiques, économiques, politiques ou religieux.

La profonde crise de désintégration (politique, morale, identitaire, religieuse) que notre pays traverse s’est doublée d’un échec d’intégration et d’assimilation de Français d’ascendance étrangère mais aussi de petits Français de souche. Les émeutes de 2005, l’éclosion de revendications identitaires, la perte d’autorité de l’Etat sur des milliers de territoires en France ou les chiffres effroyables des volontaires francais au Jihad, en Syrie et en Irak, auraient pourtant dû suffire à nos élites pour mesurer le risque qui pesait sur la France et sur les francais.Mais il n’en fut rien

A nos politiques étrangères suicidaires se superposaient un processus continu d’intégration européenne ayant pour conséquence la suppression des frontières intérieures comme extérieures, vieux rêve datant d’un monde ou la menacen’était envisagé que sous une forme territorialisée et non pas déterritorialisée comme c’est le cas aujourd’hui.

La crise des migrants, dont on nous annonce tranquillement qu’elle devrait se poursuivre plusieurs années et voir plusieurs millions d’arrivants au sein de l’Union européenne, porte sans nul doute en elle les germes d’un chaos encore plus grand tant il paraîtrait bien naïf d’imaginer que des cellules terroristes ne se dissimulent pas au sein de ces gigantesques flux humains.Les Français ne doivent pas se tromper: ils sont en danger.

Ils pensent être protégés mais ne le sont plus. Notre pays ne dispose pas d’élites politiques prêtes à prendre les décisions qu’il faudrait pour supprimer le risque, préférant affirmer aux francais qu’il faut désormais: «s’habituer à vivre avec le menace terroriste«.

Imagine-t-on De Gaulle dire aux Français qu’il faut «s’habituer à vivre avec les soldats allemands dans les rues de France»?Se rappelle-t-on de Vladimir Poutine qui en 1999 affirmait qu’il allait «buter les terroristes jusque dans les chiottes» et qui 16 ans plus tard, continue seul ce combat contre ce cancer jusque dans ses racines les plus profondes au cœur du désert syrien?

Ce n’est pas par des slogans ou des caricatures qu’il faut lutter contre le terrorisme, mais par une guerre d’éradication des terroristes, de Paris à Grozny en passant par Damas.

Car ce que les terroristes viennent de faire subir au peuple francais, ils le font subir chaque jour depuis plus de cinq ans au peuple syrien, avec jusque-là le soutien direct des élites politiques françaises qui ont livré des armes aux rebelles syriens, rebelles ayant pour la plupart sans aucun doute, depuis, rejoint les groupes les plus radicaux.

Une guerre d’éradication qui impliquerait également de sérieusement reconsidérer les relations internationales, politiques, économiques et diplomatiques avec les Etats qui parrainent ce terrorisme international ou ceux menant des politiques destructrices et créatrices de chaos.Une guerre d’éradication qui passe par une alliance avec la Russie dans son opération contre le terrorisme en Syrie et un soutien à l’Etat syrien.

Une guerre d’éradication qui passerait au préalable par un changement d’élite politique.

Le temps presse.

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Sputnik, Syrie Syria Сирия Leave a comment

Атака на Париж — один из крупнейших терактов в Европе за последние 10 лет

Безымянный

 

Александр Латса, французский политолог: «Все начинают понимать, что надо обязательно, очень быстро найти решение конфликта в Сирии, потому что если [не решить], поток беженцев продолжится, и среди этих людей наверняка будут находиться другие террористы».

Lien — Источник

Posted on by Alexandre Latsa in Slider, Syrie Syria Сирия, Геополитика, Статьи на русском, Франция Leave a comment

Riyad, Doha et Ankara face à la nouvelle donne syrienne

imagesDès le début de la guerre de Syrie en 2011, un accord tacite a été mis en place entre les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne avec la Turquie, l’Arabie saoudite et le Qatar.

Pensant que la chute d’Assad n’était qu’une affaire de mois, Paris et les chancelleries occidentales ont, avec beaucoup de maladresse et par un cruel défaut de stratégie, sous-estimé les conséquences de la prise en main idéologique et politique des groupes d’opposition sur le terrain.Le plan initial prévoyait sans aucun doute que le Conseil national syrien prenne le pouvoir et que d’une certaine façon les mouvances radicales ne soient éliminées après avoir fait le «sale boulot». Le Qatar envisageait sans doute que les frères musulmans ne prennent le pouvoir au sein de ce CNS, accompagnant ainsi la dynamique freremusulmanisante des printemps syriens.

A l’époque, Riyad s’inquiétait de cette dynamique qui aurait pu constituer une forme de modèle et de réfèrent pour nombre de peuples musulmans, sorte d’alternative à l’Islam proposé et promu par Riyad.Pourtant, le plan de renversement d’Assad n’a pas fonctionné comme prévu. Le soutien de Téhéran et Damas s’est en outre avéré décisif pour permettre à l’Etat syrien de survivre. Un Etat syrien qui s’est montré plus résistant que prévu tant sur le plan de la communication intérieure que dans le maintien de la chaîne de fonctionnement de l’armée. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Syrie Syria Сирия Leave a comment

Réflexions sur les fronts de Novorossia et de «NovoRoSyria»

images

 

Alors que l’attention du monde entier était, il y a encore quelques mois, concentrée sur une petite bande de territoire à la frontière Ukrainienne qui porte le nom de Donbass, elle l’est désormais sur une autre bande de terre qui s’étend du nord d’Homs en Syrie jusqu’au sud d’Alep.

Tandis que le Mainstream médiatique hurlait aux loups et rivalisait de pronostics sur l’invasion immédiate et camouflée de l‘Ukraine par les troupes russes, la Russie mettait en place un dispositif militaire, en Syrie, que visiblement aucun pays occidental n’a détecté.

En quelques semaines, le Kremlin aura pris de cours toutes les chancelleries occidentales en agissant sur deux fronts avec des fréquences temporelles opposées.

Non seulement l’armée russe est sans doute moins que jamais présente en Ukraine de l’Est, mais il semble plus improbable que jamais que l’Ukraine ne retrouve un semblant d’unité politique avec la moitié du Donbass. Moscou a sans doute réussi à habilement faire pression sur les nouvelles autorités locales pour qu’elles ne repoussent pas les élections locales. En face, l’autorité de Kiev faiblit de façon proportionnelle, avec l’effondrement de l’économie ukrainienne. Alors que plus personne ne parle désormais d’une quelconque nouvelle offensive militaire, Moscou sait que le temps joue en sa faveur dans le dossier ukrainien.

En Syrie, c’est précisément l’inverse. L’affaiblissement du pouvoir central syrien s’est accéléré ces derniers mois, et le temps était compté pour pouvoir encore reprendre l’initiative sur le plan militaire et appuyer tactiquement l’armée syrienne dans sa gigantesque opération anti-terroriste contre la galaxie islamo-terroriste qui s’est en quatre ans emparée de 50% du territoire syrien. La rapidité de déploiement et de passage à l’action du dispositif militaire russe en Syrie traduit bien que Moscou sait que, dans ce dossier, le temps pourrait jouer contre lui si des armes antiaériennes tombaient dans les mains des opposants au régime.En prenant la main sur ces deux dossiers, Moscou se pose en partenaire inévitable pour la résolution de ces conflits régionaux, mais pas seulement.

Le Kremlin montre en premier lieu aux Européens que leurs intérêts réciproques sont plus communs qu’opposés, que ce soit pour la paix sur le continent ou pour la lutte contre le terrorisme international. Cette dernière passe, pour le Kremlin, par une lutte active à la source du mal contre les terroristes, et ce, alors que de nouvelles estimations indiquent que ce seraient désormais de 5.000 à 7.000 ressortissants de l’espace postsoviétique qui se trouveraient en Syrie au sein des divers groupes islamo-terroristes. Une politique finalement similaire à celle de la France qui depuis quelques semaines frappe les Français de Daech qui opèrent sur le territoire syrien.

Pour la France, ce «moment» serait une chance historique de s’extirper du bourbier idéologique dans lequel notre ministre des Affaires étrangères s’est enfoncé en réclamant obsessionnellement le départ d’el-Assad. Des réclamations au mépris du principe de réalité puisque Moscou et Téhéran semblent plus que jamais déterminés à régler le problème syrien, évitant par là même le renversement d’el-Assad qui était jusque-là envisagé par les ennemis de la Syrie.De Sébastopol à Damas, la politique étrangère russe a, au cours des 24 derniers mois, totalement bouleversé les fondements de l’organisation sécuritaire héritée du monde sous domination américaine et occidentale. Il est possible et plausible que nous soyons déjà rentrés dans un nouveau cycle historique de l’organisation des relations entre Etats.

Un nouvel ordre qui va justifier que soient totalement repensées les relations entre la Russie et les Etats européens afin de faire face aux nombreux défis communs qui nous attendent, qu’ils soient économiques, sécuritaires ou civilisationnels.Les dossiers ukrainiens et syriens, qui étaient des pièges tendus à la Russie et à l’alliance entre la Russie et l’Europe, auront peut-être, sur le long terme, des effets inverses et bénéfiques pour tout le continent.
A condition bien sûr qu’aucune puissance extérieure ne vienne empêcher ces saines dynamiques de se mettre en place.

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Syrie Syria Сирия 1 Comment

Guerre en Syrie: le double jeu turc va-t-il réveiller la Chine ?

images

Beaucoup de journalistes ont soulevé le fait que lors des deux premières semaines de frappes russes en Syrie, un grand nombre de ces frappes se sont concentrées sur la province d’Idlib au sein de laquelle Daech ne serait pas présent.

Les Russes ont néanmoins leurs raisons, qui sont évidentes, de frapper cette zone. Non seulement pour desserrer l’étau djihadiste qui se rapprochait du cœur alaouite côtier, mais aussi car nombre de groupes de cette zone connaissent des concentrations de minorités issues de la zone postsoviétique, telles que par exemple Katibat Al Tawhid Wal Jihad, ou encore Jaish Al Muhajireen Wal Ansar, dont les rangs comptent de nombreux combattants centrasiatiques ou tchétchènes.Lors des violents combats qui à la fin du printemps dernier ont vu la chute d’Idlib et de la présence loyaliste dans la région, de nombreux observateurs de terrain ont également témoigné de la présence au sein des groupes rebelles de forces spéciales turques ou encore de combattantsturcophones tandis que la presse turque dénonçait des livraisons non officielles d’armes et de munitions à divers groupes rebelles, un scandale qui a été du reste parfaitement étouffé au royaume d’Erdogan. Read more
Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Sputnik, Syrie Syria Сирия Leave a comment