Dissonance fête ses 10 ans où "comment je suis devenu un agent russe !" :)

Alors que DISSONANCE fête ces 10 ans c’est l’occasion idéale pour revenir sur cette decennie d’écriture, de dénonciation des mythes sur la Russie mais aussi l’affrontement (gagné) contre la presse francaise qui a donné lieu à la naissance d’un Read more

Interview

Je participerais au #Libre Journal de la livre Europe sur radio courtoisie ce 15/08/2017 avec Xavier Moreau sur le thème "La #Russie au sein de l'Europe". Les francais de l’étranger peuvent écouter la Radio en direct sur le site internet Read more

L’intégration économique et politique de l'Eurasie : objectifs réalistes ?

  Veuillez-trouver ci dessous mon interview de ce début 2017 pour la lettre de l'Association Nationale des Auditeurs Jeunes de l'Institut des Hautes Etude de Défenses Nationales /// WWW.ANAJ-IHEDN.ORG Comment définir l’axe eurasiatique ? Je crois qu’il faut tout d’abord envisager cet Read more

Articles en francais

Pourquoi il faut soutenir Vladimir Poutine

images« La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment.

Oui, ils sont très durs les américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. » (Source: Le dernier Mitterrand de Georges-Marc Benamou).

Ces dernières semaines, de bien surprenantes prises de positions sont apparues sur la toile: la dénonciation des dérives poutiniennes que connaîtraient une certaine classe politique, surtout de droite, tandis qu’une partie de la France aurait, elle, le tort d’être « pro-Poutine ».Hormis la fâcheuse manie franco-française de systématiquement dénoncer son voisin, surtout s’il est francais, on constate qu’une certaine panique gagne les relais médiatiques actifs du dispositif de gouvernance, dont le métier est de rédiger et de diffuser le « prêt-à-penser » démocratique. Il y a peu, émus par le nombre de commentaires pro-poutine sur le web hostiles aux articles de leurs journaux, ils tentèrent maladroitement de mettre cette tendance sur le compte de professionnels de l’agit-prop internet payés par le Kremlin. Une telle explication n’a pas manqué d’amuser les citoyens qui expriment par simple conviction leur opinion dans les commentaires du Figaro ou du Monde, par exemple.

Dans la foulée, ces mêmes experts ne purent que constater la victoire idéologique russe (sic) dans la bataille de la communication, en affirmant que le Kremlin pouvait s’appuyer sur « des fantassins européens, recrutés ou ralliés par conviction ». Diantre! Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Sputnik Leave a comment

Chypre permet à la Russie de renforcer sa présence en Méditerranée

images

 

Vladimir Poutine remporte une nouvelle victoire diplomatique qui lui permet de réaliser un objectif russe à long terme, en consolidant la présence russe en Méditerranée. La réunification avec la Crimée, le maintien d’Assad au pouvoir et maintenant l’accord avec Chypre sont autant d’évènements qui vont dans ce sens.

En septembre 2012, j’avais esquissé l’idée que Chypre puisse devenir à terme une sorte de tête de pont russe en Méditerranée, peut-être même avec l’installation d’une base militaire russe au sein de l’Union européenne.

Les liens entre Chypre et la Russie sont apparus principalement aux yeux du grand public lors de la crise de 2013, au moment où l’économie chypriote est devenue une victime collatérale de la crise grecque. A ce moment-là, le Mainstream médiatique a propagé un tas de mythes et de simplifications selon lesquels l’économie de Chypre, Etat membre de l’Union européenne, était presque exclusivement une grande lessiveuse pour l’argent sale des mafias russes.

Chypre et Russie: des liens anciens

Pourtant, les liens entre le monde russe et Chypre, anciens et même historiques, existaient bien avant l’apparition des mafias russes. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Sputnik Leave a comment

Le monde anglo-saxon en guerre contre l’Europe ?

imagesLes accords de Minsk ont fait ressurgir une vérité oubliée un peu trop vite : les Etats européens ont un rôle fondamental et incontournable quand il faut gérer une crise sur ce continent.

Paris et Berlin se sont en effet bien gardés d’inviter Washington et Bruxelles, c’est-à-dire l’Otan et l’UE, à ces négociations de Minsk, destinées à avancer vers un accord de paix, dans cette guerre civile qui se déroule en Ukraine.

Ironie de l’histoire: la Biélorussie, régulièrement taxée de « dernière dictature d’Europe », a accueilli une rencontre ayant permis aux puissances continentales de bloquer les velléités guerrières anglo-saxonnes.

Prises entre l’enclume des faucons ukrainiens et le marteau de leurs sponsors américains, les élites ukrainiennes, qui auraient naïvement cru à la fable de leur intégration fraternelle au sein de la communauté euro-atlantique, doivent désormais déchanter.Les rêves d’adhésion immédiate à l’Union Européenne et à l’Otan sont partis en fumée, et le pays est maintenant très proche de la faillite. Le divorce avec la Russie sur le modèle géorgien se fait au prix d’une guerre contre le monde russe et donc quasi-directement contre la Russie. Dans le même temps, les oligarques qui ont pris le pouvoir en Ukraine après les événements de la place Maïdan ont mis les nations européennes face à une situation très complexe.

Du côté de l’Europe de l’ouest, on essaie de croire à la paix en Ukraine et de rester optimistes, mais une scission apparaît de plus en plus nettement. D’une part, se profile un axe qui recherche la paix et d’autre part un groupe qui souhaite un affrontement plus direct avec Moscou. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Sputnik Leave a comment

Accords de Minsk: le choix de l’Eurasie ?

imagesLorsque le mur de Berlin s’est écroulé, et avec lui l’URSS, rien ne semblait pouvoir empêcher l’américanisation de l’ancien monde soviétique, c’est-à-dire la victoire de McDonald’s, de l’anglais comme langue globale et quasi-unique, et du dollar comme seule monnaie de référence.

Rien ne semblait surtout pouvoir entraver la marche en avant du capitalisme ultralibéral et de la démocratie à la mode américaine. Dans le monde unipolaire ainsi créé, la prise de contrôle par l’Otan des gigantesques territoires qui s’étendent de l’est de la Vistule et jusqu’au pacifique paraissait inévitable.

En une décennie, cet «agenda idyllique» a été totalement bouleversé par des événements historiques complètement imprévus. Il y a eu le 11 septembre 2001 et les efforts de guerre qui en ont découlé pour les occidentaux. Les interventions militaires dans le monde musulman n’ont pas eu le succès attendu, elles ont coûté très cher, et ont finalement semé le chaos dans la région. Sur le plan économique, l’essor implacable de la Chine a largement dépassé toutes les prévisions, et le modèle économique et financier «capitalatlantiste» a montré ses limites en provoquant la crise de 2008, appelée «great recession» par les anglo-saxons.Pourtant, la politique américaine à l’égard de l’Europe et de l’Eurasie n’a pas changé. L’extension de l’Otan vers l’Est s’est poursuivie, se superposant à l’extension de l’Union européenne. En conséquence, nombre de commentateurs voient désormais Bruxelles comme un simple sas d’entrée destiné à pré-intégrer des Etats au sein de la communauté euro-atlantique et de l’Alliance militaire sous domination américaine. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Démographie, Sputnik Leave a comment

Les médias occidentaux: marionnettes ou agents inconscients de l’expansion américaine ?

imagesEn mars et mai 2014 j’ai été invité à m’exprimer (très brièvement) sur la chaine française LCI, à propos de l’évolution de la situation en Ukraine.

J’ai dit, à l’encontre de tout le mainstream médiatique ambiant de l’époque, que la Russie n’avait aucun intérêt à une partition de l’Ukraine, et les européens non plus. J’ai aussi affirmé que les évènements en cours avaient leur source hors d’Europe et plus précisément en Amérique.

Il est vrai que quelques semaines auparavant, la presse russe avait révélé un enregistrement bien embarrassant, repris par le Huffington Post. La secrétaire d’état adjointe (américaine) chargée de l’Europe, Victoria Nuland, et l’ambassadeur des États-Unis en Ukraine, Geoffrey Pyatt, discutaient de la situation chaotique qui s’installait en Ukraine, et madame Nuland a prononcé une phrase pas très diplomatique: Que l’UE aille se faire foutre. Cette phrase résume parfaitement la façon dont Washington manage sa relation avec son allié européen: L’UE n’a pas à donner son avis sur les affaires européennes.Dès le début de cette crise en Ukraine, les rares commentateurs qui ont accusé Washington de déstabiliser la région se sont fait traiter d’agents russes. On entend bien que le journaliste français de LCI qui m’interroge me présente tout naturellement comme: Le point de vue russe, pour ne pas dire la voix de Moscou, rien que ça! Pourtant je ne représente ni la Russie ni la France, je fais seulement partie des millions d’Européens qui s’inquiètent de voir l’Union Européenne transformée en protectorat américain. Je fais aussi partie de ceux qui, dans de nombreux pays, souhaitent un monde multipolaire. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Désinformation, Sputnik Leave a comment

La politique américaine en Ukraine va-t-elle entraîner une nouvelle guerre froide ?

imagesAu cœur du glacial hiver russe de l‘année 1990, le très républicain et très texan secrétaire d’état américain James Baker a fait à Moscou une bien étonnante promesse.

Présent au Kremlin, il a juré la main sur le cœur pendant une discussion avec Mikhaïl Gorbatchev, que l’Alliance militaire occidentale ne s’étendrait pas vers l’est si Moscou acceptait que l’Allemagne réunifiée intègre l’Otan.

Plus largement, cela voulait dire que les occidentaux ne chercheraient pas à profiter de la dissolution du pacte de Varsovie, et du retrait des troupes soviétiques d’Europe centrale. Ceci fut confirmé par le ministre des affaires étrangères allemand qui s’adressait à son homologue soviétique, Edouard Chevardnadze.

Plus tard c’est Bill Clinton lui-même qui raconta dans un ouvrage qu’il avait écrit qu’en 1997, Boris Eltsine lui avait demandé de limiter une éventuelle extension de l’OTAN aux anciens membres du pacte de Varsovie mais d’en exclure les états de l’ex-Union Soviétique, comme les pays Baltes et l’Ukraine.

Alors que la nouvelle Russie était promise à l’effondrement, le sursaut russe avant le chaos s’est traduit par l’élection d’un inconnu: Vladimir Poutine. Pendant les 15 années suivantes, (de 2000 à nos jours) il s’est attaché à rétablir non seulement l’ordre et la stabilité intérieure mais aussi à préserver autant que possible la complexe relation qui existe entre Moscou et ses marches depuis l’effondrement de l’Union Soviétique. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Sputnik Leave a comment

La souveraineté contre le terrorisme?

imagesDans mon précédent texte, qui exposait quelques réflexions à chaud sur la «France Charlie Hebdo», j’ai esquissé un concept qui me semble fondamental pour expliquer la situation, critique à plusieurs titres, que connaît notre beau pays, la France. Ce concept est celui du vide politique et de l’effondrement conséquent de l’autorité de l’Etat.

Cet effondrement de l’autorité de l’Etat nous été vendu comme un processus logique, cohérent, moderne et inévitable, s’inscrivant dans une forme d’évolution de la démocratie libérale et pacifique. Ainsi, l’avenir consisterait à transformer nos nations développées en simples territoires sans frontières, en zones de commerces ou même en hôtels.

Au cours des années 90 et 2000, l’intégration supranationale et la «bruxellisation» généralisée ont accentué ce processus de limitation des prérogatives de l’Etat puisque, du moins c’est ce que l’on nous disait: «ON» s’occupait désormais de tout à un niveau supérieur, supranational. En ce début 2015, on se rend compte à quel point notre élite politique «bruxellophile» a fait preuve de légèreté. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Sputnik Leave a comment

Réflexions sur la France de Charlie Hebdo

images

 

La dégradation de la situation intercommunautaire en France ne date pas d’hier, et le massacre du 7 janvier 2015 à Paris n’est pas un événement fortuit franco-français. De nombreux facteurs intérieurs comme extérieurs ont joué un rôle dans la préparation de ces attentats en France.

On savait les Français plutôt résignés, tout comme leur élite politique, face aux difficultés apportées par le multiculturalisme et le » vivre ensemble «. Nicolas Sarkozy, pendant son quinquennat, avait en effet ouvertement évoqué l’échec du multiculturalisme et de l’immigration un soir de novembre 2011, en rappelant cette triste vérité: « Dans toutes nos démocraties, on s’est trop préoccupé de l’identité de celui qui arrivait et pas assez de l’identité du pays qui accueillait ».

Ces dernières années, quelque chose semblait s’être brisé en France sur le plan social. La méfiance entre les communautés et l’insécurité grandissante, que chacun constatait ou ressentait, avaient fortement contribué à cette remise en question du » grand vivre ensemble «. Les faits divers étaient devenus impossibles à ignorer malgré tous les efforts déployés par la ressource journalistique, qui a longtemps servi de » cache misère «, comme chacun a pu le constater par exemple lors de la sortie du livre La France Orange mécanique.

Il y avait bien des raisons de ne plus pouvoir, ou de ne plus vouloir croire à ce nouveau multiculturalisme, alors même que l’assimilation » à la française » avait, au cours des siècles, réalisé un authentique miracle historique: l’édification d’une nation. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Sputnik Leave a comment
« Previous   1 2 3 4 5 6