Interview

Je participerais au #Libre Journal de la livre Europe sur radio courtoisie ce 15/08/2017 avec Xavier Moreau sur le thème "La #Russie au sein de l'Europe". Les francais de l’étranger peuvent écouter la Radio en direct sur le site internet Read more

L’intégration économique et politique de l'Eurasie : objectifs réalistes ?

  Veuillez-trouver ci dessous mon interview de ce début 2017 pour la lettre de l'Association Nationale des Auditeurs Jeunes de l'Institut des Hautes Etude de Défenses Nationales /// WWW.ANAJ-IHEDN.ORG Comment définir l’axe eurasiatique ? Je crois qu’il faut tout d’abord envisager cet Read more

Conférence au MGIMO sur la politique étrangère de François Fillon (27/02/2017)

La politique étrangère de François Fillon : vers un nouveau gaullisme francais ? Photos sur le site du MGIMO Photos sur Facebook Bonjour à tous et merci beaucoup à cette institution qu’est MGIMO de nous recevoir aujourd’hui. Mon propos sera court, je souhaiterais vous parler Read more

Serbie

СКИДАЊЕ САНКЦИЈА, РУСКА И ФРАНЦУСКА ПОБЕДА

logoМислим да је усвајање резолуције у Скупштини велики корак за моју државу. Као Французу, драго ми је да је наша земља гласала против санкција; политика Г. Маријанија је по овом питању учинковита, а видели смо и да је успешна.

Ово је веома добра политичка одлука за Француску: показала је да се може бити независтан и да се може изабрати користан пут. И може се супротставити политици Сједињених држава против Русије. То је зато победа и Русије и Француске. Иако то није широко распрострањено, ове санкције су послужиле руској економији; чак се може рећи да је руска економија ојачала управо захваљујући санкцијама и можда би за Русију било боље да санкције трају и десет година.

Али, мислим да резолуција неће бити прихваћена у потпуности. Мислим да француска Влада неће деловати у складу са резолуцијом. Можемо видети да већина посланика која је гласала за скидање санкција, подржава Тијерија Маријанија, а сви који су за продужавање санкција су присталице Оландове Социјалистичке партије и еколога. Еколози у Француској се снажно супротстављају Путиновој Русији, па, на жалост, Франсоа Оланд неће брзо донети одлуку.

Могуће је и да ће друге државе следити француски пример. Мислим да се већина европских држава плаши да донесе прва такву одлуку. Али, ако им друга држава дâ пример, многе ће следити. Мислим да би Италија и Аустрија могле донети такве одлуке.

***
Извор

Posted on by Alexandre Latsa in Serbie Leave a comment

Александар Лаца: Атентати у Паризу – „ово је због Сирије“

ss-naslovna1
Многи политички коментатори су се питали како је толики низ година Француска успевала да избегне атентате на својој територији.

Наша тајна служба, једна од најбољих на свету, сигурно је успела да избегне велики број атентата. Али наша земља, Француска, данас је под утицајем таквих процеса који, статистички гледано, нису могли а да фатално не изазову ситуацију каква се десила овог петка, 13. новембра 2015.

Средином 2000-их спољна политика Француске заузела је нови правац, усклађујући се са страним интересима које је муслимански свет оценио као непријатељске. Спољна политика Француске, коју је Вилпен хвалио у свом говору 2003. на састанку УН-а, претворена је у политику активног учешћа у пројекту неоконзервативног преобличавања Блиског Истока, а која је покренута преко Атлантика.

Организовано уништавање последњих бастиона секуларизма и стабилности у региону – заједно са „Арапским пролећем“, који је испао потпуни промашај упркос помоћи коју су добили од наше медијске и интелектуалне класе – на крају су само довели до ширења хаоса од чега се похлепно хране најрадикалнији терористички елементи. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Serbie 1 Comment

Invitation à la conférence : Le martyre du Kosovo

ur
Les Jeunes de la Droite Populaire ont le plaisir de vous inviter à la conférence débat en présence de Nikola Mirkovic, auteur du « Martyre du Kosovo », sorti aux Editions Jean Picollec (2014).
La conférence débutera dès 18 h 45 jeudi 21 mai au siège de l’UMP La conférence portera sur « les mensonges et désinformations portant sur la Serbie et le Kosovo depuis les années 1990 ».

La Serbie et la France entretiennent des liens depuis le XIIIe siècle. Ces liens ne vont cesser de renforcer au cours du XIXe et XXe siècle. Serbes et Français se battent ensemble durant les deux Guerres Mondiales. Hors, depuis les années 1990, notre principal allié des Balkans jouit d’une mauvaise presse, au point que la France participe au bombardement en Serbie en 1999.

Le Kosovo devient un «état indépendant» en 2008. Plus de la moitié des pays ne reconnaissent pas cet état, dont le Vatican et de nombreux pays de l’Union Européenne.

Nikola Mirkovic interviendra pour vous présenter les mensonges des bombardements de l’OTAN en Serbie 1999. Au cœur, de l’Europe, au Kosovo, des chrétiens vivent dans la peur, reclus dans des enclaves.

Pour plus d’informations : l’événement Facebook : https://www.facebook.com/events/641168686013608/Suite au plan vigipirate, INSCRIPTION OBLIGATOIRE
https://docs.google.com/forms/d/13Nxexr7iar5J5JYr4odA3nmQMlr2XDm4BG_VK6zS_RI/viewform

Posted on by Alexandre Latsa in Serbie, UMP Leave a comment

Troisième Serbie : «les nouveaux leaders de la nouvelle Europe»

Conférence a Belgrade organisée par Nouvelle SERBIE le 23 avril 2015 rassemblant des représentants de Russie-Unie, la Droite Populaire et d’Alternative pour l’Allemagne.

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Serbie, UMP Leave a comment

БЕЛГРАД – «ГОРДОСТЬ» ДЛЯ ЕВРОПЫ?

Первая попытка гей-парада в 2001 году завершилась кровавой бойней, когда тысячи патриотов напали на несколько сотен демонстрантов-гомосексуалистов и охранявших их сотрудников полиции. В то время, через два года после войны в Косово и бомбардировок НАТО, причинами насилия и недовольства называли незрелость всего сербского общества, и накопившуюся за десятилетие югославского распада негативную энергию. Однако вторая попытка гей-парада, в прошлом году, спустя семь лет, не смогла даже состояться и была тихо отменена властями, которые не чувствовали себя в состоянии защитить 300-400 манифестантов, несмотря на готовность выделить впечатляющие силы полицейского развёртывания: более 7 000 человек, в том числе из антитеррористических подразделений. Полиция опасалась более, чем 15 000 контр-манифестантов, которые могли бы залить город огнем и кровью, как это имело место во время акций протеста после провозглашения независимости Косово в 2008 году. Несмотря на эти риски, «прозападное» правительство Бориса Тадича пообещало, что в 2010 году парад будет.
Заручившись этим обещанием, в это воскресенье, 10 октября 2010, около 300 манифестантов (добрая половина из которых была иностранцами, в основном, из других стран ЕС), защищённые 6 000 полицейских и вертолетами, устроили на несколько часов «парад» в центре Белграда. Накануне сербское православное движение «Двери» провело восьмитысячную мирную демонстрацию против гей-парада. В день парада протесты были уже не такими мирными. Шесть-семь тысяч молодых патриотов устроили на улицах сербской столицы беспорядки и столкновения с полицией. Насилие достигла такой интенсивности, что полиции, чтобы восстановить контроль над ситуацией, пришлось использовать броневики. Результаты белградского гей-парада 2010: один миллион евро ущерба, 150 раненых и более 250 арестованных. При этом 85% граждан Сербии по-прежнему против проведения гей-парадов, и лишь 11% – нет. Таким образом, можно задаться вопросом: а что же побуждает сербское государство делать всё, чтобы этот парад состоялся? Учитывая, что Сербия уже подала свою заявку на вступление в Европейский Союз в декабре 2009 года и ожидает вскоре статуса «официального кандидата на вступление».

Ответ, очевидно, стоит искать всё же в другом месте, и связан он с политической обстановкой в Сербии в течение многих лет. Несколько последних политических событий кажутся весьма значительными для стоящей перед Сербией дилеммы: «Косово или ЕС». После провозглашения вердикта Международного Суда (МС), которые признали одностороннее провозглашение независимости Косово в 2008 году не противоречащим международному праву, сербский парламент принял проект резолюции в адрес Европейского союза, которая признаёт, что Белград «отказывается утверждать незаконность независимости Косово». На прошлой неделе тот же парламент принял резолюцию «осуждающую» преступления, совершенные против сербов и в отношении граждан Сербии во время конфликтов, которые разрушили бывшую Югославии в 1990-х годах, но «осуждаются» только жертвы воздушных ударов НАТО с марта по июнь 1999 года.

Всё ещё не интегрированная в ЕС и уже почти потерявшая Косово, Сербия в настоящее время пребывает в тяжёлой экономической ситуации, с 20%-ной безработицей и средней заработной платой в 320 евро. Правительство констатирует спад своей популярности – менее 22% в настоящее время, притом, что президента Тадича поддерживают только 45% членов даже его собственной партии. С другой стороны, «оппозиция» спокойно ждет. До недавнего времени в политическом отношении она представляла собой относительно патриотический блок, благодаря Сербской радикальной партии (СРП). Её лидер Воислав Шешель добровольно сдался Международному трибуналу по Югославии в 2004 году. Скоро он должен выйти оттуда (если не повторит судьбу Слободана Милошевича), так как суд до сих пор не в состоянии доказать какой-либо его ответственности за вменяемые ему в вину преступления. В 2007 году СРП даже стала первой политической партией в Сербии, официально враждебной ЕС и открыто пророссийской. Это стало причиной раскола в радикальной партии в 2008 году, приведшего к созданию Сербской прогрессивной партия (СПП), которая, наоборот, поддерживает интеграцию Сербии в ЕС и отношения с правящей коалицией, что позволяет ей оттягивать часть консервативно-патриотического электората.

С другой стороны, сербские власти очень хорошо знакомы с силой и взглядами «националистических групп» на улицах. Они, устроив спонтанные демонстрации, обеспечили падение режима Милошевича в октябре 2000 года. Некоторые из этих молодых людей, фанаты «Црвены Звезды» (прим. пер.: Delije – название многочисленной группировки (организации) болельщиков белградского футбольного клуба, в переводе – «герои») представляют собой тот же контингент, из которого лидеры сербского военизированного ополчения набирали своих бойцов. Ныне обвиняемые в имевшем место в воскресенье насилии, называемые западными СМИ «неонацистами», они в 2000 году были награждены прозападным сербским радио В-92 за «мирное разоружение полицейского участка»! Прошло десять лет и те же националисты выступают против независимости Косово и против правительственного курса на интеграцию в ЕС, которую считают противоречащей традиционным ценностям сербов.

Структурированные и взаимосвязанные, они становятся серьёзной политической силой, развитой и сильной, с разнообразной деятельностью, множеством сочувствующих и механизмами самофинансирования. У правительства нет контроля над ними и нет, в условиях огромного недоверия со стороны населения, возможности бороться с ними, разве только тотальными репрессиями. Именно поэтому часть лидеров патриотических организаций были арестованы заранее (как, например, Младен Обрадович, лидер «Образа», которого могут приговорить к 12 годам тюремного заключения «за насильственные действия»), или находятся за границей (как Миса Вачич и Игор Маринкович, лидеры «Наших-1389»). Маринкович дал в субботу 16 октября интервью, поясняя методы полицейской борьбы с такими как он, вплоть до пыток и принуждения к даче ложных показаний и самооговорам.

А президент между тем заявил, что «борьба с этими экстремистами – ключевой приоритет для страны, особенно важный для евроинтеграции, так речь идёт о борьбе с фашистами».
Как и год назад, парламент вскоре усилит «борьбу с насилием», чтобы пресечь деятельность «организованной преступности и экстремистских групп, угрожающих безопасности граждан и собственности». В то же время в сербской прессе началась кампания, указывающая, что источники финансирования сербских патриотов находятся в России. В столкновениях сербских фанатов с итальянской полицией после квалификационного матча «Евро-2012» обвинены главари мафиозных банд, занимающихся наркотраффиком и заинтересованные в политической дестабилизации в Сербии. Пропагандистская кампания, призванная сделать «патриотов», «мафию» и «насилие» синонимами, также использует тему убийства в 2003 году бывшего либерального премьер-министра Зорана Джинджича. А вице-министр Италии по иностранным делам Альфредо Мантика, как по заказу, в ходе визита в Белград заявил, что «акты насилия в ходе гей-парада в сербской столице и в Генуе могут стать препятствием вступлению Сербии в Евросоюз», и что «определённые силы, враждебные вступлению Сербии в ЕС, стараются подорвать этот процесс».

Это, пожалуй, главная причина проведения гей-парада в Белграде. Помимо того, чтобы потрафить могущественному гей-лобби в Брюсселе, преследуется цель дать повод для дискредитации, компрометации и нейтрализации всех сил, сколько-нибудь способных поднять дискуссию перед лицом возможного признания независимости Косово в ходе присоединения к ЕС. В интервью РИА «Новости» исполнительный директор вашингтонского «Центра Никсона» Пол Сандерс (Paul Saunders) сказал: «Сербия может войти в ЕС и без признания независимости косовской провинции». Можно даже представить, что медленность процессов евроинтеграции списывается на противодействие оппонентов власти, скрывая её собственную некомпетентность и ошибки. Конечно, у изолированной Сербии вряд ли есть иной выход. Многие хотят евроинтеграции, и это было подтверждено последними выборами, а сербское правительство, кажется, сыграло все возможные карты в попытках противодействовать признанию независимости Косово правовым путём. Но что Сербия получает взамен?

Её экономика всё ещё не оправилась от бомбардировок самолётами тех стран, с которыми теперь Сербия хочет объединится в ЕС. Альфредо Мантике можно было бы напомнить, что в ведущей стране ЕС Франции обычным делом являются уличные беспорядки, а в самой Италии нередко насилие на футбольных стадионах. Потеря Сербией Косово, похоже, станет окончательно «официальной» прежде, чем она вольётся в семью Брюсселя. На таком фоне гей-парад – не главная новость, но возможно это первая акция, направленная на то, чтобы выявить ту часть сербского общества, которая не пойдёт на компромисс. После чего испытать арсенал средств (демократических и не очень, включающих прикормленную полицию), которыми можно было бы противодействие этой части сербского общества нейтрализовать.

Posted on by Alexandre Latsa in Serbie, Win.ru Leave a comment

Belgrade une pride pour l’Europe ?

Je le retranscris en Francais ci-dessous :

 

La première tentative de gay-pride en 2001 s’était transformée en bain de sang puisque des milliers de patriotes avaient sauvagement agressé la petite centaine de manifestants homosexuels présents, ainsi que les policiers présents, totalement débordés par tant de violence, d’énergie et de détermination. A l’époque, la violence et le mécontentement populaire avaient été mis sur le compte d’une immaturité totale de la société serbe, deux ans après la guerre du Kosovo et les bombardements de l’OTAN, et au sortir d’une décennie de désintégration Yougoslave.


Pourtant la seconde tentative de gay-pride, l’année dernière, soit sept ans plus tard, n’a même pas pu avoir lieu, le rassemblement ayant sagement été annulé par les autorités qui ne se sentaient pas capables de protéger les quelques 300 à 400 manifestants attendus, cela malgré un déploiement policier absolument incroyable. plus de 7.000 hommes, dont des unités anti-terroristes. La police avait craint que plus de 15.000 contre-manifestants ne mettent la ville à feu et à sang, comme ça a été le cas lors des manifestations après l’indépendance du Kosovo en 2008. Malgré tous ces risques, le gouvernement » pro-occidental » de Boris Tadic avait promis que la parade 2010 aurait lieu. Tenant parole, ce dimanche 10 octobre 2010, près de 300 manifestants (dont une bonne moitié d’étrangers, principalement d’autres pays de l’UE), protégés par 6.000 policiers et des hélicoptères, ont donc » paradé » quelques heures à Belgrade centre, la veille 8.000 personnes du mouvement Orthodoxe Serbe » Dveri » avaient défilés pacifiquement pour dénoncer la tenue de cette parade. Le jour de la parade à été moins calme. En effet, entre 6 et 7.000 jeunes patriotes ont affronté les forces de l’ordre et semé le chaos dans les rues de la capitale serbe. Les violences ont atteint une telle intensité que les blindés ont dû intervenir pour que la police reprenne le contrôle de la situation.

Bilan de cette gay-pride 2010. un million d’euros de dégâts dans la ville, 150 blessés et plus de 250 interpellations. Pourtant 85% des Serbes sont toujours » opposés » à la tenue d’une gay-pride, et seulement 11% se déclarent pour. On peut dès lors se demander ce qui » pousse » l’Etat serbe à tout faire pour que se tienne cette parade, alors même que la Serbie à déjà déposé sa candidature d’adhésion à l’Union Européenne en décembre 2009 et devrait se voir octroyer très prochainement le statut de » candidat officiel à l’adhésion «.

La réponse est manifestement à chercher ailleurs, et à mettre en lien avec la stabilité politique en Serbie des prochaines années. En effet, plusieurs événements politiques récents sont hautement significatifs de la direction que semble prendre la Serbie dans le dilemme. » Kosovo ou UE «. Dans la foulée de la déclaration de la Cour internationale de justice (CIJ) qui a reconnu la déclaration unilatérale d’indépendance du Kosovo en 2008 comme n’ayant pas violé le droit international, le parlement serbe à adopté le projet de résolution de l’Union européenne qui implique que Belgrade » renonce à évoquer l’illégitimité de l’indépendance du Kosovo «. La semaine dernière, ce même parlement a voté une résolution » condamnant » les crimes commis contre les Serbes et contre les citoyens de la Serbie pendant les conflits qui ont déchiré l’ex-Yougoslavie dans les années 1990, mais qui » déplore » seulement les victimes des frappes aériennes de l’Otan de mars à juin 1999 menées contre la république Fédérale de Yougoslavie. Alors que l’intégration à l’UE n’est pas encore validée et le Kosovo déjà presque perdu, la Serbie se situe aujourd’hui dans une situation économique plus que dramatique, avec 20% de chômeurs et un salaire moyen de 320 euros. Le gouvernement voit sa côte de popularité décliner, inférieure à 22% aujourd’hui, le président Tadic ayant le soutien d’à peine 45% des membres de son propre parti.

De l’autre côté, » l’opposition » attend tranquillement que la pression monte. Politiquement, le bloc patriote était relativement fédéré via le Parti Radical Serbe (SRS) du moins jusqu’en 2008. Le Parti Radical Serbe est même devenu en 2007 le premier parti politique de Serbie, hostile à l’UE et ouvertement Pro-Russe, il mettait en danger l’intégration de la Serbie dans l’UE. Son leader, Vojislav Seselj, s’est volontairement rendu en 2004 au TPI d’où il devrait prochainement sortir (si il ne connaît pas le sort de Slobodan Milosevic) le tribunal n’ayant jusqu’à présent pu prouver sa quelconque responsabilité dans les accusations qui lui sont reprochées. Pour cette raison sans doute, en 2008 une scission au sein du Parti Radical éclate, aboutissant à la création du Parti Progressiste Serbe (SNS), qui soutient au contraire l’intégration de la Serbie dans l’UE et transige avec le bloc au pouvoir lui permettant » si » besoin, de canaliser une partie de l’électorat patriote/conservateur.

A une autre échelle, le pouvoir serbe sait très bien la puissance et la détermination des » groupes nationalistes » de rue. Ceux-ci ont contribué de façon assez spontanée aux manifestations qui ont abouti à la chute du régime Milosevic en octobre 2000. Certains de ses jeunes, les supporters » Delije » ont même composé le vivier dans lesquels les chefs de guerre serbe recrutaient leurs miliciens. Principaux responsables des heurts de dimanche, et que la presse nous présente aujourd’hui comme des » néo-nazis violents, ils ont pourtant reçu un award de la radio serbe pro occidentale B-92 en 2000 pour avoir désarmé pacifiquement un poste de police ! Les temps changent, et en une décennie ces » nationalistes » ont fait du nouveau gouvernement leur cible, refusant la perte du Kosovo et la politique pro Européenne engagée, jugée incompatible avec les valeurs traditionnelles serbes. Murissant, ils se sont politiquement structurés, développés et renforcés, devenant de véritables mouvements politiques, avec des moyens très importants, de nombreux soutiens et des modes de financements autonomes. Sur eux le gouvernement n’a absolument aucune emprise ni aucun moyen de contrôle si ce n’est une répression totale, féroce et une discréditation publique. Or c’est exactement le cas, la plupart des responsables d’organisations patriotes ont soit été préventivement arrêtés (comme Mladen Obradovic, leader de Obraz qui risque jusqu’à 12 ans de prison en vertu de la nouvelle loi sur la violence) ou sont en fuite comme Misa Vacic et Igor Marinkovic, de l’association Nashi-1389. Ces derniers ont donné samedi 16 octobre une interview de leur » cavale», expliquant le très haut niveau de détermination de l’Etat à les responsabiliser politiquement suite aux événements, et ce par tous les moyens. violences policières et pressions policières à faire des fausse déclarations. Le président l’avait annoncé. la lutte contre cette violence était la »priorité essentielle du pays, plus importante même que l’intégration européenne, car la violence mène au fascisme».

Comme il y a un an, le Parlement va donc renforcer la loi anti » violences » afin d’éradiquer le » crime organisé et l’activité des groupes extrêmes et d’autres organisations qui essaient de menacer la sécurité des citoyens et de la propriété «. Dans le même temps, une campagne de presse a commencé à dire que les financiers des mouvements patriotes serbes étaient en Russie (ici et là). Mieux, la semaine qui a suivi, des heurts opposant de hooligans serbes aux policiers italiens lors d’un match de qualification de l’Euro 2012 ont été suspectés d’être financés par des chefs de bande mafieuses, spécialisés dans le trafic de drogue, et ce afin de déstabiliser l’Etat serbe. Cette campagne de PR assimilant » patriotes » à » mafias » et » violence » est destinée à refaire surgir le spectre de l’assassinat du premier ministre libéral Zoran Djindjic en 2003. Le lendemain des événements, comme par enchantement, le vice-ministre italien des Affaires étrangères Alfredo Mantica affirmait en visite à Belgrade que. » les incidents survenus lors de la Gay Pride et les violences de Gênes peuvent entraver l’adhésion de la Serbie à l’Union européenne » et que » certaines forces hostiles à l’adhésion de la Serbie à l’UE essaient de faire tout leur possible dans le but de saper ce processus «.

Voilà sans doute le réel but de la tenue de la gay-pride, si très officiellement, il s’agit de satisfaire aux exigences du très puissant lobby-gay de Bruxelles, officieusement pour l’Etat serbe, il s’agit avant tout de discréditer, museler, voire neutraliser au maximum les forces de contestations éventuelles qui pourraient tout simplement » refuser » certains décisions politiques cruciales pour la Serbie, au tout premier plan desquels une éventuelle obligation de reconnaissance du Kosovo pour joindre l’UE. Comme l’a déclaré à RIA Novosti le directeur exécutif du Centre Nixon à Washington, Paul Saunders. » la Serbie ne pourra intégrer l’UE et encore moins l’OTAN sans reconnaître l’indépendance de la province du Kosovo «. On peut même imaginer que la lenteur de l’intégration soit mise sur le dos des opposants au pouvoir, le pouvoir serbe masquant ainsi son incompétence et sa mauvaise gestion globale. Bien sûr, la Serbie, isolée, n’avait que peu d’autre porte de sortie. L’orientation Européenne a été souhaitée et confirmée par le peuple lors des dernières échéances électorales et l’Etat serbe a joué toutes les cartes légales pour tenter de » sauver » le Kosovo, mais qu’à t’il obtenu en échange ?

Le pays ne s’est pas remis de la destruction de son économie par les bombes des pays de l’Union Européenne, qu’elle prétend aujourd’hui intégrer. Cette même union qui » joue » avec l’intégration de la Serbie pour des faits divers. Il faudrait sans doute rappeler à Alfredo Mantica que les pays phares de l’UE, comme la France, sont régulièrement victimes d’émeutes urbaines, ou comme l’Italie, de troubles dans leurs stades de football. Enfin et surtout ce qui guette la Serbie est la perte » officielle » du Kosovo, perte qui semble donc se profiler bien avant d’avoir rejoint la famille de Bruxelles. Il est dès lors facile de comprendre que la gay-pride est un élément mineur de l’actualité, mais bien sans doute la première convulsion d’une population Serbe qui pourrait tout simplement refuser les involutions en cours, quel qu’en soit le prix à payer, et les moyens nécessaires, notamment un basculement politique total, par voie démocratique ou non.

Alexandre Latsа

Posted on by Alexandre Latsa in Serbie, Win.ru Leave a comment

De l’indépendance des états

Un commentateurs anonymes sur mon blog me ‘tançait’ sur l’indépendance de L’abkhazie et l’ossétie en rigolant du manque de reconnaissance de ces «états» par les autre états du monde. Je lui réponds que le Kosovo n’a été reconnu «que» par les états de l’OTAN ou affiliés, et par de grandes démocraties occupées que sont par exemple l’Afghanistan et l’Irak moderne. 
Mais passons, cet article instructif de Ria novosti sous la plume de Andréi Fédachine remet les pendules à l’heure et nous apprend bien des choses, je cite : 

 — Dans le droit international, il y a deux théories principales de la reconnaissance de l’État : la « déclarative » et la « constitutive ». Les deux théories peuvent être appliquées au Kosovo, à l’Abkhazie, à l’Ossétie… Le droit international est conçu de telle façon que les juristes habiles peuvent tirer à eux la couverture dans tous les sens jusqu’à ce qu’elle se transforme en haillons ou se déchire en plusieurs morceaux. A en juger par les débats à l’ONU, cela concerne également les résolutions sur le Kosovo.

Les adeptes du « statut d’État déclaré » affirment que, pour qu’un État soit reconnu, il doit avoir un territoire fixe, une population permanente, un gouvernement et la capacité d’entrer en rapports avec d’autres États. Les partisans de la « théorie constitutive » estiment que, pour reconnaître l’indépendance d’un État, il suffit qu’il soit reconnu par d’autres ou même par un seul autre État. C’est d’ailleurs à cette théorie que le président Dmitri Medvedev s’est référé dans le cas de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud, bien qu’il soit certainement exclu de le considérer comme un partisan de cette dernière théorie. Dieu l’en garde ! Il n’a fait que citer un exemple.

Comme cela arrive souvent dans la jurisprudence internationale, on peut choisir parmi ses « instruments » celui qui convient le mieux pour des situations géopolitiques concrètes (historiques, diplomatiques, militaires, économiques, territoriales litigieuses, etc.) C’est là que réside l’interprétation d’une décision ambiguë.

Mais le camp mondial des « États faux-jumeaux » du type du Kosovo ou de l’Abkhazie peut aussi interpréter les décisions de la Cour de La Haye de manières différentes. Or, ces « faux-jumeaux » sont bien plus nombreux dans le monde qu’on ne peut le penser à première vue.

Parmi les États non reconnus (ou reconnus par de nombreux États, quelques États ou par un seul État), on peut citer :
- le Kosovo (reconnu par 65 pays sur les 192 membres de l’ONU)
- l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud (reconnues par la Russie, le Nicaragua, le Venezuela et l’île de Nauru)
- Taïwan
- le Haut-Karabakh
- le Somaliland
- la Transnistrie
- la République turque de Chypre du Nord
- l’Arménie (non reconnue par le Pakistan)
- L’Autorité palestinienne
- Israël (n’est pas reconnu par 20 pays musulmans)
- la Corée du Sud (n’est pas reconnue par la Corée du Nord)
- la Corée du Nord (n’est pas reconnue par la Corée du Sud)
- la République arabe sahraouie démocratique (le Sahara occidental)
- La République tchèque et la Slovaquie, par exemple, ne sont toujours pas reconnues par le Liechtenstein (et vice versa), car des terres ont été enlevées à une famille princière dans ces pays.

Le nombre de mouvements séparatistes ou autonomistes est incroyablement grand dans le monde.
C’est en Europe qu’ils sont les plus nombreux avec 25 mouvements importants, petits et moyens, de l’Albanie à l’Allemagne, en Belgique, en Espagne et au Portugal.
L’Afrique n’occupe que la deuxième place : 24 groupements.
L’Asie occupe la troisième : 20.
On en compte 21 en Amérique du Nord, centrale et du Sud.
Même dans les Caraïbes des États-Unis, on en trouve qui voudraient se séparer de la métropole.
Et tous ont les yeux braqués sur ce qui se passe à La Haye—.

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Guerre en Ossétie (2008), Serbie Leave a comment

in memoriam

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Serbie 2 Comments

10 ans déjà, par Pierre Henri Bunel

Comme je le mentionnait dans mon article de hier (reprenant une nouvelle de l’agence NOVOpress), les Francais ont pris la parole (indirectement) au meeting du 24 mars 2009 à Belgrade. En l’espèce Mila Aleckovic Nikolic à lu la déclaration de Pierre Henri Bunel, patriote Francais qui a défendu la Serbie jusqu’au bout, écopant de 5 ans de prison pour «trahison».


Voila ci dessous le discours de PHB à Belgrade traduit en Francais, la version Serbe étant ici

Dix ans déjà !

Il y a dix ans commençait une opération d’agression de l’Otan contre un peuple fier et libre, le peuple Serbe. Ce drame intervenait avec la complicité d’une partie des opinions publiques abusées par la propagande de l’Otan et de ses satellites.

Pour avoir pris part à une action qui visait à empêcher une telle forfaiture, c’est de l’intérieur d’une prison française que j’ai suivi tous les épisodes de cet événement qui frappera d’opprobre ses coupables pour une longue période de l’histoire.
J’ai ressenti devant ce crime annoncé un double sentiment de honte et de fierté.

D’abord la honte : celle de voir mon pays s’engager volontairement dans cette trahison. Une trahison envers lui-même d’abord parce que les raisons invoquées ne reposaient sur rien, parce que participer à cette infamie ne pouvait pas servir le peuple français et enfin, et c’est peut-être le plus grave de l’affaire, parce que nos dirigeants trahissaient ainsi une amitié traditionnelle fondée sur l’héritage de l’histoire.

En bombardant Belgrade comme l’avaient fait les nazi pendant la seconde guerre mondiale, les « alliés » ne pouvaient que ternir fortement leur image pour les temps à venir.

Mais j’ai aussi ressenti un sentiment de fierté.

J’avais appris à connaître le Peuple Serbe pendant mon déploiement en Bosnie-Herzégovine. Certes, la situation des Serbes de Bosnie-Herzégovine était difficile, mais ils ont toujours fait montre de loyauté à leur parole dans tout ce que les forces d’occupation leur demandaient.

Il ne s’agissait pas de basse « collaboration » mais de respect de la parole donnée, entérinée par la signature du diktat de Dayton. Ils sont les seuls à avoir fait preuve de tant de courage et de loyauté en cette période qui était déjà fort peu glorieuse pour les complices de l’Otan.

Et dans ma prison parisienne, je ne pouvais que ressentir un sentiment d’amitié envers les Serbes injustement frappés pour avoir voulu défendre leur existence, leur culture et leur liberté. Pour avoir défendu leurs droits les plus élémentaires, en somme. J’ai été fier de voir ces patriotes se masser sur les ponts sous les bombardements pour servir de boucliers humains à leur patrie bien aimée.

Au cours de ma détention, j’ai reçu de nombreux témoignages de sympathie venant des Serbes de France mais aussi de Serbie. J’ai dans mon bureau une carte postale représentant des militaires serbes et français lors de la campagne des Balkans en 1918. Sur cette carte postale, il est écrit, en serbe : Srpski i francuski oficiri u I svetla skom ratu et, en français dans un cartouche « Merci mon commandant Pierre-Henri BUNEL ! La Serbie prie le Dieu pour Toi en ce mars 1999. Il s’agit de la carte n° 188 des Éditions Francophiles 1999. et porte la signature Branko Vasilijević, prof. Cette carte ne me quitte pas, d’une maison à l’autre.

Lorsque je suis enfin sorti de prison le 29 août 1999, vous aviez gagné. Les coups sauvages de vos ennemis n’avaient pas réduit votre résistance, on n’entendait plus parler ni la Secrétaire d’État des États-Unis, ni le verbeux Richard Holbrooke. Tous ces « courageux » bavards avaient laissé la place à… un négociateur finnois.

Certes, les dégâts contre la Chère Serbie avaient été énormes, mais vous n’aviez pas cédé, et vous aviez gardé votre président.

Lorsqu’en 2003, invité par les Éditions Guntenberg Galaksija et sont directeur M. Mile Bverlic, qui a bien voulu éditer en serbe mon livre « Crimes de Guerre à l’Otan », j’ai enfin pu venir rendre visite à ce pays que j’aime tant et rencontrer les héros qui avaient tenu sous les bombes assassines. J’ai aussi pu franchir l’Ibar à Kosovska Mitrovica, sous les regards haineux d’Albanais suffisants mais sous la protection des Serbes restés sur la rive nord. J’ai alors mieux compris combien mon pays d’Ariège, dans les montagnes du sud de la France, est proche de cette province du sud de la Serbie. Proche par ses montagnes, proche par ses habitants qui sont eux aussi habitués au dur travail de l’agriculture de montagne, aux hivers rudes. Les gens de mon pays ont eu eux aussi à lutter contre des envahisseurs venus du nord et le haut lieu de Montségur est pour nous autres pyrénéens comme Kosovo Poljé pour la Nation Serbe.


Mais la forfaiture a continué avec l’acceptation par des satellites de Washington de l’indépendance de la province Serbe de Kosovo i Metohija.

La France aussi a connu des périodes sombres de son histoire. Elle aussi s’est trouvée amputée de l’Alsace et de la Moselle par les hordes germaniques. De 1940 à 1945, elle aussi a été envahie. Et nous en sommes sortis.

Certes, on peut penser qu’elle est à nouveau sur une pente dangereuse. Mais, à elle comme à la Serbie, il reste un espoir. Les mêmes forces qui ont conduit à la mutilation de la Serbie et qui conduisent à la mutilation de la France, conduiront aussi à la résurrection de nos deux peuples.

Mais il faut pour cela que la jeunesse serbe et la jeunesse française ne se laissent pas aveugler par les mirages de la société de consommation.

Les peuples qui n’ont pas d’histoire n’ont pas d’avenir. En revanche, ceux qui savent conserver leurs traditions, tout en prenant dans le modernisme des éléments positifs, ceux qui savent garder la conscience de ce qu’ils sont, de ce que les ont faits leurs pères, ceux-là ont de l’avenir.

L’évolution du monde prouve que les modèles que prônent nos ennemis sont éminemment fragiles parce qu’ils reposent sur la mollesse et la paresse. Dans le monde qui se dessine, l’avenir sera à ceux qui sont durs à la tâche et rustiques dans leurs aspirations. C’est notre devoir, à nous adultes de montrer le droit chemin à nos enfants. Guidés par nos popes, mais à la force de notre énergie, il nous appartient de reprendre les rênes de nos destins.

Les Serbes sont courageux, ils l’ont montré au cours de leur histoire et au moins depuis la Bataille du Champ des Merles – Kosovo poljé – de plus, ils ne sont pas seuls même si leurs frères des combats futurs sont encore contraints au silence. La foi en Dieu, en son pays et en ses traditions est la source de l’avenir glorieux.

En ce dixième anniversaire d’un malheur qui aura une fin, je voulais vous dire à tous mon amitié et l’amour que je vous porte.

Gloire et longue vie au Peuple Serbe ! Votre ami, votre frère :

Pierre-Henri BUNEL

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Serbie Leave a comment

24/03/2009 : 10.000 résistants à Belgrade !

Lu sur NOVOpress Le 24 mars dernier, à l’appel du mouvement 1389, l’association, du Parti radical serbe, des associations Liberté , Dverispske et Tchetniks du Monténégro ainsi que des mouvements nationalistes russes Obraz et Jeune Russie, près de 10 000 personnes se sont rassemblées à Belgrade pour commémorer le dixième anniversaire de la guerre déclenchée le 27 mars 1999 par l’OTAN contre la Serbie. Cette agression militaire, qui a duré 78 jours, a provoqué la mort de près de 4 000 personnes et en a blessé plus de 10 000.

Le meeting a débuté à 19 heures alors que trônaient sur la tribune un drapeau impérial serbe et un portrait de Ratko Mladic, toujours recherché par le TPI et point d’achoppement pour une avancée franche des négociations d’intégrations de la Serbie à l’UE.

Différents orateurs Russes ont pris la parole. Parmi eux, le général Leonid Ivashov, le député russe Maxim Mishchenko, le leader du mouvement nationaliste russe Narodnaya Volya, Sergei Baburin, ou encore Konstantin Zatulin, président de la commission de la CEI à la Douma russe. Se sont également exprimés le major Zoran Tmushich, un vétéran de la guerre en Bosnie, le général Milétic, le chef de la défense aérienne en 1999, ainsi que l’actrice Ivana Zhigon. Des représentants de France, du Canada et d’Allemagne étaient présents tels que l’écrivain, traducteur, scénariste et réalisateur autrichien Peter Hanke, le juriste américain Ramsey Clark ou encore le général français Pierre Marie Gallois.

Dans son discours, M. Mishenko a prévenu : « le principal danger pour la Serbie et la Russie : les organisations non gouvernementales financées par l’Ouest comme par exemple ce ministère des minorités créé en Serbie en octobre 2000 et qui est devenu une sorte de ministère de toutes les déviances, favorisant notamment la gay parade en Serbie. » « Voilà ce qui attend la Russie si les agents de l’Occident tels que Kasparov, Kassianov ou Nemtsov arrivent à des postes d’influence », a-t-il mis en garde.

A la fin du meeting, les militants du mouvement 1389, dirigés par Misa Vacic ont brûlé le drapeau de l’Union européenne.

1389 avait diffusé un communiqué prévenant que la manifestation aurait « une dimension patriotique » et que 10 ans après, les Serbes n’avaient pas oublié, que « le TPI fonctionnait toujours tout comme l’uranium appauvri que l’Amérique avait déversé sur la Serbie. » Lors de la dispersion, le Mc Donald de Belgrade a, comme il est désormais de coutume, été incendié par les militants.

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Serbie Leave a comment