L’intégration économique et politique de l'Eurasie : objectifs réalistes ?

  Veuillez-trouver ci dessous mon interview de ce début 2017 pour la lettre de l'Association Nationale des Auditeurs Jeunes de l'Institut des Hautes Etude de Défenses Nationales /// WWW.ANAJ-IHEDN.ORG Comment définir l’axe eurasiatique ? Je crois qu’il faut tout d’abord envisager cet Read more

Conférence au MGIMO sur la politique étrangère de François Fillon (27/02/2017)

La politique étrangère de François Fillon : vers un nouveau gaullisme francais ? Photos sur le site du MGIMO Photos sur Facebook Bonjour à tous et merci beaucoup à cette institution qu’est MGIMO de nous recevoir aujourd’hui. Mon propos sera court, je souhaiterais vous parler Read more

Interview chez Sputnik avec Rachel Marsden

Interview avec Rachel Marsden dans les locaux de Sputnik Paris (source originale) Read more

Articles in English

Seliger 2010

J’ai déjà sur ce blog expliqué ce qu’est SELIGER. SELIGER 2010 à eu lieu, moins politisé, et sur le thème de l’ouverture. Je me permets ici de recoller quelques passages d’un article du Moscow Times.

LAKE SELIGER, Tver Region 
The summer camp on Lake Seliger used to be a private party for pro-Kremlin youth, but this year EU flags and a motley crew of foreign participants indicate that the times are changing.
I really don’t care about Russian politics because I am not from Russia,” said Akhilesh Chauhan, 20, a student from India who praised the friendly atmosphere at the camp.


Among the 5,000 campers at this year’s gathering, which opened last Friday and runs through July 30, are more than 800 foreigners, including students from Britain, India, Kenya, Pakistan and Slovakia.


The pro-Kremlin pundits who warned campers in years past about shadowy menaces to Russia’s “sovereign democracy” at daily lectures have given way to educators, film producers and fashion designers.


Seliger was founded as a training camp for Nashi, a youth movement created in 2005 with the support of authorities seeking to stave off  “color revolutions,” popular uprisings that led to regime change in countries like Ukraine and Georgia.
But the camp has steered away from politics to become an education forum open to all public organizations,Oleg Rozhnov, the Deputy Sport, Tourism and Youth Politics Minister who is also involved with the forum, said last year.


That does not mean that authorities have thrown the project to the wind. President Dmitry Medvedev made a splash at the Seliger camp on Thursday in his first visit as president. He previously attended in 2007 as a first deputy prime minister.


The president viewed several innovation projects by young inventors and chatted with Stanford University representatives who invited him to come and give a lecture. Medvedev gave a speech at the university in California late last month during a tour of Silicon Valley. He also visited President Barack Obama in Washington.
“I will try to settle it with Obama and come and visit you one more time,” Medvedev said Thursday, RIA-Novosti reported.
Buses carrying 400 children from another summer camp in the Tver region were stopped by traffic police for three hours to make way for Medvedev’s cortege, the opposition web site Kasparov.ru reported. But Interfax said Medvedev arrived by helicopter.


A Kremlin spokesman could not immediately say late Thursday how Medvedev had traveled to the camp but noted that decisions to block roads are made by local police, not the Kremlin.


When Nashi ran the camp, the national anthem was used as a wake-up call, and the practice has persisted. But the Nashi members in attendance are mostly employed as guides and guardians of order, not propagandists like before.
Discipline also remains strict like in Nashi times. Campers have a 1 a.m. curfew, and those who drink alcohol are kicked out on the spot. Even skipping lectures can result in a camper’s badge being punched with a hole — and three punches mean a ticket home.
But the atmosphere around the camp was cheerful during a visit this week, with campers spending their time alternating between lectures and leisure activities like rock climbing, bicycling and boat rides.


Previous Seliger camps had political posters plastered all around the place. But this year, only two big photos — of Medvedev and Prime Minister Vladimir Putin — were featured on the walls of an open concert stage.


Even those traces of propaganda puzzled some guests.
“Honestly, I was very surprised [to see] Putin and Medvedev. In Japan, we do not see the pictures of political leaders in places like this,” Japanese student Yumi Tsubaki said as she sat on the grass chatting with a Russian-Korean friend, Kim Me Dua.
Tsubaki, one of 26 Japanese students at the camp, said she was an English major attracted to Seliger because of her interest in Russian culture. Some foreigners have complained about visa problems, but Tsubaki said she had no trouble.
Mikhail Mamonov, director of Seliger’s international program, said about 30 foreigners were not able to attend but insisted that no one had been denied a visa. He did not specify what prevented them from coming.


Some foreign youth who made it to Seliger were still dissatisfied, and a British student, Haidar Ali, even showed The Moscow Times a list of complaints he had compiled: no English translations during some lectures, a general lack of planning, and “couples engaging in inappropriate sexual activity.”


“They have failed in what Seliger promised to deliver,” Ali said.
He said he was particularly disappointed by the lack of political lectures by Western professors, as scheduled by organizers.


Ali said Frederick Starr, a professor on Central Asia, Afghanistan and Caucasus from Johns Hopkins University in Baltimore, was the only Western lecturer who had spoken so far.


The complaints did not prevent Vasily Yakemenko, who headed Nashi when its members harassed Britain’s ambassador in 2006 for attending a Russian opposition event and now heads the Federal Agency for Youth Affairs, which organizes the annual camp, from speaking fondly about the foreign participation this year.
“The main topic of the international session is to open Russia to students worldwide,” Yakemenko said Wednesday, Interfax reported.


None of the foreign participants interviewed by The Moscow Times were aware of the Seliger camp’s politically charged history.


But many Russian participants noted that the gathering had improved without Nashi.
“There is more freedom and artistic spirit,” said Yana Belotserkovskaya, 19, an amateur poet from Lipetsk in central Russia who raved about a lecture by acclaimed poet Yevgeny Yevtushenko.


Representatives of foreign and Russian companies that are sponsoring the camp said they would not be involved if the camp focused on political themes like in previous years. They spoke on condition of anonymity to avoid problems with camp organizers. Camp partners include Russian TechnologiesKPMG,Siemens and PriceWaterhouseCoopers.


“Before it reminded me of a Communist camp. I think it has became much better now,» said one Russian company representative. «All they need to do is maybe stop broadcasting the national anthem in the morning.»



 



 

Posted on by Alexandre Latsa in Articles in English, Nashis 2 Comments

Stronger than you think !

Un article très intéressant paru hier , sous forme d’une interviw de Gleb Pavloski

02 November 2009
By Gleb Pavlovsky
Western leaders and observers persistently repeat, like a mantra, that Russia is “weak.” This judgment is based on a flawed comparison between Russia and the Soviet Union.  Measured by Soviet standards, Russia has weakened, but as former United States National Security Adviser Brent Scowcroft noted, Russia still “has enormous capacities to influence the U.S. security strategy in any country.”
A country with such influence over a military superpower cannot be considered weak. In fact, the issue is not Russia’s strength per se, but whether Russia intelligently concentrates and applies it.
The new Russia has transcended its Soviet identity and managed to put down uprisings in the post-Soviet space as far away as Tajikistan. It has dealt with a new generation of security threats on its own territory — most prominently Chechen warlord Shamil Basayev — and prevented them from turning into a global force like al-Qaida.
Moreover, Russia has helped other new nations in Eastern Europe create their own identities.
Does this not demonstrate Russia’s global know-how? Is it not a contribution to international security?
The United States has recognized the Russian factor in post-Soviet state-building processes. Russia has not been the only beneficiary of its activities in the Caucasus, especially since 2000. By bringing recalcitrant minorities into a new security consensus, Russia helped transform local ethnic conflict into a constructive process of nation building.
So Russia’s claim to being a central element in Eurasian security, on par with the United States and the European Union, is not the blustering of a spent Leviathan. Rather, it is a demand for a fair international legal order.
The debate about whether the United States should allow Russia to have “special interests” in Eastern Europe is pointless. Russia’s interests are by necessity becoming global. The agenda of U.S.-Russian relations includes issues such as treaties on the reduction of strategic weapons and on nuclear nonproliferation, NATO, Afghanistan, Iran, Central Asia, North Korea and the post-Soviet space. These are all global issues, not local ones.
Russia can be effective in dealing with these issues only if it becomes a competent global actor.  Yet many assume that world politics should be designed to bypass Russia. Everywhere Russians are expected to support something without participating in creating it. We are supposed to help stabilize the region around Afghanistan, for example, but only in order to create a “greater Central Asia” that will not include Russia.
It is clear that modern Russia lacks a “global status” in the Soviet sense. But the United States has also been unable to achieve the global status of a “Yalta superstate.” The U.S. global military power is undisputed, although it is used with decreasing frequency.
Sprawled over 11 time zones — five of which border China — it is impossible to expect Russia to remain merely a regional power.
A state that is involved in four global regions — Europe, Central Asia, the Far East and the Arctic — and borders several others cannot be considered “regional.”
Moreover, because the regions in which Russia has interests face a number of problems, it must seek influence over the strategies for those regions pursued by other powers of various sizes, from China and the United States, to the EU and Iran. Russia is expected to act in ways that are beneficial to U.S. and Western interests. But it is in Washington’s interest to enhance Moscow’s capacity to act and to strengthen a globally competent Russia. This would be a Russia that acts in pursuit of its own interests — the same way that the United States and the EU act.
Americans sometimes suggest that Russia has a hidden strategic agenda. But the consensus that Vladimir Putin has created in Russia since he became president in 2000 is more than a question of interests. It is a value-based reality. It is based on the possibility of a free life in a secure environment — something that Americans take for granted.
For many years, we had to deal with the problem of Russia’s very existence rather than that of the quality of its governance.
Putin’s consensus made it possible to resolve both problems without foreign assistance and interference.
Now in order to solve other problems, we need to go beyond Russia.
Gleb Pavlovsky is head of the Russia Institute. © Project Syndicate
Posted on by Alexandre Latsa in Articles in English, Nashis Leave a comment

SELIGER 2009 ! За Россию !

Cet été a eu lieu le camp SELIGER 2009, du nom du lac situé au nord ouest de Moscou. «Amitié Franco-Russe» en a fait un compte rendu :
Il est 8 heures du matin, sur les bords du pittoresque lac Seliger, à 340 km au nord-ouest de Moscou. Des haut-parleurs crachent l’hymne national russe. Les centaines de participants du camp Seliger se massent devant une scène décorée de portraits et citations du président Dmitri Medvedev et du premier ministre Vladimir Poutine, pour la séance matinale de culture physique. Les quatre années précédentes, ce camp patriotique était organisé par les Nachi (« Les Nôtres »), un groupe de jeunesse pro-Kremlin. Cet été, l’agence fédérale pour les affaires de la jeunesse, dirigée par l’ancien chef des Nachi devenu haut fonctionnaire, a reçu plus de 2 millions d’euros de fonds publics pour prendre en main le camp durant tout l’été. Cinquante mille jeunes au total auront passé une semaine ou plus dans le village de tentes aux abords de Seliger. C’est dix fois plus que l’an dernier. «Allez ! Dmitri Medvedev doit voir que nous sommes pleins d’énergie «, lance un animateur aux jeunes en train de se dégourdir. L’après-midi, ils s’entretiendront avec le président par vidéoconférence.
Quelques centaines de mètres plus loin, une série de croix forme le » cimetière des inventions qui auraient pu appartenir à la Russie «. Les épitaphes relatent l’histoire de l’ampoule électrique, la radio ou encore de l’hélicoptère que des Russes auraient été les premiers à développer, mais qu’un Américain ou, pire, des Russes émigrés ont brevetés à l’étranger. Ievgueni Kourkine, 23 ans, s’assure que cela ne se reproduira plus. Dans l’une des tentes du camp, l’étudiant de Samara règle les détails d’un contrat avec le directeur innovation d’Onexim Group, Mikhaïl Rogatchev. Ce dernier est prêt à investir un million de roubles (23.000 euros) dans le développement de la turbine éolienne conçue par Ievgueni et son équipe. » Appuyer ces projets est pour nous un moyen de former une demande pour l’innovation en Russie, explique Mikhaïl Rogatchev. Nous croyons qu’il est important que notre jeunesse énergique soit soutenue. » Le début d’un nouveau cycle
Dans un pays où les mots durs de Poutine envers un dirigeant peuvent faire chuter d’un tiers la valeur des actions d’une entreprise en une journée, c’est une façon, pour les hommes d’affaires, d’assurer leurs bonnes relations avec le pouvoir. Lors de la vidéoconférence, Dmitri Medvedev se félicitera d’ailleurs qu’Onexim Group appuie ces projets.
 
Sous un autre chapiteau, de jeunes inventeurs en sont encore à convaincre des investisseurs potentiels. » Vous devriez mieux montrer votre avantage concurrentiel «, suggère l’un des hommes d’affaires à une jeune fille après sa présentation : elle aurait peut-être dû se procurer l’une des dizaines de traductions de livres américains qui promettent la recette miracle pour devenir millionnaire, en vente dans la tente voisine.
Seliger est maintenant plongé dans le capitalisme. « Nous commençons un nouveau cycle,. Les premières années, il n’y avait qu’une thématique : la politique. Nous devions préparer de jeunes politiciens. » Résultat : cinq anciens campeurs de Seliger sont devenus députés, et près d’une trentaine siègent dans les parlements régionaux. » Par analogie, nous voudrions, dans trois ans, avoir cinq multinationales et une trentaine de compagnies régionales » issues de Seliger, rêve Ilia Kostounov. Gleb Pavlovski, conseiller des présidents russes, confirme le changement de fonction de la jeunesse poutinienne. » Il y a quatre ans, il y avait une menace ; leur rôle était de contenir les mouvements antiétatiques. Aujourd’hui, il faut moderniser le pays. » Pas question toutefois de couper les vivres aux Nachi, assure Gleb Pavlovski. La menace peut resurgir à tout moment. En ce cas, les forces vives de la jeunesse patriotique russe seront toujours mobilisées. explique Ilia Kostounov, l’énergique directeur du camp
**
Pour des photos du camp SELIGER 2009 c’est ici, la , ici ou encore la
A noter également cette année :
- la création d’un «club de boxe du nom de Vladimir Poutine»
- Des épreuves d’habilité et de force
- La venue et le discours de Vladimir Poutine
Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Nashis Leave a comment

Un 24 mars 2009 à Belgrade

KOSOVO IS SERBIA!
Le Kosovo est Serbie!
KOSOVO JE SRBIJA!
Косово е Сърбия!
Kosovo ist Serbien!
Το Κοσσυφοπέδιο είναι η Σερβία!
Kosovo is Servië!
Kosowo to Serbia!
O Kosovo é Sérvia!
KOSOVO ESTE SERBIA!
Kosovo es Serbia!
Kosovo är Serbien!
КОСОВО ЭТО СЕРБИЯ!
Kosovo je srbsko!
Косово є Сербія!
科索沃是塞尔维亚 !






Sources : le blog de Maxim Mishenko

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Nashis, Serbie 1 Comment

2009 : année de la jeunesse ! (Год молодежи)

2009 c’est l’année de la jeunesse en Russie (Год молодежи).
Une année qui sera marquée par des projets sur différents thèmes :
- le succès
- les projets Zvorykine (commercialiser les inventions des jeunes),
- le leadership (donner la possibilité à chaque jeune de réussir dans chaque domaine de sa vie)
- la tolérance (garantir une coexistence pacifique des peuples vivant sur le territoire russe).

D’autres sujets seront traités : la technologie du bien, le territoire, la tradition …

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Nashis Leave a comment

Forum international de jeunesse de la CEI

Le forum international de jeunesse de la CEI (Communauté des États indépendants, entité intergouvernementale composée de 12 anciennes républiques soviétiques) a tenu ses portes a Moscou à la fin du mois de novembre. L’organisateur de ce forum était l’association “http://www.molgvardia.ru/”, organisation de jeunesse Russe du mouvement “Edinaja Rossija” dirigé par Vladimir Poutine.

Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us

Douze délégations des pays de la CEI ont participé, de régions comme l’Ossétie, la Gagaouzie, la Crimée ou encore la Moldavie de façon indépendante via la présence du mouvement Proriv, le plus important des mouvements pro Russes de cette région.

Image Hosted by ImageShack.us

Sa présidente Alena Arshivona et un membre du bureau exécutif, Anatoly Kowalskiy ont durant ce congrès présenté les mouvements de jeunesse de Transnistrie. Comme l’a affirmé sa présidente : «C’est un grand honneur pour nous de représenter les mouvements de jeunesse de Transnistrie à l’occasion de ce forum. Nous avons gagné et obtenu ce droit en préservant et renforçant la présence Russe en Transnistrie. Proriv depuis sa création ne soutient pas la Russie que par des mots mais aussi par des faits, notamment en nous battant pour la préservation des opérations de maintien de la paix russe en Transnistrie, en introduisant les fêtes nationales Russes dans la conscience générale et en présentant à la jeunesse de Transnistrie les valeurs culturelles éternelles Russes.»

Image Hosted by ImageShack.us

La délégation a participé à une table ronde de négociations et de discussions sur la coopération des organisations de jeunesse inter CEI et a présenté nombre d’initiatives positivement accueillies par les participants. Proriv est ainsi devenu lors de ce congrès le représentant officiel de la Transnistrie et à ce titre a signé le «contrat de coopération» lié.

Comme l’a également rappelé Alena Arshinova : «tout cela n’était que le premier pas sur le chemin de la coopération, des projets communs et des victoires générales».
Et Dimitry Soin, l’un des leaders de Proriv, a précisé : «aujourd’hui notre mouvement justifie son nouveau format international. Notre jeunesse voyage beaucoup, se déplace et est apte aujourd’hui à effectuer la tache de ministère de jeunesse des affaires étrangères. Nos savons beaucoup de la diplomatie nationale mais des mots aux actes il y a une longue route. Nous pouvons prouver comment le faire de façon rapide et efficace.»

Source : http://www.tiras.ru/en

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Nashis Leave a comment

Stop a l’American SHOW !

Ce 2 novembre au soir, 20.000 militants de l’organisation NASHI ont convergés à Moscou devant l’ambassade Américaine afin d’exhorter le monde a réfléchir sur les conséquences de la politique américaine.
Ce «bilan d’Haloween» en plein fête des morts était destiné a dénoncer les centaines de milliers de vies innocentes emportées par les grands «shows US» : des guerres aux tensions internationales, en passant par la crise financière. Les militants ont donc fété cette fête des morts en amenant des «citrouilles» contenants des bougies représentants chaque victime innocente de la politique cynique Américaine, politique censée démontrer au monde la grandeur de l’amérique.

Pendant trop d’années en effet, le monde a vécu dans la crainte de la stratégie de tension orchestré par l’Amérique.

Il est temps de se poser les questions suivantes à exhorté le commissaire Marina Zademidkova : «combien d’autres vies, nous sommes prêt à payer pour l’american show ? Combien de guerres pour que la Maison Blanche soit enfin tranquille ? Lors de la semaine de tension en Ossétie du sud, la popularité de McCain a augmenté de 10%. Ces 10% ont couté 2.000 vies ossètes, comment peut on tolérer cela ? Nous sommes ici pour demander si le «show américain» va encore continuer avec son lot de sacrifices ! Va t’on en permanence vivre dans la crainte d’une nouvelle guerre ou d’une nouvelle crise mondiale.

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Guerre en Ossétie (2008), Nashis Leave a comment

Shapovalova — Шаповалова


L’inauguration de la boutique de Antonina Shapovalova, dont la collection à été présentée lors de la dernière fashion week de Moscou, à eu lieu le 26 avril dernier au prestigieux centre Goum en présence de nombreuses stars du showbiz, de nombreux artistes et de responsables politiques et associatifs …. La suite ici

Toutes les infos (adresse, prix, collections…. ) disponibles sur le site du magazin, ici

Pour des photos du dernier défilé, regardez ici

Pour une vidéo explosive de la première collection, je vous laisse admirer, c’est tout simplement «frais, moderne et identitaire» !

*

The shop from Antonina Shapovalova opened recently in Moscow ! You can find all collections and/or informations on its website just there

To have a look on what she already did, it’s here

Please also enjoy a video from her first fashion show, it’s «explosive, new and patriotic» !

Posted on by Alexandre Latsa in Art, Articles en francais, Nashis Leave a comment

Manifestation de soutien à la Serbie durant la paques orthodoxe

Around one thousand people gathered in the Russian capital to take part in the Easter March for Serbia. The demonstrators expressed their support for Serbia and its territorial integrity. Activists carried Orthodox icons and banners saying «Kosovo is Serbia» and «Russia, help Serbia». The demonstrators showed their support for Serbs living in the self-proclaimed state of Kosovo, a former part of Serbia. The rally was also joined by Serbs living in Russia. 

***** 

Autour d’un millier de personnes ont manifestées à Moscou au cours de la pâque orthodoxe pour afficher leur soutien à la Serbie et à son intégrité territoriale. Les manifestants ont défilé sous des bannières orthodoxes et des icônes, scandant : «le Kosovo est la Serbie» et «Russie, aide la Serbie». Les organisateurs de la manifestation voulaient ainsi montrer leur soutien aux Serbes résidants toujours dans l’état «autoproclamé» du Kosovo. La communauté Serbe de Moscou s’est également jointe à la manifestation. Source Russia Today

 
 
Autre source : sur le site du mouvement jeune garde et autre vidéo :
Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Nashis, Serbie Leave a comment

Mesec za srbiju ! Un mois pour la Serbie ! Mesetz za serbiju !

Le mois de mars et début Avril ont été un mois intense de coopération Russo- Serbe telle qu’on pouvait la rêver !
Après la participation des NASHI à la manifestation pour le Kosovo à Paris le 5 mars dernier


c’est à Belgrade que le 17 mars dernier des représentants du mouvement Russe NASHI ont participé à la manifestation de mémoire du pogrom anti-Serbe du 17 mai 2004 au Kosovo. Cette journée de pogrom organisée par les activistes Albanais a vu la mort de 12 civils, 850 blessés, 7 villages brulés et 35 églises détruites. Les leaders politiques ont appellé au cours du meeting à ne pas accepter le «deux poids deux mesures» toléré par la communauté internationale et ont remercié les Russes pour l’amitié entre les deux peuples. Les participants à la manifestation sont ensuite allés allumer des cierges en mémoire des victimes innocentes du terrorisme Albanais.
Les NASHI ont rappelé qu’ils contribuaient à une action humanitaire d’ampleur et exprimé leur souhait d’une plus grande coopération dans le but de résoudre les conflits entre les peuples. Une attention particulière va être apporté e aux enfants Serbes qui ont plus besoin que quiconque d’un soutien psychologique.
Encore une preuve visible de la volonté de «l’Occident» d’appliquer ses règles du jeu. L’Europe, habituée au fait que la Russie ne fasse rien, dénoue doucement «ses «règles du jeu. Les Albanais sont eux prêts à tout pour intégrer la «société mondiale». Nous déclarons fermement que nos ne fermerons pas les «yeux» devant cette provocation de l’Occident.



Le 24 mars à Moscou des militants du mouvement NASHI ont organisé à MOSCOU un mémorial à la mémoire des victimes de l’intervention militaire de l’OTAN contre la République fédérale de Yougoslavie. À 22h03, l’heure exacte du début des bombardements, les militants ont allumé 89 bougies — nombre d’enfants recensés «morts» à cause des combats.
Veuillez trouver ci dessous une traduction du communiqué de presse des NASHI pour cet événement :
» Le 24 mars 1999 est la date à laquelle a commencé l’intervention militaire de l’OTAN contre la République fédérale de Yougoslavie. Pendant la campagne aérienne de 78 jours, 1.002 soldats et policiers Yougoslaves ont péris et plus de 2.500 civils. Il y a eu 10.000 blessés. 2300 bombes ont été lancées, 995 sites frappés. 3600 bombes à clusters et 15 tonnes de munitions radioactives ont été utilisées sur des cibles militaires mais aussi civiles. En effet, du train près de Grdelichskom, le pont de Varvarin près de Nis, l’ambassade de Chine à Belgrade, l’immeuble de la télévision à Belgrade ou des radios, ainsi que des hopitaux et même des convois humanitaires au Kosovo permettent de douter du réel aspect humanitaire des bombardements. Nous savons que le bombardement de la Yougoslavie étaient infondé.
Nous pleurons avec la Serbie.
Par l’action d’aujourd’hui, nous voulons rappeler au monde la tragédie du peuple serbe.
Des agresseurs ont tués de leur main des milliers de civils innocents. Nous ne l’oublierons jamais«.

Enfin le 5 avril 2008 des responsables du mouvement NASHI sont retournés à Belgrade pour concrétiser des liens politiques avec des organisations de jeunesse. Parmi les représentants Serbes, la branche jeune du DSS mais aussi des mouvements patriotiques « Двери српске» et «Сербского народного движения 1389«. Ces organisations sont liés par une unité spirituelle liant patriotisme et orthodoxie. Des accords de «coopération» ont été mis en place et notamment l’établissement d’une société internationale de la jeunesse Russe et Serbe. Cette association de jeunesse.
A ce niveau : est planifié l’ouverture d’un «département orthodoxe», d’une «unité des jeunes volontaires» et «l’organisation patriotique de jeunesse ACIER». Les activistes Orthodoxes vont continuer à collecter et envoyer des médicaments aux hopitaux serbes ainsi qu’à organisé des pelerinages vers les lieux saint en Serbie. Enfin va être organisé un camp à destination des jeunes en difficulté. En dehors de cela, les NASHI ont élaboré une coopération avec les acteurs de thêatre Serbe. Ensemble, ils organiseront des représentations de troupes Serbes pendant la semaine du thêatre de rue.


Nikita Borovikov (commisaire fédéral des NASHI) :
«Je suis heureux de ce meeting. Nous avons trouvé des accords clés dans des domaines gratifiants et importants. Nous remercions sincerement la jeunesse Serbe. Ils ont besoin de support dans ces moments difficiles. Nous allons faire notre possible pour aider nos frères«.
Roman Verbitsky (leader du projet) :
«La Russie se renforce chaque jour, et les Russes diovent bien comprendre qui sont leurs ennemis et qui sont leurs amis. Nous sommes liés aux Serbes par des siècles d’histoire communes. «


Cliquez sur l’Image :)


**

A ce jour, Wikipédia nous fournit les informations suivantes sur ‘l’état Kosovar’, cet état s’est doté d’un nouveau drapeau ci dessous, ou l’on voir les frontières du nouvel état mais aussi les 6 étoiles que tout le monde à un temps assimilé au 6 minorités du Kosovo, s’offusquant que celles ci ne soient pas ‘dans’ le drapeau, en y voyant un manque de volonté d’intégration au sein du nouvel état.
Que nenni ! Cela aurait encore été trop beau, les 6 étoiles symbolisent les 6 régions à forte minorité Albanaise des Balkans, symbolisant ainsi l’union Albanaise, voir la future grande Albanie ethnique, remplacante de la grande Yougoslavie multiethnique. On voit à quel point l’action de l’OTAN et de l’Europe a réussi dans les Balkans.


22 états ont reconnu l’indépendance du Kosovo, au mépris de la résolution 1244 de l’ONU :
11 dans l’UE : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Estonie, France, Italie, Lettonie, Luxembourg, Pologne, Royaume-Uni.
3 au sein du conseil de l’Europe : Albanie, Turquie, Suisse
8 autres états : Afghanistan, Australie, Costa Rica, États-Unis, Malaisie, Pérou, Sénégal, Taiwan.





13 états ont affirmé qu’ils allaient reconnaitre le Kosovo :
8 au sein de l’UE : Bulgarie, Finlande, Hongrie, Irlande, Lituanie, Portugal, Slovénie, Suède
1 au sein du conseil de l’Europe : Norvège
2 autres états : Japon, Pakistan


17 états ont refusé de reconnaitre l’indépendance unilérale du Kosovo, au motif qu’elle violait la résolution 1244 de l’ONU :
4 dans l’UE : Chypre, l’Espagne, Roumanie, Slovaquie
9 au sein du conseil de l’Europe ou de la CEI : Azerbaïdjan, Biélorussie, Géorgie, Kazakhstan, Kirghizistan, Moldavie, Russie, Serbie, Tadjikistan
5 autres états : Argentine, Bolivie, Sri Lanka, Venezuela, Viêt Nam



12 états se disent «préoccupés» par cette déclaration d’indépendance, refusant «pour l’instant» toute reconnaissance :
1 dans l’UE : Grèce
3 au sein du conseil de l’Europe ou de la CEI : Bosnie-Herzégovine, Monténégro, Ukraine
8 autres états : Afrique du sud, Brésil, Chine, Inde, Mexique, Nouvelle-Zélande, Koweït, Philippines



Enfin, 27 états sont neutres à ce sujet, refusant de prendre position :
3 dans l’UE : Malte, Pays-Bas, République tchèque
7 au sein du conseil de l’Europe ou de la CEI : Arménie, Croatie, Islande, Macédoine, Monténégro, Ouzbékistan, Vatican
17 autres états : Bangladesh, Burkina Faso, Canada, Chili, Corée du Sud, Colombie, Égypte, Indonésie, Irak, Israël, Jordanie, Libye, Mexique, Ouganda, Panamá, Singapour, Thaïlande


*

Ce tableau récapitulatif est plus qu’instructif, que nous dit il :


- 22 états ont reconnus à ce jour l’indépendance du Kosovo, sur les 193 états officiellement reconnus par l’ONU, soit mois de 12% des états du monde


- La moitié des états ayant reconnus l’indépendance du Kosovo sont dans l’UE, et 15 appartiennent à l’OTAN. Les 7 restants sont Taiwan , l’Afghanistan (sous occupation militaire US depuis 2001), le Costa Rica, la Malaisie (gros donateur financier du TPI et état phare de l’OCI), le Pérou et le sénégal.


- 11 états de l’UE sur 27 ont officiellement reconnus le Kosovo. Ce qui signifie que 16 ne l’ont pas ‘encore (?)’ reconnus.


- Aucun état de la CEI n’a reconnu le Kosovo indépendant


- Aucun état de l’OCS n’a reconnu le Kosovo indépendant


- Les états ayant reconnus le Kosovo représentent 780 millions d’habitants, soit a peine 12% de la population mondiale !


- Hormis l’OCCIDENT (UE, Sphère Anglo Saxonne), seuls le Pérou, l’Afghanistan en guerre, le Sénégal, le Costa Rica et la Malaisie (modèle de démocratie come chacun sait) ont reconnus l’indépendance du Kosovo !


- La Chine, l’Inde et la Russie, soit les pays les plus étendus et les plus peuplés, n’ont pas reconnus l’indépendance du Kosovo.


- Aucun état frontalier de la Serbie, ni aucun état à forte minorité Albanaise n’a reconnu le Kosovo (Roumanie, Bulgarie, Macédoine, Monténégro, Hongrie) hormis bien sur l’Abanie elle même !


- Aucun état des Balkans n’a reconnu l’indépendance du Kosovo, hormis l’Albanie !

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Nashis, Serbie Leave a comment