Interview chez Sputnik avec Rachel Marsden

Interview avec Rachel Marsden dans les locaux de Sputnik Paris (source originale) Read more

Conférence au Cercle Pouchkine le 22/09/2016

Introduction de ma conférence : "Tout d’abord, un petit mot sur le Cercle Pouchkine. Quand Pierre Gentillet m’a proposé d’être parrain du cercle, j’ai immédiatement accepté, avec une idée : celle que la France aujourd’hui se meurt d’un déficit de pragmatisme Read more

Articles en francais

Kirghizie verte / marron

Des infos dissonantes sur les évènements à Bichkek .. La Kirghizie bleue tournerait brune .. La révolution prend le total contre pied des évènements Oranges de 2005. La révolution de avril 2010 prend une couleur verte / marron. A savoir une forte orientation nationale.
Le président déchu à démissionné et aurait été exfiltré par des Russes grand seigneurs au Kazakhstan voisin.
En même temps, les autorités Russes se montreraient inquiètes des incidents reportés contre les ressortissants Russes et leurs biens.
Ce grand jeu oppose les Russes, les Américains et les Chinois mais implique désormais les Turcs chez qui le nouveau gouvernement Kirghize cherche un appui financier. L’immixtion Turque dans une zone frontalière de la zone Turcophone et indépendantiste Chinoise, le Yogurtistan (pour paraphraser notre sublime MAE) pourrait être un déclencheur de futures tensions régionales avec la Chine.

Je rappelle que le Kirghizstan est un petit pays de un peu plus de 5 millions d’habitants et que 1 habitant sur 3 à moins de 15 ans.La population est composée de 65% de Kirghizes (peuple Turc nomade), mais également d’ouzbèkes (14,5 % de la population), principalement situées dans le sud, de russe (9,0 %, essentiellement dans le nord), mais aussi de petite communautés doungane (1,2 %), ouïghour (1,1 %), tadjike (1,1 %), turque (0,9 %), kazakh (0,7 %), ukrainienne (0,5 %) et coréenne (0,3 %). Il existe également de petites communautés d’origine allemande. Le pays comprend 75 % de sunnites (Islam) et 20 % d’orthodoxes (Chrétiens). 
Comme vous pouvez le constater chers lecteurs, le pays est coupé en 3 : les Russes concentrés au nord, les Kirghizes au centre et les Ouzbeks au sud.
Les Evènements récents ont comme d’habitude été «mal» retranscris par les médias nationaux Français, incapables d’en percevoir les enjeux réels, visiblement le «grand jeu» n’est pas à la portée de la majorité des journalistes issus des écoles de journalisme ou autres instituts de journalisme Français mais on en a l’habitude ..
Israël par exemple a été totalement laissé hors des événements, pourtant le mouvement révolutionnaire semble particulièrement viser la communauté juive locale qui comprend 1.200 personnes et est concentrée à Bichkek mais également près de Och et Djalal Habad, soit dans le fief du président déchu Bakaiev. Les bureaux et locaux des hommes d’affaires juifs ont été visés et détruits (sources).
L’affiche ci dessous pendue sur les grilles de la chambre du gouvernement et traitant le fils du président Maksim Bakaiev de sale juif en l’incitant à quitter le pays, après les affaires de détournement d’argent dont a été accusé le gouvernement. Maksim Bakaiev serait au jour d’aujourd’hui aux états unis (?).
Israël a par ailleurs appelé à d’éventuelles mesures drastiques contre le nouveau gouvernement si celui ci ne prenait pas les mesures adéquates pour lutter contre l’antisémitisme croissant.
Dans l’ordre des populations «visées», il ressort :
1 — Juifs
2 — Chinois
3 — Américains
4 — Russes (?)
Ci dessous quelques photos prises par un journaliste Russe sur place

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Kirghizstan 2 Comments

Quoi de neuf en Kyrghizie post Bakaiev

J’ai ajouté quelques éléments sur mon post «Kirghizie bleue«
Egalement reçu  ce jour un article intéressant sur REUTERS. Je mets en gras les passages clefs :

K
yrgyzstan’s self-proclaimed new leadership said on Thursday that Russia had helped to oust President Kurmanbek Bakiyev, and that they aimed to close a U.S. airbase that has irritated Moscow. Their comments set Wednesday’s overthrow of Mr. Bakiyev, who fled the capital Bishkek as crowds stormed government buildings, firmly in the context of superpower rivalry in Central Asia.

No sooner had presidents Barack Obama and Dmitry Medvedev signed an arms reduction pact in Prague as part of an effort to “reset” strained relations than a senior official in Mr. Medvedev’s delegation urged Kyrgyzstan’s new rulers to shut the base. The official, who declined to be named, noted that Mr. Bakiyev had not fulfilled a promise to shut the Manas airbase, which the United States uses to supply NATO troops in Afghanistan. He said there should be only one base in Kyrgyzstan – a Russian one.

Omurbek Tekebayev, a former Kyrgyz opposition leader who took charge of constitutional matters in the new government, said that “Russia played its role in ousting Bakiyev”.  “You’ve seen the level of Russia’s joy when they saw Bakiyev gone,” he told Reuters. “So now there is a high probability that the duration of the U.S. air base’s presence in Kyrgyzstan will be shortened.” Russian Prime Minister Vladimir Putin denied that Moscow had played a part in the turmoil in the former Soviet republic, which Russia regards as part of its own back yard. But he was the first foreign leader to recognize opposition figure Roza Otunbayeva as leader of Kyrgyzstan, and telephoned her soon after she said she was in charge. The United States said it had not yet decided whether to recognize Ms. Otunbayeva’s government, and did not say who it believed was in control.
Russia’s top general said 150 paratroopers had been sent to Russia’s own Kant base in Kyrgyzstan, and Mr. Medvedev’s office said they would protect Russian citizens at its embassy and other diplomatic facilities. Ms. Otunbayeva, who once served as Mr. Bakiyev’s foreign minister, said the interim government controlled the whole country except for Mr. Bakiyev’s power base of Osh and Jalalabad in the south, and had the backing of the armed forces and border guards. She said the situation in Kyrgyzstan’s economy was “fairly alarming” and it would need foreign aid. She said Mr. Putin had asked how Russia could help.  “We agreed that my first deputy and the republic’s former prime minister, Almaz Atambayev, would fly to Moscow and formulate our needs,” she told Russian Ekho Moskvy radio. Mr. Putin did not promise a specific sum, she said. “But the fact that he called, spoke nicely, went into detail, asked about details – generally, I was moved by that. It is a signal.”
Ms. Otunbayeva said Mr. Bakiyev was holed up in Jalalabad. “What we did yesterday was our answer to the repression and tyranny against the people by the Bakiyev regime,” she told reporters.
Kyrgyzstan, a country of 5.3 million people, has few natural resources but has made the most of its position at the intersection of Russian, U.S. and Chinese spheres of influence.
Washington has used Manas to supply U.S.-led NATO forces fighting Taliban insurgents in Afghanistan since losing similar facilities in Uzbekistan, apparently after pressure from Moscow
Mr. Bakiyev announced the Manas base would close during a visit to Moscow last year at which he secured $2-billion (U.S.) in crisis aid, only to agree later to keep it open at a higher rent. The U.S. chargé d’affaires in Bishkek met Ms. Otunbayeva, while in Washington a top U.S. diplomat received Mr. Bakiyev’s foreign minister, Kadyrbek Sarbayev. “Our message to both is the same,” State Department spokesman P.J. Crowley told a news briefing. “We will continue to urge them to resolve this in a peaceful way.” 
Michael McFaul, a senior White House adviser on Russia told reporters in Prague: “This is not some anti-American coup. That we know for sure, and this is not a sponsored-by-the-Russians coup.”
He said Mr. Medvedev and Mr. Obama had not discussed the base. A U.S. official said they had considered making a joint statement on Kyrgyzstan, but none was issued. Bishkek awoke to blazing cars and burned-out shops on Thursday after a day in which at least 75 people were killed. The Pentagon said limited operations were continuing at Manas, and support to Afghanistan had not been seriously harmed. Pentagon officials say Manas has been central to the war effort, allowing around-the-clock combat airlifts and airdrops, medical evacuation and aerial refuelling, and that alternative solutions would be less efficient and more expensive.
Mr. Bakiyev, himself brought to power by a “people power” revolution in 2005, told Reuters by telephone that he had no plans to step down, but offered to talk to the opposition leaders who have claimed control of Kyrgyzstan. “I can’t say that Russia is behind this,” he said. “I don’t want to say that – I just don’t want to believe it.”  Speaking to Russia’s Ekho Moskvy radio, he acknowledged that he had little control over events in the capital. With rioters roaming the streets and widespread looting after a day in which dozens were killed in clashes between protesters and police, the self-proclaimed new interior minister ordered security forces to fire on looters. 

Smoke billowed from the seven-storey White House, the main seat of government, as crowds rampaged through it. Looting was widespread and shots could still be heard on Thursday night. The uprising was sparked by discontent over corruption, nepotism and rising utility prices. A third of the population live below the poverty line. Remittances from the 800,000 Kyrgyz working in Russia make up about 40 per cent of Kyrgyzstan’s GDP.
Another 10 per cent or so comes from the giant Kumtor gold mine, operated by Canada’s Centerra Gold.  Centerra said operations were unaffected by the turmoil, but its shares were down around 5 per cent on the day, following an 11 per cent fall on Wednesday.
Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Kirghizstan 1 Comment

Kirghizie bleue ?

09 04 2010
Un lecteur me demandait ce que je pensais des évènements, ma réponse est qu’Il est difficile d’en tirer les grandes conclusions .. Mais enfin on peut se réjouir :

- fin d’un autre régime Orange .. C’est un symbole ..

- Retour des bonnes grâces de la Russie, la télévision Russe montrait des manifestants hier qui criaient des slogans pro Russes ..

- Il y a en gros 5 à 7 ans l’Eurasie était frappé par cette vague de révolutions colorées .. Désormais il semble que le reflux soit en cours ..
Ukraine, Kirghizie, demain Géorgie ?
http://en.rian.ru/world/20100408/158488958.html



-  Wikipédia donne des informations intéressantes sur la nouvelle leader de l’opposition : Roza Issakovna Otounbaïeva . 
******

Celle ci est co-secrétaire générale du parti Ata-Jurt (qui signifie patrie en kirghize). Otoubaïeva sort diplômée de la faculté de philosophie de l’Université d’État de Moscou (МГУ) en 1972 avant de revenir en RSS de Kirghizie en tant que professeure de philosophie puis cheffe du département de philosophie de l’Université d’État de Kirghizie.
À partir de 1981, Otoubaïeva commence une carrière politique en tant que seconde secrétaire du comité de quartier (Raion-komitet ouRaikom) Lénine de Frounzé (ancien nom de Bichkek). En 1992 elle est nommée par le président Askar Akaïev au poste de ministre des Affaires étrangères et vice-premier ministre. La même année elle est nommée ambassadrice aux États-Unis puis au Canada jusqu’en1994. Elle rentre au Kirghizstan en 1994 pour retrouver le poste de ministre des Affaires étrangères. Elle est ensuite affectée au poste d’ambassadrice auprès du Royaume-Uni.
Otounbaïeva est empêchée de se présenter aux élections législatives de février-mars 2005 à cause d’une loi entrée en vigueur récemment qui oblige les candidats à avoir résidé au Kirghizstan les cinq années précédant l’élection.
Otounbaïeva est l’une des figures de proue de la Révolution des Tulipes. Lors des émeutes dans le sud du pays, elle refuse toute négociation avec le gouvernement et demande la démission du président Akaev. Elle apporte un visage féminin et un discours de diplomate occidentalisée, très rassurants pour les Occidentaux, à une Révolution soutenue par les clans nationalistes islamistes du sud du pays et les barons de la drogue.
Elle a été ministre des Affaires étrangères du Kirghizstan entre 2005 et 2007.

******
- Quelqu’un a t’il plus d’infos sur cette participation de «nationalistes Islamistes et autres barons de la drogue» ?


- Je rappelle que : La Russie par la définition de sa géographie n’a pas de frontières naturelles. Pour compenser cela, la Russie a historiquement toujours opéré de la même façon : installer un pouvoir fort et purger toutes influences extérieures déstabilisatrices et créé des zones tampons autour de ses frontières. La Russie a quelque fois poussé cette influence trop loin mais elle n’a jamais été aussi forte (localement comme internationalement) que lorsque cette zone tampon a existé. Le meilleur exemple est l’union soviétique qui a permis à Moscou d’étendre son influence dans un grand nombre de pays, en Europe ou en Asie centrale. L’effondrement de l’Union Soviétique en 1991 a fait retourner la Russie à ses frontières du 17ème siècle, celle ci redevenant faible et vulnérable. A ce moment la, les Etats Unis ont tenté de saisir l’opportunité d’empêcher la Russie de redevenir «forte» en tentant de la neutraliser à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières.
De façon interne, les EU ont tenté de soutenir des forces politiques progressistes afin de changer la «nature» même du pouvoir politique en Russie, la nature du Kremlin.
De façon externe, les EU ont tenté d’empêcher la résurgence de l’influence Russe en Eurasie, notamment par le biais de l’extension de l’OTAN et l’implantation de bases en europe de l’est et en asie centrale, mais également des révolutions de couleurs dans les états frontaliers avec la Russie. Sous le règne de Vladimir Poutine, la Russie s’est reconsolidée intérieurement et re centralisée politiquement. Cette étape étant terminée (facilitée par la hausse des matières premières), la Russie renforcée cherche désormais à reconstituer sa zone tampon.


10 04 2010
J’implémente ce message avec un diaporama fourni par RIA NOVOSTI  sur l’évolution économique du Kirghizstan :



- 11 04 2010
A écouter l’analyse de REALPOLITIK TV

Geoffroy Saint-Grégoire sur la situation au Kirghiztan
Загружено realpolitiktv. — Свежее видео

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Kirghizstan 2 Comments

BICHKEK ! БИШКЕК !

Oleg Kozlovsky, an activist with the Oborona youth movement : »With such methods they will hardly achieve anything better,» he wrote on his Twitter blog.
Speaking to The Moscow Times, he said he was disappointed to see the violence and looting. «These protests are more like spontaneous riots than an organized regime change. This is not what happened in Ukraine,» he said.
**
Oborona, petit frère de OTPOR qui se plaint des méthodes de son grand frère ..  On aura tout lu non ?
Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Kirghizstan 3 Comments