L’intégration économique et politique de l'Eurasie : objectifs réalistes ?

  Veuillez-trouver ci dessous mon interview de ce début 2017 pour la lettre de l'Association Nationale des Auditeurs Jeunes de l'Institut des Hautes Etude de Défenses Nationales /// WWW.ANAJ-IHEDN.ORG Comment définir l’axe eurasiatique ? Je crois qu’il faut tout d’abord envisager cet Read more

Conférence au MGIMO sur la politique étrangère de François Fillon (27/02/2017)

La politique étrangère de François Fillon : vers un nouveau gaullisme francais ? Photos sur le site du MGIMO Photos sur Facebook Bonjour à tous et merci beaucoup à cette institution qu’est MGIMO de nous recevoir aujourd’hui. Mon propos sera court, je souhaiterais vous parler Read more

Interview chez Sputnik avec Rachel Marsden

Interview avec Rachel Marsden dans les locaux de Sputnik Paris (source originale) Read more

ITV Alexandre Latsa

Интервью с Azeri.Today

- Как бы вы охарактеризовали нынешнюю предвыборную ситуацию во Франции? Есть ли отличия от предыдущих кампаний?

- Да, есть, потому что впервые с начала V Республики появилась возможность того, что ни одна из двух основных политических партий страны —  Социалистическая и Республиканская — не достигнут второго раунда. Конечно, эта возможность все еще очень мала, но это означает, что существующие политические организации во Франции больше не соответствуют потребностям людей и реальности ситуации, что существующие политические партии во Франции больше не способны противостоять новым вызовам, с которыми сталкивается Франция, и тем более удовлетворять нужды людей.

- С какими лозунгами и программами выступают кандидаты на пост президента Франции — Фийон и Ле Пен? Чем они привлекают избирателей?

- Марин Ле Пен является символом двух основных тенденций, которые возникли во Франции:  суверенитет и антимиграционный тренд.

Франсуа Фийон представляет полностью вымирающую Республиканскую партию, которая была разделена между центристской элитой и консервативным электоратом.

На мой взгляд, оба кандидата имеют одинаковую глобальную динамику: граждане Франции, очевидно, ожидают более консервативной эволюции во французском обществе.

Read more

Posted on by Alexandre Latsa in ITV Alexandre Latsa, Геополитика, Статьи на русском Leave a comment

L’intégration économique et politique de l’Eurasie : objectifs réalistes ?

 

rr

Veuillez-trouver ci dessous mon interview de ce début 2017 pour la lettre de l’Association Nationale des Auditeurs Jeunes de l’Institut des Hautes Etude de Défenses Nationales /// WWW.ANAJ-IHEDN.ORG

Comment définir l’axe eurasiatique ?

Je crois qu’il faut tout d’abord envisager cet axe comme la manifestation d’une dynamique historique extrêmement lourde : la fin du monde unipolaire issu de 1991. Le monde issu de 1945, bipolaire et qui a vu l’affrontement des deux grands géants, Moscou et Washington, pour le contrôle du monde n’aura finalement duré qu’un demi-siècle. Celui qui lui a succédé s’est organisé autour de l’hégémonie politique, économique, culturelle, commerciale et bien sûr militaire de Washington, fédérant le monde anglo-saxon et l’Europe occidentale par l’Otan. Mais alors que l’on pensait que cette architecture aurait pu durer pour toujours, nous voilà seulement 25 ans plus tard face à un incroyable retournement de l’histoire : la grande désoccidentalisation.

Cette désoccidentalisation survient pour une multitude de raisons tant démographiques qu’économiques, politiques ou civilisationnelles, et l’émergence de l’axe eurasiatique en est une manifestation directe. Cet axe eurasiatique initié par les nouveaux pôles émergents que sont Moscou et Pékin devrait vraisemblablement entraîner une profonde reconfiguration des rapports de puissances, des ordres régionaux puis de l’ordre mondial tout court. Une reconfiguration qui sera aussi profondément civilisationnelle.

Безымянный

Quelles sont les perspectives d’avenir de cet axe ?

Je vois plusieurs grandes dynamiques qui se superposent. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, ITV Alexandre Latsa, Slider Leave a comment

Conférence au MGIMO sur la politique étrangère de François Fillon (27/02/2017)

La politique étrangère de François Fillon : vers un nouveau gaullisme francais ?

Photos sur le site du MGIMO

Photos sur Facebook

Bonjour à tous et merci beaucoup à cette institution qu’est MGIMO de nous recevoir aujourd’hui.

Mon propos sera court, je souhaiterais vous parler des conséquences importantes et positives qu’aurait une victoire de François Fillon sur la politique étrangère de la France, sur son rôle en Europe et dans le monde et bien entendu pour la relation franco-russe.

Avant tout, un peu d’histoire s’impose surtout pour les plus jeunes d’entre vous.

La France vous le savez s’est engagée dès 1950, soit il y a de cela 67 ans dans un processus de construction européenne visant, a l’origine à éviter toute nouvelle guerre entre nations européennes.

De l’union douanière des six en 1968 à l’Europe des dix en 1981, aux funestes accords de Schengen en 1985 laissant la France sans frontières c’est finalement la signature du traité de Maastricht qui crée l’Union européenne en 1992 il y a tout juste un quart de siècle.

Un traité de Maastricht auquel s’était opposé François Fillon qui à l’époque faisait partie d’une organisation politique nommée ‘Demain la France’ dont le but était de : « rénover le gaullisme en restaurant l’idée de souveraineté nationale ».

Plus prosaïquement, il s’agissait de faire gagner au sein de l’élection pour la présidence de la droite francaise des idées de droite, souverainistes et conservatrices et empêcher le Tandem Jacques Chirac / Alain Juppé aux vues beaucoup plus européistes de l’emporter. La liste conservatrice et souverainiste à laquelle appartenait François Fillon obtint 30% des voix lors du congrès du RPR de l’hiver 1990 contre 70% pour le Tandem Jacques Chirac / Alain Juppé. On comprend mieux le sens profond du second tour de la primaire de la droite et du centre du 27 novembre dernier lorsque François Fillon écrasa ce même Alain Juppé avec près de 67% des voix.

Durant les trois dernières décennies, les gouvernements de gauche comme de droite n’ont, par leurs renoncements successifs, que réussi à détruire ce qui aurait du être un incroyable projet. Trente années de renoncements ont provoqué une profonde crise identitaire, mis à mal la cohésion des sociétés et creusé un fossé d’incompréhension entre les peuples et les responsables politiques.

En 27 ans, force est de constater que l’Union Européenne se trouve, je cite François Fillon : « à un tournant historique obligeant à proposer un autre chemin pour l’Europe afin d’en faire ce qu’elle devrait être : un authentique projet civilisationnel ».

Vaste programme sachant que l’Europe aujourd’hui apparait au mieux comme inefficace, inutile, dépassée, comme un obstacle à notre développement et notre liberté et au pire comme une tête de pont de l’Amérique pour attaquer l’Eurasie, Russie en tête. Rien de surprenant dans cela puisque l’Union Européenne, souffre d’un mal bien profond et bien invisible en surface : l’atlantisme qui entraine ces membres dans une relation de soumission excessive avec Washington et dans une logique de tension avec Moscou. Un comble alors que le projet européen a été vendu aux peuples par leurs élites comme un projet ayant pour objectif de défendre les intérêts européens et non américains.

Dans ce contexte de déliquescence européenne il est évident que la seule puissance qui puisse inverser le sens de l’histoire et restaurer le Politique pour bâtir une authentique Europe des nations est la France, La France puissance politique et nucléaire, mais aussi puissance civilisationelle.

La France qui pourrait initier les trois principaux objectifs qui sont ceux du futur président de la république François Fillon pour l’Europe et notamment :

- Maitriser ses frontières et son immigration pour éviter que ne se reproduisent les évènements tels que la crise des migrants qui démontré toute la faiblesse du système sur le plan tant politique que logistique.

- Faire de l’Euro un outil de notre souveraineté notre indépendance vis-à-vis du Dollar et ainsi de la justice et de la politique étrangère américaine. J’espere que vous aurez tous bien saisi le sens profond de cette phrase.

- Initier une nouvelle politique de défense et sa sécurité afin que l’Europe je cite ne s’en remette pas « qu’aux Etats-Unis » mais puisse peser militairement. Je souhaiterais rajouter que cette proposition est parfaitement en adéquation avec les propositions russes de 2008 faites par Dmitri Medvedev sur l’instauration d’un dispositif de coopération militaire entre l’Europe et la Russie.

Vous l’aurez compris, l’enjeu pour l’Europe, c’est que la France initie une nouvelle politique stratégique qui libère les Etats européens, non de la relation avec Washington bien sûr mais de la relation de vassalisation établie qui nous empêche d’avoir une politique internationale plus balancée et plus équilibrée. Qui empêche l’Europe et la France en premier lieu de désamorcer les dynamiques de confrontation systématique initiées par certains cercles d’influence, cercles pour lesquels il faut impérativement empêcher que n’émerge un monde plus multipolaire.

On qualifie souvent le président russe Vladimir Poutine, de conservateur – réformateur, c’est la meilleure définition que l’on puisse donner de François Fillon. Les similitudes entre les deux hommes ne s’arrêtent pas là : leur principal point commun est de vouloir substituer, partout où cela est possible, la coopération à l’affrontement.

Substituer la coopération à l’affrontement : ce moment est je crois essentiel.

La candidature Fillon pourrait rompre avec l’orientation «néoconservatrice» prise par le Quai d’Orsay ces dix dernières années, et dont Nicolas Sarkozy comme Alain Juppé, ont été des éléments moteurs. On saisit mieux l’importance profonde de cette élection de novembre dernier et on comprend mieux pourquoi des réseaux atlantistes va-t-en-guerre se déchainent contre le candidat Fillon ne craignant que le peuple Français ne fasse comme le peuple russe, le peuple britannique ou le peuple américain à savoir ne vote pas pour un candidat en conformité avec le grand Agenda.

Leur arme : les médias.

Voila ce qui pousse le monde médiatique à verser ces temps-ci dans un complotisme absolument maladif voyant des agents russes partout et la main de Poutine derrière chaque article ou meme chaque tweet écrit par des citoyens francais ayant juste l’envie d’exprimer des opinions n’allant pas dans le sens de ce que le mainstream médiatique veut imposer aux esprits et aux âmes.

Ce même monde médiatique ne s’offusque pas des récentes révélations de Wikileaks confirmant les ordres donnés par la CIA d’espionner les principaux hommes politiques des grands parti francais lors de l’élection présidentielle de 2012 : quelle bien curieuse manière de traiter ses alliés.

Mais malgré tout le travail effectué par le mainstream médiatique pour tenter de nous faire croire qu’il n’existe qu’un homme politique qui serait corrompu en France et qu’il s’appelle François Fillon. Les francais ne sont ni idiots ni naïfs et cette campagne est en train de se retourner contre leurs auteurs.

Plus que cela, cette excessive campagne semble stimuler François Fillon à endosser le costume du Politique avec un grand P en s’opposant, je dis bien en s’opposant à la tyrannie médiatique par le discours politique, ce qui différentie fondamentalement la candidature Fillon des candidatures de posture, de slogans et de phrase marketing, que le mainstream médiatique veut voir s’affronter au second tour de l’élection présidentielle.

Permettez-moi de vous citer ces phrases du candidat Fillon lors de son discours du 27/01 dernier au sein des locaux des Archives nationales, à Pierrefitte-sur-Seine :
« Le culte de l’instant, du ponctuel, de l’éphémère court-circuite notre démocratie»
« Il
y a quelque chose de pourri dans la démocratie, il s’agit du tribunal médiatique. »
«  Contre cette médiacratie qui joue sur les émotions instantanées, le discours politique cherche à réintroduire le temps long de l’argumentation raisonnée »
« Contre la réduction des hommes au statut de consommateur par la sondocratie, et contre le conformisme propre à la tyrannie cathodique, le discours politique cherche à réintroduire la contradiction

La ou les médias n’ont peut-être pas totalement tort cependant, c’est que François Fillon est le plus gaulliste des candidats à l’élection présidentielle francaise de 2017. C’est lui qui affirme que la grande coopération géostratégique, sécuritaire, énergétique et politique avec la Russie est essentielle pour la France et l’Europe.

L’homme est historiquement en phase avec les attentes du peuple francais qui sait qu’il se trouve à un moment spécifique de son histoire, un moment de danger et de rupture. Un moment qui voit ressurgir cette substance gaulliste, carburant de ce Printemps Français que de plus en plus de nos concitoyens appellent pourtant de leurs souhaits.

L’Histoire devrait leur donner raison puisque ce sont les deux candidats les plus russophiles et les plus gaullistes qui devraient s’affronter au second tour de l’élection présidentielle francaise et François Fillon être naturellement élu président de la république francaise ce 7 mai 2017.

Merci de votre attention.

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, ITV Alexandre Latsa, LR, Slider, Vidéos Leave a comment

Interview pour Ours magazine / « La Russie, une opportunité historique »

Безымянный

Alexandre Latsa est le troisième médiateur franco-russe à vous livrer ses pensées. Auteur du livre « Mythes sur la Russie », créateur de son propre site Internet (Dissonance), il réunit près de 5000 abonnés sur Twitter. Grand défenseur d’un rapprochement entre la France et la Russie, comme le prône l’Union franco-russe, il a exposé ses idées sur la situation géopolitique actuelle à L’Ours.

 

Bonjour Alexandre Latsa. Pouvez-vous vous présenter aux lecteurs ?

Bonjour, j’ai 39 ans et je dirige une petite entreprise de conseils en ressources humaines à Moscou, où je réside depuis huit ans.
Je suis également parrain du cercle Pouchkine, qui est une plateforme de discussion, de réflexion et un réseau autour de la thématique du rapprochement franco-russe.

Comment avez reçu la nouvelle de l’assassinat de l’ambassadeur de Russie à Ankara ?

De toute évidence, certaines puissances essayent de faire échouer l’inattendu rapprochement entre la Russie et la Turquie qui porterait un coup fatal à l’agenda néo-conservateur américain dans la région.

Que pensez-vous de la situation géopolitique et diplomatique entre les deux pays, et pouvez-vous clarifier les positions des deux pays sur le dossier syrien ?

Ankara a longtemps été la pièce maîtresse du dispositif américain « Otan-centré » dans la région. Washington s’est appuyé sur Ankara pour tenter de faire tomber [le président syrien] Assad mais ce plan a échoué, tandis que dans le même temps, Moscou a sauvé la peau d’Erdogan [président turc] lors de la tentative de coup d’Etat de juillet 2016. Sans surprises, les conséquences en ont été sismiques, puisque désormais, on assiste à une nouvelle alliance entre la Russie et la Turquie sur le dossier syrien, sans que les puissances occidentales n’aient leur mot à dire. Une surprenante alliance entre la puissance européenne de l’organisation de Shanghai et la puissance eurasiatique de l’OTAN.

Est-ce un acte terroriste, politique ou d’une autre nature ? Beaucoup comparent cet assassinat à celui de François Ferdinand…

Je pense que c’est excessif car cet acte ne déclenchera vraisemblablement pas une nouvelle guerre mais aura par contre peut-être retardé une nouvelle paix, en Syrie.

Considérez-vous qu’un basculement des forces est en train d’opérer entre les puissances mondiales ?

Oui, et ce basculement s’inscrit selon moi dans la grande désoccidentalisation en cours qui va inévitablement accélérer l’avènement d’un monde multipolaire et dans lequel il faut se poser la question de la place de la France.

Безымянный1

Un rapprochement avec la Russie peut être positif pour la France ?

Oui, car Paris est en manque de partenaires loyaux mais aussi et surtout de partenaires qui initient ce grand processus de multipolarisation, comme, par exemple, Moscou. Paris a tout à gagner en initiant une nouvelle politique continentale avec Moscou et ainsi se placer comme puissance européenne qui compte au sein de structures non européennes telles que l’Organisation de Shanghai ou bien encore jouer un rôle essentiel dans le projet d’architecture continentale de route de la soie.

Qu’est-ce qui peut servir de ciment entre Paris et Moscou ?

La volonté politique ? Le fait que Paris et Moscou bordent l’est et l’ouest de l’Europe ? Le fait que la France et la Russie soient deux géants civilisationnels et deux puissances nucléaires ? Le fait que notre destin soit en Europe et en Eurasie ?

Aujourd’hui la Russie représente une fabuleuse opportunité pour Paris de rééquilibrer sa trajectoire historique et donc son horizon civilisationnel.

Propos recueillis par Paul Leboulanger

 Source

Posted on by Alexandre Latsa in ITV Alexandre Latsa Leave a comment

Interview pour Radio Notre Dame / #UnPrintempsRusse

unnamed

Cliquez sur l’image pour écouter mon interview ou bien ici

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, ITV Alexandre Latsa, Un Printemps russe Leave a comment

Interview pour «Conflits» concernant #UnPrintempsRusse

 La revue Conflits m’a interviewé lors de son dernier numéro consacré à la Russie !

Безымянный
5

 Pour lire l’article cliquez sur : «More» … Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Energie, ITV Alexandre Latsa, Medias, Un Printemps russe, Без рубрики Leave a comment

Conférence au Cercle Pouchkine le 22/09/2016

ффф

8dacf9_a96392795ec945deab615acba99040ea-mv2_d_4608_3456_s_4_2

Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Cercle Pouchkine, Désinformation, Elections 2016, ITV Alexandre Latsa, Slider, Un Printemps russe, Vidéos Leave a comment

Elections à la Douma russe : l’analyse d’Alexandre Latsa

Безымянный

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Elections 2016, ITV Alexandre Latsa, Slider, Un Printemps russe Leave a comment

Interview pour politiquemagazine // « Moscou contribue à la désoccidentalisation du monde »

Безымянный
Vous avez intitulé votre livre un Printemps russe. Pourquoi ?

Parce que la Russie revit après un hiver éprouvant qui aurait pu la faire disparaitre. Après l’effondrement soviétique et la pérestroïka, elle a traversé dans les années 90 une décennie cauchemardesque où l’État a pratiquement cessé d’exister. Peu de gens en Occident ont idée de ce que ces années furent pour la Russie.

Les actifs de l’État et des grandes sociétés étatiques furent privatisés et rachetés par des hommes d’affaires sans scrupule. Ceux qu’on appellera les « oligarques » prirent le contrôle de pans entiers de l’économie dans les secteurs stratégiques, industriels ou financiers. Dans une atmosphère de corruption généralisée, le pays fut livré aux mafias qui le transformèrent en gigantesque zone de non-droit où règlements de comptes et enlèvements étaient devenus monnaie courante.

Pour la population, cela a été une catastrophe sanitaire. Il y eut une hausse sans précédent du nombre d’homicides et de suicides. La consommation de drogue explosa, l’alcoolisme et le sida firent des ravages. Des maladies qui n’existaient même plus dans nombre de pays du tiers-monde – typhus, choléra, tuberculose – refirent leur apparition ! Au bout du compte, l’espérance de vie passa de 64 ans pour les hommes en 1966, à 59 ans en 1999… Ajoutez à cela l’effondrement de la fécondité et des taux records de mortalité enfantine et vous aboutissez à cette situation improbable d’un pays en voie de quasi-disparition à la fin des années quatre-vingt-dix. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in ITV Alexandre Latsa, Un Printemps russe Leave a comment

Interview pour Nouvelles-de-France sur #UnPrintempRusse

images

A l’occasion de la sortie de son nouveau livre « Un Printemps Russe » aux éditions les Syrtes, Alexandre Latsa a répondu aux questions de Nouvelle de France.

Bonjour Alexandre Latsa, pourriez vous vous présenter ?

Oui bien sûr, j’ai 38 ans et j’habite en Russie depuis 8 ans.  Je dirige depuis 3 ans maintenant un cabinet de recrutement à Moscou, et j’ai aussi une activité d’analyste politique. « Un Printemps Russe » est mon premier livre en Français, après les deux précédents en russe et en anglais.

 

Pourquoi écrire ce livre et quels sont les sujets qui y sont abordés ?

Les raisons d’écrire ce livre sont tout d’abord la volonté de donner un autre regard sur la Russie car l’image qu’en donnent les medias est fausse, c’est une image contaminée par la » bien-pensance » française. Je souhaitais donc brosser le portrait d’un pays dans lequel j’habite depuis 8 ans, afin de permettre au public français et francophone de voir et d’analyser ce pays avec d’autres clefs de lecture, une autre grille de compréhension.

Le livre fait 300 pages, il aurait été difficile de faire moins, il y a beaucoup à dire. Il raconte et décrit la Russie d’aujourd’hui mais plonge aussi dans l’histoire et la géopolitique pour exposer la vraie nature de ce grand pays mais aussi et surtout pour permettre de comprendre la situation particulière que le pays connait actuellement. Elle diffère fortement de la situation que connaissent aujourd’hui la plupart des pays Européens.

Le livre touche donc tant à l’histoire qu’à la géopolitique, à la politique russe actuelle, à  l’énergie ou au modèle de société, mais aussi à l’économie, à la religion ou aux problématiques démographiques. Le livre traite aussi de la désinformation médiatique qui frappe la Russie, victime d’une guerre totale de l’information. Enfin et bien sur le livre traite de la situation en France en initiant un parallèle politique historique entre nos deux pays. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, De Gaulle, Démographie, Désinformation, ITV Alexandre Latsa, Un Printemps russe Leave a comment
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11   Next »