Interview

Je participerais au #Libre Journal de la livre Europe sur radio courtoisie ce 15/08/2017 avec Xavier Moreau sur le thème "La #Russie au sein de l'Europe". Les francais de l’étranger peuvent écouter la Radio en direct sur le site internet Read more

L’intégration économique et politique de l'Eurasie : objectifs réalistes ?

  Veuillez-trouver ci dessous mon interview de ce début 2017 pour la lettre de l'Association Nationale des Auditeurs Jeunes de l'Institut des Hautes Etude de Défenses Nationales /// WWW.ANAJ-IHEDN.ORG Comment définir l’axe eurasiatique ? Je crois qu’il faut tout d’abord envisager cet Read more

Conférence au MGIMO sur la politique étrangère de François Fillon (27/02/2017)

La politique étrangère de François Fillon : vers un nouveau gaullisme francais ? Photos sur le site du MGIMO Photos sur Facebook Bonjour à tous et merci beaucoup à cette institution qu’est MGIMO de nous recevoir aujourd’hui. Mon propos sera court, je souhaiterais vous parler Read more

Femen

Диалог Россия- Запад: проблема морали?

Оригинальная статья была опубликована в РИА Новости

*

Когда Париж и Берлин в 2010 году пытались притянуть  Москву на сторону Запада, надежда, высказывавшаяся большинством
западных аналитиков и политических обозревателей, состояла в том, что Россия должна, наконец, избавиться от своего евразийского измерения и присоединится к западной семье. Злополучный эпизод августа 2008 в Грузии был более или менее пережит,
кризис должен был объединить богатую Россию и погрязшую в долгах Европу, и особенно президентство Дмитрия Медведева многими на Западе было воспринято как символ открытости и либерализации в России, которая вероятно и окончательно перевернула путинскую страницу.


В конце 2012 года ситуация совершенно иная. Разумеется, отношения с Францией все еще кажутся хорошими и это несмотря на изменившееся ипрезидентское большинство, что стало хорошим сюрпризом. Вопреки всем ожиданиям, Германия больше не представляется тем идеальным партнером, которым она была для России на протяжении многих лет.

Неожиданное охлаждение, поскольку принятая бундестагом резолюция призывает немецкое правительство ясно высказать свою критику возвращения Владимира Путина в Кремль, но также дела Pussy Riot. Все могло бы на этом и закончиться,
если бы консерватор Андреас Шокенхофф, специальный посланник канцлера по России, не осудил бы «запугивание и репрессии против гражданского общества» и не заявил бы, что «Россия выбрала плохой путь». Заявления вызвали гнев россиян и некоторое дипломатическое напряжение. Во время последнего визита Ангелы Меркель в Россию в середине ноября, тон был холодным, но радушным, экономическое и стратегическое сотрудничество имеет первостепенное значение, как для Берлина, так и для Москвы.
 
Но Германия не самая худшая точка раздора между Россией и Западом. ADLE (Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l’Europe ― Альянс либералов и демократов за Европу) недавно провела свой съезд в Ирландии. Делегаты, встретившись с членами российской оппозиционной партии «Яблоко» (получившей в России 3,43%), призвали проголосовать по резолюции Европейского парламента и Совета Европы, осуждающей Россию. Не остановившись на этом, они даже пригрозили России исключением из Совета Европы, ничуть не меньше.

Тактика, напоминающая ту, что использовалась в августе 2008 года, как это недавно обнародовал Wikileaks. Стало ли это эффектом Сирии, как в 2008 это было эффектом Грузии? Или же это эффект сланцевого газа, как полагает Александр Адлер, который несколько поспешно представил себе Европу, освободившуюся от энергетической зависимости и тирании компании «Газпром», которая все чаще становится мишенью европейских органов?

Разумеется, ADLE, Шокенхофф, «Яблоко», Pussy Riot и Femen не имеют особого влияния ни в Европе, ни в России, но они существуют и нужно принимать это во внимание. Но эта новая напряженность в отношениях с Западом происходит тогда, когда Кремль заявляет о своих амбициях на Востоке, на своем Дальнем Востоке, конечно, но особенно в Азии, подтверждая свою сущность и свой статус европейской страны. Поступая подобным образом Россия, похоже, все больше подтверждает свое евразийское измерение, свое расположение между Европой и Азией, позицию, которая исторически всегда приносила ей наибольшую пользу. Но не только это. ЕС выглядит все менее надежным партнером (отсюда желание восстановить равновесие с Азией), в особенности его  моральная и политическая модель выглядит устаревшей, и больше не является привлекательным примером для России.
 
Недавние ужесточения в России (с западной точки зрения) являются, однако, лишь незначительными коррективами в виду возможного изменения курса. Можно, к примеру, возмущаться приговором Pussy Riot, но нужно открыть глаза на тот факт, что подавляющее большинство российского народа ( 80%) поддерживает приговор, а половина россиян даже считает приговор
недостаточным! Что же касается FEMEN, они смогли получить некоторую поддержку во Франции, но въезд в Россию им просто-напросто запрещен.


С этим могут не соглашаться на Западе, но в настоящее время сами россияне в большинстве своем согласны с политическими властями и со своей церковью, потому что они все больше осознают себя христианами. Согласно двум недавним опросам,
79% опрошенных россиян считают себя православными, а 38% утверждают, что быть православными очень важно, чтобы считаться настоящими русскими, против лишь 15% в 1996 году. Только 53% полагают, что паспорт является достаточным доказательством национальной принадлежности. Это возвращение к религии и традициям, а также некая идея национальной идентичности
сопровождается подтверждением вовлеченности государства в эти изменения. Речь идет о возвращении российского общества к нравственной системе, соответствующей его глубинным чаяниям. Как совершенно точно определил Федор Лукьянов: «Модель, которую Путин хотел бы установить, вновь заставит Запад признать, что Россия в своей идеологической и моральной
основе является другой страной».
 

Теперь следует, наверное, задуматься, не состоялся ли уже моральный разрыв с Западом и не станет ли Россия в ближайшем будущем моделью цивилизации для Западной Европы, вновь ищущей свои ценности.

Posted on by Alexandre Latsa in Femen, РИА Новости, Статьи на русском, Фемен 1 Comment

Les FEMEN : des agents provocateurs?

L’article original a été publié sur le site de Voix de la Russie
*
Femen Protest
Depuis quelques mois, nombre de français ont entendu parler des FEMEN,ce groupuscule féministe Ukrainien composé de jeunes et jolies jeunes femmes, et dont la méthode de combat et de revendication consiste à exposer ses seins au grand jour. Les actions des FEMEN pour l’amélioration de la condition des femmes ou la lutte contre la prostitution en Ukraine ne peuvent au demeurant qu’attirer de la sympathie. Lorsque celles-ci manifestent en petite culotte pour dénoncer le système « sexe contre diplômes » dans les universités ukrainiennes, tous les hommes de la planète les soutiennent, cela va sans dire. On peut tout autant difficilement être contre elles, lors de leur stimulante campagne appelant à « lire plus » et motivée par le slogan : « si tu ne lis pas plus, je ne couche pas avec toi » (!). E

 

nfin comment ne pas être d’accord avec elles lors de leurs manifestations contre la prostitution pendant l’euro de football en Ukraine ? Les FEMEN jouent sur leur somptueuse plastique et une symbolique très identitaire et guerrière qui, une fois n’est pas coutume, ne semble pas déranger les élites globalistes européennes.

 

C’est il y a un an que le mouvement a commencé à prendre de l’ampleur et à surtout activement se mêler de politique internationale. Les jeunes féministes se sont revendiquées de l’heritage de la révolution orange en Ukraine, ce coup d’état démocratique destiné à vassaliser durablement l’Ukraine dans l’alliance occidentale. Fin 2011, elles ont aussi manifesté  en soutien de la révolution du Lotus en Egypte, contre Moubarak, et pour l’émancipation des femmes Egyptiennes. Nul ne peut douter que le bilan des courses, ne doit sans doute pas être à la hauteur de leurs espérances, mais leur croisade anti-Moubarak et pour l’émancipation des femmes s’est depuis transformé en une croisade contre la Shariah et l’islamisme, ainsi que contre la Burka. Curieusement, les provocations des FEMEN en Turquie et en Tunisie n’ont pas abouti a quoi que ce soit. Le fait de se déshabiller devant une mosquée n’a pas visiblement eu en Turquie l’effet escompté.

Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Femen, Voix de la Russie Leave a comment

Les FEMEN m’ecrivent ..

Suite a mes divers articles sur les FEMEN et les Pussy RIOT la branche francaise des FEMEN a décidé de m’écrire pour le dire que mes informations n’étaient pas justes. La croix sciée me dit elle ne serait pas une croix en souvenir des victimes du Stalinisme puisque Anna Hutsol a elle même souffert du Stalinisme. (Cliquez sur la photo pour agrandir).
Malheureusement pour Safia, la croix sciée est bien une croix érigée en l’honneur des victimes du Stalinisme et franchement, heureusement qu’a l’Est de l’Europe tous les gens qui ont souffert du communisme ne scient pas de croix, car ils n’en resteraient pas beaucoup debout !
Reste que ce message commence donc sur un mensonge et est truffé de fautes, est ce digne d’une femme qui prétendait être une élue de la république, et donc représenter le peuple français?
Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Femen, Femen/PussyRiot 5 Comments

Des Pussy Riot aux Femen, croisade contre les églises?

L’article original a ete publié sur le site de RIA-Novosti
*
 
L’affaire Pussy Riot n’en finit pas de faire des vagues. Jamais le Main Stream Médiatique ne se sera autant déchainé contre la Russie «de Vladimir Poutine». Les qualificatifs émotionnels n’ont pas manqué, la presse française n’a pas hésité à parler de Camp lorsqu’il n’était pas affirmé que la Russie réinventait le Goulag (au choix). L’objectif est clair, tenter d’accoler une rhétorique totalitaire pour faire monter la pression médiatique et choquer l’opinion internationale. Alors que de nombreux lecteurs m’ont écrit pour me demander ce qu’il en était des autres Pussy Riot masquées qui ont participé à l’action, qu’ils soient rassurés, celles-ci ne sont pas des agents du FSB qui ont participé à une provocation comme cela m’a été soufflé par un lecteur, elles sont bel et bien recherchées, au dernière nouvelles elles auraient même fui  le pays.  Le Main Stream ne cesse en outre de marteler que les jeunes femmes auraient été condamnées pour une prière anti-Poutine et ce malgré le fait que le juge et le jugement ne mentionnent pas ce fait.

Encore une fois on ne peut que constater que le Mainstream dirige de façon méthodique et obsessionnelle cette affaire vers la personnalité de Vladimir Poutine, un peu comme cela était le cas lors des incendies de 2010, ou l’offensive médiatique contre un pays en Flammes avait atteint un niveau d’agressivité sans précédent. De la même façon que le premier ministre était tenu pour responsable de chaque départ d’incendie en 2010, il est désormais tenu responsable de chaque condamnation dans le pays, surtout celles qui déplaisent  à  certains artistes Américains et Européens. Ces derniers n’ont-ils aucune autre priorité en tête ? A leurs yeux une condamnation à 14 mois de prison pour blasphème (2 ans moins la période de préventive déjà effectuée) justifie vraiment qu’ils prennent position contre ? Curieusement pourtant, on ne les entend pas lorsqu’au sein de l’Union Européenne, en Pologne, une célèbre chanteuse de pop est actuellement poursuivie et risque aussi deux ans de prison
ferme pour « simple » blasphème. Personne n’a l’air d’être choqué par le fait qu’en Allemagne des soutiens aux Pussy Riot ont envahi la cathédrale de Cologne. En Allemagne la loi prévoit que ces manifestants risquent jusqu’à 3 ans de prison, pour avoir perturbé un office religieux.

Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Femen, Femen/PussyRiot, Ria Novosti 4 Comments

FEMEN les nouveaux chouchous de l’Occcident ?

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Femen, Femen/PussyRiot 12 Comments

Politique et erotisme

L’article original a été publie sur Ria Novosti.
*
Alors que la Russie se prépare à des élections législatives en décembre prochain, puis à une élection présidentielle en mars 2012, la question qui hante les commentateurs et observateurs politiques est toujours sans réponse : Qui sera candidat à la présidentielle, Dimitri Medvedev ou Vladimir Poutine? Le suspense est plus fort que jamais. Ci et là des personnalités russes ont parfois déjà exprimé leur préférence pour l’un ou l’autre des candidats, sans que toutefois n’émerge de ligne de fracture vraiment visible dans l’opinion, hormis pour quelques analystes soit zélés, soit extra-lucides. Pour autant, certains commentateurs ont déjà appelé à ce que les deux hommes forts du régime s’affrontent, ce qui serait la preuve d’une réelle pluralité de la scène politique russe.

Lors d’une interview donnée récemment au journal français le courrier de Russie, Maxime Mishenko, député de Russie Unie, rappelait lui l’importance des élections législatives qui: « définissent les présidentielles  et c’est une des spécificités russes. Si le parti au pouvoir remportait ces élections, alors les élections présidentielles vont être très calmes (…) Bien sûr, les deux leaders Medvedev et Poutine vont se mettre d’accord au préalable sur la personne qui va poser sa candidature: ils ont une force politique commune qu’ils doivent mettre au service des ces élections ». Officiellement donc, et cela avait été confirmé par le président Medvedev, Russie Unie devrait présenter un candidat pour le prochain mandat de président qui , c’est une première, durera 6 ans (2012 — 2018) contre 4 auparavant. Les deux hommes forts du régime n’ont en effet pas exclu leur participation à l’élection présidentielle et ils ont jusqu’à présent toujours affirmé que la décision serait prise conjointement, et ce dans le but de proposer un seul candidat de Russie Unie à la présidence.

Quoi qu’il en soit, malgré les affirmations pessimistes de nombre de commentateurs sur l’effritement du soutien populaire à Russie unie et au tandem Medvedev — Poutine, en cet été 2012 les dirigeants russes actuels ont raison de croire en leur victoire commune aux prochaines élections législatives de cette fin d’année. Le centre de sondages Wciom a en effet récemment interrogé 1600 personnes dans près de 138 communes afin d’évaluer les intentions de vote. Qu’en ressort t-il ? Que le parti Russie Unie devrait recueillir 58% des voix (contre 64% aux législatives de 2007), le parti Communiste (KPRF) est crédité de 14 ,7% (contre 11,7% aux législatives de 2007) et le parti nationaliste libéral-démocrate (LDPR) de 9,8% (contre 8,14% aux législatives de 2007). Le parti de centre gauche Russie Juste est lui crédité de 7,3% (contre 7,74% aux législatives de 2007) et enfin l’opposition libérale est-elle créditée de 2,8% (contre 1,59% aux législatives de 2007). A noter un nouveau venu dans la politique russe, le parti Cause Juste de l’oligarque Michael Prokhorov, que l’on peut qualifier de national-libéral, et crédité cependant de seulement 4,1% des voix, alors que ce parti récent a été considéré comme un potentiel futur contrepoids à Russie Unie.
Ces deux échéances électorales sont très importantes car elles devraient permettre de choisir les leaders qui dirigeront la Russie jusqu’à quasiment 2020. Si Vladimir Poutine, âgé de 59 ans en 2012 n’était pas candidat, il semble peu probable qu’il puisse revenir à ce poste après 2018, alors qu’il est évident que la carrière de Dimitri Medvedev, seulement âgé de 47 ans en 2012, est par contre loin d’être terminée quoi qu’il arrive. Celui-ci avait du reste récemment affirmé qu’il se voyait bien un jour diriger un parti politique. Etait-ce une boutade, suite à l’affirmation de la direction du parti dominant (Russie unie) qui a dit préférer une candidature de Vladimir Poutine en 2012? Ou alors un énième message destiné à brouiller les cartes ? Dimitri Medvedev est cependant pour l’instant le seul des deux candidats à avoir déclaré qu’il fallait s’attendre à ce qu’il se représente en 2012. En 2007, Vladimir Poutine alors président avait attendu le mois de décembre pour désigner son successeur et candidat à la présidentielle de mars 2008, Dimitri Medvedev. Par conséquent tout est encore possible, mais le choix de Russie Unie est visiblement de garder la décision secrète le plus longtemps  possible, pour des raisons tactiques évidentes. Cette méthode empêche pour le moment les autres partis politiques de développer des arguments contre Russie Unie. Le premier ministre Vladimir Poutine, jouissant d’une côte de popularité intacte dans le pays, aurait sans doute toutes les chances d’être élu, quel que soit son adversaire. Il semble donc que la clef du résultat de l’élection de 2012 dépende en très grande partie de lui, ce qui n’est pas une surprise pour les lecteurs de Ria Novosti.
L’humour s’est introduit dans la campagne électorale en cours. Vladimir Poutine  bénéficie d’un nouveau soutien de poids, puisque récemment une ligue de jeunes filles s’est constituée pour encourager  l’homme fort de la Russie. Dans un clip déjà visionné 1,5 millions de fois, une russe du nom de Diana explique qu’elle est prête à tout déchirer pour Poutine, y compris ses vêtements. Ces derniers jours des actions de ces jeunes filles ont eu lieu à  Moscou, pour le plus grand plaisir des moscovites. Place Pouskinskaia tout d’abord, quelques dizaines de militantes se sont rassemblées, mais également dans le sud ouest de la ville et elles ont organisé des nettoyages gratuits de voitures pour monter leur soutien au premier ministre mais également à l’industrie automobile russe. Contrairement aux affirmations de certains, qui ont vu dans ces actions  un témoignage du culte de la personnalité qui se créé autour de Poutine, ou encore comparé ces jeunes filles a la variante russe des amazones de Kadhafi, le premier ministre n’est pas le seul concerné par ces témoignages affectueux des jeunes russes. Au début du mois des activistes féminines avaient déjà organisé une action «embrasse le président Medvedev» et s’étaient rassemblées sur la place rouge pour embrasser une effigie du président Medvedev. Cette action avait lieu pendant la journée du baiser en Russie.
Ces manifestations politico-érotiques  de groupes féminins ne sont pas du reste propres à la Russie. En  Ukraine le mouvement nationaliste et traditionaliste Femen organise  souvent des actions coup de poing  de protestation en petite tenue (voir ici ou la). Les militantes de Femen ont du reste publiquement affirmé leur soutien aux activistes féminines moscovites en organisant une manifestation de soutien en Ukraine, seins à l’air. Elles ont aussi décidé de fonder un parti politique féminin en 2012. Et si ces jeunes femmes Slaves préparaient une révolution dans la manière de faire de la politique?
Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Femen, Ria Novosti, Фемен 8 Comments