Articles en francais

Propaganda staffel ?

Magnifique exemple de désinformation, la FOX interroge deux résidents de l’Ossétie du Sud , Amanda Kokoeva (12 ans) et sa tante qui vivent aux États-Unis, et qui ont vécu le bombardement de Tskhinvali. La jeune Amanda commence par remercier «l’armée Russe» qui a fait cesser les bombardements, puis la tante tente d’expliquer que Saakashvili est l’agresseur et … Celle ci est littéralement coupée par le présentateur gêné qui affirme être contraint de retransmettre un spot de publicité ! A la reprise, l’émission est tout simplement écourtée, le présentateur affirmant que le temps alloué est terminé ! Comme l’a dit à RIA Novosti la tante de cette petite fille de 12 ans : «Nous avons donné 4 interviews à des medias americains. Toutes les interviews ont ete enregistrées et suivies de l’explication mensongère affirmant que cette pauvre petite fille à fui les blindés russes en Georgie ! Nous avons pris la décision de ne plus communiquer qu’en Direct avec les médias». Aunt told RIA Novosti : «We gave 4 interviews with American media. All interviews were recorded and followed by misleading explanation saying that this poor girl has fled Russian tanks in Georgia! We took the decision only to communicate on Direct with all media « Как рассказала агентству РИА Новости Тадеева-Кориевски, она дала четыре интервью американским СМИ. «Раньше все интервью сначала записывали, а уже потом ставили в эфир. И шла тема, что бедная девочка Аманда убежала из Грузии от российских танков. Все, о чем говорилось, не показывали, и не было понятно, от кого она убегает. Поэтому я решила больше не давать интервью, а если и общаться с прессой, то только в прямом эфире», — заявила она.
Sources : LENTA
Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Caucase, Désinformation, Guerre en Ossétie (2008), Medias Leave a comment

De Natalia Narotchnitskaïa

Laure Mandeville a récemment présenté via les pages du figaro magazine Natalia  Narotchnitskaïa, qui vient de fonder un Institut russe de la démocratie et de la coopération censé explorer les problèmes que le système démocratique rencontre en Europe occidentale et également à l’égard des minorités Russes dans les pays d’Europe de l’est. L’article fort peu agréable à l’encontre de madame Narotnitcheskaïa nous apprend que celle ci serait :»une pasionara du nouveau nationalisme à la russe mais également une grande adepte du complot occidental qui viserait à isoler

la Russie«! Rien moins que ca … Il est vrai que pour le Figorange, le soutien aux politique atlantistes de nèo-containment sont une raison d’être, quand ce ne sont les aberrations du Gluscksmann de service sur Vladimir Poutine. Cette démarche nous apprend le figaro ne serait pas sans rappeller de vieux films soviétiques propagandistes (je cite : « pour démontrer que le socialisme réel n’était pas seul à générer d’interminables files d’attente, ils s’attardaient sur les queues dominicaines devant le magasin Poilâne à Paris») mais le pire reste encore à lire, ce serait Vladimir Poutine lui même qui aurait été le premier à évoquer la création de cet Institut, lors d’un sommet Russie-UE à Lisbonne, en octobre. 
Diantre ! 
Fustigeant les Occidentaux, donneurs de leçons, il avait estimé que l’Europe ferait mieux de se pencher sur ses problèmes de minorités et de démocratie plutôt que d’envoyer des observateurs juger les élections russes .. Laure Mandeville affirme en outre que :»Vladimir Poutine aurait en huit ans de présidence verrouillé les contre-pouvoirs et les libertés, et que donc l’initiative de sa part ne manquait pas de toupet». Dès fois on peut se demander si nos journalistes sont bien conscients de leur ânerie, doublée de leur maladresse. 
On peut également se demander si depuis l’ère Sarkozy, la fièvre atlantiste et de retour au coeur de l’Otan de

la France (la transformant ainsi en maquerelle de retour chez son maquereau tous les soirs) ne fait pas tourner la tête à nos «journalistes». Il est vrai que Laure Mandeville n’a pas de quoi pavaner, c’est elle qui en décembre 2007 avait rigolée de l’idée de Vladimir Poutine à l’époque de créer un tel institut … Une idée «non sans humour» avait t’elle rajoutée avec beaucoup de finesse et un don inné pour la prévision. 6 mois plus tard, je conseillerais à Laure Mandeville de relire ses articles et de se rendre dans les pays baltes et de regarder comment sont traités les Russes d’Estonie ou de Lettonie, dans ces nouveaux pays Européens. Aucune minorité en Europe n’est traitée aussi mal (sous citoyenneté, non accès à l’emploi, discriminations administratives et sociales ..), si ce n’est les Serbes du Kosovo, ce nouvel état qui à la bénédiction des amis du figaro magazine, notre président en tête. 
Mais continuons, nous y apprenons que Natalia Narotchnitskaïa aurait fait coïncider son arrivée à Paris avec la publication d’un livre avec un «titre émotionnel» dans lequel elle gommerait avec une mauvaise foi presque «révisionniste» (On se demande si ce n’est pas Laure Mandeville qui jouerait sur l’émotif) la nature fondamentalement agressive du communisme totalitaire. Laure Mandeville reproche également à Natalia Narotchnitskaïa de rappeller les «permanentes offensives géopolitiques anglo-saxonnes et euro-impériales contre

la Russie» ce qui seraient selon elle «exprimer la paranoïa obsidionale de l’élite poutinienne». A la lecture des évenements mondiaux récents, il faut être Laure Mandeville ou Glucksman pour prétendre qu’il n’y a pas une seule paranoia obsidionale : la conquête du Heartland par les dirigeants militaires Euro-saxons ! Mais passons, un article très détaillé prochainement viendra éclairer ce fait.

*

Natalia Narotchnitskaïa est née en 1948. Cette spécialiste des relations internationales, personnalité éminente de l’Orthodoxie politique, également membre de l’Académie des sciences, fut élue député du parti Rodina et occupa le poste de vice-présidente de

la Commission des Affaires étrangères de

la Douma. Farouche partisane d’une civilisation orthodoxe singulière fondée sur la prédominance des Russes ethniques,
Natalia Narotchnitskaïa s’est signalée par ses critiques de la globalisation et des mécanismes supranationaux. Partisane d’un maintien des souverainetés étatiques et nationales, elle s’est fait aussi connaître par ses vigoureuses prises de positions contre la désagrégation de

la Yougoslavie et l’implication de l’Otan, jusqu’à la récente proclamation d’indépendance du Kosovo. Son premier ouvrage traduit en français se présente comme un appel véhément lancé à l’opinion publique occidentale.
Natalia Narotchnitskaïa  bâtit son propos autour de la question sensible de la victoire soviétique du 9 mai 1945 au terme de cette Grande Guerre Patriotique menée contre l’envahisseur «fasciste». Cette dernière aurait rétabli le territoire de

la Russie historique et de plus, sollicité le sentiment national et la solidarité spirituelle du peuple russe. Pour
Natalia Narotchnitskaïa  : «le souvenir de la victoire est la pierre angulaire de la conscience nationale séculaire qui empêche la disparition de

la Russie«. L’auteur en profite pour dresser une vaste généalogie des agressions occidentales contre

la Russie sur la longue durée, en fait depuis la fin du XIXème siècle. Elle s’appuie, pour cela, sur une approche strictement géopolitique (thèses de Mackinder principalement) et toute une série de références glanées chez des auteurs russes autant qu’occidentaux pour démontrer la permanence d’une politique hostile de refoulement et d’affaiblissement de

la Russie de la part d’un Occident souvent ingrat. Pour l’auteur, les représentants du «projet antirusse du XXème siècle» combattent la transmission de la «conscience russe et soviétique» car sans cela «la guerre cesse d’être patriotique, et donc les Russes du XXème siècle n’ont pas d’histoire nationale, ni de structure d’Etat légitimes. En conséquence, toute ingérence extérieure et toute révolte intérieure, tout séparatisme sont juridiquement valables». Les catégories négatives englobant les ennemis de

la Russie sont bien délimitées et comprennent, outre les Occidentaux précités, les ennemis de l’intérieur comme les «libéraux occidentalistes postsoviétiques» ou les «bolcheviks internationalistes» incarnés par le trio Lénine-Trotski-Boukharine. L’interprétation marxiste nihiliste de l’histoire russe» sous forme de «phraséologie libérale et anticommuniste» sous l’ère Eltsine est aussi dénoncée.
Natalia Narotchnitskaïa  affirme que les diverses campagnes de propagande pour la défense du «monde libre», de

la Liberté et de

la Démocratie ont servi à dissimuler l’enjeu véritable de la guerre froide, à savoir discréditer l’URSS en la privant de son statut de grande puissance rendu par la victoire de 1945 et la refouler à l’Est, loin des mers Noire et Baltique. 

L’auteur donne la clé qui sous-tend sa conception du monde lorsqu’elle décrit chez ses compatriotes «un sentiment d’appartenance à une Patrie sacrée qui ne s’identifie pas à l’Etat et relève d’une conscience orthodoxe inscrite dans «une perception de la continuité historique». Au terme d’une démonstration désireuse de montrer que les responsabilités pour les affrontements et les malentendus des siècles passés sont équitablement partagées, notre historienne invite Français et Allemands, noyau dur «carolingien» d’une avant-garde européenne à tirer un trait sur la guerre froide en ouvrant la voie d’un véritable axe Paris-Berlin-Moscou. Pour commander cet ouvrage, cliquez ici

Pour accéder à son blog, c’est la !

**

Note de rajout de janvier 2010, cet article a été traduit et reproduit sur le site de l’institut STOLETIE

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Désinformation, Eurasisme, Natalia Narotchniskaia Leave a comment

Désinformation et Russie, par libération

Hier après midi, un contact m’envoie ce lien, de chez libération. Que peut on y lire ? Que la corruption «mine» la russie et notamment l’éducation puisque un étudiant sur deux verse des pots de vins pour obtenir ses diplômes. L’article est signé Lorraine Millot, correspondante à Moscou de Libération.
Je ne me permettrait pas de commenter l’article qui feint de découvrir en 2008 l’existence de la corruption en Russie et la possibilité d’acheter des diplômes. Cela existe pourtant dans TOUS les pays du monde, y compris en Occident ou des écoles pour enfants fortunés assurent des diplômes à des gens qui n’ont de différence d’avec la caissière de leur monoprix de centre ville que l’unique chance d’avoir des parents fortunés ! A quoi cela tient d’être un «spécialiste» !
Lisez juste les commentaires «sous» l’article, je crois que le gap entre le bon sens des lecteurs de libération (sûrement des braves gens à la recherche d’informations) et la mauvaise foi des journalistes n’a d’égal journalistique que dans les torchons d’extrême droite notamment l’avant dernier numéro du choc du mois on l’on vous apprend que pour les fêtes en Russie les femmes n’ont pas le droit de servir d’alcool, orientalisme oblige et que l’on mange du … vison !
No comment ….

Néanmoins, je me permettrais juste de mentionner aux lecteurs que la dénommé Lorraine Millot n’en est pas à sa première «ânerie sur la Russie«, petit feedback via Google :
- En 2005 nous apprenions que le Kremlin financait et dirigeait en sous main tous les mouvements néo-nazis ou extrémistes en Russie (de Pamyat, aux SS, au RNE et même les NB..).

- En 2006, Lorraine Millot nous éclairait sur l’homme Russe : «macho, alcoolique et en mal de reconnaissance«.

- En 2007 elle était «consciente que les journalistes francais ne retranscrivaient QUE les aspects négatifs de la Russie mais elle non puisque elle avait dans Libération fait passer un reportage sur.. l»architecture de St Petersbourg ! Toujours en 2007, lors d’une énième marche du désaccord qui si elle avait été demandée en temps et lieu aurait évidemment été acceptée (comme toutes les autres, et comme les marches des mêmes mouvements d’opposition lors du 1er mai dernier), Lorraine Millot en tire la conclusion suivante : «…Vladimir Poutine a en tout cas donné l’impression, ce week-end, de n’être plus très sûr de la solidité de son régime
Et comme affirmé par les fins limiers de libération, on a pu constater lors des derniers mois à quel point le pouvoir semblait douter de sa solidité. Il est vrai qu’à l’époque, en collant des amendes des amendes de 30 euros à des responsables de partis et des «avertissements» aux jeunes Skinheads du Parti National Bolchevique (donc Lorraine Millot nous assurait pourtant qu’ils étaient co-manipulés par le Kremlin dans son article sus-cité de 2005), on nageait en pleine dictature !

De deux choses l’une, soit les journalistes francais font les ânes pour des raisons qu’il m’intéresserait de connaitre (désinformation, manque d’objectivité ….), soit ce sont des ânes, et à ce moment la je leur conseillerais de faire un master à Skolkovo (en essayant de ne pas acheter leur diplôme bien évidemment) !

Cet Institut entend rapidement mettre Harvard au pas et «devenir la meilleure école de management au monde» , explique tranquillement le professeur Vanhonacker, doyen de l’école de management de Skolkovo, qui promet de proposer dès la rentrée 2009 un MBA (Master of Business Administration) version russe.
Les fondateurs de l’école – qui ne sont autres que Roman Abramovitch et Ruben Vardanian, président de la première banque d’investissements russe Troïka Dialog – n’ont pas lésiné sur les moyens pour parvenir au sommet : plus de 500 millions de dollars de budget, soutien politique de taille puisque le nouveau président Dmitri Medvedev est aussi président du conseil d’administration, projet de bâtiment « visible depuis l’espace » conçu par l’architecte londonien David Adjaye
Skolkovo compte bien devenir la première école mondiale de formation des managers de demain, ceux s’apprêtant à travailler principalement dans les pays en voie de développement.
« Les enseignements dispensés à Harvard ou à l’INSEAD sont statiques, trop occidentaux. Ils préparent les jeunes aux banques d’affaires et aux cabinets de conseil, mais pas aux enjeux réels de demain, lorsque l’économie sera dominée par la Chine, l’Inde ou la Russie », explique Wilfried Vanhonacker.

L’école veut aussi former une nouvelle génération d’entrepreneurs, via un MBA qui comprendra l’élaboration de projets en Chine, en Inde ou au Brésil. (NDLR : lire ceci).

Sources : le courrier de Russie — N° 123

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Désinformation Leave a comment

Russia Today

La chaine Russe de l’étranger, en Anglais : Russia Today
Est aussi disponible en version Arabe


*

The first Russian International Channel, in English : Russia Today
Also available in Arabian language

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Désinformation Leave a comment

Rtr Planeta : la Russie en images ..

Posted on by Alexandre Latsa in Art, Articles en francais, Désinformation Leave a comment

Réponse a André Gluksmann

Mr Gluksmann, une fois de plus, le 28 décembre dernier, vous vous êtes fendus d’un commentaire sur le pouvoir Russe dans le Figaro magazine, c’est la votre droit le plus absolu, la France fait partie de ces démocraties ou l’on a encore le droit de s’exprimer et à ce titre permettez moi de vous répondre et d’user du même droit que vous. Cela va faire 50 ans bientôt que nous vous entendons, ou plutôt devrais je dire subissons, dans le paysage médiatique francais. Lors de votre dernière apparition médiatisée, lors du grand meeting de soutien à votre nouvelle idole politique, le président Nicolas Sarkosy, vous êtes apparus fébrile. Vous faites en effet partie de ceux qui ont soutenu Nicolas Sarkozy à la présidence de la république Française, vous savez cette nation millénaire (la plus ancienne du monde), cette république des droits de l’homme que vous qualifiez de «dictature Fasciste» en 1972. A l’époque il est vrai, vous étiez trotsko-maoïste, vous sortiez tout d’une crise d’enfants gâtés, qu’on a même appelé une révolution ,je parle bien sur de mai 68. Évidemment à l’époque si l’on vous avait dit que vous prendriez la parole juste 30 ans plus tard devant le gratin le plus conservateur et bourgeois du pays pour faire barrage aux «socialistes trop hexagonaux» (on aura finalement presque tout entendu dans ce pays) et pour soutenir le candidat «descendant» de celui que vous combattiez à l’époque, vous ne l’auriez pas cru. Le plus affligeant est que tous vos «acolytes» de l’époque ont fini comme vous : pontes ou semi-pontes de l’établissement, en tout cas sur la photo dans les pages peoples des magazines showbiz, et en WE dans les Riads de milliardaires au Maroc. Funeste destinée pour ceux qui prônaient je vous re-cite «l’embrasement de l’Europe du capital». 

Il faut bien avouer que depuis vous avez su montrer patte blanche, de MAO à l’OTAN il n’y a qu’un (petit) pas que vous avez franchi d’un saut de microbe. En effet, en 1999 vos éructations serbophobes et votre soutien à l’intervention militaire de l’OTAN contre la République (relisez ce mot) de Serbie ont définitvement fait de vous un enfant de votre monde politique et surtout de votre siècle. Au passage, cautionner le bombardement de Belgrade par les troupes Allemandes, comme en 1941,(vous aviez alors quatre ans) ne semble pas vous avoir posé le moindre cas de conscience. Je vous laisse avec vos fantômes. Mais en France nous sommes habitués à tout, votre clone BHL à lui aussi un parcours hautement similaire au vôtre, soutien délirant du Soviétisme triomphant, puis Maoiste petit bourgeois et révolutionnaire de salon lors de mai 68, avant de logiquement se réfugier dans un atlantisme OTANesque, rassurant, sous les lumières du capital merveilleux de Bush et bientot de McCain……. Pour enfin prendre sa carte au PS. Seul, un irréductible résistant Belge, entarteur professionnel, l’a sans doute correctement traité et défini : «un pompeux cornichon». 

Mais passons, vous vous êtes trouvés un nouveau Génocideur à combattre, fut ce par les bombes des évangéliques d’extrême droite Américain ou de la nouvelle Wermacht ! Si j’ai bien compris, ce pauvre Vladimir Vladimirovitch aura simplement exterminé 20% de la population Tchétchène, interdit toute liberté d’expression et fait assassiner les dissidents, l’honnête Kodorovski , la pauvre Politkovskaia et j’en passe, ce ne sont la que les plus célèbres. J’ai déjà entendu (sur la forme) des accusations aussi sures et impressionnantes, lorsqu’en 1995 on accusait le soldat Serbe d’être spécialisé dans le Viol ethnique (ou aurait déjà du à l’époque utiliser le terme de viol «communautaire»). On a vu le brillant résultat … J’ai récemment reçu par la poste et ne me demandez pas pourquoi, ni comment, un torchon appellé «choc du mois», pamphlet de second ordre national catholique qui titrait : «peut on s’entendre avec les Russes ?». Il m’a semblé original de constater en le lisant que les inversions sémantiques du monde moderne illustrent parfaitement des retournements de vestes les plus étonnants. Pensez donc : les petits enfants des soldats volontaires du front de l’est souhaitent désormais un Youm Kippour entre «blancs» alors que les petits enfants des persécutés de cette même époque soutiennent désormais l’armée de nouvelle Allemagne (nouvelle Wermacht ?) contre ceux la même qui à l’époque les défendaient, et les protégeaient. Dois je vous rappeler que la famille de Madeleine Allbright-Korbelova a été sauvée grâce à des Serbes ? Bien sur que non, un homme de votre culture «sait» cela. Je vous cite cet exemple car tout simplement, les quelques articles (je n’ai pu aller par ennui au bout de ce canard) que j’ai lu m’ont fait penser à votre article tant sur le fond (Russophobie suintante) que sur la forme (caricaturalisme outrancier). Non Mr Glucksmann la Tchétchénie je vous le rappelle fait toujours partie intégrante de la fédération Russe et la grande majorité des Tchétchènes est opposée à l’indépendance car ils savent eux que les griffes du Wahabisme radical les menace, ainsi que de nombreux autres dangers. Ils savent aussi que Khattab, Bassaiev et consorts, vous savez ces gens de Kavkaz.org qui appellent sur leur site les Russes les Koufirs, ne SONT PAS Tchétchènes mais Jordaniens, Saoudiens et financés par l’extérieur. 
Non Mr Glucksman je doute moi que cela soit Mr Poutine et le Kremlin qui ai fait assassiner Mr Klebnikov et Mme Politkovskaia, et d’abord ou aurait été son intérêt puisque le résultat bien prévisible aurait été / est que ce soit justement vers eux que tous les yeux bovins du journaliste moyen se tournent. A qui profite le crime ? Après il y a le pauvre (et honnête) Kodorovski dont évidemment vous ne contestez pas les faits de condamnation judiciaire (qui oserait ?) mais vous contentez de dénoncer son incarcération qui serait … politique ! Vous savez, ce pauvre citoyen qui a été accusé par la Suisse de détournement de plusieurs milliards de francs suisses et ne comptait que céder des ressources naturelles du sol Russe à l’Amérique afin d’être encore plus riche et de faire de la politique ! Ben rien que ca ! 
Dans la Russie libre et démocratique telle que André Glucksman, intellectuel à la solde de l’OTAN et de l’UMP la concoit, quiconque est de l’opposition à VVP ne PEUT être condamné pour des faits averés. En absurdiland, tout est possible .. Et puis alors pour finir, évidemment, Mr Poutine est n’a pas reconnu la seconde guerre mondiale, Hiroshima, le goulag ou Auschwitz comme pire catastrophe géopolitique du siècle mais (selon vous) «la dissolution de l’Union Soviétique». DIANTRE ! Quel barbare ce Poutine ! Sachez que la phrase de Mr Poutine est la suivante : ……. » 25 millions de personnes se sont retrouvées à l’étranger sans moyens de subsistance, dans un climat de nationalisme croissant, dans une situation où ils ne pouvaient pas retourner en Russie, leur patrie historique, et ne pouvaient même pas voir leurs parents parce qu’ils n’ont pas l’argent nécessaire pour Acheter un billet de train ou d’avion. Ils n’avaient pas d’appartements en Russie. Ils n’ont nulle part où vivre et pas d’emplois. N’est-ce pas une tragédie? C’est ce que je voulais dire lorsque j’ai parlé de la tragédie de cette période. Vingt-cinq millions de citoyens soviétiques qui étaient Russes se sont retrouvés en dehors de la frontière de la Russie et personne ne s’en est occupé. C’est l’équivalent de la population d’un grand pays européen. Ils se sont retrouvés soudainement dans la position d’être des étrangers sans que personne ne se soucie d’eux.« 

Vladimir Poutine, le fasciste Russe qui assassine les journalistes et les Tchétchènes, celui qui emprisonne les honnêtes hommes d’affaires Russes se soucierait de son peuple ??!! Cela mérite surement une cellule à La Haye et une fin à la Milosevic, offerte par notre brillant système de justice internationale (et son corollaire médical visiblement). A ce que je sais en tout cas, en Sibérie, les condamnés ne meurent pas dans les cellules. Mais pour Mr GLUKSMANN, 110.000 japonais valent sans doute infiniment plus que 25.000.000 de Russes ! 
Quand au second conflit mondial, penser d’un Russe qu’il ne comprend pas la tragédie de cet événement historique traduit un cruel jugeote, je vous rappelle que 20.000.000 de Russes sont morts durant cette guerre, pour libérer cette Europe dans laquelle vous êtes né, et que vous vouliez incendier … 
Si la bêtise nous parle en lisant Times, c’est le mensonge et la haine qui nous frappent lorsqu’on lit certains articles du figaro magazine. 

Je ne vous salue pas, 

Alexandre Latsa

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Désinformation, France Leave a comment
« Previous   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14