Interview chez Sputnik avec Rachel Marsden

Interview avec Rachel Marsden dans les locaux de Sputnik Paris (source originale) Read more

Conférence au Cercle Pouchkine le 22/09/2016

Introduction de ma conférence : "Tout d’abord, un petit mot sur le Cercle Pouchkine. Quand Pierre Gentillet m’a proposé d’être parrain du cercle, j’ai immédiatement accepté, avec une idée : celle que la France aujourd’hui se meurt d’un déficit de pragmatisme Read more

Articles en francais

Guerre en Syrie: énergie et route de la soie

images

Il y a deux ans, j’écrivais un article exposant et synthétisant une théorie qui semble de plus en plus se répandre et qui plonge les origines du conflit syrien dans un conflit opposant des projets énergétiques concurrents, en l’espèce un projet irano-irako-syrien et un projet Qataro-saoudo-turc.

Il y a deux ans, j’écrivais un article exposant et synthétisant une théorie qui semble de plus en plus se répandre et qui plonge les origines du conflit syrien dans un conflit opposant des projets énergétiques concurrents, en l’espèce un projet irano-irako-syrien et un projet Qataro-saoudo-turc qui aurait pu permettre de raviver le projet occidental Nabucco, destiné à émanciper l’Europe du gaz russe et empêcher la construction du projet russe South Stream.

On sait ce qu’il est advenu de ces terribles luttes énergétiques entre l’Amérique et la Russie par Europe et Turquie interposées.Les pressions américaines ont permis à ce que les Russes ne se voient contraints d’annuler le projet South Stream et de le remplacer par au sud le Turkish Stream et au nord par une augmentation des volumes du North Stream pour le plus grand bonheur de Berlin. Si Ankara devrait encore avoir la possibilité de fournir l’Europe en gaz russe, elle semble par contre avoir définitivement perdu son rêve d’acheminer du gaz qatari vers l’Europe par le territoire syrien puisque l’entrée en guerre de la Russie en Syrie ne devant en effet pas permettre un effondrement du régime aussi rapide que les diplomaties hostiles à Damas, en premier lieu les Turcs, ne l’avaient envisagé.

Comme on peut le voir sur ces cartes le projet de gazoduc qataro-saoudo-turc devait traverser le centre de la Syrie (soit la zone de Palmyre occupée par Daech) pour finir à passer au nord d’Alep, de façon surprenante et bien évidemment pas hasardeuse au cœur de la zone tampon qu’Ankara souhaiterait établir.

Mais la potentielle chute du régime syrien, qu’analystes et journalistes ne cessent de nous décrire comme le scénario du pire pour Moscou, semble poser un autre problème tout aussi important à une autre puissance d’envergure: la Chine.

La déstabilisation régionale en Libye mais aussi en Irak a considérablement porté atteinte aux intérêts chinois.Pékin consommait autour de 50% de l’énergie irakienne en 2013 et ces chiffres étaient censés augmenter au cours des prochaines années. En Libye, la Chine avait également de nombreux intérêts et procédé a de nombreux investissement pour avoir accès à la manne pétrolière du pays. La chute de Kadhafi a également porté un coup à Pékin.

La Chine voit en effet ses sources en énergie se faire peu à peu détruire par la politique occidentale dans la région et on peut imaginer que Pékin entend désormais porter une attention particulière au sort de Damas tant pour des raisons politiques qu’économiques.

Pékin entend en effet redonner vie à un gigantesque projet de diplomatie économique: le rétablissement de la route de la soie, initiée dès 1996 par les autorités chinoises.Aujourd’hui, différents tronçons sont envisagés, tant terrestres que maritimes. Le nœud méditerranéen est fondamental pour permettre une connexion entre le sud de l’Eurasie et l’Océan Indien vers l’Europe. A ce titre tant les ports turcs que libanais ou syriens sont jugés par Pékin comme fondamentaux et comme l’explique parfaitement la brillante Christina Lin: «Sans Damas, il n’y a pas de cohésion globale pour le projet chinois de route de la soie ».

Alors que le projet de Califat semble interférer avec le projet de route de la soie, est-ce que Pékin pourrait, dans un avenir proche, estimer qu’il est de son devoir de sécuriser et stabiliser les zones traversées par la route de la soie, comme elle le fait en Asie centrale ou dans le golfe d’Aden contre la piraterie globale?

 

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Caucase, Chine, Sputnik Leave a comment

Привет от Кавказких ваххабитов из Сирии

FFl_hOpPmOMAujourd’hui la Syrie, demain la Russie, inscription sur un mur de la Ville de Daraiya, Syrie, Juin 2013
Today Syria, Tomorrow Russia — Darayia — June 2013
Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Caucase, Syrie Syria Сирия 3 Comments

Грозный. После ада

Posted on by Alexandre Latsa in Caucase, Без рубрики Leave a comment

Dokou Oumarov: mort ou vif?

Cet article a été publié originellement sur Ria-Novosti

*

Le 28 mars dernier, la Russie commémorait le triste anniversaire des attentats  qui ont frappé le métro de Moscou il y a tout juste un an. Alors que les Moscovites se recueillaient dans les stations de métro et déposaient des fleurs à la mémoire des 39 victimes, tout au sud du pays une opération militaire de grande ampleur avait lieu en Ingouchie, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

 

L’assaut terrestre appuyé par des frappes aériennes, a permis l’élimination de 21 terroristes, liés à l’organisation “Emirat du Caucase“ qui est la principale branche terroriste de la région.

L’Emirat du Caucase a été créé en Octobre 2007 par le Tchétchène Dokou Oumarov, qui a participé aux deux premières guerres de Tchétchénie. L’Emirat du Caucase remplace la république Tchétchène d’Itchkérie, un Etat non officiel qui se voulait indépendant de la Russie, prônait la Charia sur le modèle du Soudan et qui ne fut reconnu que par les Talibans Afghans et le premier gouvernement de la Géorgie indépendante. La déclaration d’indépendance de cette république imaginaire amena à la première guerre de Tchétchénie.

 

Dokou Oumarov abolit ensuite la République tchétchène d’Itchkérie dont il était président en octobre 2007 et proclama à la place un Émirat du Caucase, dont la Tchétchénie n’était qu’une simple province parmi bien d’autres. Dokou Oumarov a revendiqué les principaux attentats de ces dernières années, que ce soit l’attentat contre le train Nevski-express de novembre 2009 (26 morts et une dizaine de blessés), celui du métro à Moscou de mars 2010 (39 morts et 102 blessés) ou l’attentat de janvier 2011 à l’aéroport Domodedovo (35 morts et 180 blessés).

 

En février dernier, Oumarov avait prédit une année de sang et de larmes à la Russie, menaçant de faire déclencher des attentats sans répit. Début mars, il avait appelé dans une vidéo à un Djihad total en Russie, s’adressant à tous les musulmans de Russie. Depuis sa création en 2007 l’Emirat du Caucase à mené près de 1.600 attaques en Russie, dont 99% dans le Caucase du nord. Ces attaques ont tué près de 1.400 personnes (dont 300 civils) et blessé près de 1.700 personnes (dont 900 civils). Pour la seule année 2009, 511 attaques terroristes ont eu lieu sur le territoire russe, dont 508 dans le Caucase nord, et 159 en Tchétchénie.

Ces attaques ont causé la mort de 427 personnes (dont 51 civils) et ont blessé 844 personnes (dont 199 civils).

 

En 2010, la situation ne s’est pas améliorée. L’Emirat du Caucase à directement perpétré 583 attaques, ayant entrainé la mort de 410 personnes (dont 119 civils). Cela représente la moitié des attaques terroristes dans le Caucase pour cette seule année. Ces attaques ont au total coûté la vie à 754 personnes, en blessant 956 autres. La moitié de ces attaques ont eu lieu au Daguestan avec 378 morts. Toujours en 2010, 375 terroristes ont été tués, plus de 600 arrêtés, et 93 attaques prévenues. En 2011 l’activité terroriste reste élevée, par exemple pour la seule semaine du 28 Mars au 3 avril, 38 personnes ont été tuées dans le Caucase du Nord.

 

L’opération anti-terroriste de mars dernier a semble-t-il visé les dirigeants de l’Emirat du Caucase. De nombreux lieutenants et proches d’Oumarov ont été tués, notamment son médecin mais également son plausible successeur. Les autorités russes ont affirmé qu’il était fort possible que Dokou Oumarov soit parmi les victimes mais ce n’est pas la première fois que sa mort est annoncée après une opération anti terroriste. En 2006 après l’élimination de Chamil Bassaïev, l’élimination d’Oumarov avait été annoncée comme imminente. En 2009, il avait également été tenu pour mort après une opération spéciale des troupes fédérales. Cette fois, son décès n’a pas encore été confirmé, et il faudra sans doute attendre la fin des analyses ADN pour le savoir.

Les conflits dans le Caucase sont généralement présentés par la main stream médiatique comme des guerres pour l’indépendance. Pourtant, les liens entre l’Emirat du Caucase et la nébuleuse Islamiste terroriste internationale sont avérés. Ils datent de la guerre en Afghanistan et des guerres de Tchétchénie. Des groupes qui ont soutenu Chamil Bassaïev dans sa lutte contre Moscou ont, après la chute de Grozny en 2000, ont notamment formé une organisation appelée Jamaat. Ce mouvement terroriste qui a combattu tant en Asie centrale que dans le Caucase est lié directement au chef de guerre saoudien Khattab.

 

Ce saoudien, qui avait combattu au sein des Moudjahidines en Afghanistan et était devenu proche d’Oussama Ben Laden et d’Al-Qaïda, avait ensuite importé le Djihad dans le Caucase, avant d’être tué en 2002 par les forces spéciales Russes. Ces liens sont avérés depuis longtemps et pourtant, ce n’est que cette année que le conseil de sécurité de l’Onu, via le Comité chargé de la lutte contre Al-Qaïda, a inclu Dokou Oumarov dans sa liste des terroristes internationaux les plus dangereux. L’adoption de cette résolution est un progrès important, car jusqu’au début de l’année, les autorités américaines bloquaient son adoption, en affirmant que: “Le lien entre Al-Qaïda  et le groupe terroriste d’Oumarov n’était pas suffisamment démontré dans la requête russe“. Les russes ont souvent mal compris la relative tolérance occidentale envers ces anciens chefs de guerre. C’est le cas par exemple pour Akhmed Zakaïev,  ancien ministre de la “République Tchétchène d’Itchkérie“ et ancien commandant militaire du mouvement indépendantiste Tchétchène. Celui-ci depuis les années 2000 bénéficie d’un confortable asile politique au sein de l’UE.

 

La guerre dans le Caucase a changé de forme et les autonomies relativement importantes dont bénéficient maintenant les entités politiques locales, par rapport au pouvoir fédéral ne justifient sans doute plus les guerres pour une autonomie déjà acquise. Aujourd’hui la région est menacée par une métastase terroriste radicale, à laquelle le pouvoir fédéral Russe et les autorités locales répondent avec le maximum d’énergie. L’affirmation forte de l’autorité centrale de l’état dans le Caucase nord doit bien sur accompagner un développement humain et économique important,  mais rien ne sera sans doute possible tant que la situation ne sera pas réellement stabilisée.

La méthode de stabilisation russe pour paraitre excessivement énergique pour des observateurs français, pourtant elle est sans doute la seule alternative d’affirmation de l’autorité de l’Etat dans le Caucase nord. La fédération de Russie ne souhaite pas que se développent sur son territoire des foyers de terrorisme. Il en va tant de l’intérêt de la Russie et de ses citoyens bien sur, mais également de la stabilité de la région toute entière.

 

La presse occidentale a souvent critiqué la Russie pour son “recours démesuré“ à la force brutale dans le maintien de l’ordre pendant les conflits du Caucase. Pourtant deux guerres interminables, en Afghanistan et en Irak, ont commencé sous la forme d’opérations de représailles anti terroristes après l’attentat du 11 septembre. Mais la comparaison doit s’arrêter là: pour la Russie, il s’agit de maintenir son intégrité territoriale et sa sécurité nationale.

 

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Caucase, Ria Novosti Leave a comment

Les amis Américains du président Géorgien

Source : Intelligence on line

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Caucase 5 Comments

Russes et citoyens de Russie

En decembre 2009 je republiais un article de RIA Novosti demontrant la baisse du nombre de mariages mixtes en Russie. Сet article est à mettre en «lien» avec ces sondages sur les liens entre communautés en Russie.
Par exemple la question : ressentiriez vous comme positif un mariage de l’un de vos proches (fils, filles, petits enfants) avec un ressortissant des communautés suivantes, les chiffres sont ceux de 2002 et de 2010 :
- Russes 79% — 70%
- Ukrainiens / Biélorusses 49% — 37%
- Francais / Anglais / Allemands 27% — 17%
- Baltes 25% — 14%
- Américains .. — 14%
- Juifs 15% — 10%
- Georgiens, Arméniens, Azéris 12% — 7%
- Kazakes, Tadjiks, Ouzbeks, Kirgizes 6%
- Arabes 6%
- Tchétchènes 5%
Une autre question : pour les gens de quelle communauté ressentez vous le plus et le moins de sympathie (chiffres de 2005 et 2010)
Le plus de sympathie :
Russes — ( 33% — 36%)
Ukrainiens (12% — 10%)
BiéloRusses (12% — 9%)
Européens (6% — 8%)
Slaves en général (2% — 8%)
Caucasiens (4% — 1%)
Américains (1% — 1%)
Juifs (2% — 1%)
Citoyens d Asie centrale (2% — 0%)
Le moins de sympathie
Caucasiens (23% — 29%)
Asie centrale (4% — 6%)
Chinois / Juifs (2% — 3%)
Européens (1% — 1%
Africains (1% -0%)
Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Caucase Leave a comment

l’Azerbaidjan, un pont entre les civilisations ?

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Caucase Leave a comment

Dissonance, projet Vox Populi

Le blog d’Alexandre LATSA donne la parole aux Russes, pendant 4 mois, tous les lundis, un article intitulé Vox-Populi sera publié sur ce blog, reprenant les sondages les plus parlants sur des thèmes divers et variés, sondages effectués par le centre Russe d’analyse Levada de fin 2007 à mi 2009 et dont la synthèse en Anglais est la.
Loin des préjugés, ces sondages ont été effectués auprès d’un échantillon de population variant de 1600 a 2000 personnes pour chaque question.
Les résultats sont la «voix du peuple Russe».

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Caucase, Vox Populi 2008 Leave a comment

La tchétchénie à l’orée 2010

Un bon journaliste attaché à l’éthique Occidentale du journalisme vous parlera toujours de la Tchétchénie avec des yeux révulsés, décrivant ce pays comme l’enfer, un enfer de par le fait de la barbarie Russe, des Tsars à Staline puis à Poutine. Ce même journaliste vous racontera en détails les exactions de l’armée Russe (meurtres, viols, pillages etc etc). Systématiquement, il oubliera de vous parler de deux choses :

Le rôle des «étrangers»
Mercenaires venus d’Iran, Syrie, Pakistan, Turquie, Egypte .. qui ont contribué à la tentative d’instauration d’un régime Islamique totalitaire en Russie (la Tchétchénie est une république de Russie) et se sont battus «tant» contre les soldats Russes que contre les nationalistes Tchétchènes. (ici ou la). 
A lire également cette analyse ici. Cette présence d’étrangers mercenaires est avérée, à l’inverse ce qu’affirmait des «spécialistes» de l’époque comme Anne Nivat.
A noter que l’utilisation de mercenaires n’est pas propre à la rébellion Tchétchène, mais concerne également le Haut Karabah.

 

Kadyrov, l’ordre et la reconstruction
Le fait que le pays ait été en grande partie reconstruit, sa capitale en premier lieu est un fait toujours occulté par les «journalistes».
Doit on mentionner les «photos» de la Tchétchénie ici (la capitale) ou la (la campagne) ? Ou encore la chers lecteurs …
Doit on rappelle que en 2008 le commissaire aux droits de l’homme en Europe se disait «impressioné» par la vitesse et la qualité de la reconstruction en Tchétchénie ?
Plus récemment, l’ONU a gratifié la ville de Grozny pour son plan de reconstruction permettant notamment le relogement de 3.700 familles, la réouverture de 870 magasins et 8 marchés, 230 centres de services, 8 pharmacies, la réparation du système de chauffage, de canalisation et d’alimentation électrique et d’eau. Egalement, 250 kilomètres de routes et 13 ponts ont été reconstruits.
                                            
 

 

La solution Kadyrov serait elle finalement la «bonne» (provisoirement) comme semble le sous entendre Aurélie CAMPANA (politiste) en affirmant que : » Kadyrov serait en passe de réussir la ou les indépendantistes ont échoués … «
 
Je me permets de vous donner les paroles de l’hymne Tchétchène pour terminer cet article
 
« La nuit où les loups sont nés,
À l’approche de l’aube, les lions rugissaient.
Nous sommes alors arrivés,
Du fond des âges, dans ce monde hostile.
Depuis, nous ne plaisons à personne,
Mais nous avons conservé notre dignité.
Des siècles durant, nous nous sommes assurés
Par la lutte, la liberté ou la mort.
Et même si les montagnes de pierre
Brûlent dans le feu des batailles
Aucune horde au monde
Ne nous mettra à genoux. »
Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Caucase 9 Comments

Sochi 2014

Arthur m’expliquait encore récemment comment il y a quelques années il avait été la risée de nombres de Francais de russie lorsqu’il défendait la candidature de SOCHI aux JO. «Impossible» disaient certains membres de la communauté Francaise de Russie ou certains Francais critiques comme à l’accoutumée de tout ce qui peut être réalisé «sous» le gouvernement Poutine.

Mais voila, le 4 juillet 2007, la ville est choisie pour être ville hôte des
Jeux Olympiques d’hiver de 2014. Ceux ci se dérouleront 7 au 23 février 2014. Sotchi a devancé les villes de Salzbourg et Pyeongchang en Corée du Sud. Cette nomination a été obtenue « au finish » avec la participation de Vladimir Poutine qui s’est exprimé pour la première fois en anglais puis en français pour soutenir la candidature de Sotchi. Une première pour la Russie qui ne lésine pas sur les moyens, les investissements devraient s’élever à 20 milliards de dollars (mai 2009). Les épreuves devraient se dérouler sur deux sites, un site côtier (le parc olympique) et un site de montagne (Krasnaia poliana).Pour tout savoir sur la préparation de cet évènement, deux adresses à consulter :Le site d’Arthur qui y consacre une rubrique ici : Vivre en Russie et bien évidemment le site SOCHI 2014

Les installations les plus spectaculaires devraient être construites sur la côte, ci dessous quelques photos qui parlent d’elles mêmes …Tout d’abord le stadium Olympique, (plus de photos la) :

Ensuite l’extraordinaire aménagement prévu sur la côte …
Tout d’abord la création «d’iles artificielles» sur la mer noire est prévue, sur le modèle de ce qui existe déjà au Quatar, à Dubai ou encore aux émirats arabes unis.Pier-Hotel sera un complexe hotelier comme son nom l’indique, ce projet est de loin le plus «réaliste» des cinq projets. L’hotel sera relié à la côte et équipé de marinas.

Catamaran sera construit en face du centre ville.


Des extensions seront construites pour installer d’autes hôtels …

Sea star sera une île autonome accessible par voiture et comprenant un complexe hotelier de 5 hôtels ! Entre eux, des pétales verts représenteront un oasis.

Enfin, les plus «beau» des projets, l’Ile olympique, composée de 5 anneaux liés les uns aux autres. Ces 5 anneaux sont 5 plateformes, qui représentent les 5 continents : europe, asie, amérique, afrique et australie. Chacun de ces cercles aura une tour à son milieu, d’une des couleurs olympiques.

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Caucase, Sochi Leave a comment