L’intégration économique et politique de l'Eurasie : objectifs réalistes ?

  Veuillez-trouver ci dessous mon interview de ce début 2017 pour la lettre de l'Association Nationale des Auditeurs Jeunes de l'Institut des Hautes Etude de Défenses Nationales /// WWW.ANAJ-IHEDN.ORG Comment définir l’axe eurasiatique ? Je crois qu’il faut tout d’abord envisager cet Read more

Conférence au MGIMO sur la politique étrangère de François Fillon (27/02/2017)

La politique étrangère de François Fillon : vers un nouveau gaullisme francais ? Photos sur le site du MGIMO Photos sur Facebook Bonjour à tous et merci beaucoup à cette institution qu’est MGIMO de nous recevoir aujourd’hui. Mon propos sera court, je souhaiterais vous parler Read more

Interview chez Sputnik avec Rachel Marsden

Interview avec Rachel Marsden dans les locaux de Sputnik Paris (source originale) Read more

Allemagne

Der Terrorismus, von Boston über Damaskus bis nach Moskau

Seit dem Ende der UdSSR basiert einer der Gründungs-Mythen von der Euro-Amerikanischen Außenpolitik gegenüber Russland auf der Situation im Kaukasus. Seit 1994 ist der russische Staat mit einer bewaffneten Rebellion konfrontiert, die Unabhängigkeit fordert und die schnell an Scharen von ausländischen Söldnern appellieren wird, um diesen sogenannten Unabhängigkeitskrieg für Tschetschenien zu führen. Der Konflikt verwandelt sich schnell in einen Religionskrieg, speziell unter dem Druck dieser islamistischen Söldner, die versuchen werden, den Konflikt auf den ganzen Kaukasus zu erweitern, um dort ein regionales Kalifat zu errichten.

Seit Beginn der russischen militärischen Operationen im Kaukasus, um die Ordnung wieder herzustellen und zu verhindern, dass eine Teilung des Landes durch ausländische Hilfe geschieht, erlitt Russland einen nie erlebten moralischen und politischen Druck der Medien. Der westliche Medien-Mainstream hat nie aufgehört die islamistischen Soldaten des Kaukasus als Freiheitskämpfer darzustellen, die für eine hypothetische Unabhängigkeit kämpfen oder für das Überleben der gefährdeten Kulturen, die, wie man es im Jahr 2013, lange danach, sehen kann, nie bedroht wurden. Russland, das unter dem internationalen Dschihad-Terrorismus und seinen wichtigsten Unterstützern im Ausland leidet, (egal ob es die Golf-Staaten, die Türkei oder manche Westmächte sind) hat nur allzu selten Mitgefühl oder Unterstützung von den westlichen Ländern erhalten. Read more

Posted on by admin in Allemagne, Artikel in deutscher Sprache Leave a comment

L’axe Russo- Allemand

En décembre 2009, je mentionnais un article trouvé sur l’usine nouvelle publiait un article intitulé «Berlin-Moscou».
Je me permets en complément de publier cet article intéressant datant également de 2009 certes mais intitulé : «The new Ostpolitik«
Posted on by Alexandre Latsa in Allemagne, Articles en francais, Economie 2 Comments

Paris-Berlin-Moscou / Париж — Берлин — Москва

Paris-Berlin-Moscou 
«Moi je dis qu’il faut faire l’Europe avec pour base un accord entre Français et Allemands. (…) Une fois l’Europe faite sur ces bases (…), alors, on pourra se tourner vers la Russie. Alors, on pourra essayer, une bonne fois pour toutes, de faire l’Europe tout entière avec la Russie aussi. Voilà le programme des vrais Européens. Voilà le mien».
Charles de Gaulle (1949)

Париж — Берлин — Москва 
«Я говорю, что нужно строить Европу на основании договора между французами и немцами. (…). Позле создания Европы на таком основании (…) можно будет обратиться к России. И тогда можно будет сделать попытку, раз и навсегда, создать Европу целиком, включая Россию. Вот программа настоящих европейцев. Вот моя программа.
Шарль де Голль (1949)

 

Posted on by Alexandre Latsa in Allemagne, Articles en francais, De Gaulle 7 Comments

Berlin Moscou

On parle souvent du couple Franco-Russe, particulièrement ces temps ci puisque commence l’année Franco-Russe (2010).
On oublie souvent de parler de la force du tandem Germano-Russe. A ce titre je me permets de vous soumettre l’article ci dessous qui date de juin 2009 et était paru dans l’usine nouvelle.

*
Une fois encore, Vladimir Poutine, le Premier ministre russe, vient de jouer la politique du bâton en menaçant la semaine dernière de couper le gaz à l’Ukraine (et donc à l’Europe) pour cause de factures en retard. Hasard du calendrier, le groupe énergétique allemand E.on bouclait simultanément la signature d’un accord avec le géant Gazprom pour prendre 25% d’un important champ gazier en Sibérie. Lui cédant au passage 49% d’une de ses filiales russes. Le symbole est frappant. Si, face à l’ours slave, l’Union européenne a trop souvent montré le visage de l’indécision, l’Allemagne trace sa route et resserre une fois de plus ses liens économiques avec Moscou. Et en la matière, les exemples ne manquent pas. Cette année, deux ont marqué les esprits. Le premier est la grande alliance dans le nucléaire civil. Rompant son association vieille de dix ans avec Areva, Siemens décidait enmars de s’allier avec le champion russe de l’atome, Rosatom. Un petit séisme pour le couple franco-allemand. 
Plus récent, le deuxième exemple est bien sûr celui d’Opel. Après des semaines d’hésitation, le gouvernement d’Angela Merkel a apporté son quitus à la reprise de la filiale de GM par l’équipementier canadien Magna et la banque russe Sberbank. Détenue à 60% par la Banque centrale de Russie, Sberbank agit en portage pour le constructeur russe GAZ, propriété d’Oleg Deripaska, un oligarque en situation délicate devenu un obligé du Kremlin. Derrière cet attelage hétéroclite se cache un projet : marier le savoir-faire allemand avec les promesses du marché automobile russe, appelé à devenir le premier d’Europe. Les chances de réussite ? Inconnues. Mais, pour la Russie, c’est une chance unique d’exister demain sur ce métier. Frappantes, ces alliances s’inscrivent surtout dans une double continuité économique et politique. Coté économique, depuis l’effondrement du rideau de fer, Deutschland AG s’est précipitée en Russie. Daimler, Continental, Bosch, BASF, Bayer, VW, Deutsche Bank: tous ces poids lourds, sans compter les entreprises du Mittelstand, ont fait leur trou à Moscou, Saint-Pétersbourg ou Nijni-Novgorod.
Au total, 6000 sociétés allemandes seraient installées en Russie. Sans doute dix fois plus que les entreprises françaises. De même, les exportations allemandes vers la Russie se sont élevées à 32milliards d’euros en 2008 (4,5 fois celles de la France). Inversement, les exportations russes atteignent 34 milliards, d’euros, surtout dans l’énergie, avec notamment 35% des importations allemandes de gaz.

Côté politique, enfin, il faut rappeler combien les relations -souvent terribles- entre les deux pays sont anciennes. Comme l’illustre le destin de Sophie d’Anhalt-Zerbst, arrachée adolescente en 1744 à sa Poméranie pour prendre le chemin de Saint-Pétersbourg, puis devenir Catherine II. Plus près de nous, après la chute de l’URSS, des milliers de Russes de souche germanique (descendants d’immigrés «invités » par la même Catherine II) choisirent le « retour » en Allemagne. Formant ainsi aujourd’hui une population de plus de 3 millions d’Allemands russophones.

Avec pragmatisme pour Helmut Kohl, passion pour Gerhard Schröder ou réalisme pour Angela Merkel, tous les leaders allemands depuis 1991 n’ont eu de cesse de renforcer ces liens. On dit que l’Europe ne peut avancer sans un couple franco-allemand fort. On ne dit rien au sujet du couple germano-russe, mais il avance.
*
A noter cette analyse pertinente de Michel DRAC sur l’Allemagne à la croisée des chemins.
Posted on by Alexandre Latsa in Allemagne, Articles en francais 4 Comments

Berlin 2009 .. Vers le monde multipolaire

Ici, à Berlin, nous espérons que la période de la confrontation est révolue. Le passage à un nouveau monde multipolaire est très important pour la plupart des pays» au moment où la communauté internationale fait face à de nouvelles menaces globales qu’on peut écarter uniquement par des efforts conjugués. 

Il y a 20 ans, Berlin est devenu un symbole de la réunification des peuples et des pays, a indiqué le président russe.
L’URSS a joué le rôle clé dans la victoire sur le nazisme et, 44 ans plus tard, dans la réunification pacifique de l’Allemagne, a souligné le président russe. Ces deux événements ont apporté la liberté et le progrès à l’Europe et ont changé les destins du mondeselon lui.

Posted on by Alexandre Latsa in Allemagne, Articles en francais, Medvedev 2 Comments

Berlin 1989

Posted on by Alexandre Latsa in Allemagne, Art, Articles en francais Leave a comment