L’intégration économique et politique de l'Eurasie : objectifs réalistes ?

  Veuillez-trouver ci dessous mon interview de ce début 2017 pour la lettre de l'Association Nationale des Auditeurs Jeunes de l'Institut des Hautes Etude de Défenses Nationales /// WWW.ANAJ-IHEDN.ORG Comment définir l’axe eurasiatique ? Je crois qu’il faut tout d’abord envisager cet Read more

Conférence au MGIMO sur la politique étrangère de François Fillon (27/02/2017)

La politique étrangère de François Fillon : vers un nouveau gaullisme francais ? Photos sur le site du MGIMO Photos sur Facebook Bonjour à tous et merci beaucoup à cette institution qu’est MGIMO de nous recevoir aujourd’hui. Mon propos sera court, je souhaiterais vous parler Read more

Interview chez Sputnik avec Rachel Marsden

Interview avec Rachel Marsden dans les locaux de Sputnik Paris (source originale) Read more

Mythes sur la Russie

Conférence à la Droite Populaire

russieChers lecteurs!

J’ai l’honneur de vous inviter à la conférence que je donnerai le Mardi 4 Mars à 19h au siège de l’UMP (238 rue de Vaugirard 75015 Paris) sur le thème « Mythes sur la Russie d’aujourd’hui ».

Je tenterai d’aborder les grands enjeux de la Russie (Démocratie, politique russe, enjeux démographiques, liberté de la presse, libertés individuelles,…) et par ailleurs l’actualité des JO, le rôle de la Russie en Ukraine et également l’image de Vladimir Poutine dans l’oeil des médias occidentaux.

Les personnes souhaitant assister à la conférence peuvent s’inscrire en me contactant par e-mail ou via la  page Facebook de l’événement.

Безымянный

Posted on by Alexandre Latsa in Mythes sur la Russie, Slider, UMP, Без рубрики Leave a comment

Деякі держави використовують політичні протести в Україні для дестабілізації країни

Telekanal_btbРосійський експерт з геополітики Олександр Латса (Alexandre Latsa) вважає, що деякі держави використовують політичні протести в Україні для дестабілізації країни.

В ексклюзивному коментарі каналу БТБ експерт зазначив, що США використовують політичний конфлікт в Україні  також в стратегічній війні проти Росії. «Є держави, які використовують ці протести, аби дестабілізувати країну. Вже давно підтверджено, що Сполучені Штати Америки використовують момент внутрішньої нестабільності в Україні, аби вести свою стратегічну війну проти Росії», — зазначив він.

Експерт сумнівається, що США наразі діють в Україні для її блага і блага її громадян. «Тому що вони ведуть свою геостратегічну війну проти Росії, яка і не припиняється. Кілька років тому вони те саме робили в Україні, під час Помаранчевої революції. І ви бачите результат. Росія будує свій Північний Потік та Південний Потік, а тим часом Україна з кожним роком втрачає гроші.

І який крок буде наступним? Розколоти Україну на дві частини? І що тоді? Значний розвиток економіки – лише на Сході України. І тоді Західна Україна не матиме нічого», — додав він.
Латса вважає безумовним право українців обирати напрямок інтеграції.  «Однак, на жаль, для України немає європейського майбутнього», — зазначає він.  «Тому що наразі ніхто в Європі не вважає, що Україна за один день інтегрується у Європейський Союз. Цього ніколи не трапиться, з огляду на економічну та політичну ситуацію  - як в Україні, так і в Євросоюзі. Окрім того, це не Європа  пропонує щось Україні на майбутнє. Схоже на те, що США використовують Україну проти Росії. Так само, як вони робили це п’ять  років тому із Грузією», — додає експерт.

«Наразі склалася така ситуація, що ніхто у західних країнах —  чи то у Європі, чи в Америці —  не ставиться до України як до незалежної держави. І це ключовий момент, як я гадаю.

Ми бачимо, що одна більша держава, яка владарює на планеті, диктує, що і де має відбуватися», — зазначає він.

Експерта також обурив зміст телефонної розмови між заступником глави Держдепу США Вікторією Нуланд і послом США в Україні Джеффрі Пайєттом – на його думку, п. Нуланд  своїми заявами образила Європу, Україну та дипломатичний корпус і мала б негайно після такого подати у відставку.

Posted on by Alexandre Latsa in Без рубрики Leave a comment

Вниманию Пьера Авриля / Уточнения к «Мнимый «рост рождаемости» в России

От: «Alexandre Latsa» <alexandre.latsa AT gmail.com>
кому:» Pierre Avril» <pavril AT lefigaro.fr>

Отправлено: Dimanche 9 Février 2014 20:40:20

Пьер Авриль,

Хорошо ли вы себя чувствуете?

Я увидел в вашей последней статье, что вы пишете: «Мнимый «рост рождаемости» в России, где продолжительность жизни очень низкая, является одним из столпов национальной пропаганды»

1/ Мнимый «рост рождаемости»

Он не мнимый. Число родившихся выросло с 1.266.000 в 2000 году до 1.901.000 в 2013 году. Разве это не рост?
С этого года население больше не сокращается естественным образом, а растет, даже без учета иммиграции, как вы можете увидеть здесь и здесь.

2/ «где продолжительность жизни очень низкая»
Это неверно.
Продолжительность жизни в России в настоящее время составляет 65 лет для мужчин и 75 лет для женщин, то есть в среднем 70 лет.
http://www.gks.ru/fr…mo/dem1_map.htm
Это все что угодно, только не «очень низкая», и больше, чем во многих странах Центральной Европы и Балкан.

3/ «один из столпов национальной пропаганды»
Это не разновидность пропаганды, а российские реалии и факты.
Рождаемость в России растет, а продолжительность жизни увеличилась с 64 лет в 2003 году до 70 лет в 2013 году.

Вы могли бы сделать усилие, чтобы навести справки и немного поработать над своими темами, чтобы не писать что попало и чтобы удовлетворить ваших читателей, которые, я уверен, ждут правды о сегодняшней России.

В надежде на ваш ответ,
Александр Латса

Posted on by Alexandre Latsa in Без рубрики, Демография, Статьи на русском Leave a comment

A propos de Perm…

Les lecteurs de DISSONANCE se souviennent qu’en 2011 puis en 2012 j’ai publié des textes concernant la ville de Perm dans l’Oural, textes intitulés respectivement «Perm ville de culture» puis «C’est a Perm que le soleil se lève le premier en Europe«, le tout agrémenté de photos de mon voyage dans cette magnifique ville de l’Oural.

La Voix de la Russie a en novembre 2013 présenté de nouveau la ville de Perm, le reportage est dessous:

Posted on by Alexandre Latsa in Без рубрики Leave a comment

Basile Pasquiet, le curé des steppes

Sans titre

Posted on by Alexandre Latsa in Slider, Без рубрики Leave a comment

Qu’y-a-t-il derrière l’affaire Khodorkovski ?

Pour rappel et alors que  Mikhaïl Khodorkovski vient d’être libéré, un texte de William Engdahl, a lire en complément de mon analyse. sur ce sujet

William Engdahl est économiste et écrivain diplomé des université de Princeton et de Stockholm. Il publie depuis plus de 30 ans sur les questions énergétiques, la géopolitique et l’économie, et intervient dans les conférences internationales. Il est conseiller indépendant pour plusieurs grandes banques d’investissement.
www.warandpeace.ru — 31 décembre 2011

index

Le verdict définitif, prononcé par le tribunal russe à l’issu du procès de l’ancien oligarque du pétrole Mikhaïl Khodorkovski, a soulevé de vives protestations de la part de l’administration Barak Obama et d’autres gouvernements du monde entier. Tous se sont empressés de qualifier le système judiciaire russe de tyrannique et pire encore. Mais la véritable raison, pour laquelle Poutine a fait arrêter et emprisonner l’ancien patron de la plus importante compagnie pétrolière géante privée IOUKOS, est toujours soigneusement passée sous silence lorsqu’on évoque l’histoire de l’oligarque. Car, en réalité, le véritable crime de Khodorkovski n’est pas de s’être approprié frauduleusement une part des actifs de la Russie en échange d’une somme dérisoire à l’époque d’Eltsine où se sont faits les partages crapuleux. En réalité, le vrai crime, reproché à Mikhaïl Khodorkovski, est d’avoir été un élément clé dans une opération lancée par les services de renseignement occidentaux qui visait au démantèlement et à la destruction complète du dernier atout qui faisait encore de la Russie un état en mesure de fonctionner. Si l’on prend ces faits en considération, on peut dire que la justice russe a été, en l’occurrence, beaucoup plus clémente envers l’oligarque qu’on ne le sont les USA ou la Grande Bretagne quand ils condamnent leurs propres criminels jugés pour haute trahison. La prison d’Obama à Guantanamo, où se pratique la torture n’est qu’un exemple parmi d’autres du double langage de Washington.

Si l’on se réfère à l’article «politiquement correct » contenu dans Wikipédia, la compagnie pétrolière IOUKOS était une compagnie implantée en Russie sous le contrôle de l’oligarque russe Mikhaïl Khodorkovski depuis 2003. Khodorkovski avait été condamné et envoyé en prison. Read more

Posted on by Alexandre Latsa in Без рубрики Leave a comment

6 mois de cabane au bord du Baikal, par Sylvain Tesson

Posted on by Alexandre Latsa in Без рубрики Leave a comment

Счастье многодетности

Posted on by Alexandre Latsa in Без рубрики Leave a comment

Karine Bechet-Golovko, animatrice du blog «Russie Politics»

Prorussia.tv a interviewé à Moscou Karine Bechet-Golovko qui dirige le site Russie-Politics dont je conseille activement la lecture.

En attendant vous pouvez regarder cette interview

Posted on by Alexandre Latsa in Без рубрики Leave a comment

Assad envers et contre tout

Syrian President Bashar Assad interview« Tout désespoir en politique est une sottise absolue » disait Charles Maurras. Bashar El-Assad, homme cultivé au demeurant, doit certainement être entièrement d’accord avec cette assertion s’il a la chance d’avoir déjà lu Maurras. Début 2011, celui-ci a sans doute dû regarder avec beaucoup d’attention, comme tous les chefs d’Etats de la région, les manifestations pacifiques qui ont commencé à fleurir dans le pays. Peu à peu, le mouvement de contestation au gouvernement Assad prend cependant une tournure militaire.

Courant 2012, la guerre est totale en Syrie, l’afflux de mercenaires étrangers apporte un appui considérable à une opposition syrienne qui sera rapidement débordée par ces encombrants soutiens. Mi-2012, l’offensive rebelle est portée au cœur de Damas alors que plusieurs milliers de combattants tentent de prendre d’assaut la capitale, coordonnant leur action militaire avec des actions terroristes de grande ampleur, notamment l’attentat du 18 juillet 2012 au siège de la sécurité nationale, qui portera sans aucun doute un grand coup psychologique aux autorités syriennes. L’offensive militaire s’est accompagnée d’une offensive médiatique de grande ampleur à travers la planète, annonçant à coup de « spécialistes » et « analystes » la chute imminente du régime syrien.

Pourtant, le régime trouvera les ressources pour repousser cet assaut et relativement rétablir l’ordre dans la capitale. A la fin 2012, le mainstream nous a de nouveau expliqué que courant 2013, les autorités syriennes devraient vraisemblablement avoir perdu le contrôle d’une bonne moitié du pays, sans doute l’Est et le Nord, et concentrer stratégiquement leurs positions sur la défense de Damas et de la bande côtière et alaouite. Pourtant, ce n’est pas du tout ce qui s’est passé. A la sortie de l’hiver, l’armée arabe syrienne est repartie à l’offensive et les victoires clefs de Qousseir et Homs ont permis à l’Etat de réaffirmer son autorité sur le centre du pays. En février 2013, les rebelles relancent une offensive sur les quartiers de l’Est et du Nord est de la capitale, offensive qui échouera de nouveau puisqu’après 18 mois de combat, les forces gouvernementales ont réussi à repousser le front dans les faubourgs de la capitale.

Enfin, la grande offensive rebelle sur la cote de cet été 2013 a elle été totalement repoussée. Apres 18 mois de combat, c’est désormais l’Armée Syrienne qui est a l’offensive sur les zones clefs des rebelles, notamment au Nord et a l’Est du pays, sur l’axe Alep – Deir Ez-Zor. Cette totale inversion de la situation militaire justifie peut être les récentes manipulations de grande ampleur visant à déclencher des frappes militaires turco-occidentale contre la Syrie, comme expliquéici. Sur le front diplomatique, la situation s’est semble-t-il également considérablement modifiée depuis le début du printemps islamiste syrien. Les principaux sponsors de la rébellion font face à des situations intérieures modifiées et instables, que l’on pense à l’Arabie Saoudite, à la Turquie ou au gouvernement Morsi et au coup que vient de recevoir la confrérie des frères musulmans, très active dans le soutien à l’opposition syrienne.

Alors que le destin semblait aller contre les volontés impériales occidentales, les puissances occidentales ont donc décidé de passer à la vitesse supérieure et contribuer à l’aggravement du conflit syrien en « punissant » le pouvoir syrien et affaiblir ses forces armées. L’axe Washington-Londres-Paris-Ankara-Riyad se disait même prêt a intervenir à n’importe quel prix et sans accord préalable de l’ONU et donc hors du cadre juridique international. Peu nombreux (et sans doute également à Damas) étaient ceux qui, au début du mois de septembre, imaginaient que la Syrie échapperait a une campagne de bombardements sur le modèle des frappes contre la Yougoslavie de 1999. Pourtant, ces frappes imminentes au début du mois n’ont pas encore eu lieu et il y a plusieurs raisons à cela. Lors du dernier sommet du G20, le président français s’est, comme le président américain, retrouvé isolé face notamment a une UE qui faisant front diplomatique avec la Russie, la Chine et les pays émergents, refuse une action militaire irréfléchie et illégale. Ces pays prônant une solution politique au conflit, tout comme le prône la Russie depuis le début des troubles en Syrie. En outre, et c’est sans doute le plus important, les opinions publiques tant americaines que françaises sont extrêmement hostiles à toute intervention militaire de leur pays malgré prés de trois ans d’intense propagande contre le gouvernement syrien. Mais l’absence de bombardements sur la Syrie en ce début septembre tient sans doute aussi et surtout du fait de Moscou.

La Russie vient de sortir (avec le talent dont elle a le secret) une carte maitresse de sa diplomatie en appelant la Syrie à placer ses arsenaux chimiques sous contrôle international. L’Etat syrien a bien évidemment accepté la proposition russe, confirmant le solide Tandem Moscou-Damas pour la résolution de cette crise et se disant même prêt à signer et rejoindre la Convention sur l’interdiction des armes chimiques. La Syrie reste aujourd’hui l’un des rares pays au monde à ne pas avoir adhéré à ce traité, contrairement a ce que prétendent certains ministres français qui visiblement connaissent mal leurs dossiers.

En 24 heures, la situation mondiale sur la Syrie s’est totalement inversée. Selon Xavier Moreau, avec cette proposition, les Russes ont trois objectifs distincts. Le premier est de reprendre l’initiative dans ce conflit, en faisant une proposition que les Etats-Unis seront obligés de considérer, le deuxième est de remettre les Nations Unies au cœur de la résolution du conflit et le troisième est de permettre aux Etats-Unis et à la France de ne pas perdre la face, dans le cas où les deux pays renoncent à leur frappe « punitive ».

Pendant que la Russie empêche une guerre et tente de défendre le droit international, l’Etat syrien peut lui continuer de mener sa mission de rétablissement de l’ordre constitutionnel et de lutte contre le terrorisme sur son territoire. Une mission qui apparaît de moins en mois illégitime aux yeux du monde alors que se multiplient les témoignages dénonçant une situation trop longtemps occultée par le mainstream sur le terrain. A ce titre, les témoignages récents du journaliste récemment libéré Domenico Quirico ou de l’enseignant Pierre Piccinin sont riches en informations issues du terrain et confirment bien que l’opposition démocratique syrienne n’existe sans doute désormais plus que sur les plateaux de France 24, mais que sur le terrain, ce sont les groupes terroristes et mafieux qui font la loi dans les quelques zones qui ne sont pas sous contrôle de l’armée syrienne. Enfin, ces témoignages confirment ce que la diplomatie française semble (volontairement ?) ne pas vouloir entendre : ce n’est pas l’Etat syrien qui a utilisé les armes chimiques le 21 août dernier.

Posted on by Alexandre Latsa in Syrie Syria Сирия, Без рубрики Leave a comment