L’intégration économique et politique de l'Eurasie : objectifs réalistes ?

  Veuillez-trouver ci dessous mon interview de ce début 2017 pour la lettre de l'Association Nationale des Auditeurs Jeunes de l'Institut des Hautes Etude de Défenses Nationales /// WWW.ANAJ-IHEDN.ORG Comment définir l’axe eurasiatique ? Je crois qu’il faut tout d’abord envisager cet Read more

Conférence au MGIMO sur la politique étrangère de François Fillon (27/02/2017)

La politique étrangère de François Fillon : vers un nouveau gaullisme francais ? Photos sur le site du MGIMO Photos sur Facebook Bonjour à tous et merci beaucoup à cette institution qu’est MGIMO de nous recevoir aujourd’hui. Mon propos sera court, je souhaiterais vous parler Read more

Interview chez Sputnik avec Rachel Marsden

Interview avec Rachel Marsden dans les locaux de Sputnik Paris (source originale) Read more

Articles en francais

Katyn, 2010 …

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Без рубрики Leave a comment

Теракт !

Je ne m’étendrais pas sur les évènements tragiques de ce lundi 29 mars 2010. Je présente mes sincères condoléances à tous ceux, Russes ou pas qui ont souffert des évènements de ce jour.

Je vous livre une analyse qui me semble intéressante, celle de Xavier MOREAU sur RealpolitikTV:

On retrouvera sans doute derrière cet acte, des terroristes caucasiens, peut-être tchétchènes ou ingouches, mais cela n’a guère d’importance. La situation en Tchétchénie est normalisée, et un attentat à Moscou, aussi sanglant soit-il n’a aucune chance de déstabiliser le pouvoir tchétchène. Il faudrait pour cela, s’en prendre directement au Président Khadirov. Ce n’est donc pas une action des indépendantistes, dans un but de reconnaissance politique. 
Cette opération est un acte de guerre contre la Russie, sans autre mobile que de déstabiliser son administration. Elle a été planifiée avec soin comme le confirme la simultanéÏté des attaques et la présence de femmes accompagnant les deux kamikazes. Les deux stations visées sont également symboliques, l’une correspond au siège du FSB, l’autre à l’agence de presse gouvernementale, RIA Novesti.
Cette constatation réduit les possibilités sur le ou les instigateurs présumés. La Russie ne manquera certainement pas de soupçonner son voisin géorgien, qu’elle accuse d’abriter des camps de terroristes, notamment dans les gorges de Pankisi. Le Président géorgien, abandonné peu à peu par l’Occident, chercherait ainsi à provoquer la Russie, en entraînant une riposte militaire, qui le ferait passer de nouveau pour une victime de « l’impérialisme russe ». Ce serait un élément supplémentaire pour maintenir la Géorgie dans un état de crise permanent, et de tenter ainsi de sauver son pouvoir chancellant.
Les services de sécurité intérieure russes ont été très efficaces ces dernières années pour retrouver les auteurs des différents attentats qui ont frappé la Russie. Il y a de fortes chances qu’ils réussissent une nouvelle fois à identifier les terroristes. Si la piste géorgienne s’avère être la bonne, il faut souhaiter que la Russie ne tombe pas dans le piège qui lui est tendu.

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Без рубрики 8 Comments

Biélorussie, le plaisir de la découverte

C’est en lisant google actualité que dans la rubrique «a lire» je suis tombé sur un titre qui m’a fait sursauté et grandement intéressé : Biélorussie, le plaisir de la découverte
La lecture de l’article a confirmé mes soupçons, l’auteur de cet article extrêmement bien rédigé s’appelle Yannick Harrel, et sera sans doute bientôt interviewé sur ce blog , enfin du moins je l’espère ! 
En attendant, vous pouvez lire ses articles sur Agoravox ici ou son blog la

Florilèges :
«Bienvenue dans un pays maltraité par les médias occidentaux mais regorgeant de richesses insoupçonnées«.

«L’indépendance fut rapidement accompagnée par une attention des plus bienveillantes de la part des pays occidentaux .. Les relations en revanche se dégradèrent rapidement avec l’avènement d’Alexandre Loukachenko. Pourtant ce dernier avait été élu selon un programme très clair et bénéficia du rejet par la majorité de la population d’une «démocratisation» n’ayant apporté que corruption, désordre et paupérisation».

«Ce furent les Etats-Unis qui montrèrent comme souvent la voie aux Européens en stigmatisant cette ancienne république Soviétique de dernière dictature d’Europe par la voix de la pasionaria néo-cons Condoleezza Rice«.

«L’on ne peut à ce sujet manquer de saluer tout le formidable talent d’équilibriste de Loukachenko qui sut tenir jusqu’alors son pays en dehors des affres de la libéralisation post-soviétique que connut la Russie tout en évitant son absorption par cette dernière, encore que le projet d’union Russie-Biélorussie demeure à l’ordre du jour et devrait déboucher dans un premier temps sur une monnaie unique. Pour l’heure, le pragmatisme est aux commandes et c’est l’union douanière Biélorussie – Russie – Kazakhstan qui est en phase de préparation à l’orée 2010.«

«Afin de conclure, n’oublions pas non plus ses habitants en saluant leur hospitalité comme leur serviabilité.« 
Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Без рубрики 3 Comments

Le XXIe siècle sera multipolaire!

«C’est le début du salut de notre peuple«, a lancé le président socialiste dans son discours d’ouverture de la réunion, qui achève ce dimanche le deuxième sommet afro-latino américain, auquel participent de nombreux présidents (9 Sud-Américains et 20 Africains) récemment élus afin de resserrer leurs liens commerciaux et réduire leur dépendance envers l’Europe et les Etats-Unis.
«Le XXIe siècle ne sera pas un monde bipolaire, il ne sera pas unipolaire. Il sera multipolaire. L’Afrique sera un pôle géographique, économique et social important, tout comme l’Amérique du Sud«, a-t-il ajouté dans son discours. Le modèle d’ouverture à la libre entreprise alliée des préoccupations sociales, cher au Brésil et à l’Afrique du Sud représentés par leurs présidents respectifs, semble toutefois attirer de nombreux pays africains davantage que l’approche plus radicale de Chavez. Les dirigeants doivent signer dimanche un document approuvant le renforcement des liens entre les deux continents et appelant les institutions internationales comme l’Onu ou la Banque mondiale à leur accorder plus de poids.
Certains analystes estiment que des économies émergentes telles que le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine pourraient éclipser les économies des pays les plus riches d’ici 2050.
Kadhafi, qui a fait venir spécialement une limousine blanche au Venezuela, n’est pas passé inaperçu. Il est venu accompagné d’une suite remplissant deux Airbus et il a planté une grande tente de bédouin à côté de la piscine du Hilton. «Le monde n’est pas les cinq pays du Conseil de sécurité«, a déclaré le dirigeant libyen. «Les puissances mondiales veulent continuer à préserver leur pouvoir. Quand ils ont eu l’occasion de nous aider, ils nous ont traités comme des animaux, ils ont détruit nos terres. Nous avons aujourd’hui la chance de construire notre propre puissance.«

Le président Lybien à en outre appellé à la création d’une alliance militaire du sud (une OTAN du sud) , qui devrait être opérationnelle en 2011.

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Atlantisme, Без рубрики Leave a comment

Et les enfants Russes alors ?

Avant hier, lundi 1ier septembre, c’était la rentrée des classes en Russie.
Contrairement à la France ou à nombre de pays, ce moment est très important et festif. En Russie ballons, fleurs et bonne humeur sont de rigueur ! Aucun des correspondants de presse de AUCUN des grands quotidiens Français ou Européens n’a jugé bon ou intéressant d’aller dans une école Russe afin d’assister à une cérémonie et de la décrire dans un article ce qui est tout bonnement incroyable !
Il est néanmoins vrai que nos correspondants ont sans doute des enfants à l’école Française ou ce lundi aucune festivité n’était organisée …
Tous les correspondants ? Non pas tous, un seul résiste, entouré par les légions de correspondants «asservis», il s’agit bien sur d’Arthur qui une a lui assisté à la rentrée scolaire d’un établissement d’une ville de province dans le sud de la Russie …
En images et en vidéo s’il vous plait la préparation de la rentrée la veille avec l’achat des fleurs (ici) et enfin le jour J (la). Magnifique n’est ce pas ? Hé bien pas pour nous journalistes plus occupés à nous «rappeller» à juste titre dans 90 des articles que le 1ier septembre est également l’anniversaire de la prise d’otages de BESLAN pour ce fendre toujours du meme commentaire : «la libération de l’école s’est faite de manière catastrophique ..». La critique est aisée a posteriori messieurs … En attendant les enfants de Beslan ne sont pas oubliés totalement puisque ceux ci sont en France, dans le doubs et ont meme raconté leur vision des faits comme Dzaressa qui dit : «Aujourd’hui, je vis encore à Beslan avec mon père, et je vais au lycée, reprend Dzaressa. Je suis contente d’être venue en France, les gens ont été très gentils, mais le 1er septembre reste un jour triste, un jour de deuil pour moi

Source photo : 20mns (cliquez sur l’image)
 

Enfin il est à noter qu’à BESLAN la rentrée n’a pas eu lieu mais comme chaque année depuis cet abominable évenement une commémoration à eu lieu avec les parents des victimes, les proches et les divers représentants locaux.

*

Pour tout savoir sur les enfants de BESLAN et aider éventuellement les enfants de BESLAN, vous pouvez prendre contact avec l’association ENFANTS DE BESLAN ici

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Caucase, Без рубрики Leave a comment

Du politique en RUSSIE

Le FIGARO, via son correspondant en Russie, Fabrice Nodé Langlois, a publié un article intéressant ce samedi 06 juin, appellant le premier ministre Russe ‘Saint Vladimir’.
Voici ce que l’on peut y lire (meilleures extraits ;) :

» Dans la petite ville de Pikalevo. Quelque cinq cents ouvriers en colère avaient bloqué l’autoroute traversant Pikalevo. La manifestation, que la police n’a pas dispersée, a provoqué un bouchon géant de 400 km ! Les ouvriers protestaient contre la fermeture des trois usines principales de cette ville de 23 000 habitants, dont 4 000 se sont retrouvés au chômage en début d’année. Les arriérés de salaires s’étaient accumulés, comme au pire des chaotiques années 1990. »

Dans une mise en scène télévisée dont il est friand, l’homme fort du pays a tancé les «patrons voyous et menacer de nationaliser toutes les usines, sous les ovations des ouvriers

Plus intéressant, la détermination du premier ministre Russe a ‘obliger’ les ‘oligarques’ et autres responsables politiques à faire ce qu’il faut. Vladimir Poutine vient de démontrer à quel point en politique c’est l’état qui dirige et non la finance et les chefs d’entreprise, aussi grosses soient ces dernières. La réunion est en 5 videos ci dessous, je vous conseille la première, et surtout la seconde et la dernière.

Comme la relevé Russie.net : M. Poutine a effectué une visite surprise dans une usine de BaselCement, acquise en 2007 par la holding de M. Deripaska à Pikalevo, dans la région de Saint-Pétersbourg, et théâtre depuis plusieurs semaines de mouvements sociaux.
Le Premier ministre, vêtu d’une chemise à col ouvert et d’un blouson gris, a lancé quelques vérités bien placées sur un ton sévère :

«Pourquoi votre usine est-elle si négligée ? On en a fait une vraie décharge»

«Tous les salaires non payés — qui s’élèvent à 41,24 millions de roubles (près d’un million d’euros) — doivent être versés. La date limite, c’est aujourd’hui»

» Les dirigeants de l’usine ont pris en otage des milliers de personnes en raison de leurs ambitions, de leur manque de professionnalisme et peut-être tout simplement de leur cupidité«

«C’est tout simplement inacceptable. Où est la responsabilité sociale du monde des affaires ?«

M. Poutine a ensuite présenté un contrat destiné à relancer la production à Pikalevo. «Oleg Vladimirovitch (Deripaska) a-t-il signé ?«… «Je ne vois pas votre signature. Venez et signez«, a-t-il dit en jetant un crayon dans sa direction. M. Deripaska, tête basse, s’est alors pressé de venir signer le document, avant de retourner à son siège.

NDLR : on appréciera aussi, après la signature du contrat par Oleg Deripaska le «rendez moi le stylo» .. heureusement que ce n’est pas à Sarkosy que Vladimir Poutine parlait !!

Sources également sur Kommersant

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Без рубрики 1 Comment

L’Afghanistan 20 ans après le retrait des troupes soviétiques

Le cyprus mail publiait le 15 février dernier un article extrêmement intéressant sur les 20 ans du retrait des troupes Soviétiques d’Afghanistan, un Afghanistan qui reste dramatiquement au coeur de l’actualité. L’article original est en Anglais ici.

Et je me suis permis d’en faire une traduction en Francais ci dessous, pour mes lecteurs non anglophones.

**

L’Afghanistan 20 ans après le retrait des troupes soviétiques
Par Benon SEVAN

Dimanche 15 février va marquer le 20ième anniversaire du retrait des troupes Soviétiques d’Afghanistan. Ce jour la, le dernier soldat Soviétique (le lieutenant général Boris V Gromov), commandant des troupes Soviétiques d’Afghanistan, traversa le «pont de l’amitié» qui relie la ville frontalière Afghane de Hayratan avec la ville de Termez, en URSS, marquant ainsi la fin de 9 ans de désastreuse compagne militaire Soviétique en Afghanistan, campagne militaire qui commença en décembre 1979.


Le retrait des 100.000 soldats d’Afghanistan fut terminé le 15 février 1989, poussé par les accords de Genève signés le 14 avril 1988 entre le Pakistan et l’Afghanistan, avec les États Unis et l’Union Soviétique comme garants.


J’étais présent à Kaboul durant la parade militaire du 15 mars 1988 qui marquait le début du retrait des troupes Soviétiques. L’union Soviétique ne considéra pas le retrait de ces troupes comme une défaite mais plutôt comme l’affirma le général Gromov comme «l’achèvement d’une mission internationale et le respect des accords de Genève; aucune de nos unités, même la plus petite n’a battu en retraire, c’est la raison pour laquelle nous ne parlons pas de défaite militaire«.


Lors d’un meeting tenu à l’ambassade Soviétique fortifiée de Kaboul, une semaine avant le retrait des troupes soviétiques, mon ami l’ambassadeur Yuliy Vorontsov, avec son sens de l’humour habituel, attira mon attention sur le très grand nombre de médias massés devant l’ambassade. «Je suis désolé qu’ils soient décus» dit il. «Ils attendent que je quitte Kaboul. Mais nous n’allons pas abandonner l’Afghanistan comme les Américains ont quitté Saigon en hélicoptère, alors même que la ville s’écroulait autour d’eux» ajouta t’il.

L’union Soviétique a échoué en Afghanistan non pas à cause de la persévérance militaire des combattants moujahidins soutenus par les États Unis et le Pakistan, mais parce que avant tout elle n’a pas réussi à conquérir les coeurs et les esprits des Afghans. Au lieu de cela, les Soviétiques ont concentré leurs efforts sur une solution militaire.


L’intervention militaire Soviétique n’a pas été coûteuse qu’à l’union Soviétique mais également au peuple Afghan : 1,5 millions de morts, 3 millions de réfugiés au Pakistan, 2 millions en Iran; 1 million de déplacés en interne et des milliers de mutilés, veuves et orphelins, le pays étant dévasté et infesté de mines.


Dès que les Soviétiques ont laissé l’Afghanistan, le peuple Afghan a été oublié et l’attention du monde s’est déplacé ailleurs. Il est regrettable que personne n’ai compris la leçon du retrait Soviétique d’Afghanistan. A ce jour, un prix très élevé est payé pour cette faute.


Dans le même temps, les Talibans se sont déversés sur tout le territoire Afghan et ont créé le chaos au Pakistan. Le faible gouvernement de Hamid Karzai n’a en plus pas contribué à amélioré la situation. Il semble que le président Karzai est perdu sa position acquise sous le règne de Bush et soit abandonné comme un citron pressé.

Le Pakistan paye lui le prix de son «engagement» dans les affaires Afghanes sous l’occupation Soviétique, lorsqu’il servait de ligne de front de la guerre froide. Le Pakistan procurait des caches et des abris aux moujahidins Afghans et les services secrets Pakistanais (ISI), qui dirigeait quasiment le conflit en Afghanistan, étaient eux impliqués dans le recrutement et l’entrainement de ces mêmes moujahidins.


Le Pakistan a également servi de courtier de transferts des fonds et de l’approvisionnement militaire (fourni à la base par la CIA et l’Arabie Saoudite), favorisant les leaders moujahidins les plus extrêmes comme Gulbuddin Hekmatyar, Ustad Abdul Rabi Rasul Sayyaf (tenu comme étant un des premiers à avoir invité Ossama Ben Laden en Afghanistan) et Mawlawi Mohammad Yunus Khalis.

J’ai régulièrement alerté les représentants des États Unis, du Pakistan et d’Arabie Saoudite, autant que d’autres impliqués dans l’aide aux groupes extrémistes Afghans en leur disant qu’ils feraient mieux de supporter les leaders Moujahidins plus modérés. je les ai alerté sur le fait que les «frankensteins» qu’ils étaient en train de créer viendraient un jour les chasser dans leur propre pays.


Lors d’un meeting avec le président du Pakistan de l’époque (Ghulam Ishaq Khan), il m’a été dit que le Pakistan était intéressé à avoir une «amicale république islamique d’Afghanistan». j’ai répondu que la politique menée allait au contraire mené l’Afghanistan a devenir un cimetière Islamique, et que les cimetières ne connaissant pas les frontières, il allait s’étendre au Pakistan.


J’ai eu des conversations similaires avec les anciens premiers ministres Benazir Bhutto et Nawaz Sharif. L’Afghanistan est devenu, et continue de devenir le terrain d’entraînement pour tous les groupes extrémistes du monde entier, de l’Algérie aux Philippines.

Il ne peut y avoir aucune solution militaire en Afghanistan. Il est regrettable que durant les années récentes, les États Unis et leur alliés se soient appuyés sur la même stratégie d’échec que celles des Soviétiques en Afghanistan. Durant les récentes discussions tenues à Munich malheureusement, l’accent à plus été mis sur une solution militaire impliquant que l’OTAN augmente ses troupes stationnées et l’engagement armé en Afghanistan.

Pendant que l’Afghanistan pose le «plus grand challenge militaire» aux États Unis, comme l’a récemment affirmé le secrétaire à la défense Robert Gates, il ne faut pas sous estimer le challenge que représente le risque grandissant dans certains cercles au Pakistan, particulièrement dans les cercles militaires , la résistance grandissante aux critiques Américaines sur le gouvernement Pakistanais afin qu’il accentue sa lutte contre le terrorisme. Selon certains rapports, il y a en effet une suspicion grandissante envers l’Amérique et ses intentions, particulièrement depuis l’établissement des relations stratégiques établies entre l’Amérique et l’Inde.

Avec le départ de l’administration Bush, obsédée par la lutte contre «le terrorisme» sans faire aucune distinction entre Islam et terroristes Islamiques, il y peut être un espoir que la nouvelle administration Américaine va modifier sa politique envers l’Afghanistan, en évitant les erreurs commises non seulement en Irak mais également en Afghanistan. La nomination de Richard Holbrooke comme représentant du président Obama en Afghanistan et au Pakistan est bienvenue. Il a l’expérience et le courage de dire les vérités dérangeantes. Les Afghans apprécient les fortes personnalités, ce qu’est Holbrooke.

Répéter la stratégie et la politique Irakienne en Afghanistan n’apporterait pas les mêmes résultats. Les énormes sommes d’argent distribuées aux chefs de tribus Afghans pour qu’ils empêchent l’évasion des Talibans et membres d’Al Qaida n’ont pas servi à grand chose, les mêmes chefs de tribus acceptant des sommes encore plus importantes du camp d’en face pour «aider» ces mêmes membres d’Al Qaida et Talibans à s’évader au Pakistan.
Cela me rappelle le proverbe : «Vous pouvez louer un Afghan, mais vous ne pouvez pas l’acheter«.

Pendant que la sécurité en Afghanistan est impérative — donc il est impératif d’avoir des forces armées — celles ci devraient être utilisées pour supporter l’effort diplomatique et le processus de développement. Si l’actuelle option militaire se développe, l’Afghanistan deviendra l’Irak de la nouvelle administration Américaine.

Il est par conséquent essentiel d’établir un programme coordonné d’assistance humanitaire, fournissant des fonds suffisants dans le domaine social et économique, incluant l’éducation, des projets ou la réforme essentielle des institutions gouvernementales. Il y a un besoin majeur de programme de reconstruction d’infrastructures. Il est essentiel de comprendre et respecter les traditions Afghanes, en y incluant les structures tribales.

Les Afghans doivent complètement participer au développement des programmes concernés et être les maîtres du processus dans son ensemble. Simultanément, des négociations doivent être entamés avec tous les Talibans qui ne sont pas membres d’Al Qaida, et qui sont «prêts» à une réconciliation. Cela est parfaitement soutenu par le président Karzai.

Dans un de mes premiers rapports de kaboul au siège des Nations Unies à New-York, j’ai un jour écrit : «Je vois la lumière, mais pas le tunnel. j’ai bien peur que nous ne devions creuser le tunnel nous mêmes

Voila ambassadeur Holbrooke, c’est exactement ce qui doit être fait sans délais. je vous souhaite bonne chance. Il est impératif néanmoins d’impliquer tous les voisins de l’Afghanistan, incluant l’Iran, pour creuser ce tunnel.

Benon Sevan, ancien secrétaire général adjoint aux Nations Unis, a servi comme représentant du secrétaire général des Nations Unis en Afghanistan et au Pakistan (1989-1992).

Copyright © Cyprus Mail 2009

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Без рубрики Leave a comment

Le printemps du Patriarche (????)

A lire cet article concernant kirill dans le courrier de Russie de cette semaine (début mars 2009). Extraits :
« l’amour charnel sert à remplir la vie de bonheur »

« ne pas employer le terme « multi-confessionnel » à propos de la Russie. C’est un pays majoritairement orthodoxe possédant des minorités nationales et culturelles »

« Benoit XVI est le plus grand théologien de Rome de ces cent dernières années »

« Je ne vous le cache pas, révèle-t-il dans une interview, nous nous entendons très bien avec certains catholiques allemands »

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Без рубрики Leave a comment

Axios, axios, axios !

Le 16ième patriarche de l’église Orthodoxe Russe à été intronisé ce matin, dimanche 1ier févier à la cathédrale du Christ Saint Sauveur, devant 4.000 invités privilégiés. Le nouveau chef de l’Eglise orthodoxe russe a déclaré que sa priorité était d’amener Dieu à la jeunesse, dans une époque «de relativisme moral où la propagande de la violence et de la dépravation submerge les âmes«.

Comme le souligne le monde, Kirill, fils et petit-fils de prêtre, souhaite voir l’orthodoxie jouer un rôle plus important dans la vie politique et sociale. Agé de 62 ans, le métropolite de Smolensk et de Kaliningrad Kirill était à la tête de la diplomatie de l’Eglise depuis 1989 et pourrait moderniser la communication de l’Eglise en Russie, tout en restant traditionaliste sur le fond, estiment les experts. Le nouveau patriarche russe paraît également apte à améliorer les épineuses relations de l’Eglise orthodoxe russe avec les catholiques. En tant que ‘ministre des affaires étrangères’ du patriarche Alexis II, mort en décembre, il a rencontré trois fois le pape Benoît XVI.

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Без рубрики Leave a comment

Les 900 jours

Aujourd’hui, Saint Pétersbourg fête le 65ième anniversaire du siège de Léningrad

Le siège des troupes Allemandes (opération Nordlicht) commença le 8 septembre 1941 pour se terminer le 18 janvier 1944. La défense de Leningrad fut assurée par le général Joukov. Le siège dura 31 mois (plus de 900 jours), et fut le plus long de l’histoire moderne. Il prit définitivement fin le 27 janvier 1944 et coûta aux Soviétiques 1 800 000 hommes (dont plus d’un million de civils).

 

Quant aux forces de l’Axe, elles déploraient la perte de 200.000 de leur soldats.

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Без рубрики Leave a comment