Réflexions sur la « Russie de Poutine » et la « France sans De Gaulle »

L’article original a été publié sur Voix de la Russie
Début 2002, un clip avait fait relativement parlé de lui durant la campagne présidentielle russe. Un trio de jeunes filles intitulé Поющие Вместе (littéralement Chantant ensemble) avait en effet interprété un titre intitulé : Je veux un homme comme Poutine (Takogo, kak Putin).
La chanson se voulait une ode au président russe et aux vertus que celui-ci représentait en tant que président mais aussi et surtout en tant qu’homme. Certes Vladimir Poutine n’avait pas à l’époque affirmé son image autant qu’aujourd’hui 10 ans plus tard mais celui-ci avait déjà exprimé son image d’homme fort et de dirigeant à poigne.
Il y a 10 ans la Russie sortait de 11 ans de désintégration post-soviétique, de 11 ans  d’anarchie politico-sociale et de règne des mafias, d’une crise
financière et d’une banqueroute de l’Etat (en 1998) mais aussi d’une crise morale et sanitaire sans précédent. La Russie s’était retrouvée au
bord de l’implosion et beaucoup, tant Russes qu’étrangers, avaient pensé que le pays n’y survivrait pas. Le très célèbre Atlantic magazine avait même dramatiquement annoncé en mai 2001 la disparition de la Russie dans les prochaines années. Pourtant, au cœur du pays, des forces
travaillaient à ce que la Russie ne disparaisse pas, un souhait que la majorité des citoyens russes partageaient bien évidemment.

10 ans plus tard la Russie affiche un tableau de bord plus que correct et que peu avaient prévu. La situation démographique y est rétablie et la
tragique croix russe (faible natalité et forte mortalité) inversée pour la première fois depuis 1991. L’assainissement des finances publiques et de l’économie russe est confirmé après 10 ans de forte croissance économique et de gouvernance stable et sans alternance, permettant la réalisation de reformes sur la durée. Le pays est aujourd’hui l’un des moins endetté de la planète et l’un de ceux qui a le plus de réserves financières, le taux de chômage y est très bas et le revenu par habitant augmente, tout comme le moral des citoyens.
La Russie est devenue une grosse PME bien gérée
Il y a 10 ans, le clip (Takogo, kak Putin) avait suscité beaucoup de moqueries des médias français qui commençaient tout juste leur campagne de diffamation de la gouvernance russe (elle dure depuis) en dénonçant l’apparition d’un culte de la personnalité, ombre de la dictature. A l’époque l’Euro venait d’être mis en circulation, la France et les Français vivaient l’ascenseur européen et on leur avait juré que tout irait bien, que l’Europe allait garantir leur avenir, la paix (lire à ce sujet cet excellent article de mon collègue Laurent Brayard) et aussi la sécurité.
10 ans plus tard il est pourtant inévitable de constater que la situation en France s’est aggravée à un tel point que les dissimulations statistiques de l’Etat ne servent plus à rien. L’Etat est ruiné et sa dette a été évaluée à la fin du troisième trimestre 2012 à 1 818,1 milliards d’euros, soit 90 % du PIB, contre 663,5 milliards d’euros fin 1995, (55,5 % du PIB). Près de 30 % des actifs (9 millions de personnes) ne travaillent pas à temps plein et les soldats sont désormais désarmés lorsque le président visite des casernes, preuve que la situation sociale s’électrise fortement.
La France est devenue une moyenne PME très mal gérée.
Comment être surpris d’apprendre récemment que les français sont 64 % à être mécontent de la situation ? Je profite au passage de montrer la perfidie de certains médias qui dans le même temps titrent ces jours-ci sur la chute de popularité du président Poutine. Celui-ci serait à son niveau le plus bas depuis 2000 : seulement 62 % des sondés seraient satisfait du travail du président, les lecteurs français apprécieront le « seulement » j’en suis certain.
Comment être surpris également que la société française montre des signes de « crispations alarmantes » ? Le Monde peut faire semblant de s’effrayer mais regardons en détails ces sondages et tentons d’en comprendre le sens profond:
- 89 % des sondés pensent que la France décline.
- 87 % des sondés pensent que la France a besoin d’un vrai chef d’Etat.
- 86 % des sondés pensent que l’autorité est une valeur trop critiquée aujourd’hui.
- 72 % des sondés trouvent que le système démocratique fonctionne mal en France.
- 60 % des sondés voient la mondialisation comme une menace et souhaitent que le pays se protège.
Résumons : les Français veulent un vrai chef d’Etat, qui restaure un peu d’ordre et d’autorité, et qui protège la France contre les dangers de la
globalisation. Bref il faut être clair : un nouveau général De Gaulle ! On pourrait du reste même comparer le souhait des français de 2012 avec
celui des russes en 2002.
Mais si les premiers ont volontairement chassé De Gaulle, les seconds sont pour l’instant visiblement assez sages pour garder Poutine, l’avenir proche dira s’ils  ont eu raison ou pas…

Опубликовать в Google Plus
Опубликовать в LiveJournal

Posted on by admin in Articles en francais, Voix de la Russie 20 Comments

20 Responses to Réflexions sur la « Russie de Poutine » et la « France sans De Gaulle »

  1. Olivia Kroth

    Hello Alexandre,

    you have written an excellent analysis, I read it on Voix de la Russie, then again here.

    Regarding the song, «Je veux un homme comme Poutine», this made me smile. Vladimir Putin is certainly a very good and capable President, a man of many merits. I am sure he is a loyal husband, too. But due to his position, he is probably not much at home. Those young girls with romantic ideas will not see him very much, if they were married to him. They might be lucky if he is home on the weekends … So they need to get a job of their own or plenty of children to take care of.

    Regarding the French media, they are ridiculous. Instead of slandering the Russian President, they should have a look at their own miserly state of affairs: a Zionist régime has hijacked/occupied the Élysée, serving US and Israhell’s interests, squandering French taxpayers’ money on neo-colonial wars. One after the other, a chain of costly wars: Afghanistan, Libya, Syria, Mali — maybe Algeria again, very soon?

    To pay for their costly adventures, the Zionists in Paris have sold big chunks of real estate to Qatar. Shame! France is on sale now, to foreign interests. Général de Gaulle would turn in his grave, if he knew.

    France is a bankrupt, failed state. Houses are crumbling, streets are dirty, jobs are scarce.

    Gérard Dépardieu did very well to acquire Russian citizenship. Have you got a Russian passport already, Alexandre? I am sure you will get it in due time. Please let me know, I’ll drink a glass of champagne on your good luck and health.

     
  2. Alexandre LATSA

    Thank You Olivia Kroth! :)
    Yet I have just a resident permit, nationality is one step ahead :)

     
  3. Olivia Kroth

    Good luck, you merit the Russian nationality. You are more Russian than many Russians, Alexandre. You see the positive sides of Russia, and your glass is always half full (not half empty).

    I find some Russian journalists publishing in PRAVDA very unpatriotic, writing negative articles about the Russian government and Russian society.

    Spoiled brats! Inexperienced youngsters! They think it is «chic» to bash Russia. They do not know how good their life is.

    They should try getting a job in drowning, bankrupt Europe. It’ll wake them up.

    Also the height of taxes they’ll have to pay in European countries — instead of Russia’s flat rate of 13 percent — will do them damn good. It will be a real eye opener (should they finally have found a job and be taxed on their income).

    Hahahahaha …

     
  4. Anonymous

    Votre populisme est affligeant. Il confirme bien le virage d’extrême droite que prend la Russie depuis quelques mois, et comment grandit une préoccupante sphère d’influence droitiste qui utilise les effets de la crise en France pour tenir, via des medias officiels tels que la Voix de la Russie, des discours qui ne sont que de vieilles rengaines poujadistes. Vous vous targuez d’offrir un autre regard de la Russie, de combattre la bien-pensance des médias occidentaux … Vous ne faites que reproduire l’éternel schéma d’une autre bien-pensance très caractéristique d’un «mainstream russe» qui ne peut s’empêcher d’idéologiser tout ce qu’il touche, d’en appeler à des mythes poussiéreux (les grands hommes, les grands ensembles, les grands chocs …) et vaguement complotistes (ya qu’à voir le commentaire ci-dessus, les sionistes et compagnie).

    La France bien-pensante, bobo gauchiste et multiculturaliste vous salue bien bas.

    Marc DLM

     
  5. Olivia Kroth

    There is nothing wrong with big men, big countries, etc.

    Unfortuntely, France is a small country with small men: Hollande is slightly bigger than the right wing dwarf, Sarkozy, but his mind is very small, too.

    France is a small country, when compared to Russia, and the people think small, small, small.

    They appear ridiculous in their wish to revive colonial times. Brushing through Afghanistan, Libya, Syria, Mali now — on pumped money.

    Back home, people are starving. No jobs! Maybe they should all go to war in Mali? Then they can be sent home in bodybags, will save the state unemployment payment or pensions. (Unless Hollande begs his Qatari friends to fill up «les caisses» again.)

     
  6. Alexandre LATSA

    Je ne sais pas pourquoi vous parlez de «complots», je pense que vous avez sans doute eu une hallucination.
    Quand au virage d’extrême droite je ne sais pas ce que vous voulez dire.
    Enfin si être de droite est interdit alors c’est certain que vous ne puissiez comprendre que l’on apprécie de Gaulle.

    Par contre c’est en effet une bonne idée de me saluer «bien bas», surtout si vous êtes un BOBO Gauchiste )))

     
  7. Anonymous

    Etre de droite n est pas interdit. C est meme en general plutot bien vu … en revanche dans une vraie democratie, ce qui est interdit c est la malhonnetete intellectuelle. Vu votre commentaire je comprends donc que vous vous epanouissiez dans la russie contemporaine.
    D ailleurs vous devriez faire un duo avec dieudonne, ca mettrait un peu de couleur a vos textes ;)

     
  8. Alexandre LATSA

    » dans une vraie democratie, ce qui est interdit c est la malhonnêteté intellectuelle».
    —> Ça se saurait :)

    » Vous devriez faire un duo avec dieudonne, ca mettrait un peu de couleur a vos textes ;) »
    —> Ha ha ha ha Merci du conseil je vais y réfléchir!

     
  9. petokask

    @ Anonymous

    Commentez ouvertement si vous avez si peu d’estime pour les gens qui ne pensent pas comme vous… ET à parler de complots, évitez de tomber dès la troisième phrase dans l’inévitable point godwin qui est votre seul argument! Traiter les autres de nazi ne vous grandit pas. Mais bon quand on est un nain, on ne grandit pas! Comme dit Eomer dans le seigneur des anneaux à Gimli le nain: je vous couperais bien volontiers la tête si elle dépassait un peu plus du sol… Je vous laisse à votre petitesse!

     
  10. Anonymous

    Pour revenir à Olivia Kroth, je trouve particulièrement fascinant de voir comment elle accuse les médias français de complaisance envers les politiques français, pour ensuite dire que les médias russes qui critiquent les politiques russes ne sont pas patriotiques.

    Assez savoureux, vous en conviendrez, non?

    Un anonyme de Montréal

     
  11. Anonymous

    Bonjour M. Latsa,
    qu’ai-je dit de si terrible hier (le message où je faisais quelques nuances aux propos de Mme Kroth) pour que vous ne publiez pas mon commentaire?

     
  12. Alexandre LATSA

    Bonjour je n’ai rien censure, problème informatique je pense (?)
    Arrêtez de vous la jouer victime :)

     
  13. Anonymous

    Bonjour!
    Non, non. Je ne joue pas la victime. J’étais seulement perplexe.

    En gros, je disais que les commentaires de Mme Kroth me semblait extrêmement sectaires, démagogues et dogmatiques.

    Quelques exemples.

    «Regarding the French media, they are ridiculous»
    Comme s’il n’existait qu’un seul courant médiatique en France, qui pouvait être jugé en bloc. Et comme si la Russie, comme bien d’autres pays, n’avait pas aussi ses médias ridicules et risibles (RT News ou Novaya Gazeta, dépendamment de votre orientation politique).

    «France is a bankrupt, failed state.
    La France, comme plusieurs pays occidentaux vit une passe dificile, mais il y a un contexte et une histoire derrière cela. En faire abstraction n’est pas très constructif.

    «Houses are crumbling»
    Pas que je trouve pertinent de m’arrêter sur ce point, je dirais, ayant voyagé en France comme en Russie, que le parc immobilier français me semble en meilleur état que le russe.

    «I find some Russian journalists (…) very unpatriotic, writing negative articles about the Russian government»
    Donc le niveau de patriotisme se mesure à l’éloge que l’on fait du gouvernement? Mme Kroth serait choquée de voir ce que les grands médias (y compris les chaines d’état) peuvent écrire des politiques au Canada ou aux États-Unis. Et franchement, c’est SAIN! Les médias sont, avec les tribunaux notamment, l’un des contre-pouvoirs indispensables dans une démocratie.

    «They appear ridiculous in their wish to revive colonial times.»
    Je ne porte pas de jugement, mais certains accuseraient la Russie du même tort face à certains pays de l’ex-URSS.

    «Back home, people are starving»
    Un peu gros non? Les chiffres montrent que la sous-alimentation est plus forte en Russie qu’en France, bien que très basse dans les deux pays.

    «Also the height of taxes they’ll have to pay in European countries — instead of Russia’s flat rate of 13 percent»
    Il y a des choix politiques derrière ça: l’offre de produits et services gouvernementaux n’est pas la même. Le filet social n’est pas le même. Quel est la pension de base d’un retraité à Moscou, l’une des villes les plus chers au monde?
    Par ailleurs, l’une des raisons permettant à la Russie d’avoir un taux d’imposition si faible est l’exploitation des ressources naturelles. Tant mieux si la Russie en a, et elle fait bien de les exploiter. Mais la présence de ces ressources, donc de cet «argent facile», est dû au hasard géographique, et non pas au mérite, ou encore à une supériorité morale et idéologique de la Russie.
    Et par ailleurs, cette dépendance aux pétrodollars est assez dangeureuse. Rappelez-vous dans quel enfer la Russie a été plongé que le prix du brut est tombé dramatiquement en 1998. Et dire que la Russie est aujourd’hui plus dépendante de ces pétrodollards qu’en 1998. D’où l’appel de certains, dont Koudrine, à une urgente diversification des sources de revenus de l’état russe. Bref, tout ça pour dire que derrière ce 13%, il y a une réalité plus fragile qu’on veut bien le croire.

    Enfin, tout ça pour dire que le mépris de Mme Kroth pour l’occident et aussi méprisable que le mépris que certains occidentaux peuvent avoir pour la Russie (dont Mme Kroth s’indigue, j’en suis sûr).

     
  14. Anonymous

    @ anonyme de Montreal

    S’il y a un reproche qu’on ne peut pas faire a Alexandre, c’est de censurer les messages en effet. C’est un probleme informatique, j’ai pu lire votre message.

    Sur le fond de cette tribune, c’est bien joli de verser dans la nostalgie gaulliste (moi personnellement non merci: tout homme providentiel est a mes yeux hautement suspect!), et de comparer la Russie de Poutine qui releve fierement la tete a la France qui ratiocine au lieu d’enrayer son declin, mais si on veut comparer la Russie a la France, rien ne vaut les chiffres:

    PIB par habitant

    Russie: 17 000 dollars/ h
    France: 35 000

    Esperance de vie

    Russie: 62 ans
    France: 77

    Nombre de morts sur les routes

    France: 3 000
    Russie: 30 0000

    Nombre de mort par overdose:

    France: 350
    Russie: 30 000

    Demographie/ indice synthetique de fecondite ( nombre d’enfants par femme)

    France: 2, 08
    Russie: 1, 6

    J’arrete la (on pourrait aussi s’amuser a comparer le nombre de detenus, de km de route par habitant, etc).

    On pourra m’objecter que dans la vie, tout est affaire de tendance, et que de ce point de vue la Russie progresse plus vite que la France. C’est vrai, mais a ce rythme il y a de la marge avant qu’il fasse aussi bon vivre ici que chez nous, sauf bouleversement geopolitique majeur.

    On peut preferer pour tout un tas de bonnes raisons la Russie a la France, surtout quand on est conservateur, ce qui mon Dieu n’a rien d’infamant. Mais essayer de prouver par a + b qu’on vit mieux en Russie qu’en France est faux, tout simplement a moins qu’on considere que le bien-etre materiel, l’esperance de vie ou la securite juridique ne sont pas des criteres pour etre heureux, ce que je veux bien admettre, si ca se trouve les maliens ou les guatemalteques sont plus heureux que nous ( mais si ca trouve non).

    Mais dans ce cas autant dire franchement les choses: On peut ne pas aimer la France car c’est une civilisation consumeriste engraissee aux credits publics, ou les valeurs de la famille n’existeraient plus ( ceci dit le taux de divorce en Russie est le meme qu’en France et l’age de la perte de la virginite aussi, et c’est pareil pour la frequentation des eglises, pour ceux qui espereraient trouver ici «des valeurs» perdues chez nous); on alors, on peut rejeter la France et l’Occident car ce sont des civilisations trop normees et dsiciplinees par le politiquement correct et l’egalitarisme a tout crin, ou il ne serait plus possible d’entreprendre ou de s’amuser comme il le faut.

    Ce serait plus honnete intellectuellement a mon humble avis!

    Didier

     
  15. Sclavus

    Oh mon pauvre Marc que vous me faites de la peine ; mon dieu que c’est triste le constat des dégâts causés par un abonnement pluri décennal au Libé.
    Bon je ne vais pas vous conseiller à lire un peu Céline ; pas envie de provoquer l’infarctus via un commentaire ; mais bon essayez au moins Michel Onfray ; c’est plutôt cool ; moderne ; pas ostracisé et ça pourrait vous aider.

     
  16. Anonymous

    Bonjour!
    Non, non. Je ne joue pas la victime. J’étais seulement perplexe.

    En gros, je disais que les commentaires de Mme Kroth me semblait extrêmement sectaires, démagogues et dogmatiques.

    Quelques exemples.

    «Regarding the French media, they are ridiculous»
    Comme s’il n’existait qu’un seul courant médiatique en France, qui pouvait être jugé en bloc. Et comme si la Russie, comme bien d’autres pays, n’avait pas aussi ses médias ridicules et risibles (RT News ou Novaya Gazeta, dépendamment de votre orientation politique).

    «France is a bankrupt, failed state.
    La France, comme plusieurs pays occidentaux vit une passe dificile, mais il y a un contexte et une histoire derrière cela. En faire abstraction n’est pas très constructif.

    «Houses are crumbling»
    Pas que je trouve pertinent de m’arrêter sur ce point, je dirais, ayant voyagé en France comme en Russie, que le parc immobilier français me semble en meilleur état que le russe.

    «I find some Russian journalists (…) very unpatriotic, writing negative articles about the Russian government»
    Donc le niveau de patriotisme se mesure à l’éloge que l’on fait du gouvernement? Mme Kroth serait choquée de voir ce que les grands médias (y compris les chaines d’état) peuvent écrire des politiques au Canada ou aux États-Unis. Et franchement, c’est SAIN! Les médias sont, avec les tribunaux notamment, l’un des contre-pouvoirs indispensables dans une démocratie.

    «They appear ridiculous in their wish to revive colonial times.»
    Je ne porte pas de jugement, mais certains accuseraient la Russie du même tort face à certains pays de l’ex-URSS.

    «Back home, people are starving»
    Un peu gros non? Les chiffres montrent que la sous-alimentation est plus forte en Russie qu’en France, bien que très basse dans les deux pays.

    «Also the height of taxes they’ll have to pay in European countries — instead of Russia’s flat rate of 13 percent»
    Il y a des choix politiques derrière ça: l’offre de produits et services gouvernementaux n’est pas la même. Le filet social n’est pas le même. Quel est la pension de base d’un retraité à Moscou, l’une des villes les plus chers au monde?
    Par ailleurs, l’une des raisons permettant à la Russie d’avoir un taux d’imposition si faible est l’exploitation des ressources naturelles. Tant mieux si la Russie en a, et elle fait bien de les exploiter. Mais la présence de ces ressources, donc de cet «argent facile», est dû au hasard géographique, et non pas au mérite, ou encore à une supériorité morale et idéologique de la Russie.
    Et par ailleurs, cette dépendance aux pétrodollars est assez dangeureuse. Rappelez-vous dans quel enfer la Russie a été plongé que le prix du brut est tombé dramatiquement en 1998. Et dire que la Russie est aujourd’hui plus dépendante de ces pétrodollards qu’en 1998. D’où l’appel de certains, dont Koudrine, à une urgente diversification des sources de revenus de l’état russe. Bref, tout ça pour dire que derrière ce 13%, il y a une réalité plus fragile qu’on veut bien le croire.

    Enfin, tout ça pour dire que le mépris de Mme Kroth pour l’occident et aussi méprisable que le mépris que certains occidentaux peuvent exprimer envers la Russie (dont Mme Kroth s’indigue, j’en suis sûr).

     
  17. Alexandre LATSA

    Didier a mon avis on vit mieux en Russie pour une raison : on est dans un pays libre :)

    Le PIB/Habitant est un indicateur certes mais pas le seul, on peut aussi alors comparer la dette / habitant?

    L’espérance de vie en Russie n’est pas de 62 mais 70 ans (vos données datent :)

    Il n’y a pas 30.000 morts / an mais moins, sans doute 20.000 et quand a la démographie, comparons le comparable, le nombre de naissances de bébés sans aides de l’état et le fait que 85% des naissances en Russie sont le fait de russiens quand en France on a sans doute 70% de naissances d’européens…

    Etc etc

     
  18. Anonymous

    Qu’entendez-vous par «liberté»?
    Personnellement, je pense qu’aucun pays n’est complètement libre. Mais certains le sont plus que d’autres.
    Les États-Unis le sont certainement. Malgré plusieurs failles. Il faut y avoir vécu pour le comprendre. Le Canada est aussi très libre. La France, je ne me prononce pas, je n’y ai pas vécu.
    En Russie, il y a des failles majeures concernant la liberté d’expression, d’association, de rassemblement, pour la liberté de mouvement (avec, encore en 2013, la propiska), pour la liberté de manifester. La censure est encore très présente en Russie. Le refus d’une vraie opposition politique. Il y a un flou considérable en ce qui concerne l’indépendance de l’exécutif, du législatif, du judiciaire et des médias, indépendance nécessaire à toute forme de démocratie (occidentale ou autre).
    La liste pourrait se poursuivre. Je suis convaincu que vous allez me dire que j’ai tort, que je me trompe, qu’il s’agit de perceptions, qu’on m’a lavé le cerveau etc. Vous allez probablement aussi me sortir des exemples précis (attention, pas de sophismes de généralisation) me montrant qu’il y a pire aux États-Unis ou au Canada.

    Mais je vais vous dire: j’ai déjà fait preuve de beaucoup d’indulgence envers ces «particularités» russes, considérant d’où le pays venait, où il était en 1991. Je faisais preuve d’indulgence tant que la situation évoluait pour le mieux. Mais depuis quelques années, surtout depuis 2012, ce n’est plus le cas.

     
  19. Alexandre LATSA

    Vous ecrivez

    » En Russie, il y a des failles majeures concernant la liberté d’expression, d’association, de rassemblement, pour la liberté de mouvement (avec, encore en 2013, la propiska), pour la liberté de manifester»
    —> Vous plaisantez j’espere? ))))

    » La censure est encore très présente en Russie. Le refus d’une vraie opposition politique. Il y a un flou considérable en ce qui concerne l’indépendance de l’exécutif, du législatif, du judiciaire et des médias, indépendance nécessaire à toute forme de démocratie (occidentale ou autre)»

    —> N’importe quel correspondant de presse francais avec lequel vous parlerez vous dira (pas publiquement bien sur) l’inverse.. La censure est en France ou a l’Ouest, pas en Russie.

     
  20. Anonymous

    Sur les libertés publiques en Russie il y a évidemment eu de nets progrès depuis l’URSS: on peut dire ce qu’on veut sans finir au goulag ou à l’HP, et il y a une presse libre. Tant que celle-ci n’était disponible qu’à Moscou ça restait très théorique mais Internet a tout changé, et c’est tant mieux. Je trouve quand même bizarre qu’on ne puisse toujours pas acheter de journaux étrangers, mais c’est peut-être juste pas rentable économiquement faute de touristes, allez savoir.

    Sur la liberté de manifester là peut mieux faire, il me semble anormal que chaque manif d’ampleur soit l’objet de longues tractations médiatisées pour qu’elles soient autorisées, et la présence de détecteurs de métaux à l’entrée montre qu’il y a quand même un problème de confiance entre le pouvoir et ses adversaires.

    La propiska (assez formelle il est vrai, mais n’empêche)est une survivance absurde du passé indigne d’un pays moderne selon moi.

    Mea cula pour l’espérance de vie, j’ai confondu celle des hommes et la totale. Reste que c’est pas encore ça, et 62 ans pour les hommes ce n’est pas très glorieux.

    Et puis bon, un pays qui emprisonne presque 1% de sa population ne peut être considéré à mon avis comme un modèle de liberté. La même critique peut d’ailleurs être faite aux Etats-Unis!

    Didier

     

Add a Comment