La demographie en Russie de Janvier a Novembre 2012


Les chiffres de la démographie russe pour la période de Janvier a Novembre 2012 sont disponibles et ils sont très encourageants.

Novembre 2012 a vu 157.272 naissances contre 156.028 en novembre 2011 (+0,8%) , et 153.462 décès contre 158.330 en novembre 2011 (-3,1%).

Sur les 11 premiers mois de l’année 2012, cn comparaison des 11 premiers mois de 2011:
- Il y a eu 1.744.197 naissances, contre 1.638.835 en 2011, soit 105.362 naissances en plus (+6,4%).
- Il y a eu 1.739.597 décès contre 1.768.495 en 2011, soit 28.898 décès en moins (-1,6%).

Les 11 premiers mois de l’année 2012 ont vu une hausse naturelle de population de 4.600 habitants, contre une baisse de 129.660 sur les 11 premiers mois de 2011 (!).

Il est désormais plausible que l’équilibre démographique soit atteint, quoi que les grands froids de décembre 2012 vont sans doute faire monter le nombre de décès de ce dernier mois de l’année.

Опубликовать в Google Plus
Опубликовать в LiveJournal

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Démographie 13 Comments

13 Responses to La demographie en Russie de Janvier a Novembre 2012

  1. Lara

    L’hiver 2011-2012 a lui aussi été très vigoureux, mais sa n’a pas empêcher le nombre de décès de décliner durant cette période. La situation n’est donc peut-être pas si grave que sa.

     
  2. Anonymous

    Très heureux de cette bonne nouvelle, j’ai hâte qu’elle soit confirmée. Tous mes voeux pour 2013 et bonne fête de Noël !

     
  3. Anonymous

    Il n’y a pas de doute que la Russie connaitra un accroissement net de sa population en 2013 (et aussi en 2014). La vraie question, c’est: et après?

    Présentement, il y a un accroissement naturel important dû au fait que l’importante cohorte née dans les années 80 est en âge d’avoir des enfants. Alors, sans changement important au taux de fertilité, le taux de natalité augmente.

    La question, c’est ce qui arrivera lorsque la petite cohorte née dans les années 90 sera en âge d’avoir des enfants. Pour que le taux de natalité soit au moins supérieur au taux de décès, il faudra une augmentation très importante du taux de fertilité, ce qui est loin d’être acquis.

    Reste l’immigration. Mais la Russie est-elle prête à faire passer le nombre d’immigrants de 200 000 par année à 500 000 par année?

    C’est probablement pourquoi GosStat mise, dans son scénario moyen, sur une légère baisse de la population d’ici 2030.

    Voir la pyramide des âges pour voir l’importance des cohortes «années 80″ et «années 90″:
    http://www.gks.ru/bgd/regl/b12_12/IssWWW.exe/Stg/d01/05-03.htm

     
  4. Alexandre LATSA

    Bonjour

    pour 2013 et 2014 pas de certitudes de mon côté, mais je pense qu’on peut être optimiste, disons que même si le nombre de naissances n’augmente plus, le nomre de décès va diminuer, et l’espérance de vie augmentant le nombre de personnes âgées aussi, donc la mortalité devrait beaucoup baisser..

    Derrière c’est une affaire entendue, sans immigration la pop va fortement baisser, et je pense que l’immigration sera cantonnée à 200.000 puis 300.000 regardez
    http://www.itar-tass.com/c1/445885.html
    et
    http://french.ruvr.ru/2012_12_27/La-Russie-face-au-probleme-de-l-immigration-Rartie-2/

     
  5. Anonymous
     
  6. Anonymous

    Exactement. La croissance démographique en Russie passe par l’immigration. Et 200 000 (ou 300 000) immigrants par année ne sera pas assez pour compenser la baisse de l’accroissement naturel (i.e. les naissances moins les décès).

    En effet, toujours selon les prévisions démographiques de Росстат d’ici 2030, le scénario «élevé», le seul qui suggère une croissance démographique d’ici 2030, nécessite une immigration nette (les arrivées moins les départs) de 400 000 par année en 2013 jusqu’à plus de 600 000 par année en 2030.

    Tout peut arriver. Mais cela me semble peu probable.

     
  7. Anonymous

    Dans un autre ordre d’idée…

    Vous écrivez, dans le premier paragraphe de l’article que vous me suggérez:
    «Certes la Russie a une très longue tradition migratoire et est même aujourd’hui le second pays au monde pour le nombre d’immigrés en pourcentage de la population totale, après les Etats-Unis.»

    Question: quel est votre définition d’un immigrant?

    J’espère que vous ne parlez pas d’une personne née à l’étranger, i.e. la définition communément admise. Car si c’est le cas, vos chiffres sont à l’opposé de la réalité.

    En absolu, les États-Unis et la Russie comptent le plus grand nombre de personnes nées à l’étranger. Rien de surprenant considérant que c’est pays sont parmi les plus populeux.

    Mais en pourcentage de la population totale?!! Les États-Unis occupent la 42e place, et la Russie la 57e place.
    Quelques exemples de pays dans les top-50.
    - Vatican (100% né à l’étranger)
    - Israël (37% né à l’étranger)
    - Suisse (23% né à l’étranger)
    - Australie (20%)
    - Canada (19%)
    - États-Unis (13%)
    - Allemagne (12%)
    - France (10%)

    La Russie, pour sa part, est à 8%. Loin d’une 2e place (comme les États-Unis sont loin de la 1ière place).

    Je ne nie pas l’importance présente et passée de l’immigration en Russie, ou aux États-Unis, mais je ne comprends pas vos chiffres. Je ne comprends pas quelle définition d’un «immigrant» permet d’en arriver à votre classement.

     
  8. Alexandre LATSA

    Vous parlez en %age de la pop moi en chiffres absolus…

     
  9. Anonymous

    Pourtant, dans votre article, vous parliez bien du pourcentage de la population, et non des chiffres absolus. Je vous cite encore:
    «Certes la Russie (…) est même aujourd’hui le second pays au monde pour le nombre d’immigrés EN POURCENTAGE de la population totale, après les Etats-Unis.»

    Si cela est possible, vous devrez peut-être corriger votre article car une erreur aussi flagrante dans un premier paragraphe donne peu de crédibilité au reste de l’article.

     
  10. Alexandre LATSA

    Vous avez raison !J’ai corrigé ! merci de la remarque et désolé de l’erreur …

     
  11. thanatonpatisas

    Comme dans tous les pays européens la seule solution pour endiguer le vieillissement et la disparition à terme de la culture et de la spécificité de la population autochtone face à la vitalité de la démographie arabo-musulmane par exemple, passe par une interdiction absolue de l’avortement et des mesures sociales énormes pour faire évoluer les mentalités dans le respect de la vie à naître et la prise en charge des femmes et jeune filles en difficulté et de la responsabilisation des hommes (même à l’aide mesures coercitives). Un chiffre simple en France il y a environ 8 millions d’immigrés, ce chiffre correspond à peu près au nombre d’avortement pratiqués depuis 1974 dans ce pays… Si de tels efforts ne sont pas pratiqués ne pays tels que nous les connaissons actuellement disparaîtront et rien ne pourra empêcher cela…

     
  12. thanatonpatisas

    Et j’oubliais : la lutte contre l’avortement clandestin… Il y a donc du boulot… Le patriarche Serbe Pavel avait bien mis le doigt sur ce problème quand il expliquait pourquoi le Kosovo était devenue peu à peu Albanais : «Quand un femme albanaise met au monde 5 enfants, un femme serbe pratique 5 avortements».
    On peut appeler cela une justice immanente.

     

Add a Comment