Russie: éducation et modernisation

L’article original a été publie sur Ria Novosti.
*

 
Lorsque la question de la gouvernance de la Russie s’est posée à la fin du second mandat de Vladimir Poutine, la Russie avait le vent en poupe. L’économie russe connaissait une forte croissance, les prix des matières premières explosaient et Russie Unie, le parti au pouvoir connaissait une popularité assez phénoménale. Le choix Medvedev était un choix sans doute bien réfléchi, et qui devait avoir plusieurs buts, parmi lesquels: envoyer un signal de détente aux occidentaux, et passer à la vitesse supérieure dans le projet essentiel de modernisation de l’économie. La guerre en Géorgie d’aout 2008 a quelque peu refroidi les relations avec l’Occident, quant à la crise financière américaine (des subprimes) qui a frappé la Russie en 2008, ses conséquences sur l’économie russe ont été relativement importantes. Ce n’est que cetteannée (quatre ans plus tard) que la Russie a totalement retrouvé son niveau économique d’avant crise.


La modernisation est, et sera sans doute le grand chantier intérieur de la Russie pour ces prochaines années. De la capacité de la Russie à se moderniser dépendront sans doute tant le niveau de corruption, que l’attractivité financière ou encore son image dans le monde avec toutes les conséquences liées. Le discours «Russie en avant» de Dimitri Medvedev de novembre 2009 a été interprété par les commentateurs du monde entier comme une nouvelle étape de cette modernisation forcée. Pourtant ce vaste chantier a été dès 2004 mis en avant par Vladimir Poutine. Pourquoi pas avant, c’est-à-dire entre 2000 et 2004? Parce qu’avant il fallait reconstruire l’état, et c’était un grand chantier prioritaire.


Les élites russes sont conscientes que cette modernisation passera inévitablement par l’apport de technologies, de savoirs et de savoir faire de l’étranger (notamment de l’ouest), c’est sous son impulsion qu’a été créée «l’agence d’initiative stratégique». L’agence a des objectifs ambitieux. Elle veut devenir une structure facilitant l’émergence de jeunes leaders qui contribueront à la construction d’une nouvelle économie, pour faire de la Russie un des pays les plus attractifs du monde. L’agence devrait mettre en place jusqu’à 200 projets chaque année. Parmi les nombreux projets prévus, un programme ambitieux pour sponsoriser les cursus d’étudiants russes à l’étranger. Il s’agit de permettre à ces étudiants d’obtenir des diplômes occidentaux, et de se familiariser, à l’étranger, avec d’autres méthodes de travail.


En échange de cette prise en charge financière, les étudiants concernés auront pour seule obligation de travailler au moins 3 ans en Russie pour des sociétés privés ou publiques, juste après l’obtention de leur diplôme. Si les étudiants refusent de revenir travailler en Russie, ils devront rembourser le prêt contracté auprès de l’agence pour financer leurs études. L’objectif du projet est clair : il s’agit d’améliorer la productivité dans l’économie russe.


Le projet doit être lancé cette année (2012) et concerner 3.000 étudiants sur la période 2012-2015 : 250 en 2012, 900 en 2013, 1.200 en 2014 et 650 en 2015. Le projet est financé en partie par l’état mais aussi par des sponsors privés, principalement de grosses sociétés russes ayant déjà noué des partenariats dans le cadre de ce projet. Le budget alloué est de 125 millions de dollars sur la période 2012-2015. Les partenariats concernent 300 universités dans près de 25 pays. Les Etats-Unis sont en tête avec 66 établissements partenaires, suivis de l’Angleterre avec 28. Pour le reste, 61 établissements sont situés en Europe, 11 en Chine et 9 au Japon. Les projets concernés sont divers : Domaine scientifique, technologique, médical, social ou économique.


Beaucoup de commentateurs ont critiqué la création de cet institut en estimant qu’il ne s’agissait que d’une pâle copie d’une expérience similaire menée par le gouvernement chinois dans les années 70, et qui a permis à prés d’un million d’étudiants chinois d’aller étudier à l’étranger. Pourtant, cette idée d’aller voir à l’ouest et observer ce qui s’y passe est également une vieille tradition russe. Le premier ministre russe a donc décidé de s’inspirer de la Chine dans la période moderne, mais également d’une vieille tradition russe.


Le Tsar Pierre le Grand, père politique de la «Russie européenne «, modernisa le pays après être allé lui-même en Europe pour observer et apprendre, et ainsi tenter de combler le plus rapidement possible les retards technologiques que la Russie avait dans de nombreux domaines.
Pour ce faire, le Tsar russe partit incognito en 1696 en Prusse (pour y étudier l’artillerie) mais aussi aux Pays-Bas et en Angleterre (pour approfondir ses connaissances en construction navale). Puis, Tsar de Russie, il tenta aussi d’encourager l’industrie et le commerce, et il envoya des jeunes à l’étranger afin d’améliorer leurs connaissances générales.


La Russie ainsi s’inspire de modèles américains et asiatiques performants (Chine, Singapour..) qui ont une tradition de financement d’études à l’étranger pour leurs ressortissants. En outre, une des facettes du projet est également de permettre en 2020 l’apparition de facultés et universités russes de qualité mondiale, alors qu’à l’heure actuelle la Russie n’a pas une seule de ses universités classée parmi les 200 premières de la planète. Un objectif ambitieux alors que le budget de l’éducation est en baisse pour la période 2012 à 2015.

Опубликовать в Google Plus
Опубликовать в LiveJournal

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Ria Novosti 11 Comments

11 Responses to Russie: éducation et modernisation

  1. Anonymous

    Ca vous semble pas contradictoire de vouloir développer de cette manière l’enseignement tout en diminuant les crédits?
    Bon sinon vous n’écrivez rien sur Pussy riot et les durcissement de la législation relative à certains libertés fondamentales?

    Pour terminer, lisez cela.
    http://www.gazeta.ru/politics/news/2012/08/03/n_2466709.shtml

    C’est beau l’amitié des peuples! Tout le monde s’aime, tant que chacun reste chez soi quoi!

    Banlair

     
  2. Alexandre LATSA

    Non c’est pas contradictoire, puisque par exemple le budget de l’enseignement superieur a augmente pendant que le budget de l’enseignement global baissera.. Donc non ce n’est pas contradictoire faut juste essayer de comprendre.

    Les PR? Euh je trouve le sujet d’un ennui mortel et donc je vois pas ce qu’il y a a dire, même Poutine a pitié d’elles…
    Encore une fois ce qu’on se permet contre l’église on se le permettra pas contre la synagogue ou la mosquée, hein Branlair ? :) ))

    Quel durcissement de la législation?

    Pour l’article que vous citez qu’est ce qui vous choque ??

     
  3. Anonymous

    Ba c’est juste que sur les plateaux TV les débats sont très très vifs. Je vous demandais juste si vous comptiez publier qqch sur le sujet vu que nos journaux en profitent pour parler de la Russie. Bref, j’imaginais que vous pondriez un truc à contre courant.
    Sinon oui, on se permettrait pas ce genre de truc dans une mosquée. Ceci dit, la chrétienté est plutôt axée sur le pardon et je trouve que la position de l’Eglise orthodoxe, du moins de certains hommes d’église, est trop belliqueuse.
    Pour la législation: la loi sur les agents étrangers, les amendes bien plus élevées pour les manifestations, les listes noires sur internet… Bref, là aussi on s’attendait à un article de votre part reprenant les positions du kremlin contre ce qui est dit dans la presse.

    Pour l’article, c’est intéressant car cela se place dans une perspective de conflit multiculturel.
    rien ne me choque en particulier, mais créer les corps de kazaks c’est bizarre

     
  4. Revizor

    Tiens!un espèce d’OVNI sur ce blog: un article plutôt honnête… Avec tous mes encouragements pour persévérer

     
  5. Anonymous

    Les Pussy Riot sont des filles Russes avec une education europeenne(grecque) chretienne orthodox! Pourquoi nous dire si elles avaient fait ca dans une mosquee ou synagogue…
    Pourquoi ferraient-elles ça dans une mosquee? Ces 3 filles sont dans un paradigme europeen la mosquee n’est pas dans ce paradigme là. Leur protestation se tourne naturellement vers le systeme de pensee et de valeur qui est le leur. Pourquoi toujours prendre des exemples qui sont en dehors du paradigme europeen … Le caucase l’arabie saoudite ou je ne sais trop… Je soutiens Putin sur beaucoup de point, mais faut pas prendre des exemples bidons…
    «Jean»

     
  6. Anonymous

    Il y a justement un lien entre la modernisation et les Pussy Riots: la première ne sera pas possible sans la mise en liberté des secondes, leur délit ne méritant pas à l’évidence plus de quelques dizaines d’heures d’intérêt général. Je rappelle que la Russie est un Etat laïque, au passage, c’est écrit dans la constitution.
    Pas de modernisation économique possible sans réformes politiques qui permettent aux Russes qui bossent de 30-50 ans de prendre un peu de pouvoir et de participer à la gestion de leur pays. Car ce sont ces réformes politiques qui permettront aux Russes d’améliorer leur système économique, dont il ne voient que trop le retard par rapport à l’économie occidentale: ils auront plus la possibilité de protester et de lutter contre les abus des pouvoirs publics (corruption en premier lieu) qui entravent un développement sain de l’économie. L’Etat doit bien sûr avoir un rôle central, mais pas exclusif, c’est quand même la situation que nous avons en ce moment, où les milieux d’affaires sont représentées par deux syndicats de patrons, Diélovaïa Rossia et le RSPP, totalement dans la ligne du kremlin, comme les syndicats. Ce n’est pas très sain car il ne peut y avoir d’unité entre tous ces acteurs sur les questions économiques et sociales, puisqu’ils représentent des intérêts de classe différents. Mais bon, ils s’entendent, et tant que le pétrole et le gaz coûtent cher, ça marchent. Quand les prix baissent ça marche moins.

    Sinon le programme des jeunes leaders ce n’est pas nouveau ça a été fait dans les années 90 par Eltsine à une échelle beaucoup plus large, ça s’appelait le «programme présidentiel pour la formation des cadres» du public et du privé, c’était géré par l’AP et tous les pays occidentaux (européens en tous cas) y participent, et y participent peut-être encore, car le programme existe peut-être encore toujours. Les paroles c’est bien, les actes c’est mieux!

    Didier

     
  7. Alexandre LATSA

    La Russie est un pays laique (?)

    Et alors ?? la France aussi et pourtant l’article 322-3-1 punit de sept ans de prison et 100.000 € d’amende la dégradation d’un bien culturel exposé dans un lieu de culte!

     
  8. Sclavus

    Ça fait un moment que j’ai pas eu droit aux perles de notre camarade Didier ; le voilà qu’il se propulse Juge : « dix jours d’intérêt général » et basta on ne parle plus.
    Le reste et du même tonneau : surréaliste ; La question qui me taraude en te lisant – et que je suis obligé de te poser – c’est : Mais dans quel monde vis-tu Didier ?
    Car dire : « Car ce sont ces réformes politiques qui permettront aux Russes d’améliorer leur système économique, dont il ne voient que trop le retard par rapport à l’économie occidentale » relève de l’hallucination.
    Déjà ces réformes se font – et de loin plus qu’en occident ; le formidable redressement de la Russie est là pour témoigner.
    Ensuite comparer la Russie qui a frôlé l‘anéantissement dans les année 90 avec sa majesté spongieuse – et que tu cites en exemple – avec les économies occidentales (bénéficiaires de l’écroulement de l’est) relève de la saloperie.
    J’ai beau me dire que plus rien ne m’étonne de ta part, je me frotte les yeux quand même.
    Quant au crétin de plus-haut qui use et abuse du mot paradigme c’est également du surréalisme ; car Alexandre parlait bel et bien des synagogues et des mosquées d’Europe ; du moins c’est ce que j’ai compris.

     
  9. Anonymous

    Merci pour ces rappels opportuns de la législation française, d’ailleurs appropriée à mon avis, mais sans doute adoptée en un temps où l’anticléricalisme était plus virulent et où il y avait nécessité de dissuader fermement les fauteurs de troubles.

    Ici l’église a été choisie comme un symbole du pouvoir qu’une partie de la société (celle éduquée, qui a du pouvoir d’achat et qui voyage) rejette. Elle ne le rejette pas parce qu’il n’autorise pas les gayprides, qu’il a un discours clair sur l’immigration ou qu’il soutient Bachar El Assad en Syrie et les frères serbes du Kosovo, mais tout simplement parce que l’Etat est aujourd’hui inefficace, corrompu et prédateur. Je ne sais pas vraiment ce qu’il en est en réalité, étant peu touché par le phénomène, mais c’est ce que disent à peu près tous les Russes que je connais bien. Moi je dirai juste qu’en donnant 3 ans de prisons aux Pussy Riots, la Russie aggraverait son image à l’étranger et que ce serait préjudiciable au développement de ses relations avec l’Occident, qui sont pour elles prioritaires, qu’elle le veuille ou non (je pense qu’elle le veut, mais c’est un autre débat).

    Sur les performances de l’économie il suffit de voir la productivité générale des caissières ou la qualification des plombiers pour avoir une idée. Et je ne dirai pas que les choses vont en s’améliorant depuis dix ans, même si on peut trouver des bars pour bobos parisiens à Moscou en cherchant bien, mais bien alors.

    Didier

     
  10. Alexandre LATSA

    » Et je ne dirai pas que les choses vont en s’améliorant depuis dix ans, même si on peut trouver des bars pour bobos parisiens à Moscou en cherchant bien, mais bien alors.»

    Ca ne s’améliore pas en Russie depuis 10 ans ? )))))

    Il faut chercher a Moscou pour trouver des bars pour Bo-bos parisiens ? ))))

    C’est donc certain vous n’habitez pas en Russie ou alors vous êtes un Troll…

     
  11. Sclavus

    JO de Londres ou dieu sait quelle autre raison mais camarade Didier est fermement décidé de remporter la médaille d’or du ridicule ;
    D’où tiens-tu triste clown qu’une partie de la société russe (« celle éduquée, qui a du pouvoir d’achat et qui voyage ») rejette l’église orthodoxe ?
    L’adhésion aux valeurs de la religion orthodoxe – et je l’espère pour les autres religions aussi – relève de la spiritualité ; ce n’est nullement du au taux de remplissage du caddy dans les rayonnages de Carrefour ou à la fréquence de bronzettes- partouzes au Club Med. Chaque ligne de ton post – et c’est ainsi depuis des années – dévoile au moins une des valeurs pitoyables qui t’animent, et auxquelles tu adhères : « la Russie aggraverait son image à l’étranger et que ce serait préjudiciable au développement de ses relations avec l’Occident, qui sont pour elles prioritaires, qu’elle le veuille ou non (je pense qu’elle le veut, mais c’est un autre débat). »
    Mais la Russie – du moins la partie saine d’esprit de celle-ci – n’a absolument rien a faire de l’image que vous faites d’elle en occident.
    Avec tout le mal que vous-vous êtes déjà donné pour construire une image désastreuse de la Russie – basée essentiellement sur le mensonge il faut le rappeler – vous devrez vous douter quand même que plus grand monde ne vous accorde un quelconque crédit.
    Achetés-toi un disque de Jacques Brel Didier ; je crois que la chanson « Les Flamands » a été écrite pour toi :
    Les Flamingants chanson comique…

    Messieurs les Flamingants j’ai deux mots à vous rire
    Il y a trop longtemps que vous me faites frire
    A vous souffler dans le cul pour devenir autobus
    Vous voilà acrobates mais vraiment rien de plus
    Nazis durant les guerres et catholiques entre elles
    Vous oscillez sans cesse du fusil au missel
    Vos regards sont lointains votre humour est exsangue
    Bien qu’il y ait des rues à Gand qui pissent dans les deux langues
    Tu vois quand je pense à vous j’aime que rien ne se perde
    Messieurs les Flamingants je vous emmerde

    Vous salissez la Flandre mais la Flandre vous juge
    Voyez la mer du Nord elle s’est enfuie de Bruges
    Cessez de me gonfler mes vieilles roubignoles
    Avec votre art flamand italo-espagnol
    Vous êtes tellement tellement beaucoup trop lourd
    Que quand les soirs d’orages des Chinois cultivés
    Me demandent d’où je suis je réponds fatigué
    Et les larmes aux dents «Ik ben van Luxembourg»
    Et si aux jeunes femmes on ose un chant flamand
    Elles s’envolent en rêvant aux oiseaux rose et blanc

    Et je vous interdis d’espérer que jamais
    A Londres sous la pluie on puisse vous croire anglais
    Et je vous interdis à New York ou Milan
    D’éructer mes seigneurs autrement qu’en flamand
    Vous n’aurez pas l’air con vraiment pas con du tout
    Et moi je m’interdis de dire que je m’en fous
    Et je vous interdis d’obliger nos enfants
    Qui ne vous ont rien fait à aboyer flamand
    Et si mes frères se taisent et bien tant pis pour elles
    Je chante persiste et signe je m’appelle Jacques Brel.

     

Add a Comment