Vers une réconciliation nationale?

L’article original a été publie sur Ria Novosti.
*
La cohabitation interethnique et la cohabitation interculturelle posent maintenant des problèmes récurrents dans tous les pays d’Europe. Depuis quelques décennies, la France et l’Union Européenne connaissent pour la première fois de leur histoire des vagues d’immigration non européenne qui posent des problèmes d’intégration, d’assimilation et de cohabitation avec les populations indigènes européennes. La ghettoïsation et la communautarisation sont les deux écueils principaux sur lesquels buttent les tentatives d’intégration harmonieuse des nouveaux venus. Récemment des dirigeants politiques deFranced’Allemagne ou d’Angleterre ont reconnu l’échec de la société multiculturelle telle qu’elle s’est constituée en Europe. Au sein de l’UE, la linéarisation de la vie politique (sur un axe gauche/droite) a relativement exclu du débat les notions de patriotisme et/ou nationalisme, laissées aux mouvements et groupuscules politiques classés comme les plus à droite sur l’échiquier politique. A l’échelle supérieure (l’échelle européenne) la question de l’identité de cette hyper structure est également posée, sans qu’une réponse claire soit pour l’instant apportée. S’agit-il d’un club Chrétien? Est-ce un futur état fédéral ? Jusqu’ou l’extension de l’Europe doit elle continuer? Dans quelle direction? La Russie par exemple serait-elle moins européenne que la Turquie, ce grand état musulman situé en Asie?


J’ai déjà parlé il y a quelques mois de la grande différence de structure entre la fédération de Russie et les sociales démocraties de l’Union Européenne. La fédération de Russie est en effet un empire historique qui comprend en son sein et depuis longtemps des peuples variés et de différentes religions. La gestion de l’autre et la cohabitation interreligieuse y sont donc bien plus anciennes et déjà  ancrées dans les mœurs politiques. L’Islam en Russie, qui est la seconde religion du pays, est un Islam de souche, autochtone, qui ne pose pas les problèmes nouveaux auxquels la société française fait par exemple face. Mais il est vrai que l’Islam de France est importé par des flux migratoires très récents et on peut dire que cet islam de France est en quelque sorte encore en version Beta. Cette paix des religions en Russie, que j’ai illustrée via l’exemple du Tatarstan n’a même pas été menacée par les deux guerres récentes que l’état russe a du mener dans le Caucase. Pourtant, cette expérience de la gestion de communautés différentes en Russie n’a pas empêché l’apparition de graves violences xénophobes dans le pays, ni l’existence de groupuscules extrémistes.


En décembre dernier, des incidents ont ravivé les tensions entre Moscou et le Caucase du nord puisque suite au décès d’un supporter russe pendant une bagarre, plusieurs milliers de jeunes radicaux se sont rassemblés pour protester contre la très importante minorité caucasienne de la capitale. La manifestation a entrainé des violences et tout le mois de décembre a vu des cortèges de nationalistes et de jeunes caucasiens se suivre et même se faire face dans la capitale. Ces manifestations inhabituelles ont permis de faire ressortir au grand jour pour les observateurs étrangers deux conceptions de la Russie qui se font face. Une conception nationaliste ethno centrée considérant même que la Russie devrait se séparer du Caucase musulman et une version patriote fédérale, considérant que l’identité de la Russie est reflétée par la multiplicité des peuples la composant. Suite à ces événements, les deux principaux groupes d’extrême droite de la scène politique russe, l’union slave (Slavianski Soyouz) et le mouvement contre l’immigration illégale (DPNI), ont été interdits pour extrémisme. Ces interdictions font partie des mesures prises par le gouvernement russe pour tenter de faire cesser les crimes et agressions xénophobes dans les principales villes du pays. Récemment, divers groupes de skinheads ont étécondamnés par la justice russe à de très lourdes peines et par ailleurs, près de 500personnes ont, depuis les émeutes de décembre 2010, été condamnées pour extrémisme.


Cette politique semble donner des résultats puisque selon le Bureau des droits de l’homme de Moscou, 41 personnes ont été tuées lors de 188 attaques racistes en 2010, contre  87 tués (et 378 blessés) en 2008, et 71 tués (et 333 blessés) en 2009.

 

Pour autant, malgré ces violences qui sont réprimées, la politique générale de cohabitation des ethnies et des religions en Russie est un modèle dont les pays européens devraient sans doute pouvoir s’inspirer. La création de modèles multiculturels viables est aujourd’hui en effet un impératif pour tous les pays d’Europe. Le président Dimitri Medvedev avait du reste rappelé au début de l’année que la Russie «ne  pouvait se laisser séduire par les réflexions consacrant l’échec du modèle multiculturel». Plus surprenant encore, le gouvernement de Tchétchénie a officiellement invité les leaders des deux groupes russes d’extrême droite précités et interdits pour leur montrer la vie de la république, mais également pour tenter d’apaiser les tensions entre caucasiens et russes ethniques. Les dirigeants en question s’y sont donc rendu au début du mois et ont pu rencontrer des officiels tout autant que visiter la république. Ils en sont revenus en affirmant qu’ils avaient été agréablement surpris par la république, par la forme «d’ordre moral» qui y régnait et également parce que la vie y avait plus ou moins repris un aspect normal depuis la fin de la guerre. Le ministre des affaires extérieures de la république, Shamsail Saraliev a justifié l’invitation en expliquant que les tchétchènes ne souhaitaient de conflit avec quiconque pour des motifs nationalistes. Cette tentative de réconciliation générale expliquée aux extrémistes n’est sans doute qu’un premier et timide jet, mais il est très symbolique. Le président russe Dimitri Medvedev n’a t-il pas récemment, lors d’une visite dans le Caucase, appelé les organisations musulmanes à contribuer au retour dans le Caucase des peuples non caucasiens mais également appelé le clergé musulman à s’impliquer au plus haut niveau  pour combattre le terrorisme?

Опубликовать в Google Plus
Опубликовать в LiveJournal

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Ria Novosti 3 Comments

3 Responses to Vers une réconciliation nationale?

  1. Anonymous

    Une reconciliation nationale est helas une utopie, du fait de la nature meme, des us, coutumes et mentalites des parties en presence.

    Pour ne prendre qu’un exemple, l’islam (les caucasiens ont une grande partie de musulmans) est simplement inconciliable avec toute autre religion. Donc les caucasiens musulmans se se «reconcilieront» jamais avec les chretiens.

    «Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil» n’etait qu’un film. La realite est bien autre.

    Au sujet des appels de Medvedev au clerge musulman pour combattre le terrorisme (qui, faut-il le rappeller, et musulman a 95%?) sont un voeux pieux: Avons nous deja entendu UN responsable musulman CLAIREMENT CONDAMNER un des tres nombreux attentats commis au nom d’allah? Cherchons ensemble…

    Mais je suis certain qu’au dela des discours et prises de positions publiques, les responsables russes SAVENT parfaitement quelle est la situation, et ont pris les dispositions adequates pour etre a meme de reagir non pas «si», mais «quand» les caucasiens decideront de tenter des coups de force. Et c’est bien ceci le plus important, pour la securite des russes et de la Russie.

    Jean Fouche

     
  2. Anonymous

    La Russie est un pays decidement interessant: si les valeurs democratiques y sont encore fort peu developpees et l’absence de politiquement correct choquante pour le nouvel arrivant d’Occident ( il s’y habitue vite, rassurez-vous!) en revanche la tolerance du peuple majoritaire vis-a-vis des peuples allogenes ou immigrants y est sans doute plus developpee qu’en Europe, exception faite de notre pays, de l’Angleterre et des Etats du Benelux. C’est le resultat d’une cohabitation seculaire et de la politique de l’URSS.

    J’observe cependant que la situation se degrade depuis dix ans. Les Moscovites se plaignent de l»envahissement» de leur ville par les Caucasiens et les migrants d’Asie centrale, les premiers posant d’ailleurs plus de problemes. Les seconds sont comme nos Maghrebins des annees 60 et 70: une bombe sociale a retardement. Sans une politique d’integration vigoureuse, leurs enfants risquent de se retrouver dans la situation de nos beurs des annees 80: exclus socialement et risquant de basculer dans la delinquance puisqu’il n’y a pas d’assistanat ici. Voila a mon avis le defi que doit relever la Russie, qui a par ailleurs besoin de main-d’oeuvre etrangere en raison d’une demographie chancelante.

    Il ne faut pas s’inquieter a mon avis exagerement du phenomene migratoire, en Russie comme chez nous d’ailleurs. La majorite des immigres viennent chez nous contraints et forces par la pauvrete, et veulent juste une vie mailleure, pas l’instauration du Califat! Quoi qu’on en dise en France le processus d’integration est a l’oeuvre, meme s’il reste de trop nombreux quartiers marginalises, mais il en a ete toujours ainsi: souvenons nous des progroms anti italiens de la fin du XIXe siecle et des annees 30, de la peur de la banlieue des bons bourgeois parisiens de l’avant-guerre, des loubards des annees 50 et 60…d’autres ont pris la place, c’est tout. Mais j’observe la presence de plus en plus de patronymes africains dans les milieux d’affaires, chez les avocats et dans la haute fonction publique, et j’ai meme vu recemment des Arabes aux sports d’hiver, ce qui etait inimaginable il y a vingt-cinq ans. Il y en a meme qui participent au tour de France, alors que le velo est chez nous le sport gaulois par excellence. Le temps joue en notre faveur, contrairement a ce qu’on pense!

    Enfin, M. Fouche, il me semble que tous les representants de l’Islam russe ont toujours condamne les attentats commis a Moscou. Et je ne vois pas quelles dispositions adequates aurait pu prendre l’Etat russe pour se preserver d’un «grand soir» des musulmans de Russie…

     
  3. Anonymous

    Comment des pays qui ont connu une vague d’immigration récente peuvent-ils s’inspirer de la Russie, qui compte un territoire aussi grand et des ethnies qui y vivent depuis bien longtemps? L’immigration et l’intégration sont des défis importants qui doivent être relevés en Europe, mais le modèle russe que vous prônez ne peut être appliqué qu’à la Russie, soyons raisonnables!

     

Add a Comment