Russie, des émigrants fantômes?

L’article original a été publie sur Ria Novosti.
*

Très récement, une série d’articles est venue rappeler à quel point la Russie était un pays sans avenir. Divers médias francophones, tel que le Figaro, la Tribune de GenèveLe soir, ont commenté les résultats d’un sondage qui expliquait «qu’un cinquième des Russes (22%) souhaiterait émigrer de Russie» et que «selon les chiffres officiels, cités par Vedomosti, en trois ans, environ 1,2 million de personnes ont quitté la Russie». Ces résultats «illustreraient une nouvelle vague d’émigration, et mettent à mal les mots d’ordre patriotiques et les projets ambitieux du Kremlin» écrit encore Europe1.

La naissance d’un mythe

Le chiffre de 1,25 millions de Russes qui seraient partis depuis 3 ans viendrait d’unediscussion en date du 15.01.2011 retransmise à la radio d’opposition Echo de Moscou entre Sergueï Stépachine (président de la  Cour des comptes) et Michaïl Barshevski. Je rappelle le moment clef de l’échange en russe ci-dessous, avec sa traduction en français derrière:
С.СТЕПАШИН: Но у меня есть цифры точные. 1 миллион 250 тысяч человек, которые работают за рубежом. Это не самые плохие наши…
М.БАРЩЕВСКИЙ: Ты имеешь в виду не водопроводчиков?
С.СТЕПАШИН: Ну, это ученые, специалисты.
М.БАРЩЕВСКИЙ: Миллион 250 тысяч?
С.СТЕПАШИН: Миллион 250 тысяч. Примерно столько ушло после 1917 года».

S.STEPACHIN: J’ai des chiffres précis. 1 million 250 mille personnes qui travaillent à l’étranger. Et pas les plus mauvais…

M.BARCHEVSKI: Tu veux dire pas des plombiers?
S.STEPACHIN: Des scientifiques, des spécialistes.
M.BARCHEVSKI: 1 million 250 mille?
S.STEPACHIN: 1 million 250 mille. Voilà à peu près combien sont partis depuis 1917.
1,250 million de russes travaillent donc à l’étranger. Comment en est-on arrivé  à ce que ce chiffre soit repris par la presse francophone comme le nombre de russes ayant soi-disant fui la Russie depuis 3 ans?
Dans un article du 11 février 2011 de Moskovsksi Komsomolets intitulé «courons loin du tandem» («Бегом от тандема») il est écrit: «la Cour des comptes a officiellement déclaré que durant les dernières années sont partis de Russie 1,25 million de personnes. La vague d’émigration est à peine moins grande que celle de 1917. Ces données sont confirmées par le directeur du Service Fédéral des Migrations (FMS): «300 à 350.000 Russes partent chaque année travailler à l’étranger. Combien reviennent, il ne l’a pas dit».
(«Счётная палата официально сообщила: “За последние годы из России уехали 1 250 000 человек”. Волна эмиграции немного меньше, чем после 1917 года. Эти данные подтверждает директор Федеральной миграционной службы Ромодановский: “Порядка 300—350 тысяч россиян уезжают каждый год работать за рубеж”. Сколько возвращается, он не сказал»).
En réalité une vérification sur le lien en question des affirmations du directeur du FMS permet de lire la phrase dans son ensemble et non un morceau sorti de son contexte. Voila ce qu’il y est en fait écrit: «Chaque année 300.000 Russes partent de Russie, dont 40.000 pour aller résider définitivement à l’étranger. Ce chiffre était de 70.000 en gros avant la crise, mais il s’est réduit (..) De tous les Russes qui sortent du pays, a peu près 30 à 40.000 quittent le pays pour aller résider définitivement à l’étranger».
Каждый год из России уезжают более 300 тысяч россиян, из них около 40 тысяч — на постоянное место жительства, считает глава Федеральной миграционной службы РФ Константин Ромодановский. «До кризиса цифра была 70 тысяч человек, но потом эта цифра сократилась. (…) Из всех уезжающих россиян за границу «примерно 30-40 тысяч» покидают страну на постоянное место жительства».
Le 29 mai 2011, la revue russe d’opposition Novaya Gazeta dans un réquisitoire intitulé «La Russie ne plait plus» affirme que le pays ne sera pas en état survivre jusqu’à la crise démographique de 2050 en écrivant que le «représentant de la Cour des comptes Serguei Stépachine a affirmé que depuis 2008, 1,25 million de personnes» ont émigré.
(«Председатель Счетной палаты Сергей Степашин еще в январе озвучил цифру — с 2008 года из страны уехало 1,25 миллиона человек»).
Les faits sont bien loin des obsessions idéologiques
L’institut Rosstat donne des chiffres reconnus comme étant assez précis. Regardons les flux migratoires de Russie, entrées et sorties de 1997 à 2010, ici sous forme de tableau:
Depuis 2008 donc, 105.544 russes ont émigré hors de Russie.

Étudions maintenant l’émigration de Russie vers l’étranger lointain et non l’étranger proche, qui correspond à l’ex-monde soviétique. En effet il semble peu plausible que ces émigrants russes récents aient fui en masse la Russie de ces 3 dernières années pour aller chercher refuge en Azerbaïdjan ou en Biélorussie! Les données de 1997 à 2008 sont consultables en ligne ici et celles de 2009 et 2010 ici. J’ai synthétisé sous forme de tableau les résultats :

Depuis 1999 on peut voir que la quantité d’émigrants de Russie baisse, ce qui traduit l’amélioration économique que le pays connait depuis 10 ans.
Depuis 2008: 37.894 Russes ont émigré définitivement vers l’étranger lointain. 
Il y a aussi une méthode indirecte de vérification: La consultation des statistiques migratoires d’Eurostat, des USA, du Canada, ou de l’Australie par exemple. Là encore, ce chiffre de 1,2 millions de Russes ayant obtenu un titre de séjour à l’étranger parait fantaisiste. Il faudrait alors supposer qu’un million de Russes seraient partis sans se déclarer dans des pays qui ne tiennent pas de statistiques, cela semble peu crédible.
 
Sondages et Fantasmes
Maintenant le sondage traduisant «la soi disant nouvelle vague d’émigration, et qui mettrait à mal les mots d’ordre patriotiques et les projets ambitieux du Kremlin». Regardons attentivement le tableau de ce sondage: si 22% des sondés affirment vouloir émigrer, ils ne sont que 1% à déjà préparer leur départ en faisant leurs sacs (ca n’a pas changé depuis 2009). Ils ne sont que 2% à avoir pris la décision d’émigrer et 6% à étudier les possibilités d’émigration. Ils sont également 69% à ne jamais penser à émigrer. Par comparaison, en 2006, 25% des jeunes britanniques souhaitaient émigrer, ce chiffre a atteint 33% en décembre 2010. Mais à la même date, seulement 2% d’entre eux ont réalisé leur projet d’émigration. En clair, le pays n’a connu aucune fuite massive de cerveaux malgré de tels sondages. En 2009, 20% des Chinois diplômés souhaitaient également quitter le pays. En 2010, 30% des jeunes arabes (des pays de la Ligue arabe) souhaitaient également émigrer. On relève aussi que 20% des Bulgares en âge de travailler souhaitent partir à l’étranger. Ce seuil de 20 à 30% semble donc exister dans de nombreux pays, indépendamment du contexte économique local, bon pour la Chine, ou moins bon pour la Bulgarie par exemple. Par rapport à ces chiffres, on peut surtout se demander s’il y a suffisamment de jeunes Russes diplômés ou pas, qui souhaitent acquérir une expérience professionnelle à l’étranger. La mondialisation de l’économie offre des opportunités de plus en plus nombreuses dans ce sens, et il n’y a rien de malsain dans cette tendance qui améliore les échanges économiques. Ce qui est malsain, c’est de propager dans les médias des chiffres faux, pour alimenter des prévisions catastrophistes.
Quelles conclusions en tirer?
- Les chiffres montrent en Russie une baisse forte de l’émigration et une stabilisation de l’immigration depuis le début des années 2000.
- Le nombre de Russes qui ont définitivement quitté leur pays depuis 2008 est de 105.544 et non pas de 1,25 million.
- Une certaine presse dite d’opposition gagnerait beaucoup à être réaliste dans ses analyses et non à fantasmer en lançant des mensonges, repris et propagés sur la toile. La quantité ne s’impose pas sur la vérité. La Russie devrait par exemple vraisemblablementfaire face à la crise démographique de 2050.
- Certains gros relais médiatiques francophones semblent ne pas vérifier leurs sources et on peut légitimement se poser la question de savoir s’il s’agit de simple mauvaise foi ou d’incompétence.
Dans les deux cas, c’est assez inquiétant et cela ne reflète pas la vérité de la Russie d’aujourd’hui.

Опубликовать в Google Plus
Опубликовать в LiveJournal

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Désinformation, Ria Novosti 9 Comments

9 Responses to Russie, des émigrants fantômes?

  1. Alexko

    Merci d’avoir mis les choses au clair.

    Cela dit, si vous voulez corriger toutes les bêtises de la presse française, vous avez du boulot devant vous ! ;-)

     
  2. Brat Sever

    @Alexko, vous trouverez d’autres exemples ici http://vivreenrussie.1fr1.net/forum Dans la section «La Russie et les medias»… avec des «perles» comme la presence du croiseur «Aurore» lors de manoeuvres a Novorossiysk et ce dans un article du Figaro…

     
  3. Vincent

    En effet j’avais le vague souvenir d’un tel article sur un site de presse français à propos de la fameuse fuite des Russes. Et je m’étais dit: comment est-ce possible? Je trouvais que ça sentait déjà l’embrouille, comme on dit.

    Et c’est par ailleurs tellement facile d’obtenir une bonne proportion de «oui» quand on demande à des jeunes: «souhaiteriez vous aller vivre à l’étranger?». Tant que ça n’engage à rien, on est toujours curieux par défaut quand on est jeune. (Ca peut d’ailleurs être un atout comme un handicap). C’est dans la nature humaine! J’aimerais d’ailleurs avoir les comparaisons avec les différents pays d’Europe.

     
  4. Alexandre LATSA

    Vincent je cite déjà des liens dans cet article.. Oui les jeunes ont envie de partir a l’etranger et c’est normal..

     
  5. Vincent

    Alexandre, je faisais simplement allusion à d’autres exemples supplémentaires en Europe (que j’ai peu recherchés, il est vrai). Par exemple… pour la France. D’après ce lien où l’auteur se veut pourtant rassurant, il est admis: «Les jeunes diplômés français n’ont jamais été aussi nombreux à souhaiter faire une partie de leur carrière à l’étranger : ils sont 83% à exprimer ce désir.» C’est même plus que ce que j’aurais supposé. (C’était juste histoire d’ajouter un exemple qui nous concerne encore plus directement).

     
  6. Anonymous

    Les jeunes veulent bouger c’est évident (quelque soit le pays).
    Je pense en revanche qu’il faut analyser les causes de ces départs si l’on veut tirer des conclusions objectives de ces sondages. Je ne crois pas que les russes veuillent quitter le pays pour le manque de perspectives économiques (contrairement à ce qui motive les jeunes français par exemple). Mais de mes connaissances, ceux qui veulent quitter la Russie sont dégoutés de la corruption, de la bureaucratie, et de l’état des infrastructures (et il ressentent cette absence de culture de la vie douce dont parle Sclavus après être allés en Europe). Le manque de perspectives économiques reflète un mal être différent mais cependant moins «grave» que le ras-le-bol de la corrption et de la bureaucratie (car cyclique et moins structurel).

    Banlair

     
  7. Anonymous

    Une émission radio sur le sujet (Finam FM).
    http://www.youtube.com/watch?v=KPKlMfZro4E

    J’aime beaucoup le passage à la 40ème minute:

    «Знаете в чём ужас в России, старана которую люблю? В том что ей не нужно её население. Вот Российское государство, оно население воспринимает как (…) социальную нагрузку, которую надо содержать, потому что главный источник Государства, благосостояние берёт из рессурсов. Это лес нефть, газ, золото, и всё что угодно, а эти на двух ногах, которые ходят, они здесь при чём? А в развитых странах, гражданин, налогоплательщик — главный источник средств для этого чёртового государства. Поэтому государство улыбается этому гражданину, оно его приглашает, чем больше люди работают, чем больше налоговую базу они производят. А у нас как говорят, «меньше народа, больше кислорода» (…). Этот мысль что «государство для народа» не укладывается, а народ этому госудасрство не нужен потому что деньги этого государства не берутся от из-под народа а из среды».

    Banlair

     
  8. Pingback: Russie: 1 adolescent sur 12 se suicide… Ou comment l’AFP et le Figaro se trompent ou mentent. | Dissonance

  9. Tallon

    On ne peut que dire «merci». Qui nous aurait dit qu’un jour nos pays seraient appelés «empire du mensonge» et que nous ne pourrions desserrer cet étau en se tournant vers la Russie ? Quelle catastrophe s’est abattue sur l’occident ?

     

Add a Comment