Politique et erotisme

L’article original a été publie sur Ria Novosti.
*
Alors que la Russie se prépare à des élections législatives en décembre prochain, puis à une élection présidentielle en mars 2012, la question qui hante les commentateurs et observateurs politiques est toujours sans réponse : Qui sera candidat à la présidentielle, Dimitri Medvedev ou Vladimir Poutine? Le suspense est plus fort que jamais. Ci et là des personnalités russes ont parfois déjà exprimé leur préférence pour l’un ou l’autre des candidats, sans que toutefois n’émerge de ligne de fracture vraiment visible dans l’opinion, hormis pour quelques analystes soit zélés, soit extra-lucides. Pour autant, certains commentateurs ont déjà appelé à ce que les deux hommes forts du régime s’affrontent, ce qui serait la preuve d’une réelle pluralité de la scène politique russe.

Lors d’une interview donnée récemment au journal français le courrier de Russie, Maxime Mishenko, député de Russie Unie, rappelait lui l’importance des élections législatives qui: « définissent les présidentielles  et c’est une des spécificités russes. Si le parti au pouvoir remportait ces élections, alors les élections présidentielles vont être très calmes (…) Bien sûr, les deux leaders Medvedev et Poutine vont se mettre d’accord au préalable sur la personne qui va poser sa candidature: ils ont une force politique commune qu’ils doivent mettre au service des ces élections ». Officiellement donc, et cela avait été confirmé par le président Medvedev, Russie Unie devrait présenter un candidat pour le prochain mandat de président qui , c’est une première, durera 6 ans (2012 — 2018) contre 4 auparavant. Les deux hommes forts du régime n’ont en effet pas exclu leur participation à l’élection présidentielle et ils ont jusqu’à présent toujours affirmé que la décision serait prise conjointement, et ce dans le but de proposer un seul candidat de Russie Unie à la présidence.

Quoi qu’il en soit, malgré les affirmations pessimistes de nombre de commentateurs sur l’effritement du soutien populaire à Russie unie et au tandem Medvedev — Poutine, en cet été 2012 les dirigeants russes actuels ont raison de croire en leur victoire commune aux prochaines élections législatives de cette fin d’année. Le centre de sondages Wciom a en effet récemment interrogé 1600 personnes dans près de 138 communes afin d’évaluer les intentions de vote. Qu’en ressort t-il ? Que le parti Russie Unie devrait recueillir 58% des voix (contre 64% aux législatives de 2007), le parti Communiste (KPRF) est crédité de 14 ,7% (contre 11,7% aux législatives de 2007) et le parti nationaliste libéral-démocrate (LDPR) de 9,8% (contre 8,14% aux législatives de 2007). Le parti de centre gauche Russie Juste est lui crédité de 7,3% (contre 7,74% aux législatives de 2007) et enfin l’opposition libérale est-elle créditée de 2,8% (contre 1,59% aux législatives de 2007). A noter un nouveau venu dans la politique russe, le parti Cause Juste de l’oligarque Michael Prokhorov, que l’on peut qualifier de national-libéral, et crédité cependant de seulement 4,1% des voix, alors que ce parti récent a été considéré comme un potentiel futur contrepoids à Russie Unie.
Ces deux échéances électorales sont très importantes car elles devraient permettre de choisir les leaders qui dirigeront la Russie jusqu’à quasiment 2020. Si Vladimir Poutine, âgé de 59 ans en 2012 n’était pas candidat, il semble peu probable qu’il puisse revenir à ce poste après 2018, alors qu’il est évident que la carrière de Dimitri Medvedev, seulement âgé de 47 ans en 2012, est par contre loin d’être terminée quoi qu’il arrive. Celui-ci avait du reste récemment affirmé qu’il se voyait bien un jour diriger un parti politique. Etait-ce une boutade, suite à l’affirmation de la direction du parti dominant (Russie unie) qui a dit préférer une candidature de Vladimir Poutine en 2012? Ou alors un énième message destiné à brouiller les cartes ? Dimitri Medvedev est cependant pour l’instant le seul des deux candidats à avoir déclaré qu’il fallait s’attendre à ce qu’il se représente en 2012. En 2007, Vladimir Poutine alors président avait attendu le mois de décembre pour désigner son successeur et candidat à la présidentielle de mars 2008, Dimitri Medvedev. Par conséquent tout est encore possible, mais le choix de Russie Unie est visiblement de garder la décision secrète le plus longtemps  possible, pour des raisons tactiques évidentes. Cette méthode empêche pour le moment les autres partis politiques de développer des arguments contre Russie Unie. Le premier ministre Vladimir Poutine, jouissant d’une côte de popularité intacte dans le pays, aurait sans doute toutes les chances d’être élu, quel que soit son adversaire. Il semble donc que la clef du résultat de l’élection de 2012 dépende en très grande partie de lui, ce qui n’est pas une surprise pour les lecteurs de Ria Novosti.
L’humour s’est introduit dans la campagne électorale en cours. Vladimir Poutine  bénéficie d’un nouveau soutien de poids, puisque récemment une ligue de jeunes filles s’est constituée pour encourager  l’homme fort de la Russie. Dans un clip déjà visionné 1,5 millions de fois, une russe du nom de Diana explique qu’elle est prête à tout déchirer pour Poutine, y compris ses vêtements. Ces derniers jours des actions de ces jeunes filles ont eu lieu à  Moscou, pour le plus grand plaisir des moscovites. Place Pouskinskaia tout d’abord, quelques dizaines de militantes se sont rassemblées, mais également dans le sud ouest de la ville et elles ont organisé des nettoyages gratuits de voitures pour monter leur soutien au premier ministre mais également à l’industrie automobile russe. Contrairement aux affirmations de certains, qui ont vu dans ces actions  un témoignage du culte de la personnalité qui se créé autour de Poutine, ou encore comparé ces jeunes filles a la variante russe des amazones de Kadhafi, le premier ministre n’est pas le seul concerné par ces témoignages affectueux des jeunes russes. Au début du mois des activistes féminines avaient déjà organisé une action «embrasse le président Medvedev» et s’étaient rassemblées sur la place rouge pour embrasser une effigie du président Medvedev. Cette action avait lieu pendant la journée du baiser en Russie.
Ces manifestations politico-érotiques  de groupes féminins ne sont pas du reste propres à la Russie. En  Ukraine le mouvement nationaliste et traditionaliste Femen organise  souvent des actions coup de poing  de protestation en petite tenue (voir ici ou la). Les militantes de Femen ont du reste publiquement affirmé leur soutien aux activistes féminines moscovites en organisant une manifestation de soutien en Ukraine, seins à l’air. Elles ont aussi décidé de fonder un parti politique féminin en 2012. Et si ces jeunes femmes Slaves préparaient une révolution dans la manière de faire de la politique?

Опубликовать в Google Plus
Опубликовать в LiveJournal

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Femen, Ria Novosti, Фемен 8 Comments

8 Responses to Politique et erotisme

  1. Anonymous

    Vous avez déjà fait mieux, franchement. Comparer «Femen», mouvement civique authentique, à «Armia Putina», qui sent sa manipulation à plein nez, relève de la pure escroquerie intellectuelle. La jeunesse russe ne se mobilise pas massivement pour ses chefs, c’est de la propagande grossière, il suffit de regarder les images pour s’en convaincre: la petite Macha qui voit Poutine a sept ans au théâtre, quelle vaste blague, ou alors la sécurité présidentielle était en grève ce jour-là? ou les filles défilant sur la place Pouchkine, dont les témoignages ne respiraient pas l’enthousiasme.
    Je ne sais pas qui a inventé ça mais ce n’est pas brillant, et je ne vois personne mordre dans cette propagande d’un autre âge…

     
  2. Anonymous

    C’est étonnant, même ce qui parait hautement ridicule, vous essayez d’y trouver quelque chose de magnifique en Russie! Tout de même, cette campagne publicitaire est vraiment ниже плинтуса comme disent les russes.
    Et puis j’ai vu sur FB que vous aviez comparé le lip dup de l’UMP avec ce tissu de connerie. Remarquez la différence: on essaye de fédérer les noirs, arabes, handicapés, gros, petits, etc. chez l’UMP, chez l’armée de Poutine, on ne prend que les belles jeunes et intelligentes. le tout pour gagner un Ipad (paye ton matérialisme).
    Et pour vous, il suffit que Medvedev et Poutine aient un point de vu différent pour qu’il y ai une réelle pluralité politique. Ba dis donc, on voit que vous n’avez pas habité en France très longtemps pour voir ce qu’est une vrai pluralité, avec des vrais partis qui s’affrontent vraiment, avec un programme (après on est d’accord ou pas avec ce qui est proposé mais c’est un autre débat)… Выбор veut quand même dire «choix» en russe, ce qui est paradoxale quand on regarde la situation. En l’occurrence, je crois qu’il fait sérieusement défaut. A part Jabloko et le PC (on peut compter SPS en son temps et le PARNAS qui s’est étonnamment vu refusé son enregistrement), les autres partis ne sont que des marionnettes mis en place par le FSB pour donner cette impression de pluralité (ce que je tiens de russes investis en politiques). Bref… si ER avait un réel monopole de la vie politique, pourquoi avoir refusé d’enregistrer un parti qui n’aurait surement pas crée un réel danger???

     
  3. Alexandre LATSA

    » Ba dis donc, on voit que vous n’avez pas habité en France très longtemps «

    Mais oui, mais oui..

     
  4. Anonymous

    Ba c’est juste ce qui ressort de votre biographie c’est tout.

     
  5. Alexandre LATSA

    Si vous le dites… ;)

    Mais enfin allons soyons sérieux un minimum, les filles jolies et dénudées ne sont pas propre à la Russie, ca a été le moteur de toutes les révolutions de couleurs en Eurasie et récemment dans le monde arabe (des jeunes beaux, modernes et sexy).. C’est le principe de base de la communication, de la vente, des mannequins, allons soyez réalistes.

    *

    Ensuite je pense bien mieux connaitre la politique que vous, alors sur la pluralité et la france ne venez surtout pas me raconter d’âneries. Il n’y a que les naïfs, les ânes et les non initiés pour penser que la France est aujourd’hui en démocratie et que les partis s’affrontent réellement.

    En l’occurrence l’échiquier politique russe bien que dominé par un parti est plus large (au niveau du spectre de courants de pensées et de différences de programmes).

    Je dois bien vous dire ma grande surprise quand à l’interdiction du PARNAS mais je pense qu’il y a des raisons à cette interdiction qu’il faudrait peut être chercher au lieu de gémir et critiquer, ce qui est une spécialité francaise.

     
  6. Anonymous

    Je suis d’accord que le sexe fait vendre, c’est évident. Mais ça ne doit pas l’être en politique. Y’a pas des choses plus importantes comme des idées et un programme à vendre quand on veut mobiliser les gens?
    Je n’ai pas eu cette impression concernant les révolutions passées, on voyait des gens de tous ages. Mais surtout, les gens se battaient pour une idée, le coté beau moderne (si vous l’avez ressenti) ne faisait que donner de l’impulsion au mouvement, sans en être le but. Ici, le coté sexe est clairement mis en avant, rien de concret sur la politique. Pour gagner un Ipad. Non mais vraiment…

    Ensuite pour la politique en France il y a des défauts et elle connait ses dérives. Le PS n’essaye que de survivre. Mais le FN représente une force dont personne ne connait la valeur, en témoignent les spéculations sur les élections de 2012. S’il existe moins de différences entre les partis, c’est que la France a un système politique stable, avec un socle de valeur commun à tous les partis, ce qui n’est pas le cas en Russie. Voila, en France, les gens votent, choisissent leur candidats, et même s’il existe peut être pas de grandes différences entre les deux principaux partis, au moins lors des élections y’a un grand choix de candidats, et on ne connait pas vraiment les résultats en avance. les candidats ont un temps bien chronométré par le CSA sur les antennes.
    Mais dites ce qu’il manque au système électoral français pour dire que ce n’est pas un démocratie? Les débats et critiques ne sont que des mises en scène, bien prévues?

    En Russie on sait à l’avance ce qui va se passer. pas seulement au niveau fédéral, mais aussi local.
    Vous avez vu l’an dernier le reportage qui montre comment des lois sont adoptées à la douma: un ou deux bonhommes qui courent pour faire voter tous les camarades absents????
    http://www.youtube.com/watch?v=qz0CwRa3OF0
    Hahahaha trop drole!
    Jirinovskii n’est qu’un clown, le PC arrêteras de marcher quand la vieille génération ne sera plus, la majorité des russes pense que le résultat des élections est décidé à l’avance (cf sondages récents).

    Pour Parnas, le refus a été motivé pour des raisons purement techniques (je les ai cherché, je ne fait pas que ronchonner). mais l’organisation que constitue le front populaire russe fonctionne avec beaucoup d’irrégularités techniques et juridiques. Mais aucun membre du gouvernement ni fonctionnaire de la justice n’a cru bon de les mettre à jour (voyez plutôt la blogosphère qui a dénoncé tout cela).

     
  7. Anonymous

    et puis si vous êtes surpris du refus d’enregstrement de Parnas, c’est que vous êtes plus naïfs et ne connaissez pas si bien la politique ;)

     
  8. Anonymous

    La France, une democratie ??
    Vous plaisantez !!!
    17 % du corps electoral est Non representé !
    Et ceci dure depuis plus de
    20 ans avec la complicité du systeme mediatique, France Television, pour ne citer personne !
    Ou sont les deputes du FN ?
    La France est une republique declinante, oui, c est sur !
    Mais de la a donner des leçons a tout le monde y compris la russie c est a mourir de rire !
    En quoi Sarkozy est il un democrate ? Elu avec 52 % des voix ? Elu si on peut dire…
    Cette arrogance si typiquement française…Le pays des Droits de l Homme…Celui qui bombarde a qui mieux mieux en Lybie tandis que les medias se taisent, muselés comme les chiens du regime politique qu ils sont…

     

Add a Comment