2010, la reprise démographique confirmée

Les chiffres de la démographie pour 2010 sont publics et ils sont bons, ils confirment le renouveau démographique Russe.
Naissance et décès
Reprenons l’évolution du nombre de naissances et décès de 1999 à 2010.
  • 1999 — 1.214.689 naissances et  2.144.316 décès
  • 2000—  1.266.800 naissances et 2.225.332 décès
  • 2001—  1.311.604 naissances et 2.254.856 décès
  • 2002 —  1.397.000 naissances  et 2.332.300 décès
  • 2003 — 1.483.200 naissances et 2.370.300 décès
  • 2004 — 1.502.477 naissances et 2.295.402 décès
  • 2005 — 1.457.400 naissances et 2.303.900 décès
  • 2006 — 1.479.600 naissances et 2.166.700 décès
  • 2007 — 1.610.100 naissances et 2.080.400 décès
  • 2008 — 1.717.500 naissances et 2.075.900 décès
  • 2009 — 1.764.000 naissances et 2.010.500 décès
  • 2010 — 1.789.600 naissances et 2.031.000 décès
En 2009 la perte nette (naissances — décès) s’élevait donc à 248.000 individus.
En 2010 la perte nette (naissances — décès) s’élève donc à 241.000 individus.Au début de cette année, je prédisais que la mortalité passerait sous le seuil des 2 millions de décès. Malheureusement la canicule de cet été à entrainé une surmortalité de près de 55.000 personnes. Sans cette surmortalité exceptionnelle, la Russie aurait eu moins de 2 millions de décès et n’aurait pas perdu 241.000 personnes mais 186.000.
Intéressant, la mortalité baisse sur différents points cruciaux:
- Baisse des suicides: 31.200 contre 34.700
- Baisse des accidents de la route: 26.100 contre 27.300

- Baisse des homicides: 31.200 contre 34.700
- Baisse des empoisonnements: 13.100 contre 14.900

Point noir, la hausse des maladies cardiovasculaires, passant de 1.029.900 en 2009 à 1.046.500 en 2010, sans doute à cause de la canicule de cet été. Ces décès représentent donc 50% du nombre total des décès annuel. L’amélioration conséquente du système de santé Russe, le basculement des générations (les personnes âgées mourants), tout cela devrait voir ce chiffre baisser assez fortement dans les prochaines années.

Divorces et mariages 

Regardons désormais l’évolution du nombre de mariages et de divorces sur la même période:
  • 2005 — 1.066.400 mariages et 640.900 divorces
  • 2006 — 1.113.600 mariages et 640.900 divorces
  • 2007 — 1.262.600 mariages et 685.900 divorces
  • 2008 — 1.199.400 mariages et 703.400 divorces
  • 2009 — 1.117.100 mariages et 699.300 divorces
  • 2010 — 1.133.500 mariages et 639.400 divorces
Le taux de divorce baisse donc considérablement, il repasse au dessous du seuil de 2005 alors que le taux de mariage reste plus ou moins stable. 

L’apport de l’immigration

En 2009 une faible émigration et une forte immigration (beaucoup d’entrées et 334.000 naturalisations) ont conduit à une augmentation de la population de quelques 26.000 personnes. Or l’immigration est en forte baisse en 2010, surtout des pays de la CEI, avec pour conséquence quasi-certaine que le nombre de naturalisés devrait donc être beaucoup plus faible puisque il s’agissait principalement de citoyens de la CEI. On peut imaginer que la population de la Russie devrait donc stagner ou légèrement baisser cette année. Il convient d’attendre les informations du FMS à ce sujet.
Une très bonne nouvelle, un nombre record de citoyens de l’ex URSS (12.000) a bénéficié du plan d’aide au retour lancé par l’état russe en 2007, soit une hausse de 30% par rapport à 2009. Bien sur cela reste encore peu, mais en 3 ans, déjà 31.000 personnes sont «revenues» en Russie. 
Synthèses, prévisions pour la Russie
Le coefficient de mortalité qui était de 16,4 / 1.000 en 2003 est tombé à 14,2 /1.000 en 2009 et remonté à 14,3 en 2010 à cause de la surmortalité de cet été 2010. Sans cela, il serait tombé à 14 / 1.000.
Le coefficient de natalité lui évolue positivement. Tombé à 8,3 / 1.000 en 2001 et remonté à 12,6 / 1.000 en 2010.
L’espérance de vie continue à augmenter, passant de 68,7 ans en 2009 à 69 ans en 2010.
Ma prévision: en 2011, les naissances devraient dépasser le seuil des 1.800.000, et ce pour la première fois depuis 1990 (1.988.800 naissances). 2011 devrait aussi voir une baisse assez forte de la mortalité, sans doute avoisinant les 1.900.000. Par conséquent la perte nette de population devrait en 2011 avoisiner les 100.000 personnes, l’équilibre démographique étant atteint en 2013, sans aucun besoin d’un quelconque apport migratoire.

Comparaison avec l’UE

L’UE en 2009 avait un taux de fécondité de 1,56 enfant par femme, contre 1,54 pour la Russie la même année.
Le coefficient de natalité en 2010 est estimé à 9,83 / 1.000 contre 12,6 / 1.000 en Russie.
Le coefficient de mortalité en 2010 est estimé à 10,33 / 1.000 contre 14,3 / 1.000 en Russie.

L’espérance de vie d’un citoyen de l’UE est de 78 ans contre 69 ans pour la Russie.
Le taux de mortalité infantile en UE est de 5,61 / 1.000 contre 7,5 / 1.000 en 2010.

Опубликовать в Google Plus
Опубликовать в LiveJournal

Posted on by Alexandre Latsa in Articles en francais, Démographie Leave a comment

Add a Comment