La Russie des année 90 ? Un bordel géant..

Le magazine Flash à eu l’amabilité de m’interroger en tant que Français de Russie, sur les raisons motivant nos concitoyens à s’installer en Russie. Je reproduis donc mon interview ci dessous.


*
Dans son livre ‘le parrain du Kremlin’, consacré à la Russie des années 90, le journaliste Paul Klebnikov décrit sa rencontre avec un des premiers européens expatriés  en Russie de l’après chute du mur. Ce dernier,  ébahi, lui confie ses premières impressions sur Moscou et la sur  la Russie en ces  termes: « Les filles, les filles, et un salaire mirobolant ».
La scène se passe dans une boite de nuit de la rue Arbat, célèbre rue du centre de Moscou, pendant que des beautés slaves se déhanchent sur la piste de danse, les yeux rougis par la drogue. Voila ce qu’était dans les années 90 l’image de la nouvelle Russie « libérale » et « libérée » du communisme : un bordel géant, un pays dont les ressources, énergétiques,  financières et génétiques  étaient pillées, livrées à diverses mafias et aux grandes corporations étrangères.  Cette histoire vous la connaissez plus ou moins, la Russie pour beaucoup rimant avec « armes », « mafia », « filles/Putes » , « pollution» et « vodka ».


C’est la description  d’une époque révolue, et la Russie d’aujourd’hui, n’a plus rien à voir avec la Russie des années 90.  Bien sur la prostitution existe encore (comme partout) mais les jeunes filles ne sourient plus par principe aux étrangers, les packages salariaux des expatriés ayant beaucoup  baissé et le niveau de vie des hommes Russes considérablement augmenté, dépassant souvent dans les villes celui des étrangers. Un récent sondage montrait que le mari étranger ne faisait plus désormais rêver qu’une petite minorité de femmes.

Et surtout, maintenant les Russes (femmes et hommes) peuvent regarder avec fierté leur pays, qui se développe à une vitesse météorique. Un développement soutenu par l’explosion du prix des matières premières mais également et surtout par un pouvoir politique efficace qui a su parfaitement utiliser les bénéfices de la croissance. Conséquence directe ? Aujourd’hui des milliers de francais résident à Moscou ou Saint Petersbourg principalement mais également dans des villes de Sibérie et Il n’est plus rare de rencontrer des couples franco-russes ou franco-français, qui après avoir vécu a l’ouest, ont délibérément choisi de s’installer en Russie.  Bien sur il y a l’amour, le travail, ou un réel intérêt pour le pays mais ce n’est pas tout. Pour nombre de Français de Russie, désormais vivre « chez Poutine », c’est bien.   
Et c’est même un choix volontaire !

Et il y a des raisons à cela, la Russie des années 2000 a certes changé à une vitesse incroyable, mais le pays a su garder une âme. La Russie présente aujourd’hui un nombre incalculable de points forts. On peut en citer quelques uns : en Russie par exemple, pas de problème d’insécurité, même dans les lointaines banlieues des grandes villes, les femmes prennent le métro ou marchent en mini jupe à n’importe quelle heure, avec très peu de risque.  En Russie pas de grèves à répétition, dans les grandes villes qui empêchent de vivre normalement. Dans les villes toujours, les magasins , les bars, les restaurants sont ouverts 24/24, ce qui confère une liberté importante.

En opposition aux villes, les villages ont su préserver une atmosphère très  traditionnelle et hors du temps.  La Russie d’aujourd’hui est un subtil mélange de modernité et de tradition, on y trouve à la fois le 19ième siècle, le 20ième et le 21ième siècle. Le pays est réellement multiculturel et multiconfessionnel mais contrairement aux sociétés occidentales , les tensions ethnico-religieuses n’y existent  quasiment pas.  J’ajoute que les étrangers qui font l’effort d’apprendre la langue y sont très bien acceptés.
Enfin la Russie est un pays qui offre un cadre de vie très varié, on y trouve des parfums d’orient comme d’occident, le Caucase chaud et l’Arctique glacial, ainsi qu’un mélange d’Europe et d’Asie. Cette variété reflète la taille du pays qui s’étale sur 11 fuseaux horaires. La sensation d’être dans un pays fort, qui sait ou il va et dans lequel la situation s’améliore, change énormément de la situation Française par exemple et de la sensation de déclin omniprésente que l’on y ressent. Enfin disons le, se sentir en accord avec la grande majorité des décisions prises par l’élite politique du pays est un sentiment fort plaisant.


Bien sur, vous trouverez toujours des étrangers, souvent des expatriés mutés pour raisons professionnelles et qui sont critiques sur la Russie. Ces critiques sont connues, et focalisées sur  une hypothétique « dictature Poutinienne ». Ceux la arrivent généralement dans le pays avec une vision très formatée « made in France », néo-coloniale (« moi y en à montrer toi ») et restent souvent critiques durant tout leur séjour (les contrats d’expatriés durant de 2 à 4 ans). Pour certains néanmoins, la vie en Russie remet les pendules à l’heure et leur fait prendre conscience de la réalité autre que l’on peut apprécier de vivre dans une démocratie dirigée, qui procure stabilité et liberté.



Si il y a 15 ans, les Russes, femmes en tête, fuyaient la Russie à la recherche de meilleures conditions de vie, alors que leur pays était en totale décomposition. Aujourd’hui,  de nombreux Russes de l’étranger sont déjà revenus en Russie et des centaines de milliers de citoyens de l’OCDE y résident.

On pense que ce nombre devrait sensiblement augmenter dans la prochaine décennie, au vu des prévisions économiques solides en Eurasie (Russie, Biélorussie et Kazakhstan, les 3 pays de la nouvelle union douanière) et relativement faibles en Occident (Amérique et Europe de l’ouest). Déjà la Russie se classe devant la France et juste derrière l’Allemagne selon le FMI, dans le classement des pays selon leur PIB à parité de pouvoir d’achat. Pour ma part, en tant que Français d’Eurasie, c’est décidé, je suis très bien «chez  Poutine » et pour rien au monde ne souhaite rentrer à l’ouest !

Опубликовать в Google Plus
Опубликовать в LiveJournal

Posted on by Alexandre Latsa in Analyses, Articles en francais, Economie 6 Comments

6 Responses to La Russie des année 90 ? Un bordel géant..

  1. Anonymous

    Vous avez de la chance.
    Vous avez une grande responsabilité, celle de faire découvrir ce grand pays plein d’avenir à des occidentaux lassés de la décadence ambiante à l’ouest.
    Vos articles sont appréciés.
    LG.

     
  2. Anonymous

    Cher Alexandre
    je confirme ici la qualité de votre analyse, la justesse du propos est incontestable. Merci une fois de plus, de faire découvrir la vérité qu’on voudrait cacher en Europe de l’ouest, à de nombreuses personnes, qui peut être, décideront de vérifier par eux mêmes, pour leur plus grand plaisir.
    Demain se lève vraiment à l’Est.
    Bien amicalement,
    Jean-Louis Biogeaud

     
  3. Anonymous

    Vous décrivez très bien les années 1990 en Russie. Heureusement les années 2000 fut un tournant avec Mr Poutine qui a juge de mettre un halte a cette décadence,et de reprendre en main ce grand pays et donner un future a la jeunesse de Russie.
    Bien amicalement,
    Yves

     
  4. Anonymous

    Bonjour M. Latsa!
    Ce commentaire touche à plusieurs de vos articles!
    A vous lire, il semblerait que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes! J’ai eu ces idées (sur Poutine entre autre) après avoir passé une année d’étude à Saint-Petersbourg, notamment à cause du décalage par rapport à ce que j’ai pu entendre en France! Mais pour y avoir travaillé par la suite et y aller très souvent, mes vues ont complètement changé.
    Concernant la cohabitation entre différentes ethnies en Russie, vos affirmations sont bien étonnantes, notamment au regard de ce qui s’est passé en décembre; l’exemple tatar que vous citez souvent ne doit pas faire oublier que 54% des russes approuvent le slogan «La Russie aux russes» (5% d’entre eux seraient même prêts à participer à des pogromes)… Ce sondages est d’autant plus inquiétant qu’il s’agit des russes et non pas des citoyens de la Fédération…
    D’autre part, comment ignorer la situation des droits de l’Homme? Certes M. Poutine a pris les bonnes décisions au niveau économique, mais le niveau de l’Etat de droit et des libertés fondamentales reste bien trop bas! Pour avoir travaillé en tant que juriste en Russie, j’ai pu constater que le système judiciaire n’est pas vraiment indépendant et que les citoyens en savent trop peu sur leurs droits.
    Le fait que la Russie soit le 2ème pays le plus condamné par la Cour Européenne des droits de l’Homme montre à quel point les problèmes sont importants (statistique qui ne peut pas faire entrer en compte des aspects politiques). Pourquoi ignorer (voire nier lorsqu’on vous lit) que le niveau des libertés à diminué depuis 2000? Certes, peu de temps s’est écoulé depuis la chute de l’URSS, mais rien n’est fait pour changer les choses à ce niveau là.
    Je me pose certaines questions quant à vos points de vus: pourquoi une telle animosité et un tel dédain pour le fond Soros et les orangistes?
    J’aimerai également savoir ce que vous pensez de cet article de Markelov sur le patriotisme Патриотизм как диагноз disponible à l’adresse http://www.ikd.ru/node/7351). Certes notre France manque de cet amour vers le pays, mais l’amour du pays rime en Russie avec amour du gouvernement…
    D’autre part, vous affirmez que tout va bien dans le Caucause! Mais les attaques terroristes, malgré les efforts déployés ont lieu très souvent dans le Caucase et le nombre de militaires décédés dans les altercations avec des terroristes, selon l’ONG Memorial, a atteint un pic en été 2009.
    Pourquoi la situation humaine de l’armée russe ne fait pas plus d’émoi? la dedovsshina perdure et pour avoir fréquenté ces pauvres appelés, je trouve que la Russie a une armée indigne de son rang! Tous les soldats que l’on croise en ville portent encore la ceinture avec l’insigne de l’Union soviétique! La Russie a elle trop peu de richesses pour pouvoir payer à ceux qui la servent un équipement décent? Que rend réellement l’Etat à ces gens qui se vouent au pays, ne serait-ce qu’un an (durée du service militaire)? Très peu à mon humble avis.
    Et pour être provocateur, mais malheureusement sincère, certaines choses en Russie me rappellent des caractéristiques des pays du tiers monde: faible espérance de vie des hommes, corruption systémique, faible indépendance de l’appareil judiciaire…
    Comment les russes peuvent tolérer que l’année suivant la crise financière, le nombre de milliardaires en dollars a doublé, alors que les prix augmentent et les gens triment? Les prix se rapprochent de ceux que l’on trouve en occident, mais les salaires restent bas…
    J’aime la Russie, j’aime sa culture, et ses gens, étonnants et fascinants! Le grand peuple russe mérite bien mieux que ce qu’il a en ce moment!
    Merci pour vos articles très argumentés, même si j’ai l’impression de lire un article dans le style soviétique, tout étant tellement idyllique! :)
    Bien à vous,

    Жанусик

     
  5. Alexandre LATSA

    Bonjour et merci de votre message, qui mériterait à lui seul un article ! Pourquoi vos pensées ont changé après une année d’études à S Pet ?

    Pour la cohabitation entre ethnies et le slogan la Russie aux Russes, je ne pense moi pas du tout que cela soit contradictoire. Peut être même au contraire.. Ce qui s’est passé en décembre à mon sens n’a aucun sens réel politique et était avant tout une expression désordonnée et mal dirigée d’un raz le bol de la corruption, ainsi que la volonté de se faire entendre de groupes radicaux. C’est tout, pour tout vous dire, je pense que ces actions ont été pilotées de l’extérieur même, je suis en train d’étudier le sujet et ferait un article prochainement dessus. La cohabitation n’est pas en Tchétchénie ou au Tatarstan uniquement, mais dans chaque ville de la fédération de Russie.

    Pour ce qui est des libertés, je pense au contraire qu’elles augmentent et ne diminuent pas, reste à savoir si l’on parle des mêmes choses, à savoir de la liberté de vivre normalement, de gagner de l’argent et le dépenser, de voyager, d’acheter à manger, une voiture etc etc .. La liberté d’expression des Russes comme des étrangers me semble très sincèrement aussi élevée en Russie que en France.

    Le patriotisme est l’amour d’un pays. On peut être patriote et ne pas apprécier les gouvernements de pays, lorsque ceux ci vont à l’encontre des intérêts du peuple et de la nation, ça me semble être le cas en France et pas en Russie. Par conséquent je ne suis pas/peu surpris que des patriote soutiennent l’état. Vous noterez que nombre de groupes nationalistes ou radicaux sont au contraire très critiques et anti-Poutine!

    Je n’ai jamais dit que tout allait bien dans le Caucase, je dis justement l’inverse ici :
    http://fr.rian.ru/tribune/20110202/188513004.html

    L’insigne de l’armée Soviétique ne me dérange pas plus que le marteau et la faucille de Aeroflot, je pense que ce n’est pas grave. Vous mettez par contre le doigt sur des faiblesses réelles par exemple dans l’armée, le mauvais matériel ou le bizutage, bien sur tout cela existe… Personne ne le nie, mais les critiques sur la Russie sont listées par 98% des journalistes francais et autres membres d’associations dont Mémorial que vous citez. Ce n’est pas mon fonds de commerce du tout.. Moi je donne mon point de vue, ce n’est pas parce que je ne parle pas de ce qui ne va pas, que je suis aveugle, j’ai juste décidé de parler de ce qui va! C’est comme ca, et si la presse Française ne s’acharnait pas avec tant de mauvaise foi, je doute que mon initiative ait été autant motivée ;)

    Vous terminez en citant des points noirs qui font que la Russie vous fait penser à pays du 1/3 monde. Je connais bien l’Afrique et l’Asie et donc le 1/3 monde pour y avoir vécu et travaillé. La corruption existe partout, en Chine, en Arménie, en Russie ou au Gabon, mais avec de réels différents degrés. Il ne faut pas tout mélanger, la Russie ce n’est pas l’Afrique!

    Mais je vais vous donner mon opinion, le pays qui se transforme le plus en pays du 1/3mondisation, c’est pas la Russie, c’est de loin la France, et ça j’entends peu de gens en parler!

    Pour ce qui est de ma «défiance» à l’égard du poison orange, une prochaine série d’articles (fin février) devrait vous permettre de comprendre les tenants et les aboutissants.

     
  6. Anonymous

    Bonjour !
    Mes idées sur la Russie ont changé après une année d’études à St Pet car je ne m’intéressais que très peu à la situation russe, sans avoir cherché à contrer les préjugés sur la Russie. Je m’attendais donc à bien pire. Et surtout, j’ai regardé la situation russe à la lumière de problèmes que j’ai rencontrés en France à cette époque : blocages des facultés, grèves des transports, etc. Et je pense qu’il est erroné de regarder la situation russe à l’aune des problèmes que nous rencontrons en France. Cela reste une démarche ethno centrée, mais dans une autre optique.
    Certes les russes ne connaissent pas les blocages, mais l’enseignement russe va mal, à cause de la corruption dans beaucoup d’établissements. De plus, le confort dans les résidences universitaires et le montant des bourses laissent à désirer, pour un État possédant de si grandes ressources…
    Le slogan la Russie aux russes me choque, probablement parce que je l’ai entendu lorsque je me baladais avec des amis asiatiques, ou que je l’ai vu accompagné d’une croix gammée… Pourquoi ne le trouvez-vous pas choquant pour un pays aussi varié ethniquement ? Le modèle soviétique de tolérance entre les peuples a disparu, et les plans de la réforme de l’éducation (dont « l’enseignement patriotique » prévu dans les écoles) ne répondent en rien à ces problèmes ! Les russes se disent victimes de discriminations là où ils sont minoritaires, les autres ethnies le disent aussi dans les régions à majorité russe.
    Pour les libertés fondamentales, votre conception est bien trop matérielle. Vous savez comme moi que lorsqu’on parle de libertés fondamentales, que ce soit en Russie (après analyse de la littérature juridique russe) ou en Union européenne, il s’agit de choses bien plus morales que l’achat d’une voiture ou les voyages à l’étranger. La Russie se réclame des concepts de démocratie et droits de l’Homme tels que l’entendent les pays d’Europe occidentale, en témoigne son adhésion au Conseil de l’Europe. Il me semble que le gouvernement russe veuille acheter la conscience des citoyens en leur offrant le confort (qui est plus que sommaire en Russie il faut bien le reconnaître).
    En ce qui concerne la liberté d’expression, je pense qu’elle est bien trop limitée en Russie. Bien sur que le gouvernement n’interdit pas de dire ce que l’on pense ; mais ceux qui parlent le font à leurs risques et péril. Inutile de vous parler des journalistes ou militant qui couvraient les événements de la forêt de Khimki qui ont été tabassés, les juges constitutionnels qui ont été contraints de démissionner de certaines de leurs fonctions en 2010 après avoir affirmé que le système judiciaire russe n’était pas indépendant…
    Je n’ai pas une haine primitive contre Poutine qui trouverait sa source dans la presse française. Mais je le trouve cynique, vulgaire (dans la manière dont il s’exprime). J’ai été scandalisé lorsque je l’ai entendu dire il n’y a pas si longtemps qu’il n’y avait aucun problème majeur en Russie… Et je n’aime pas du tout sa manière de marginaliser tout mouvement ou personne qui se permettrait de critiquer le parti ou le gouvernement.
    Contrairement à vous, je trouve que rien n’est fait pour les russes, pour des changements durables.
    Enfin, je trouve vos propos bien excessifs en faisant allusion au tiers monde ! Cette référence au tiers monde que j’ai fait dans mon commentaire était une provocation ! Mais la corruption est un frein conséquent aux investissements étrangers (mais je reconnais qu’il est stupide d’analyser le secteur énergétique pour évaluer le climat des affaires russes).
    Je n’approuve pas la démarche des journalistes français vis-à-vis de la Russie mais je trouve que la presse russe n’est pas plus pertinente lorsqu’il s’agit d’analyser des événements qui se déroulent en France.
    Enfin, le même reproche peut vous être fait : parler de la Russie comme d’un pays où tout est bien mieux qu’en France sans parler de réels problèmes peut être considéré comme de la mauvaise foi.
    J’attends votre série d’article sur le « poison » orange !

     

Add a Comment